par Frédéric Lefebvre-Naré

Contre la destruction de Jean Vilar, contre la construction d’un centre commercial et de logements sur ce site, plus de 3000 Argenteuillais ont écrit au Maire.

Le journal régional « L’Écho » leur consacre sa Une. Il s’est juste trompé de titre !

Echo_18oct17_Une.jpg

Au lieu de « 3000 Non contre le pôle de loisirs », ce sont « 3000 Oui pour rénover le pôle de loisirs » !

Car notre « île » est un pôle de loisirs en plein air, depuis 199 ans que le bras de Seine a été comblé, devenant le boulevard Héloïse.

Le comité Jean Vilar, et plusieurs associations, font un travail énorme pour informer nos concitoyens. Les trois quarts n’avaient jamais entendu parler du projet, ou seulement d’un cinéma ou d’une nouvelle salle Jean Vilar…

Quand nous expliquons ce que proposent le Maire et le promoteur, nous entendons presque à chaque fois :

Mais il y a Côté Seine juste à côté ! À quoi ça sert ?

Pas de promoteurs privés pour gérer le patrimoine de la Ville, il appartient à ceux qui y vivent !

Tous ces arbres disparaîtraient ? Où est votre pétition, je signe !

La hauteur de 14 étages ? C’est de la folie ! Dans le quartier, quand la Seine monte les caves sont inondées

C'est inadmissible ! Nous voulons garder l'âme d'Argenteuil ! Arrêtez votre bétonnage !

Certaines personnes nous regardent d’un air soupçonneux : elles ont d’abord cru que nous venions pour justifier le projet du Maire. Non, seulement pour informer et permettre à chacun de s’exprimer !

Echo_18oct17_interieure.jpg

Avec maintenant plus de 4000 participants, c’est le plus grand mouvement de pétition de l’histoire récente d’Argenteuil.

Espérons que ce mouvement soit compris par le Maire et son équipe.

Les sites à reconstruire ou rénover abondent. Près de la gare du Val, le site puis « trou Balzac » attend depuis 25 ans des logements, des emplois, des commerces, des salles de cinéma ou de spectacle, ou des écoles… Près de la gare centrale, la gendarmerie est abandonnée. L’ancien hôpital, devenu musée, tombe en ruine. Sur les friches côté Nord de la gare, il a fallu le Grand Paris pour qu’enfin, un projet émerge. Un projet à dominante de bois, et limité à 6 étages.

Gardons donc à l’entrée d’Argenteuil un site accueillant, une île verte et ouverte, et cette salle des fêtes, notre bien commun !

Ce texte est publié comme tribune dans L'Argenteuillais daté 2 novembre 2017.