par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce lundi, avant la victoire pas tout à fait annoncée mais plausible de Donald Trump, je faisais une pause dans la série des 40 raisons toutes suffisantes de dire NON à la vente de Jean Vilar au promoteur Fiminco, et à son projet de 40000 m2.

Je proposais de "réfléchir ensemble à l'avenir de cet espace, cœur et patrimoine d'Argenteuil", et demandais : "Que suggéreriez-vous pour Jean Vilar ? Pour les commerces, les logements, les spectacles, le cinéma à Argenteuil, l'accès aux berges de Seine ?"

Les trois premières réponses ont consisté à me retourner la question ! J'espérais mieux :-) mais cette réaction est légitime : une lectrice ou lecteur de nos critiques envers ce projet insensé, peut bien se demander si nous avons en tête des projets sensés.

Évidemment, la question du meilleur projet restera ouverte — tant que le monstre annoncé ne sera pas empilé sur la pauvre parcelle de Jean Vilar, il restera possible d'imaginer et développer des alternatives.

Mais rassurons-nous tout de suite : oui, de bien meilleurs projets, il en existe !

À commencer par celui que Georges Mothron, Maire d'Argenteuil et même député-Maire à l'époque, a fait valider par la Commission départementale d'équipement commercial (CDEC) du Val-d'Oise, le 24 avril 2007 : le projet "Quai de Seine". Un centre commercial de près de 10000 m2, l'équivalent du rez-de chaussée de Côté Seine, ce qui permettrait d'accueillir les différents magasins successivement espérés : bricolage, jardinerie, "Fnac"… sans construire de gratte-ciel qui fermerait le paysage avant le fleuve.

Le site idéal est celui de l'actuel Parc des Berges, ce qui permettrait de transférer le parc sur la partie Sud-Ouest de l'île Héloïse, bien plus grande et agréable, l'ancienne "Promenade", d'ailleurs inconstructible. (Une amie de passage à Argenteuil nous plaignait pour notre pelouse pelée entre quatre quatre-voies… nous Argenteuillais pouvons ne pas en voir la misère, car nous nous souvenons de la friche antérieure, encore pire !).

La salle Jean Vilar resterait la salle Jean Vilar ! Sa structure est superbe et adaptée. Elle a besoin, je présume, d'être désiamantée (travail contraignant, mais inévitable aussi dans le projet Fiminco), l'aménagement intérieur a besoin d'être refait, notamment pour l'acoustique. (Complément : il semble plutôt qu'elle ait besoin d'être reconstruite, cf. billet 28).

La salle Pierre Dux pourrait être reconstruite en auditorium pour l'école de musique et la musique classique en général. La salle actuelle, sujette aux vibrations, est inconfortable et inadaptée à la musique. Des cloisons intérieures dans Jean Vilar permettraient de recréer une salle de fêtes, réunions ou banquets de taille intermédiaire.

Cette offre de salles serait évidemment d'intérêt intercommunal, à quelques hectomètres de Colombes, Gennevilliers et Asnières, qui font partie du même territoire au sein du Grand Paris. Un financement par ce territoire serait tout naturel.

Si le terrain du parc des Berges était vendu au promoteur des commerces, sachant qu'il est de même taille que celui de Jean Vilar et mieux situé, et que le projet architectural serait bien plus facile à réaliser (peu de charge au sol, pas de cuvelage), nous pourrions sans doute le vendre plus de 20 millions[1], ce qui financerait le reste. Certes, nous vendrions de nouveau une partie de l'île (comme à Pathé avant 2001), mais au moins nous garderions en propriété communale un ensemble continu du pont jusqu'à la pointe de l'île et à la rue Verte.

Les magasins auraient un accès direct à la 4 voies par le rond-point Dassault : cela permettrait (contrairement au projet Fiminco) de passer la voie sur berges à 2x1 voies, avec l'autre moitié de la surface pour le vélo et la promenade, tout le long de l'île.

En matière de cinémas, Argenteuil a déjà un bel équipement, dans la moyenne du département. Il reste à le faire vivre : étendre les horaires d'ouverture, aménager le parking et les itinéraires du parking au Figuier Blanc, rejoindre les billetteries par internet… et faire marcher le bar / snack !

Enfin, la municipalité Mothron, se découvrant adepte du bétonnage, a prévu 145 logements sur cette seule parcelle inondable de Jean Vilar ! Il va sans dire qu'il vaut mieux y renoncer purement et simplement. Et préférer reconstruire en zone naturellement constructible, sur les friches et les parcelles dégradées, en particulier aux alentours de la gare, où beaucoup de bâtiments sont obsolètes.

Je serais heureux de voir un éco-quartier, un peu à la façon danoise, réhabiliter et transformer les bâtiments de l'ancien hôpital d'Argenteuil, rue Pierre Guienne : cette rue était déjà construite et habitée au Moyen-Âge ! quel dommage qu'elle soit à l'abandon. L'éco-quartier pourrait se prolonger sur toute l'emprise du centre technique, qui serait bien plus commodément installé dans la ZI près d'Otis. (Complément : et sur la parcelle de l'ex-gendarmerie, qui s'est rapidement transformée en parking sauvage sinon en dépotoir…).

Ce ne sont que des exemples ; certains y reconnaîtront les idées qu'ils m'ont suggérées !

Est-ce que ce projet, "Mothron 2007+", ne serait pas cent fois plus prometteur, plus agréable à vivre, et plus rentable économiquement, que le projet "Mothron 2016" ?

Notes

[1] Correction du 24 novembre : non ! Une valeur pareille supposerait la construction de 100 logements ou plus, comme le Maire l'a prévu sur le terrain de Jean Vilar, mais ce n'est pas ce que je proposerais, ni sur Jean Vilar, ni sur l'actuel parc des Berges. Avec des activités commerciales seulement, le prix de vente sera moindre.