par Frédéric Lefebvre-Naré. Envoyé pour la tribune EpA dans le magazine municipal de juillet-août.

Combien ont coûté ou rapporté aux Argenteuillais les emprunts structurés (dits « toxiques ») que la Ville avait souscrits à partir de 2002 ? L’opposition avait obtenu la création d’une mission spéciale pour le chiffrer.

Nous espérions faire enfin la clarté, pour que la confiance puisse revenir entre les Argenteuillais et leurs élus, quelle que soit leur étiquette et leur mandat.

La municipalité a grossièrement étouffé cette mission. Elle a payé des consultants pour NE PAS chiffrer coûts ou économies. Elle a prétendu ne pas retrouver deux anciens directeurs des finances … cadres dans des municipalités voisines. Elle a refusé d’écouter un autre ancien directeur des finances … « par souci d’équité et de transparence » !

Nous avons proposé un chiffrage, basé sur les comptes de la Ville. Alors la municipalité a demandé à ses consultants de critiquer nos résultats… sans lui fournir nos calculs !

Le « rapport de la mission » enchaîne erreurs, mensonges, et faux purs et simples. Il se contredit même en prétendant qu’il est « impossible » de conclure.

Restons-en donc à notre chiffrage : 93 millions, dont 71 à la charge des Argenteuillais. Plus ce que nous sur-payons pour les emprunts structurés de l’ex-Agglomération et d’Azur : au total, ça nous coûtera environ 100 millions d’€.

Un coulage inégalé dans l’histoire d’Argenteuil.

Sans cela, nous aurions pu construire 3 écoles primaires, 3 écoles maternelles, 3 centres de loisirs, 1 nouvelle piscine, et 1 nouvelle salle Jean Vilar, publique, municipale.

Tout le monde peut prendre une décision catastrophique. La différence entre responsabilité et irresponsabilité se juge à la capacité à assumer cette décision.

L’équipe actuelle s’en est montrée incapable.