Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Opinions-Tribunes-Entretiens

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 20 octobre 2017

3000 Argenteuillais à la Une

par Frédéric Lefebvre-Naré

Contre la destruction de Jean Vilar, contre la construction d’un centre commercial et de logements sur ce site, plus de 3000 Argenteuillais ont écrit au Maire.

Le journal régional « L’Écho » leur consacre sa Une. Il s’est juste trompé de titre !

Echo_18oct17_Une.jpg

Au lieu de « 3000 Non contre le pôle de loisirs », ce sont « 3000 Oui pour rénover le pôle de loisirs » !

Car notre « île » est un pôle de loisirs en plein air, depuis 199 ans que le bras de Seine a été comblé, devenant le boulevard Héloïse.

Le comité Jean Vilar, et plusieurs associations, font un travail énorme pour informer nos concitoyens. Les trois quarts n’avaient jamais entendu parler du projet, ou seulement d’un cinéma ou d’une nouvelle salle Jean Vilar…

Quand nous expliquons ce que proposent le Maire et le promoteur, nous entendons presque à chaque fois :

Mais il y a Côté Seine juste à côté ! À quoi ça sert ?

Pas de promoteurs privés pour gérer le patrimoine de la Ville, il appartient à ceux qui y vivent !

Tous ces arbres disparaîtraient ? Où est votre pétition, je signe !

La hauteur de 14 étages ? C’est de la folie ! Dans le quartier, quand la Seine monte les caves sont inondées

C'est inadmissible ! Nous voulons garder l'âme d'Argenteuil ! Arrêtez votre bétonnage !

Certaines personnes nous regardent d’un air soupçonneux : elles ont d’abord cru que nous venions pour justifier le projet du Maire. Non, seulement pour informer et permettre à chacun de s’exprimer !

Echo_18oct17_interieure.jpg

Avec maintenant plus de 4000 participants, c’est le plus grand mouvement de pétition de l’histoire récente d’Argenteuil.

Espérons que ce mouvement soit compris par le Maire et son équipe.

Les sites à reconstruire ou rénover abondent. Près de la gare du Val, le site puis « trou Balzac » attend depuis 25 ans des logements, des emplois, des commerces, des salles de cinéma ou de spectacle, ou des écoles… Près de la gare centrale, la gendarmerie est abandonnée. L’ancien hôpital, devenu musée, tombe en ruine. Sur les friches côté Nord de la gare, il a fallu le Grand Paris pour qu’enfin, un projet émerge. Un projet à dominante de bois, et limité à 6 étages.

Gardons donc à l’entrée d’Argenteuil un site accueillant, une île verte et ouverte, et cette salle des fêtes, notre bien commun !

Ce texte est publié comme tribune dans L'Argenteuillais daté 2 novembre 2017.

vendredi 6 octobre 2017

A Mauranne, à Laura

par Bernard Rols

Dimanche 1er octobre, Mauranne et Laura, âgées de 20 ans et cousines, étaient assassinées sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille.

Si vous êtes catholiques, protestants, musulmans, juifs…priez pour leurs âmes.

Si vous êtes non croyants, ayez une pensée pour elles.

Elles étaient libres et voulaient le rester.

Ne les oublions pas ; n’oublions pas les victimes de Paris, Nice, Londres, Bruxelles, Berlin, Barcelone….

Les oublier, serait accepter la terreur et l’obscurantisme.

Solidaires des Marseillais et des Provençaux, nous présentons nos condoléances à leur famille et à leurs proches.

jeudi 14 septembre 2017

Les villes moyennes, des économies en danger de mort

par Bernard Rols

Le Figaro vient de publier le classement des villes de plus de 50 000 habitants les plus dynamiques.

113 communes ont été analysées et comparées sur des critères de logements, de dynamisme économique, d’emplois…

Depuis 2 décennies au moins, on ne parle, pour les petites villes de province, que de chômage endémique, de paupérisation des habitants, de centres villes à l’abandon, de Services Publics à minima. Les reportages dans les médias montrent des villes totalement sinistrées.

La dernière de ce classement est Calais (Pas-de-Calais) suivie par Saint-Quentin (Aisne) et Béziers (Hérault).

Béziers, ma ville d'origine, 77 100 habitants, est ainsi :

  • 113ème pour le taux de logements vacants (17,18 %)
  • 109ème pour le taux de pauvreté (33,25 %)
  • 109ème pour le taux de chômage (15 %)
  • 109ème pour le revenu médian (15 305 euros)
  • 107ème pour les permis de construire (-56 % entre 2010 et 2015)
  • 96ème pour la part de population de plus de 25 ans avec le bac (38,36 %)
  • 95ème pour le taux de survie à 5 ans des entreprises (27,90 % des entreprises créées en 2009 toujours en activité en 2014)

Le constat est sans appel !

Je devrais dénoncer l’absence d’une vraie politique économique de relance par la municipalité FN actuelle, dont les combats sont plutôt axés contre l’Islam et les migrants qui « envahiraient » Béziers, mais je me dois de reconnaître que cette situation économique fortement dégradée, est antérieure à l’arrivée en responsabilité de l’équipe FN.

En comparaison, pour Argenteuil, le revenu médian est de 17 555 euros (85ème place). Notre ville se classe à la 92ème place pour la part de population de plus de 25 ans avec le bac et à la 87ème place pour le taux de pauvreté. Nous sommes à la 65ème place pour les permis de construire, mais cela s’explique certainement par le peu de foncier restant à bâtir. En revanche, pour les 3 derniers critères (logements vacants, chômage et survie à 5 ans des entreprises) nous sommes situés entre les 20ème et 30ème places.

Pourquoi, avons-nous dans ces villes moyennes, une telle distorsion par rapport aux chiffres nationaux ? En quoi nos élus locaux et nationaux, de gauche ou de droite, ont-ils failli pour en arriver à une situation aussi catastrophique ? Je suis convaincu que les raisons essentielles qui ont amené ces villes en situation d’échec, sont des politiques publiques irresponsables tant au niveau national que local.

La centralisation accrue des Directions des Services Publics vers les métropoles régionales a en effet incité plusieurs entreprises locales à transférer également une partie de leurs activités vers ces métropoles, ou pire, à s’y installer, principalement pour les jeunes entreprises en création, générant dans les autres villes ces taux de chômage bien supérieurs à la moyenne nationale. Ces entreprises locales PME, PMI, grands sites industriels pour certaines, étaient le « poumon économique » des villes moyennes.

La population active et diplômée a été contrainte de déménager à son tour vers ces métropoles, rendant les petites ou moyennes agglomérations encore moins attractives.

Par exemple, l’Hérault compte 1 127 000 habitants, dont 712 000 pour la seule métropole de Montpellier mais seulement 120 200 pour l’agglomération Béziers-Méditerranée (17 communes). Les plus de 60 ans représentent 30 % des habitants de cette agglomération (5 points de plus que la moyenne nationale)

Constatant le déclin progressif de leur ville, des élus locaux de gauche et de droite, ont voulu relancer l’activité économique et l’emploi dans leur territoire par la création de zones commerciales, souvent accompagnées de politiques de relance du « petit commerce » en centre ville, mesures économiques au demeurant louables mais rendues en partie inefficaces par la paupérisation croissante de la population locale qui n’a plus les moyens de consommer.

Pourtant, tout n’est pas perdu pour les villes moyennes sinistrées.

Dans le classement du Figaro, Béziers est à la 41ème place pour le nombre d’écoles maternelles et primaires pour 10 000 habitants et à la 13ème pour le taux d’accroissement de la population entre 2008 et 2013.

C’est tout à fait paradoxal mais montre que ces villes peuvent retrouver une nouvelle jeunesse et une croissance économique :

  • par le tourisme car leurs patrimoines historiques sont riches et variés,
  • par le numérique avec la création de start-up locales, ventes par Internet,
  • par une agriculture axée sur les terroirs…

Emmanuel Macron s’est engagé à revoir le millefeuille administratif en supprimer un quart des départements faisant « doublons » avec les métropoles régionales. Je pense qu’elles y gagneront, s’affranchissant d’une tutelle administrative de plus qu’est le département. Elles pourront alors être concurrentes des autres métropoles européennes.

En revanche, cela ne doit pas se faire une nouvelle fois au détriment des villes moyennes. C’est l’ensemble du territoire qui doit être repensé. Il faut impérativement et conjointement rééquilibrer les territoires entre eux pour que chaque territoire ou agglomération, dans notre pays, trouve sa propre prospérité économique.

Les villes moyennes ne doivent plus être considérées comme des « vassales » des métropoles régionales, et abandonnées par les pouvoirs publics.

mercredi 13 septembre 2017

Six scoops sur le bétonnage de l'île d'Argenteuil

La mobilisation suscitée par le comité Jean Vilar (entre autres !) commence à porter des fruits : interrogé pour la Gazette / l'Écho régional, le premier adjoint au maire "balance" plusieurs scoops !

Gazette_Jean_Vilar_13sept17.png

1.

Les associations ont été informées qu’elles organiseraient leurs manifestations, à partir du mois de février prochain, dans une structure provisoire au Val Nord, à côté de la Halle des sports Roger-Ouvrard, le temps des travaux.

Cette structure provisoire, à construire tout de même sur dalle béton, pourra-t-elle réellement être prête début février, dans 4 mois 1/2 ? La Commission d'Appel d'Offres vient d'en délibérer le 8 septembre et il y a encore des procédures avant le premier coup de pelleteuse !

2.

Le projet lui-même se précise, avec

145 logements, 3000 à 3500 m2 de surface alimentaire, 1150 m2 de magasins d’ameublement et décoration, 2 000 m2 de magasin de bricolage, jardinerie et animalerie, 2300 m2 pour l’équipement de la personne, 2000 m2 pour les jouets, 4500 m2 pour le sport, cinq restaurants avec terrasses

en plus de la future salle de spectacles et du multiplexe. Autrement dit, à 400 mètres de là, Côté Seine (inauguré par le précédent mandat Mothron) et le Figuier Blanc (lancé sous le précédent mandat Mothron) vont être vidés de leur substance, de même que la restauration de centre ville.

3.

"Concernant les tarifs aux associations, cela fait débat. Mais il n’y a pas de raison qu’ils changent. Les associations auront toujours la Ville comme interlocuteur,"

dit M. Péricat. Autrement dit, la Municipalité, tout en se présentant comme seul interlocuteur… ne prend pourtant aucun engagement !

4.

Concernant la destruction des arbres, Xavier Péricat reconnaît cette réalité. "D’autres arbres seront replantés."

Tiens donc ! Le PLU n'exige plus que 0 arbre en pleine terre, et 1 arbre en pot tous les 500 m2. Comment comparer cela au cèdre, ou aux platanes témoins du parc qu'avait peint Claude Monet ?

5.

Concernant l’information sur le projet, pour l’élu, "celle-ci a eu lieu. Le conseil municipal, qui est une séance publique, avait convié Fiminco à présenter le projet le 13 décembre 2016."

Tiens donc !!! C'est à ce même conseil du 13 décembre que le Maire, Georges Mothron, avait déclaré "j'organiserai une réunion publique en mars" ! Est-ce lui ou son premier adjoint qui a mangé la commission ?

6. Enfin…

Xavier Péricat estime que la Municipalité ne décide plus grand chose, qu'elle a laissé les clefs au promoteur !

"c’est aussi un projet privé. Nous n’avons pas la maîtrise d’ouvrage."

Ce qui est totalement illégal :

"Lorsqu’une collectivité décide de réaliser une opération d’aménagement, elle peut

  • soit la réaliser en régie directe (= elle-même),
  • ou déléguer son animation ou son exécution à un mandataire,
  • soit confier la réalisation de l’opération à une personne publique ou privée ayant vocation à réaliser ce type d‘opérations par le biais d’un contrat de concession d’aménagement, de marché public, ou même sous certaines conditions utiliser la quasi-régie,
  • Un autre mode plus exceptionnel s’est ajouté, limité cependant à certains contextes précis, le contrat de partenariat public-privé."

La seule possibilité exclue par la réglementation, c'est de vendre le terrain à un tiers en lui laissant la maîtrise d'ouvrage ! Quelle que soit la façon dont elle fait appel au privé, la collectivité doit rester aux commandes !

Assumons nos responsabilités de concitoyens, de commune : à nous, et non à un promoteur, de décider ce que va devenir l'île d'Argenteuil !

- page 1 de 25