Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Opinions-Tribunes-Entretiens

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 1 janvier 2019

Que résultera-t-il du Pacte de Marrakech ?

par Bernard Rols

Depuis quelques semaines, diverses rumeurs souvent mensongères, circulent sur les réseaux sociaux, sur le contenu du Pacte de Marrakech sur les migrations, à l’initiative de l’ONU, approuvé le 10 décembre 2018.

Des femmes et des hommes politiques de droite et d’extrême-droite, profitant du mouvement des Gilets Jaunes, ont aussitôt et vivement dénoncé cet accord dans les médias car à les entendre, ce pacte « légaliserait » une immigration massive et non contrôlée menaçant notre souveraineté nationale.

Il est vrai que certains pays se sont retirés de cet accord : l’Autriche, l’Australie, le Chili, la République tchèque, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne, la Slovaquie et les USA.

En réalité, comme pour l’Accord de Paris sur le Climat, ce pacte, à valeur symbolique, n’impose aucune contrainte aux Etats qui l’ont approuvé et ne remet nullement en cause leur souveraineté en matière de flux migratoires.

Pour autant, l’essayiste Céline Pina, cofondatrice de Vivre la République (mouvement citoyen, laïque et républicain) s’interroge sur la portée réelle de ce pacte.

Elle y voit « une forte tentation à vouloir imposer un rapprochement des jurisprudences…au bénéfice du droit anglo-saxon, c'est-à-dire d’une culture multiculturaliste étrangère à notre vision républicaine… ». Elle dénonce un texte très déséquilibré selon elle, à forte orientation politique et idéologique : « …le défi migratoire est bien réel mais ce n’est pas en mettant une telle pression morale sur les populations de nos pays qu’on le relèvera. »

Il ne nous échappe pas que les flux migratoires, découlant de la mondialisation, mais aggravés par les conflits armés et par le réchauffement climatique, sont et seront un des défis majeurs que nous devrons obligatoirement relever dans les 2 prochaines décennies.

Nous devrons effectivement nous prononcer sur l’orientation politique et idéologique que nous voulons pour notre pays.

Soit, comme Donald Trump, nous érigeons des murs à nos frontières, en surveillant avec cynisme les réfugiés et les migrants restés du mauvais côté du mur.

Soit nous travaillons tous ensemble au développement économique des pays à forte émigration et parallèlement nous organisons cette immigration, pour éviter qu’elle ne remette prochainement en question, notre pacte social et notre culture riche de 2000 ans d’histoire nationale.

Il ne s’agit pas d’opposer le libéralisme au protectionnisme, mais de décider pour notre futur, entre des nationalismes exacerbés ou une libre circulation mondiale des personnes, sans qu’aucun humain ne soit forcé de quitter son pays pour un pays qui ne peut plus l’accueillir avec dignité.

Voici, pour ouvrir le débat, les 23 objectifs votés.

Dans sa résolution 72/244, l’Assemblée générale a réaffirmé sa décision selon laquelle la Conférence intergouvernementale chargée d’adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières donnerait lieu à l’adoption d’un document final négocié et convenu au niveau intergouvernemental, intitulé « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ».

Préambule :

Le présent Pacte mondial repose sur les buts et principes consacrés par la Charte des Nations Unies.

Il s’appuie également sur :

  • la Déclaration universelle des droits de l’homme ;
  • le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ;
  • le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ;
  • les autres instruments internationaux fondamentaux relatifs aux droits de l’homme ;
  • la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, y compris le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, et le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer ;
  • la Convention relative à l’esclavage et la Convention supplémentaire relative à l’abolition de l’esclavage, de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l’esclavage ;
  • la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ;
  • la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, en particulier en Afrique ;
  • l’Accord de Paris ;
  • les conventions de l’Organisation internationale du Travail sur la promotion d’un travail décent et les migrations de main-d’œuvre,
  • ainsi que sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Ce n’est pas la première fois que la communauté internationale s’intéresse à la question des migrations internationales… Nous sommes engagés à rédiger un pacte mondial sur les réfugiés et à adopter le présent Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Les réfugiés et les migrants jouissent des mêmes libertés fondamentales et droits de l’homme universels, qui doivent être respectés, protégés et exercés en toutes circonstances. Toutefois, les migrants et les réfugiés sont deux groupes différents relevant de cadres juridiques distincts. Seuls les réfugiés bénéficient de la protection internationale définie par le droit international des réfugiés. Le présent Pacte mondial concerne les migrants et institue un cadre de coopération portant sur tous les aspects des migrations.

Le présent Pacte mondial établit un cadre de coopération juridiquement non contraignant, qui repose sur les engagements convenus par les États Membres dans la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants. Il favorise la coopération internationale en matière de migration entre tous les acteurs compétents, sachant qu’aucun État ne peut gérer seul la question des migrations, et respecte la souveraineté des États et les obligations que leur fait le droit international.

Objectifs pour des migrations sûres, ordonnées et régulières :

  • 1. Collecter et utiliser des données précises et ventilées qui serviront à l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits
  • 2. Lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine
  • 3. Fournir dans les meilleurs délais des informations exactes à toutes les étapes de la migration
  • 4. Munir tous les migrants d’une preuve d’identité légale et de papiers adéquats
  • 5. Faire en sorte que les filières de migration régulière soient accessibles et plus souples
  • 6. Favoriser des pratiques de recrutement justes et éthiques et assurer les conditions d’un travail décent
  • 7. S’attaquer aux facteurs de vulnérabilité liés aux migrations et les réduire
  • 8. Sauver des vies et mettre en place une action internationale coordonnée pour retrouver les migrants disparus
  • 9. Renforcer l’action transnationale face au trafic de migrants
  • 10. Prévenir, combattre et éliminer la traite de personnes dans le cadre des migrations internationales
  • 11. Gérer les frontières de manière intégrée, sûre et coordonnée
  • 12. Veiller à l’invariabilité et à la prévisibilité des procédures migratoires pour assurer des contrôles, des évaluations et une orientation appropriés
  • 13. Ne recourir au placement en rétention administrative des migrants qu’en dernier ressort et chercher des solutions de rechange
  • 14. Renforcer la protection, l’assistance et la coopération consulaires tout au long du cycle migratoire
  • 15. Assurer l’accès des migrants aux services de base
  • 16. Donner aux migrants et aux sociétés des moyens en faveur de la pleine intégration et de la cohésion sociale
  • 17. Éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits afin de faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues
  • 18. Investir dans le perfectionnement des compétences et faciliter la reconnaissance mutuelle des aptitudes, qualifications et compétences
  • 19. Créer les conditions permettant aux migrants et aux diasporas de contribuer pleinement au développement durable dans tous les pays
  • 20. Rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux et favoriser l’inclusion financière des migrants
  • 21. Coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration durable
  • 22. Mettre en place des mécanismes de portabilité des droits de sécurité sociale et des avantages acquis
  • 23. Renforcer la coopération internationale et les partenariats mondiaux pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

Pour en savoir plus sur son contenu, le pacte dans son intégralité est ici.

samedi 8 décembre 2018

Gilets jaunes : Monsieur le Président…

par Bernard Rols

Le Gouvernement a reculé sur les taxes sur les carburants pour 2019.

C'était la première revendication des Gilets jaunes.

C'est bon à prendre mais, pour la majorité des Français, le compte n'y est pas.

Emmanuel Macron s'est fait élire pour réformer en profondeur notre France.

Je parlais mercredi de grave crise politique et sociétale.

J'en ai déjà expliqué selon moi les raisons.

Les Gilets jaunes ayant exprimé leur détresse, Emmanuel Macron a désormais toutes les cartes en main pour agir.

Nous n'accepterons plus d'être une nouvelle fois déçus ou pire trompés.

Les appels sur les réseaux sociaux pour "prendre" l’Élysée ce samedi me glacent le sang.

Intimidations ? peut être ? Certainement pas !

Le pacte Républicain tient encore, mais pour combien de temps ?

Le Gouvernement appelle à ne pas manifester samedi pour éviter l'irréparable.

Nous sommes tous attachés aux valeurs de notre République.

Nous ne voulons pas que ce samedi soit le premier jour d'une guerre civile.

Bien sur, les casseurs profitent toujours des manifestations pacifiques pour semer la violence, commettre des destructions et des pillages. Ce chaos ne doit pas perdurer samedi prochain.

Un point positif toutefois en ce début de week-end : 2 Gilets jaunes ont été reçus à Matignon vendredi soir.

Que va-t-il sortir de cette entrevue ? J'espère autre chose que de la compassion et des promesses.

Monsieur le Président, le pays souffre depuis plus de 20 ans.

Vos prédécesseurs se sont contentés de gérer le pays sans se préoccuper du déclassement social de très nombreux Français.

Notre ressenti fait que vos réformes ne vont pas assez vite et surtout ne sont pas équitables.

A votre tour de "traverser la rue" pour nous écouter, pour constater l'injustice dans la 5ème puissance économique du Monde, dans une des "locomotives" de l'Europe.

Je ne veux pas que mon pays tombe dans un chaos populiste qui serait pire que ces derniers samedis.

Frédéric Lefebvre-Naré a également publié des billets sur le mouvement des Gilets Jaunes sur son blog personnel : 1, 2, 3.

mercredi 5 décembre 2018

Gilets jaunes : à quand un moratoire sur le f… de g… ?

par Bernard Rols

Le Gouvernement annonce un moratoire de 6 mois :

  • suspension de l'augmentation des taxes sur les carburants
  • suspension du contrôle technique renforcé
  • suspension de l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité pour cet hiver.

C'est tout ? Et le moratoire sur le "foutage de gueule" c'est à partir de quand ?

Depuis hier, sur les plateaux TV, j'entends parler de justice sociale, de justice fiscale, d'ISF à rétablir, de transition énergétique.

Certes… mais ce n'est que de la communication.

Qui a parlé, parmi les politiques invités sur les dits plateaux, de lutte contre la précarité, contre le chômage de masse ? Personne.

Quant au FN et ses acolytes (Dupont-Aignan entre autres), ils sont "incendiaires" dans leurs déclarations.

Le pays a plus que jamais besoin d'unité et de solidarité, non d'une guerre civile.

Au fait, Anne Hidalgo, elle en pense quoi ?

Va t-elle à son tour faire un moratoire sur son interdiction, à partir du 01/07/2019, des véhicules polluants appartenant aux plus précaires d'entre nous ?

samedi 1 décembre 2018

Comment va le développement durable d'Argenteuil (ou pas)

par Pierre Belot

Au Conseil Municipal d'Argenteuil, ce 27 novembre, le conseiller municipal délégué au développement durable, Jean-François Ploteau[1], a présenté le rapport annuel sur le développement durable à Argenteuil, en tant que point annuel sur le Plan Climat de la ville.

Saluons la performance du rédacteur : 62 pages, pour peu de nouveau.

On y trouve beaucoup de "suivi", "d'accompagnement", de "sensibilisation". On anime des ateliers, on participe à la semaine européenne machin, à la journée mondiale bidule. De café-rencontre en confection de nichoirs à oiseaux, pour paraphraser François de Rugy, "l'écologie est une opportunité".

Bref, "notre maison brûle" et nous arrivons avec un verre d'eau[2].

Il y a des nouveaux mots aussi. "Grafiteria" pourrait être une boutique de graffitis, mais ça n'existe pas. Il faut lire "gratiferia". Et là, j'apprends que c'est un marché gratuit. J'ignorais également l'existence des candidathèques ou du job dating.

Parmi les "4 enjeux prioritaires", la maîtrise de la consommation.

Un nouveau mot aussi dans cette rubrique, l'intracting…

  • L’intracting est un instrument financier innovant (... comme la titrisation !) qui consiste à créer un fonds pour des petits travaux d’optimisation énergétique, et rembourser les avances grâce aux économies réalisées. En France, ce fonds est abondé à 50% par la commune et 50% par la Caisse des dépôts (CDC). Exemple : une commune verse 100 € et la CDC 100 également. Avec ces 200 €, la commune remplace des ampoules à filament par des ampoules LED. Chaque année, les économies réalisées sont comptabilisées et affectées au remboursement du fonds. Cela suppose, dans cet exemple, un suivi rigoureux des consommations d'électricité. Pour aller plus loin : l'intracting à Struttgart (pp. 7 à 13 de cette présentation en PDF).

Et beaucoup de positif : l'extension annoncée du chauffage urbain, l'éclairage urbain par LED.

Mais quand on voit la température dans la salle du conseil municipal, on peut se demander s'il n'y a pas à faire aussi de ce côté-là !

Les déplacements : le rapport annonce des évolutions qui auraient eu lieu même sans ce plan. Par exemple pour les gares :

  • augmentation places de parking vélos
  • télé-opération par caméra
  • mises en conformité pour l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Il y aurait tout un chapitre à ouvrir sur les déplacements en vélo ! Ce qui dissuade beaucoup de gens de rouler à vélo à Argenteuil, c'est l'étroitesse des rues et l'incivilité des automobilistes. Les limitations à 30 ne sont pas respectées. Les chicanes de voitures en stationnement (Coteaux) masquent les vélos aux voitures, et remonter ces rues à contre-sens est une aventure à haut risque, malgré l'autorisation.

Les modes de consommation : on trouve dans cette rubrique un fatras de choses hétéroclites. Exemple : "réduction du gaspillage alimentaire et des émissions de gaz à effet de serre à la cuisine centrale". Quel rapport entre les deux ?

La gaspillage est dénoncé depuis des décennies, avec ou sans Plan Climat. Toutes ces mesures sont assez dérisoires, et la Ville ne parle pas de la mesure qui serait la plus efficace : réduire notre consommation de viande !

L'adaptation au changement climatique

Le rapport vante les ruches en ville, et le "concours de miels métropolitains" risque d'accentuer cette mode. Des spécialistes sont pourtant très sceptiques quant au bien-fondé de ces ruches en ville, qui seraient selon eux une fausse bonne idée, conduisant au déséquilibre d'une espèce d'abeilles par rapport aux autres : mieux vaudraient "des plantations de fleurs sauvages et d’arbustes indigènes".

Ce n'est pas le choix d'Argenteuil, bien qu'elle prétende à une 4ème fleur au jury des Villes fleuries… "en même temps" qu'elle annonce vouloir couper une partie arborée de l'Île Héloïse !

Il y a enfin une partie sur la "sensibilisation des habitants à la nature et à la biodiversité".

On croit rêver.

Les "habitants" sont déjà très sensibles à la nature et à la biodiversité. Ce n'est pas eux qu'il faut sensibiliser. C'est Fiminco, Monsanto, Macron et Cie.

Notes

[1] Adjoint de l'adjoint au maire délégué à l'urbanisme-habitat-espaces verts-environnement-voirie", Gilles Savry.

[2] "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Chirac au Sommet de la terre, Johannesburg, 2002.

- page 1 de 32