Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Patrimoine

Fil des billets

jeudi 5 mars 2020

Héloïse, amante, savante, abbesse… live !

par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce 5 mars, l'Université inter-âges et Passerelle citoyenne co-organisent à Argenteuil une conférence sur la femme la plus célèbre de notre ville : Héloïse.

Heloise_5_mars_auditorium.jpg

À la tribune, Jacques Verger, auteur de "L'amour castré : l'histoire d'Héloïse et Abélard", et Alexis Grélois, co-auteur de "Argenteuil : une abbaye dans la ville".

Bien que l'invitation ait été fort discrète (la conférence ne figure pas sur le programme annuel de l'Université inter-âges, et je n'ai vu avant aujourd'hui aucune communication de Passerelle citoyenne), quelques dizaines de personnes sont venues, d'un âge moyen, une fois n'est pas coutume, supérieur au mien.

Dans l'agora de l'hôtel de ville, la Ville a créé une exposition "8 femmes" (argenteuillaises), "on est parti de la plus ancienne et la plus célèbre, Héloïse, pour arriver à notre sportive la plus connue", Clarisse Agbegnenou. "Des femmes lumineuses, au parcours de vie significatif : à 14 h dans l'Auditorium le 10 mars, nous vous les présenterons plus précisément."

Le maire Georges Mothron prend la suite pour nommer Clarisse Agbegnenou :-) , dire son plaisir d'être présent, et introduire les deux conférenciers, spécialistes l'un de l'histoire intellectuelle, l'autre de l'histoire du genre au Moyen-Âge. Il remercie Anne-Sophie Vuillemaud, conseillère déléguée à l'Université inter-âges, pour cette "dernière" car Anne-Sophie "ne repart pas pour le prochain mandat".

"Nous avons voulu nous interroger sur Héloïse, représentée tantôt comme une figure d'émancipation féminine, parfois comme soumise. Au-delà de la vue d'une femme du XIIème siècle, c'est de la place de la femme, moitié et plus de l'humanité, qu'il est question. D'où notre choix d'organiser ce rendez-vous dans le cadre de la Passerelle citoyenne, qui veut cultiver l'engagement citoyen, les valeurs de la République et du vivre-ensemble. Le combat pour l'égalité des femmes avec les hommes doit faire partie du socle républicain."

Anne-Sophie Vuillemaud rappelle que l'UIA propose deux conférences par semaine, hors vacances scolaires ; des films, le Ciné-UIA, "qui remportent, on peut le dire, un succès" ; des visites, et un voyage une fois par an dans une capitale culturelle européenne.

"Pour moi, Héloïse se présente comme faible, humble, alors qu'elle avait une vraie force. Ce n'est pas elle qui se rend le mieux hommage, nos conférenciers le feront pour elle !".

Jacques Verger confirme les "incidences actuelles évidentes" de la vie d'Héloïse. "Le souvenir d'Héloïse vivant à Argenteuil, est lié, évidemment, à l'abbaye Notre-Dame, même si les restes archéologiques sont pour l'essentiel postérieurs à Héloïse" (l'abbaye ayant été restaurée par les moines de Saint-Denis quand ils en ont pris possession en chassant Héloïse et les religieuses).

Alexis Grélois évoque donc l'histoire de ce monastère. "ll me semble que les fouilles ont révélé une strate d'incendie qui pourrait correspondre au passage des Vikings au IXème siècle". La reconstruction du monastère date du milieu du XIème siècle. "La communauté accueillait des femmes de conditions très diverses : des moniales (qui ne sont pas recluses à l'époque), des laïques, au moins une recluse… Imaginez une maison aristocratique qui accueille des femmes de statuts divers."

Jacques Verger : "Héloïse a été éduquée à cette abbaye, et y est revenue, y est devenue prieure, jusqu'à l'expulsion. Ces deux séjours sont des épisodes peu connus de sa vie, mais très important : c'est là qu'elle découvre la culture, puis la vie religieuse féminine, qui sera ensuite le sujet de toute sa vie."

"On peut placer sa naissance entre 1090 et 1095" (out 1096-97 d'après Sylvain Piron) ; "la date de son décès est bien connue : 1164."

"C'est une des femmes aujourd'hui les mieux connues du XIIème siècle, avec sa presque contemporaine Hildegarde de Bingen, avec Aliénor d'Aquitaine née un quart de siècle plus tard… Et elle était reconnue non seulement par Abélard, mais par d'autres contemporains illustres, Pierre le Vénérable, Bernard de Clairvaux."

"Les principales sources sont accessibles au grand public, traduites en français moderne et en d'autres langues. Elles ont été très étudiées et débattues. La première est l'autobiographie de son amant puis mari, Pierre Abélard, écrite au début des années 1130. Héloïse n'en est pas le sujet central, mais elle y est très présente, Abélard la fait même parier à la première personne."

"La deuxième source, ce sont les 10 lettres échangées ensuite entre Abélard et Héloïse, non datées, mais qu'on peut dater des années 1132-1137."

"On a proposé d'y ajouter un autre recueil, les 'Lettres des deux amants', connues par un manuscrit très tardif, du XVème siècle. La majorité des historiens sont restés sceptiques sur son attribution à Abélard et Héloïse ; je crois que c'est l'opinion d'Alexis Grélois, c'est aussi la mienne. (Mais) c'est un texte intéressant !"

"Concernant les lettres ultérieures, de 1132-1137, tout le monde est aujourd'hui d'accord sur leur authenticité. À ceci près que le plus ancien manuscrit, qui est assez tardif, du XIIIème siècle, vient du Paraclet, le monastastère d'Héloïse, et on se demande s'il a pu être remanié par Héloïse elle-même ou les religieuses qui lui ont succédé, jusque vers 1230."

"Il y a un certain nombre de textes de contemporains : des lettres de Saint Bernard ; de très belles lettres avec Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, une espèce de n°2 de la chrétienté du temps ; un chanoine lorrain, Hugues Métel… et il y a les textes produits par l'abbaye du Paraclet, des textes plut^pt administratifs mais assez typiques de ce qu'est Héloïse".

Alexis Grélois : "on a le 'Cartulaire du Paraclet', ensemble d'archives compilé au XVème siècle, dont 12 actes pontificaux datant du vivant d'Héloïse :un nombre exceptionnel ! Et une documentation relative au fonctionnement du Paraclet. Héloïse critiquait la règle bénédictine ; Abélard a écrit à sa demande une sorte de règle, puis une lettre sur la culture des moniales. Abélard a écrit des hymnes et sermons pour la communauté, malheureusement peu étudiés car non traduits."

Jacques Verger : "On a aussi les Problemata d'Héloïse, ensemble de sujets discutés au monastère et sur lesquels elle interrogeait Abélard."

Jacques Verger : "Évoquons maintenant la vie d'Héloïse, en faisant litière des légendes créées au XIXème siècle. Parmi ce qui reste obscur : ses origines familiales. Beaucoup d'historiens ont essayé de les reconstituer, à force d'indices ténus, ou d'imagination ! On a le nom de sa mère, Hersende, mais pas celui de son père. Il me paraît évident qu'elle est noble, vu ce qu'était l'abbaye où elle était placée. L'historien Guy Lobrichon a repris l'idée qu'Héloïse serait de la famille Garlande, qui était à l'époque dans la faveur du roi. Même si elle n'était que fille naturelle, ça la situerait à un certain niveau social. Des historiens ont estimé qu'Abélard était aussi dans la mouvance des Garlande… mais on n'en sait rien !"

"On peut essayer de reconstituer l'éducation qu'elle a reçue. D'abord à l'abbaye d'Argenteuil, puis à Paris autour de Notre-Dame, où elle est hébergée chez son oncle Fulbert."

Alexis Grélois : "À Argenteuil, une dalle porte la nom d'un diacre Addaldus ; elle est sans doute du XIème ou XIIème ; le diacre est 'maître d'art musical' : Héloïse a donc sans doute appris là le chant et la liturgie. Elle a acquis une connaissance biblique à travers la liturgie. Nous avons aussi de la communauté deux 'rouleaux des morts' de 1112-1113 ; ce sont les registres de condoléances de l'époque. Les deux rouleaux passés à Argenteuil sont celui de Mathilde, abbesse de Caen, fille de Guillaume le Conquérant, et celui de Vital de Mortain. Nous avons donc deux poèmes écrits à Argenteuil ; alors qu'Héloïse n'était pas encore religieuse, ce n'est donc sans doute pas elle qui les a écrits."

"Les religieuses, à l'époque, écrivaient des poèmes ; on leur en demandait ; ils sont malheureusement perdus."

Jacques Verger : "Une fois à Paris chez son oncle, celui-ci s'adresse à un des professeurs de l'école cathédrale, Abélard, pour qu'elle donne des leçons particulières à sa nièce. Abélard enseignait à l'époque la grammaire, le latin, la poésie, la logique, et commentait la Bible, mais je ne pense pas qu'il l'ait enseignée à Abélard. Héloïse a manifesté au long de sa vie une très bonne culture classique, elle connaît les poètes latins."

"La passion qui naît entre eux se heurte aux contraintes sociales et lignagères. Les amants sont surpris, Fulbert les sépare, ils continuent à se voir, rapidement Héloïse est enceinte, Abélard l'envoie dans sa propre famille en Bretagne, elle accouche d'un fils, qui reçoit le prénom assez curieux d'Astralabe, l'instrument des astronomes et astrologues… Elle laisse Astralabe dans la famille, rentre à Paris ; Abélard propose à Fulbert de 'régulariser', Héloïse refuse d'abord, mais Abélard obtient ce mariage. Clandestin. Mécontentement de Fulbert, qui craint une répudiation de fait. Fulbert fait châtrer Abélard par des hommes de main. C'est à l'époque le châtiment des violeurs, des ravisseurs…: un peu excessif par rapport au cas d'Abélard ! Les époux se séparent, entre en religion, Héloïse à Argenteuil sur l'ordre d'Abélard, et Abélard lui-même à Saint-Denis."

"Il semble qu'ils ne se voient plus guère. Abélard est victime de condamnations ecclésiastiques pour ses écrits, part en Champagne, puis comme abbé en Bretagne… Il apprend là que Suger a décidé de récupérer le monastère d'Argenteuil pour y mettre des hommes. Certaines religieuses partent avec Héloïse et s'installent grâce à Abélard au Paraclet. Abélard prend l'habitude d'y aller, fait figure de directeur spirituel… mais c'est à Paris qu'il enseigne. Il meurt en 1142 ; Héloïse obtient que son corps soit ramené au Paraclet. Leurs deux corps seront transférés au XIXème siècle au Père-Lachaise, avec un monument néo-gothique."

Alexis Grélois : "Héloïse était revenue à Argenteuil avant la castration ; Abélard le lui avait imposé… il ne se comporte pas très bien. Il avoue avoir eu des rapports sexuels avec elle dans le réfectoire…"

Jacques Verger : "mais pas à l'heure des repas."

Alexis Grélois : "à l'époque, quand deux personnes sont mariées, un des deux ne peut devenir moine si son conjoint n'en fait pas autant. Abélard castré voulait se réfugier à Saint-Denis ; il impose donc à Héloïse de se faire moniale."

"Suger étend le patrimoine de son abbaye en reprenant Argenteuil, où les moeurs étaient relâchées, et où il y avait des dissensions entre religieuses. Elles se dispersent, les unes en Brie, d'autres à Yerres, certaines avec Héloïse au Paraclet."

"La première charte du Paraclet, en 1131, parle d'un simple 'oratoire'. Dans les premiers actes pontificaux, il est placé sous le nom de la Trinité ; puis sous l'appellation, qui a fait scandale, du Paraclet. L'abbaye est soutenue par le comte et la comtesse de Champagne, et plus modérément par les rois capétiens. À la fin du XIIème, les religieuses demanderont que le nombre de religieuses soit limité à 60, ce qui en fait déjà une très grosse communauté. Héloïse a fondé une douzaine de prieurés, et été forcée par la comtesse de Champagne de créer une abbaye-fille, la Pommeraye."

"Ce qui est plus original : elle met en cause la règle de saint Benoît comme inadaptée aux femmes. Elle estime que les femmes ont besoin de viande. Elle s'inquiète que l'abbesse doive avoir à sa table les hommes, hôtes de l'abbaye. Elle demande à Abélard une règle. Abélard écrit dans la lettre 8 ce qui se présente comme des institutions. La thèse dominante est qu'elles sont fumeuses, mal construites, et sûrement inappliquées par la sage Héloïse. Mais si on la compare aux textes plus anciens, carolingiens, souvent des compilations de textes divers, on comprend que le dialogue intellectuel d'Abélard et Héloïse cherche aux sources du monachisme. Le texte est d'ailleurs assez drôle, avec ses attaques contre des moines de son époque, dont saint Bernard, même s'il n'est pas cité ! Héloïse en a donné une version simplifiée dans 'Nos institutions', sans doute rédigées en 1147 lors de la fondation de la Pommeraye. On a cherché des dissensions entre la lettre d'Abélard et les Institutions… mais ce sont plutôt des erreurs de lecture des textes !"

Jacques Verger : "Le renouveau du début du XIIème siècle est général : intellectuel, démographique, économique,… On circule plus facilement, la monnaie a une place plus importante. C'est l'époque des croisades, des contacts avec les communautés juives, en particulier en Champagne… Les pouvoirs se réorganisent, pouvoir pontifical comme pouvoir royal. De nouveaux centres scolaires se créent, de nouvelles manières d'enseigner. Abélard et Héloïse se situent au début de ce mouvement. Ils n'ont pas connu la vague des traductions du grec et de l'arabe, qui commence en 1150. Les écoles se multiplient en ville auprès des cathédrales, à Paris, Laon, Reims… Elles concurrencent celles des monastères comme le Bec, Saint-Denis… et celles de maisons de chanoines comme Saint-Victor à Paris. Dans cette culture, la Bible a une grande importance, ainsi que l'histoire religieuse, celle de l'Église primitive. Mais aussi les classiques, la poésie…"

Alexis Grélois : "Abélard dit que personne n'était aussi versé qu'Héloïse en latin, en grec et en hébreu. Et il insiste pour que les moniales apprennent ces trois langues. Il faut nuancer : cela correspond à une culture limitée, les "étymologies d'Isidore de Séville" et les commentaires de Saint Jérôme. Et dès le XIIIème siècle, le français s'impose dans les écrits du Paraclet."

Jacques Verger : "Il faut dire un mot d'Héloïse amoureuse. Denys de Rougemont a présenté le XIIème siècle comme celui de la naissance de l'amour, du couple… Celui d'Héloïse et Abélard, nous le connaissons tout de même très bien ! Ils parlent du sexe, de la passion, du désir, de l'amour, etc. Ce n'est pas forcément une volonté de secouer des contraintes anciennes. C'est l'époque d'une libération de la parole. Les textes d'Héloïse et Abélard sont antérieurs à toute la poésie courtoise, à Chrétien de Troyes, à l'histoire de Tristan et Yseult telle que nous la connaissons… Ce qui rapproche Héloïse de la culture courtoise, c'est la critique du mariage ! Comment concilier Héloïse amoureuse et Héloïse abbesse ? Beaucoup d'historiens ont conclu à un mystère, à un silence d'Héloïse".

Alexis Grélois : "Les lettres de consolation sont très fréquentes dans la littérature monastique de l'époque, de même que les traités contre le mariage. L'originalité, c'est qu'ici les auteurs sont un couple marié ! Le paradoxe d'Héloïse, l'histoire racontée dans la correspondance, c'est qu'Abélard, contraint et forcé, a fait son deuil de la relation, tandis qu'Héloïse est toujours dans la nostalgie charnelle. Mais le fait qu'ils soient enterrés ensemble dans le choeur de l'abbaye ! Un couple comme fondateur d'un ordre monastique ! C'est absolument exceptionnel."

"Les monastères de femmes étaient élitistes, réservés à l'aristocratie. Au XIIème siècle, des ermitages se transforment en institutions, et accueillent des personnes d'origines plus mélangées. À Fontevrault, près de Saumur, et dans sa constellation de prieurés, on accueille des hommes et des femmes, placés sous l'autorité d'une abbesse. Abélard s'en scandalise mais Héloïse sera bien abbesse… en rejetant l'idée d'une communauté double. On a besoin de quelques hommes, un prêtre, des 'frères convers' ou 'frères lais' pour les tâches manuelles… Héloïse en revient à un monachisme classique proche de la règle de saint Benoît, elle reprend une partie de la liturgie primitive des cisterciens de Bernard de Clairvaux."

Jacques Verger : "pour conclure : Héloïse n'a jamais été oubliée, et a presque toujours été évoquée en termes positifs, sauf (vers 1120) par la lettre de l'atrabilaire Roscelin. L'image d'Abélard est bien plus ambiguë ! Séducteur, homme cupide, novateur imprudent voire hérétique… Jusqu'à une date récente ! Un prieur de Cîteaux me demandait : 'vous êtes sûr qu'il n'était pas hérétique ?'."

"Jean de Meung, l'auteur du Roman de la Rose, a fait la première traduction en français de l'autobiographie d'Abélard. Il a mis en valeur la passion amoureuse ; suivi de François Villon, de Bussy-Rabutin, de Rousseau et sa 'nouvelle Héloïse', qu'il avait d'abord voulu titrer 'Lettres de deux amants' : il laïcise en quelque sorte les lettres d'Abélard et Héloïse. Michelet parle longuement d'Abélard et Héloïse, pour faire l'éloge de la liberté contre les contraintes de l'Église. Il insiste beaucoup sur la promotion de la femme au XIIème siècle, où, dit-il, 'Dieu changea de sexe'. Au XXème siècle, Gilson est plus sensible aux tourments et contradictions d'Héloïse. Actrice de la découverte de l'amour, de la promotion de la femme et de la liberté, elle n'a pas échappé aux contraintes sociales et religieuses. Gilson, dans son 'Héloïse et Abélard', cite un libéral du XIXème siècle, Charles de Rémusat, pour qui 'Héloïse obéit, mais ne se soumet pas'."

Alexis Grélois : "Tous ses changements de statut lui sont imposés par Abélard. À chaque fois, elle pleure… mais à chaque fois 'elle ne se soumet pas' au sens où elle pense sa nouvelle situation."

Le moment des questions !

— Qu'est devenu Astralabe ?

Il a survécu. Abélard a écrit des poèmes éducatifs pour lui, pas très intéressants… Après la mort d'Abélard, Héloïse demande à Pierre le Vénérable un piston pour Astralabe, 'si possible à Paris', il sera chanoine à Nantes.

— Vous avez évoqué la confiscation de l'abbaye d'Argenteuil. Je pensais que Suger convoitait les richesses d'Argenteuil, de façon terre à terre ?

Alexis Grélois confirme ! Mais cela fait partie d'un mouvement de suppression d'anciennes communautés féminines, remplacées par des moines réformés. Suger interdit notamment aux moines de Saint-Denis qui viendront à Argenteuil, par un règlement spécial, de consommer de la viande…

— Y a-t-il une relation entre Héloïse et le mouvement des béguines à la fin du XIIème siècle ?

Le lien est très ténu. Le point commun, c'est une vie religieuse informelle, qui était celle du vieil Argenteuil. On trouve des formes d'associations entre monastères et des femmes laïques qui cèdent leurs biens aux monastères.

— Héloïse évoque le fait que d'autres femmes ont consulté des hommes sur des thèmes religieux. Pense-t-elle à Hildegarde de Bingen ?

Non, Hildegarde se fait connaître dans les années 1140, après les lettres d'Héloïse et Abélard. C'est Bernard de Clairvaux qui fera le lien entre les mondes germanique et français. Une lettre d'Abélard cite une visite où Héloïse aurait reçu Bernard avec exaltation, vers 1130. Bernard citera plus tard 'l'abbesse du Paraclet', c'est à peu près tout. La condamnation d'Abélard à Sens, à l'initiative de Bernard, ont mis fin à leur relation !

— Héloïse souscrit-elle aux thèses théologiques d'Abélard ? Les a-t-elle pleinement comprises ?

Jacques Verger : "on lui prête beaucoup, mais on ne sait pas grand chose de sa culture théologique. Les traités d'Abélard avaient peu de manuscrits, ils sentaient un peu le soufre… L'influence d'Abélard venait plutôt des sermons qu'il a fait pour le Paraclet."

Alexis Grélois : "avec l'avènement de l'imprimé, les abbesses ont liquidé les manuscrits… on ignore ce que le monastère détenait !"

— La liberté de ton d'Héloïse au sujet de Dieu, qui peut aller jusqu'au blasphème, se retrouve-t-elle à l'époque ?

Jacques Verger : "je ne connais pas de textes aussi anciens qui aient cette vigueur. Mais il n'y a pas à mettre en cause sa foi !"

Alexis Grélois : "elle n'a pas été critiquée pour cela ! Il y a des passages qui peuvent paraître mettre Dieu en cause dans les lettres 2 et 4, mais cela finit avec la lettre 6, il faut voir les lettres comme un tout."

— Et ce qu'elle dit sur le désir et le sexe, sa légitimité, le retrouve-t-on chez d'autres femmes de l'époque ? (comme côté masculin chez les Goliards…)

Jacques Verger : "à la fin du XIIème siècle oui, dans le contexte courtois, dans des oeuvres tout à fait littéraires. Dans les propos d'Yseut par exemple."

Alexis Grélois : "Pour trouver des expressions équivalentes à l'époque d'Héloïse, il faut chercher dans la France du Sud, la littérature des troubadours, y compris de femmes troubadours."

— Le contexte politique n'est pas du tout évoqué par les lettres d'Abélard et Héloïse ?

Jacques Verger : "Effectivement ! Ils n'ont pas d'implication politique, à la différence de saint Bernard par exemple. Il y a chez Abélard de rarissimes allusion à l'islam, au monde musulman, mais qu'en connaissait-il ? Des vingt dernières années d'Héloïse, il ne reste pas grand chose, pas de textes personnels. Leur univers est assez étroit : c'est la France capétienne. Ils bénéficient plutôt (du développement) de la monarchie capétienne. Ils s'intéressent plutôt à la réforme de l'Église."

Alexis Grélois : "c'est un contexte de 'réassurance des princes' au détriment des seigneurs châtelains (locaux). Dans de très rares textes, Abélard fait allusion aux 'tyrans', termes qu'utilise Suger pour attaquer les seigneurs châtelains. Mais il est bien difficile de voir des liens entre les épisodes de leur vie, et les événements politiques. Ils ne parlent pas des croisades…"

Remerciements et applaudissements ! Et livres apportés par le Presse-Papier ! Et une exposition dans l'Agora de la mairie.

8_femmes_Heloise.png

mercredi 20 novembre 2019

Un Conseil municipal vivant malgré le froid

par Frédéric Lefebvre-Naré — jusqu'à la fin de la batterie, qui arrive dès après le point 2, désolé ! Je reconstitue la suite avec seulement mes propres votes et leurs raisons, discutées en réunion de préparation Engagés pour Argenteuil.

Approbation du PV du Conseil municipal précédent, à l'unanimité immobile.

Manifestation avec banderole des "sinistrés de la place Georges Braque" qui avec le DAL ont demandé, en vain pour l'instant, un rendez-vous au maire. Déploiement de banderole contrarié par les agents de la Ville.

Sinistres_place_Georges_Braque.jpg

Le maire Georges Mothron répond que l'incendie a eu lieu dans un immeuble AB Habitat, et que la Ville a travaillé avec ABH dès la nuit même au relogement… "Dès demain on verra avec ABH".

La mère du petit Ismaël, mort dans l'ascenseur du centre commercial, demande en pleurs un relogement ; elle dit que le maire lui avait proposé un logement insalubre…

Georges Mothron répond que c'est faux. "On connaît votre souffrance. Hélas, je l'apprends ce soir, la solution n'a pas été trouvée, ce qui m'étonne beaucoup, et le dossier ressurgit aujourd'hui comme par hasard ! La Ville n'a pas de patrimoine locatif…"

— Menteur ! répond le groupe d'opposition TFdEA.

La maman d'Ismaël : "dites-moi pourquoi c'est Fatima Amarir qui s'occupait de mon cas et pas Tania de Azevedo ?" (adjointe en charge du Logement)

Georges Mothron : "Ce n'est pas comme ça que vous arrangerez votre affaire ! On s'occupe de vous tout de suite. On vous donne les rendez-vous que je vous ai promis."

Une fois que les personnes sortent, Georges Mothron : "C'est quand même curieux que tout se soit coagulé ce soir !"

Huées. De l'entrée, la dame venue avec le DAL (ou du DAL) répond que c'est faute d'avoir obtenu un rendez-vous.

Le maire accueille deux nouveaux conseillers municipaux suite aux démissions (forcées) de Stéphanie Henry et Philippe Pierre (qui ont pris leur carte chez les nationalistes) : Danièle Mothron (son épouse) et Jean-Jacques Melli (55ème et dernier membre de sa liste). Le 53ème, Aloïs Vicenzi, a donc renoncé à siéger.

Le maire fait un discours sur les "heures propices aux promesses faciles, qui fleurissent avec vigueur, si j'en crois ce que j'entends ici ou là. Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent".

Rires du groupe TFdEA qui lui rappelle quelques-unes de ses hénaurmes promesses de 2014 non tenues.

Georges Mothron rappelle qu'il s'était engagé à surseoir au projet Cap Héloïse et à consulter les habitants, ce qu'il a fait par le sondage OpinionWay, et à le rendre public : "nous l'avons fait avec Frédéric Micheau. Il est intégralement public sur le site de la Ville et permet de savoir ce que les Argenteuillais pensent du sujet. Je m'étais engagé à en tenir compte : j'ai demandé à Philippe Métézeau de créer un comité de réflexion avec les élus de la majorité et de l'opposition, des représentants du comité de quartier, et du comité Jean Vilar. Le sondage fait ressortir un point propre à Argenteuil : la conviction de 70% des habitants que leur ville a de l'avenir et du dynamisme !"

"Le projet de renaissance de la plaine agricole m'est cher : 150 hectares, un patrimoine unique, pour une large part en friche, mais préservé, inscrit dans la trame verte de la Seine à la Seine, d'Argenteuil à Cormeilles. Nous en remettrons en culture 40 hectares pour produire fruits et légumes en circuit court. Cela met en valeur le patrimoine d'Argenteuil… il faudra 2 à 3 ans de remembrement pour commencer à exploiter les premières parcelles."

semis-printemps-2018.jpg

Les semis dans la zone agricole, 10 mai 2018

Analyse statistique de la zone agricole, datée de 2015 : Agricole_pdf_Cormeilles-en-Parisis_Argenteuil_DRIAFIledeFrance07_cle4217ff-1.pdf

Franck Debeaud demande un droit de réponse. Le maire ne le lui accorde pas.

1. Rapport sur le développement durable

Jean-François Ploteau : la Ville évalue son Plan Climat via ce rapport annuel. Il relève notamment :

Sur les déplacements :

  • le projet de "Bus entre Seine" ;
  • les bus électriques sur la ligne 1 ;
  • le plan Vélo passé au précédent Conseil municipal, et l'installation de 3 stations Vélib', la consigne Véligo à la gare du Val ;
  • le Plan de Déplacements de l'Administration ;
  • l'adoption d'une Charte des espaces urbains ;
  • le lancement d'un plan accessibilité de la voirie ;
  • l'achats de véhicules électriques par la Ville.

Sur la consommation d'énergie de la Ville :

  • l'Espace info énergie ;
  • le nouveau tronçon de chauffage urbain ;
  • le "relamping" (-30% sur la consommation des réverbères, si j'ai bien noté) ;
  • l'autofinancement de travaux d'économies d'énergie par le dispositif "intracting" …

Sur l'alimentation :

  • la mise en place de repas végétariens, d'une fourniture en produits bio ;
  • la pérennisation de la livraison de restes consommables de la cuisine centrale à l'accueil de SDF ;…

Sur les espaces verts et le cadre de vie :

  • la promotion du compostage (ventes croissantes de composteurs)… ;
  • la charte "chantiers propres" …

Philippe Doucet souhaite la bienvenue à M. Melli et Mme Mothron, qui pourra ainsi justifier "de son bureau, de sa place de parking, de son rôle dans les attributions de places en crèche ou de logements. Vous arrivez au 55ème nom… Que le dernier en partant pense à éteindre la lumière."

"Sur la plaine agricole, vous aviez promis un golf, souvenez-vous des promesses qui n'engagent que ceux qui les écoutent ! Nous l'avions classé en espace naturel sensible, nous nous réjouissons s'il reste agricole."

"Les résultats du sondage sont publics ? Rendez aussi publics les résultats de la question sur le vote aux municipales de 2014 !"

"En attendant, on a saisi le préfet pour vos multiples actions de communication sur le budget de la Ville à quelques mois des élections."

"Sur votre groupe de travail : on a déjà eu le précédent[1], dont on attend toujours la 2ème réunion : vous ne nous referez pas le coup !"

Franck Debeaud dit : "rien de nouveau sous le soleil, à part le beau projet de la plaine agricole, et l'annonce d'autres projets, qui ne coûtent rien à 4 mois de l'élection."

"Le trajet de Bus entre Seine ? Vous voulez couper les arbres de Gallieni et Jeanne d'Arc."

"La piste cyclable sur Jean Borderel ? Elle sert de stationnement voitures, aucun vélo ne peut y passer."

"La lutte acharnée contre les dépôts sauvages avec la Police municipale ? Un policier municipal m'indique que ses effectifs réels sont de 7 agents, pour les 1770 hectares de notre commune : la lutte contre la saleté va être difficile."

Georges Mothron "Diarrhée verbale ! Vous avez dépassé vos deux minutes." Et il coupe le micro.

Je réponds que, pendant qu'on vote des plans pour les mandats suivants ("lancement de l’élaboration d’un plan de circulation poids lourds dès 2020"…) et des chartes, qu'on embauche des chargés de mission, qu'on se vante de "Préserver les espaces verts et naturels dans le PLU pour limiter les effets îlots de chaleur et maintenir les liaisons et les continuités écologiques", les tronçonneuses coupent une partie de la plataneraie, des plantations de l'île initiées en 1788, pour faire passer une 4 voies… Combien d'arbres aurez-vous planté au cours de votre mandat, Monsieur le maire ?

Un point positif : la "dématérialisation des procédures" a effectivement permis, fût-ce avec 10 ans de retard sur d'autres villes, de réduire les déplacements à la mairie donc l'embouteillage de son parking.

Quant au sondage…: en une trentaine d'années dans le métier des sondages (que je ne critiquerai certainement pas), je n'en ai pas rencontré d'aussi truqué[2]. Et ce n'est pas faute d'avoir prévenu, et proposé au maire que le questionnaire soit élaboré de façon pluraliste (point 3 ici). Nous avons donc porté une réclamation à la Commission des sondages et attendons la réponse dans les prochaines semaines.

2. Rapport d'Orientation Budgétaire pour 2020

Xavier Péricat annonce que le taux de la taxe foncière va de nouveau baisser, pour que le taux passe de 23,29% en 2018 à 20,96% en 2020, ce qui représentera en moyenne 106 € par ménage argenteuillais (en cumul des deux baisses ; pas en baisse réelle de l'impôt, mais en différence par rapport à ce qu'aurait été l'impôt sans cette baisse des taux).

"Les recettes fiscales devaient atteindre en 2020 75,7 M€ ; cette année les bases fiscales (~le nombre de contribuables) avaient augmenté de 2%, nous prévoyons +0,9% en 2020."

"La capacité de désendettement (temps nécessaire pour que "l'excédent de fonctionnement" permette de rembourser la dette, si on ne faisait aucun investissement) est revenue à 14 ans" (contre 12 ans les deux années précédentes, soit une dégradation).

"Les dépenses d'équipement n'ont cessé d'augmenter, nous atteindrons 74 M€ en 2019. L'an prochain, entre 55 et 60 M€ de dépenses d'équipement, avec

  • le groupe scolaire de centre ville,
  • l'accessibilité aux personnes en situation de handicap (enfin !?),
  • la mise en valeur de la maison Monet…"

"La Ville a fait un Plan Pluriannuel d'Investissement 2019-2024 : 68 M€ pour les écoles, 58 M€ pour le cadre de vie…"

Fabien Bénédic : "chiffres bidon, prévisions fantasques et arguties financières : comme chaque année, nous allons reprendre un par un ces propos fallacieux."

"Mêmes doutes que l'an dernier sur le maintien de la dotation d'intercommunalité : un risque dû à la suppression de l'Agglomération Argenteuil-Bezons, que vous avez décidé, soit le risque d'un manque à gagner de 4 M€ par an. Je vous fais grâce pour ce soir des 100 M€ de surcoût des emprunts toxiques."

"Vous embellissez votre budget en jouant sur les transferts de personnel vers l'EPT Boucle Nord de Seine. Vous réduisez les dépenses de fonctionnement aux dépens des services publics municipaux. L'épargne brute passe en deux ans de 39 M€ à 18 M€, ce que vous mettez sur le compte des services nouveaux que vous rendez… Vous voyez que le service public coûte !"

"Nous attendons impatiemment les chiffres du compte administratif 2019 : comptez sur nous pour proposer un contre-compte administratif 2019 en avril prochain, si nous sommes élus."

"Sur la présentation de la dette vous nous resservez l'entourloupe de 2018 : présenter non le total de la dette, mais seulement le total des emprunts déjà signés !"

"Autre enfumage avec votre courbe sur les taux d'intérêts, qui ne commence pas 0%, histoire de faire croire à une baisse massive !"

"Quant au Plan Pluriannuel d'Investissement, fantasmes et promesses à 4 mois des municipales…"

"Votre politique d'aménagement urbain se résume à la vente de foncier municipal pour des projets privés sans équipements publics."

"Les charges de personnel augmenteraient de 5 M€ entre 2016 et 2020, + les 1,5 M€ transférés à l'EPT ! Mais vous avez bien du mal à recruter : il n'y a que 5 policiers municipaux sur le terrain, il n'y a plus que 30 assistantes maternelles au lieu de 62… : recul des services publics."

"Nouvelle baisse de la fiscalité, de 4% ? Cette diminution reste plus que symbolique, c'est un effet d'annonce et de propagande électorale. Dans mon cas, ça a fait 21€ l'an dernier, ça fera 35€ au total en deux ans, vous me donnerez des conseils sur la meilleure façon de les utiliser."

"Pour compenser la baisse de la taxe d'habitation, l'État prévoit de faire passer à la commune la part départementale de la taxe foncière, que vous avez quasiment doublée, au Conseil départemental, depuis 2016."

"Nous prendrons acte que le débat a eu lieu, mais nous refuserons d'approuver ce rapport comme la délibération le demande."

Les micros à mon rang sont coupés … "D'habitude, c'est seulement le micro de Franck Debeaud !", s'amuse Fabien Bénédic.

Une fois le son rétabli, je confirme que les dotations et péréquations de la Ville sont inchangées… comme elles le sont approximativement depuis le début du mandat, malgré les effets de manche de la municipalité actuelle pour se plaindre de baisses.

La baisse d'impôts — dont je ne critique pas le principe, si nous en avions les moyens — se combinerait, selon M. Péricat, à une croissance en flèche des investissements (74 M€ en 2019) et à un désendettement de 23 M€ ? Si c'est le cas, je m'engage à voter le compte 2019, en tout cas ce serait digne des plus grands prestidigitateurs.

J'oublie de dire que 13,5 M€ de charge financière, ce dont M. Péricat se réjouit, ça reste très très élevé : 3,8% de la dette, alors que pour la moyenne des collectivités c'est environ 2% ; soit 6 M€ de plus. C'est, entre autres, l'impact des emprunts toxiques, dont un petit bout reste d'ailleurs en stock, 8% du montant total soit environ 30 M€ !

"Surtout, les charges de personnel augmentent rapidement en raison d'embauches accélérées, comment les comprendre ? Pas de la Police puisque son effectif s'effondre, nous n'arrivons pas à recruter. Le rapport parle "d’accompagnement des habitants (notamment dans le secteur de la propreté)", de quoi s'agit-il : de la Brigade verte ? Mais en réunion de quartier, il a été indiqué que son effectif resterait limité à 4 agents."

"Notre difficulté majeure, la raison de l'écart entre nos impôts très élevés et des services publics en difficulté, c'est le taux d'absentéisme très élevé parmi les agents. Vous annoncez depuis 5 ans politique sur politique pour lutter contre l'absentéisme. Année après année, je vous demande les chiffres, je les ai encore redemandés en commission des Finances : vous devez bien avoir ce chiffre essentiel ! Comment a évolué le taux d’absentéisme dans le personnel de la Ville ? Je compte sur ce chiffre dans votre réponse.[3]"

Xavier Péricat fait sa réponse habituelle à Fabien Bénédic sur le bilan qu'a laissé l'équipe précédente.

Quant au Plan Pluriannuel d'Investissement, Xavier Péricat espère qu'il sera mené à bien quelle que soit l'équipe en responsabilité.

Concernant les embauches, il me répond que le groupe scolaire Simone Veil demande du personnel (combien de personnes ?). La Brigade verte, ce n'est que 4 personnes, mais les effectifs des équipes de propreté sont "renforcés".

C'est là que la batterie m'a abandonné — il n'y a pas de prises électriques au Conseil municipal. Pour les points suivants j'indique juste les raisons de mon vote, sur la base de la réunion de préparation d'Engagés pour Argenteuil.

3. Modification du budget 2019

Cette décision est présentée comme purement technique ("écritures d'ordre" suite à une "remise à plat de l'actif"), sauf une provision constituée dans le cadre d'un litige avec le maître d'oeuvre de la Halle des Sports. Je vote contre puisque cette décision revient à confirmer pour l'essentiel le budget 2019, contre lequel j'avais voté[4].

4. Liste des provisions reprises ou constituées : affaire LECLERT principalement

La provision constituée est celle citée ci-dessus (Halle des Sports) ; trois autres provisions sont "reprises" (annulées), dont surtout celles concernant le contentieux avec M. Leclert, dont les panneaux d'affichage argenteuillais ont accueilli les lettres au maire tout au long du mandat.

5. Crèche Le Blé en herbe : restitution à la ville de 88 000 €/an, par avenant à la délégation de service public

Selon le rapport présenté par la ville "à l’issue du début d’exploitation" par la société Les Petits Chaperons Rouges (LPCR) de cette crèche municipale désormais privatisée ("délégation de service public"),

  • "8 agents ont fait l’objet d’une reprise au sein de l’équipe de LPCR,"
  • "6 agents titulaires sont maintenus au sein de l’équipe de LPCR et font l’objet d’une gestion municipale" (= la Ville les rémunère toujours),
  • "11 agents n’ont pas souhaité intégrer l’équipe de LPCR".

La Ville, ayant récupéré ces 11 agents pour d'autres crèches, paiera à LCPR 88 000 € de moins par an que prévu, conformément à la convention.

Selon moi, c'est très loin de la différence des coûts ! Celle-ci était estimée à 12000 € par personne temps plein, par l'un des candidats à l'appel d'offres : la décision de ces 11 agents rapporte donc environ 44 000 € de marge annuelle pour la société délégataire. (J'ai dit 50 000 € en Conseil au lieu de 44 000). Je m'abstiens sur cette délibération.

6. Stations de recharge électrique gratuite pour les voitures, à la place de 3 des anciennes stations Autolib'

Avec le risque de voitures ventouse. Je vote tout de même "pour" avec optimisme.

7. Ensemble architectural André Cordonnier face à la Cité Jardin d'Orgemont : demande de label régional "d'Intérêt Patrimonial" (ce qui peut aider à obtenir des financements).

Je m'en réjouis (et vote pour) tout en demandant au maire de faire la démarche équivalente pour un ensemble patrimonial qui remonte à bien plus longtemps (1788-89), l'ensemble arboré remarquable que constituent les plantations de l'île d'Argenteuil. Je demande au maire de commencer par donner suite à la demande de rendez-vous, qui date de mai 2018, de l'association A.R.B.R.E.S.

Le maire ne voit pas le rapport.

8. Groupement de commandes pour la dératisation

Unanimité.

9. Charte de la vie associative

Cette charte serait facultative, mais "La signature de la charte est le préalable à toute convention" (de financement avec la Ville).

Concrètement, cette charte rappelle la législation (à quoi bon), formule quelques intentions générales, et comprend deux clauses sérieuses.

La première : "ouvrir un égal accès aux activités qu’elles développent à tous les Argenteuillais, sans aucune distinction". Au pied de la lettre, cela voudrait dire qu'une association ne peut organiser d'activités destinées aux enfants, ou aux femmes, par exemple. La municipalité pourrait me répondre que dans les faits, on saurait interpréter ce principe d'égal accès dans ces cas particuliers, et je le crois aussi, car ce principe est simple et clair.

La deuxième, malheureusement, c'est l'inverse : "respecter le devoir de laïcité, de neutralité politique dans leur relation à l’administration municipale, et dans les locaux mis à leur disposition par la ville". Qu'est-ce que c'est que ce "devoir de laïcité", innovation juridique ? C'est la République qui est laïque, rien ne devrait obliger chaque association à l'être. La clause est contournée : "devoir de laïcité… dans (la) relation à l’administration municipale, et dans les locaux mis à leur disposition par la ville" : qu'est-ce que ça veut dire concrètement ? Le Conseil consultatif de la vie associative a approuvé ce texte, dit la municipalité : il est bien possible que chacun, interprétant à sa façon cette phrase floue, s'y soit retrouvé. Mais cette clause, contournée et floue sur un sujet extrêmement sensible, est un nid de conflits futurs.

J'invite mes collègues à voter contre, de façon à ce que le sujet soit retravaillé pour arriver à une formulation plus claire (si encore il est nécessaire d'en mettre une : ma collègue Marie-José Cayzac est intervenue pour dire que "la loi (de 1901) paraît bien suffisante pour border (l') action (des associations) et celle de la municipalité ").

Le maire estime qu'on a bien assez parlé du sujet, et la majorité vote pour, comme toujours.

10. Stationnement gratuit de 3h pour les professionnels de santé : unanimité.

11. Stationnement payant impasse Marceau et rue Joseph Bara : je vote contre cette extension, restant plus favorable à une zone bleue, d'ailleurs la promesse de campagne de l'équipe Mothron (Cf. ici).

12. Convention cadre de destination Axe-Seine

Gros document sans financement spécifique, par lequel de multiples partenaires s'engagent à promouvoir le fleuve Seine comme destination touristique : concrètement les croisières fluviales d'une part, la véloroute Paris-Le Havre d'autre part.

C'est bien joli, mais comment Argenteuil compte-t-elle y participer ?

  • où la Ville veut-elle placer un débarcadère pour les croisières ? Les images qu'elle a présentées du projet Argenteuil-Littoral comprenaient une péniche et une passerelle, ce qui permettait d'imaginer un débarcadère ; mais tout ça a disparu ou est devenu invisible dans le projet actuel (cahier spécial de juillet 2019 du magazine municipal).
  • que fait la Ville pour que la véloroute passe sur notre rive ? Aujourd'hui les touristes à vélo doivent parcourir tout le port de Gennevilliers ! Le parcours serait bien plus paysagé, "fluvial" et touristique par Argenteuil… mais il y a un point de blocage : le port à sable, clôturé, qu'il faut contourner avec un peu de terrassement. Pourquoi rien n'est-il fait depuis le début de ce mandat ?

Ce qu'on trouve à vélo, venant par exemple de la Philharmonie en longeant le canal puis la Seine (photo du 5 mai 2017). Pas moyen de passer !

port_a_sable_contournement.jpg

Je m'abstiens donc sur cette délibération.

13. Résidence "artiste en territoire" : compagnie "La jeunesse aimable" (remplaçant Les Rémouleurs) : unanimité.

14. Nouvelle tarification culturelle, avec peu de changements : abstention.

15. Restauration d'œuvres du musée : unanimité.

16. Transaction avec le propriétaire de la coque commerciale 58 av. Gabriel Péri (ancien local "Tradition et saveurs") : abstention. La Ville cherche à régler un contentieux sur ces deux locaux qui avaient été réunis bien que les propriétaires soient différents … le locataire actuel a changé les serrures et bloque l'accès… le contentieux est compliqué et les éléments fournis ne me permettent pas d'être certain que les meilleurs choix ont été faits. Le résultat final annoncé — re-séparer les deux locaux — me semble contraire à ce qui serait souhaitable sur ce site.

17. Bail commercial 222 avenue Jean Jaurès, ex-Raïss qui deviendrait un livreur de cuisine africaine : vote pour, bien que les conditions de financement semblent excessivement favorables au preneur ; la Ville se faisant son banquier, estime Franck Debeaud.

18. Délais prolongés pour les travaux d'économie d'énergie des copropriétés Bretagne et Monet : pour. M. Savry présente au passage, merci à lui, un rapide bilan financier du programme d'aide aux copropriétés dégradées.

19. 5000 € pour le "Réseau national des Missions emploi" qui fournit notamment le logiciel de gestion utilisé par notre Mission : pour.

20. Intégration dans le règlement des crèches du nouveau barème CNAF : pour.

21. Bourse d'étude régionale pour un kinésithérapeute : pour. (Précision, 27 novembre 2019 : d'autant plus d'accord qu'Argenteuil en Commun propose cette formule pour l'ensemble des professions médicales pour lesquelles Argenteuil manque cruellement d'effectifs, à commencer par les médecins généralistes et pédiatres).

22. Subvention aux associations de commerçants : abstention : avant de verser ces 11000 €, j'aurais attendu un bilan des nombreuses actions annoncées au cours de 2019 : combien de commerçants ont participé, quels en ont été les résultats, au regard des budgets engagés ?

23. Subvention exceptionnelle de 4000 € à Argenteuil Football Club et 1000 € à l'Étoile Sportive des Champioux, justifiées par des compétitions nouvelles ou des dommages : pour. Le maire s'en prend au passage au Racing. L' "accord" annoncé par le maire entre lui-même et les présidents des deux clubs Racing et AFC, pour les fusionner, semble bien loin !

24. Versement à l'Union Sportive Argenteuillaise du solde de sa subvention 2019, l'USA ayant fourni, dit Mme Le Nagard, les pièces comptables manquantes : pour.

25. Rapport d'activité de l'EPT Boucle Nord de Seine : nous devons en "prendre acte", mais comme le dit Franck Debeaud, il s'agit plutôt d'un rapport d'inactivité.

Le Territoire, créé il y a 4 ans, a depuis peu un site web… où l'on pouvait trouver en jours, heures, minutes et secondes, le temps restant jusqu'au prochain conseil de territoire. Waoh. (Là, c'était ce lundi 18 novembre).

EPT_Capture_d_ecran_2019-11-18_a_11.35.55.png Aujourd'hui, la page "L'Établissement" ressemble à ceci :

boucle_nord_404.png

🥁 Justement, ceci est le 404ème billet d'Engagés pour Argenteuil ! 🥁

Le rapport liste un nombre infini de commissions, conventions, plans… mais y a-t-il la moindre réalité derrière ces palissades de mots ? Pour la préparation du "Plan climat" du Territoire, le rapport indique que deux réunions d'élus du Territoire se sont tenues en octobre et novembre 2019 : combien de participants ? (je n'aurai pas la réponse). En revanche, pour écrire ce même "Plan climat", le Territoire fait appel à pas moins de 3 cabinets différents !

Le vice-président aux Transports et aux Déplacements, Georges Mothron, promeut le "Grand Paris Express" qui n'apportera rien à Argenteuil et empêche au contraire - lui-même le reconnaît ! - la réalisation de lignes dont l'utilité est bien plus avérée… et que nous demandons depuis trois ou quatre décennies.

Je souhaite que nous faisions le maximum pour arrêter ces gaspillages, perte de temps, d'énergie et d'argent.

26. Extension du régime indemnitaire (RIFSEEP) avec sa prime de présentéisme, aux ingénieurs : je vote contre le principe, toujours aussi illégal, de cette prime de présentéisme (point 9 ici).

27. Rémunération des agents recenseurs : unanimité

28. Marché global de performance pour le groupe scolaire Val d'Argent Sud : désignation d'un jury de concours : je vote contre, estimant que ce jury n'a pas lieu d'être. Il n'y a, à mon sens, aucune raison valable de passer par un "marché global de performance", liant construction et exploitation future dans une même commande (sorte de PPP[5]), pour construire une école primaire : les services de la Ville ont toute l'expertise pour gérer la maintenance et l'exploitation d'une école !

29. Délégués au syndicat mixte Autolib' Métropole : remplacement de Philippe Pierre. Je ne prends pas part au vote.

30. Indemnités des élus : normalement, je ne prends pas part au vote de cette répartition des indemnités entre conseillers de la majorité (ceux de l'opposition étant de toute façon indemnisés au minimum légal). Mais là, on nous demande une augmentation à effet rétroactif, pour un conseiller délégué à une fonction qui semble pourtant très loin d'un plein temps ; par ailleurs, ses indemnités sont au taux le plus élevé des conseillers municipaux délégués. Je trouve le procédé déplorable et vote donc contre.

31. Mise à disposition de salles pour la campagne municipale : six salles donc (une par quartier), utilisables deux fois dans la campagne chacune, et à demander par le mandataire financier. Unanimité.

Notes

[1] Le comité de pilotage annoncé par le maire à la fin de son allocution liminaire le 11 octobre 2016 ; par ailleurs, les élus ayant voté contre le projet n'y étaient pas représentés.

[2] Après coup, nuance : j'en ai déjà rencontré un plus mal formulé. Le sondeur était une société spécialisée dans les enquêtes qualitatives, qui pour ce sondage "quantitatif", sur les formulations des questions, s'était fait rouler dans la farine par le commanditaire. Les réponses des sondés était apparemment très favorable au projet. Mais l'expertise "qualitative" du sondeur lui avait permis de réaliser que ces réponses apparemment favorables étaient incohérentes et peu fondées, et de conseiller au commanditaire de renoncer au projet tel qu'il était prévu. Malheureusement, rien de comparable dans la communication d'OpinionWay et la présentation des résultats par le maire.

[3] Je ne l'aurai pas, mais après le Conseil, Pierre Abrinas me répond qu'il me fournira l'information par la suite.

[4] Voir ici la délibération de juin 2019 sur le "budget supplémentaire"

[5] P.S. 19 décembre 2019 : les indications reçues en décembre permettent de nuancer cette parenthèse ! Au plan financier, ce n'est pas un PPP : la Ville paye tout, en investissement ou en budget fonctionnement, comme pour des marchés classiques de construction puis de maintenance. En revanche au plan contractuel il y a bien, comme dans le PPP, commande globale pour l'investissement et le fonctionnement du futur équipement.

samedi 24 août 2019

Paysage, patrimoine et mémoire industrielle d'Argenteuil

par François DEMAY - billet invité

Sur le projet Jean Vilar il semblerait que l’on s’achemine vers un enterrement de première classe.

J’ai toujours dit aux élus, que ce lieu était hanté de mauvais esprits. Ils haïssaient le béton mais n’aimaient que la verdure.

La preuve ?

A part Doucet pour le parc très réussi, aussi bien Montdargent avec l’auditorium, qui avec le conservatoire avait du sens, Ouvrard–Leikine avec le multiplexe, et Mothron qui double la mise avec, lors de la 1° mandature des galeries marchandes, et du deuxième mandat habitations, multiplexe et galeries marchandes : Plouf dans la Seine !

Que d’énergie, de plans, de coûts financiers perdus.

Bon, on se console, il nous reste au Val Nord une structure type "Zeppelin" pour une grande serre tropicale. Un peu cher si on doit rembourser au promoteur 750 000 Euros.

Sur un autre sujet : la politique culturelle d’Argenteuil.

On nous sert Claude Monet depuis Montdargent ! Les coquelicots et les canots sur la Seine, c’est comme au ciné club dans la série voir et revoir…

Pourquoi ne pas consacrer un cycle sur Georges Braque, né à Argenteuil en 1882, autour du fauvisme dans une première phase. Reproductions sur l'avenue Gabriel Péri :

G Braque/ H Mangin/ P Gauguin/ A Marquet/ A Derain.

Dans le deuxième semestre, le cubisme :

G Braque/ P Picasso/ F Léger / P Cézanne/ R Delaunay.

Egalement, pour éclairer certains jeunes sur leur quartier, mettre sur les plaques nominatives des rues aux extrémités : la qualité (musicien, écrivain, politique…) et leurs dates de vie.

Enfin et surtout le projet du musée d’Argenteuil !

Celui-ci est fermé au public depuis de nombreuses années.

Je souhaite que l’on ressorte le projet de la mandature de Doucet sur

« Mémoires industrielles »

et plus particulièrement : Aviation - Automobiles.

Nous avons deux spécimens :

Un Mirage Dassault

Un véhicule Lorraine Dietrich A4 de 1924 (à vérifier), usine en 1907 à Argenteuil

Intégrer ce projet plus largement avec le grand Paris.

Cette contribution personnelle est sans prétention, car dire est facile, mais faire c’est autre chose.

François DEMAY

mercredi 17 avril 2019

Conseil Municipal du 17 avril 2019 : le live, 3. urbanisme

par Frédéric Lefebvre-Naré

Suite de ce Conseil commencé à l'Hôpital et poursuivi par les comptes 2018.

Point sur la cathédrale Notre-Dame : Argenteuil, liée à Notre-Dame depuis neuf siècles comme le texte le rappelle, vote une contribution exceptionnelle à la restauration de Notre-Dame. Je trouve le texte très bien rédigé :

Argenteuil_Notre_Dame.jpg

Franck Debeaud regrette que le maire ait refusé le partenariat que lui-même proposait avec la Fondation du Patrimoine pour restaurer la basilique Saint-Denys. Le maire l'interrompt, trouvant cette intervention très malvenue, "tellement exagérée qu'elle ne mérite pas de réponse".

Unanimité moins l'abstention de Franck Debeaud devant cette absence de réponse.

Autre point supplémentaire : financement d'urgence de la Mission Locale d'Argenteuil-Bezons pour l'emploi des jeunes.

Cécile Charaix explique l'urgence : "l'État a décidé de revoir la voilure, notamment en cours de route. La DIRECCTE a décidé de revoir ses conditions d'attribution de crédits. Le Comité de pilotage des ML refuse ces nouvelles conditions, qui feraient perdre 74000 € (?) à celle d'Argenteuil".

Fabien Bénédic approuve "sur le fond", regrette que ce soit proposé "d'urgence" alors que nous votons d'habitude cette subvention en juin.

"Quand nous avons résilié le bail avec la CPAM, vous aviez annoncé sur le site un 'pôle de réussite' incluant le CIO, sur lequel, d'après vous, l'Education nationale était d'accord. Nous avons écrit à l'inspecteur académique, qui nous a répondu le 18 mars être à la recherche d'un lieu, donc implicitement, celui proposé par la Ville ne l'était pas. Et nous lisons dans le Parisien que les personnels du CIO vont être ventilés d'urgence entre 3 sites différents. Ce n'est pas terrible de mentir ainsi au Conseil Municipal."

Georges Mothron veut "apporter quelques éclaircissements là-dessus : c'est depuis septembre que la recherche d'autres lieux est en cours. Vous connaissez le 'mammouth', Monsieur Bénédic : c'est cette lenteur que nous payons. Les accords avaient été donnés au niveau du Rectorat, nous n'avons pas menti du tout mais… ces accords ont eu du mal à redescendre. Et nous devons faire en sorte que le service public de crèche soit" (en place à temps). "Les agents du CIO n'ont pas souhaité être sur la dalle du Val d'Argent Nord".

Je considère que l'urgence évoquée ne justifie pas le versement de la totalité de la subvention annuelle. Nous devrions au contraire nous revoir avant la fin de l'annéee, examiner les résultats des discussions avec la DIRECCTE, et ses implications éventuelles sur la politique des deux villes à l'égard de la Mission Locale.

Je m'abstiens donc ; pour le reste du Conseil, unanimité.

Point supplémentaire sur le projet Lidl à Orgemont

Le Maire a fait un communiqué là-dessus et réécrit l'histoire quasiment à l'inverse de ses déclarations précédentes, notamment dans le magazine municipal sorti aujourd'hui, page 27 ;-)

Désormais, le Maire est un résistant permanent et historique à ce projet de "cow-boys" ! "J'ai reçu vendredi les responsables du collectif, et ceux de Lidl ; nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher ce projet."

"La loi Dutreil nous permet de préempter des baux commerciaux ; là, il s'agit de terrain commercial. On veut lancer la possibilité d'une DIA, mais pour cela, il faut que nous établissions ce droit de préemption à Argenteuil pour les terrains destinés à porter des commerces."

Selon le texte proposé, le classement du terrain permet "l'accueil d'une activité à caractère économique compatible avec l'espace naturel et paysager de la Butte d'Orgemont".

"Dans cette affaire, nous aurons gagné le rond-point que le Département va créer à cet endroit."

Philippe Doucet répond que "les Conseils Municipaux se suivent et ne cessent de démontrer votre incompétence : cette fois, nous avons affaire à un permis de construire que vous avez signé ! La faute originelle, c'est que vous avez classé ce terrain en zone d'activité économique au PLU de 2007, au lieu de le classer en espace naturel sensible. Il fallait y penser. Vous saviez que le propriétaire hongro-américain du terrain embête le monde depuis longtemps : il avait fait un projet de 200 logements, que M. Jeudy, alors premier adjoint, avait pu bloquer. En 2008, nous avons bloqué 3 projets sur ce terrain, contrairement aux mensonges que vous proférez : de McDo, de Formule 1 et de supermarché. On a même eu droit à la visite du propriétaire pour nous mettre la pression. Nous avons engagé la révision du PLU, entre autres pour classer ce terrain en espace naturel sensible ; révision du PLU que vous avez arrêtée. Nous avions tout refusé ; vous, vous avez signé ce permis pour un Lidl, alors qu'il y en a 3 dans un périmètre de 3 km, et ce Lidl met en péril l'Intermarché de Joliot-Curie, que Leader Price ne veut plus reprendre dans ces conditions.

Pour illustrer votre respect des espaces verts : en 2008, nous avions bloqué le projet de Foirfouille, avec un promoteur qui avait son permis de construire signé et purgé, sur ce qui est devenu le Parc des Berges.

Vous encouragez le collectif à faire un recours gracieux… de façon à retirer le permis. Avec des motifs de refus que vous n'auriez pas vus pendant l'instruction de ce permis ? Lidl ne va pas arriver en touriste. Juridiquement, ils sont en position forte ; et si on perd, la Ville devra des dommages et intérêts. Vous vous êtes tiré un obus dans le pied.

Après avoir expliqué en réunion publique qu'il n'y avait pas d'argent, vous avez trouvé en 3 jours 6 millions d'€.

L'équipe du Lidl venue à la réunion publique, c'étaient des cow-boys ? Faut pas avoir peur. On sait comment ça fonctionne.

Quant au rond-point, la présidente du Département a clairement dit que c'était sans lien avec le Lidl.

Quel crédit gardez-vous après cette volte-face ?

Nous allons voter ce droit de préemption, ce sont des lieux magnifiques qui méritent qu'on se batte".

Je confirme qu'une grande surface de ce type, ou un Leader Price, a sa place dans le centre commercial de Joliot Curie, qu'il est urgent de rénover.

Quant à la protection des espaces verts, du paysage, du patrimoine… ces arguments du Maire et de M. Doucet sont encore plus valables dans le cas de Jean Vilar. J'espère vivement que, pour faire machine arrière sur ce terrain qui, lui, appartient à la Ville, une affaire qui date de 3 ans, le Maire ait besoin non pas de trois jours mais d'un seul.

Franck Debeaud "se réjouit d'un réveil tardif, qui va" de ce fait "coûter cher aux Argenteuillais. L'Adjoint à l'Urbanisme déclarait impossible de revenir sur le permis : vous le démentez."

Georges Mothron : "Ne croyez pas ce que vous dit M. Doucet sur le prix du terrain".

Frank Debeaud "C'est le montant, 6 M€, que vous avez indiqué en réunion publique."

Gilles Savry : "Les Buttes, ce sont des centaines d'hectares d'espaces verts, 40 ha pour les buttes d'Orgemont, là on parle de 2 ha. Ils sont classés en zone d'activité économique… et non, en 2007, nous ne pouvions pas le classer en espace naturel, et c'est bien pourquoi vous ne l'avez pas fait non plus pendant votre mandat. La seule façon de le faire, c'était d'acquérir le terrain, comme vous l'avez fait en 2007 : vous avez payé cash 4 M€ au promoteur, ce qui a grevé pendant votre mandat les finances de la Ville. Sur la partie réglementaire : on a refusé plusieurs fois les demandes de Lidl, avec des arguments règlementaires ; mais à force de modifications, le projet devenait règlementaire. Si on ne l'acceptait pas, il devenait tacite, validé d'office. Après, il peut y avoir des procédures.

Quant au classement de la plaine d'Argenteuil en zone N, il date de 2007. La seule chose que vous avez changée, c'est de le passer en régime SAFER. (?). On peut refaire l'histoire vingt fois…

Là, la seule possibilité, ce sera d'acquérir, ou pas, le terrain. Mais quand il y a une DIA à un certain prix, le maire peut préempter à moins cher… ce qui ouvre le débat."

Unanimité.

6. Financement partiel du groupe scolaire sur le site SAGEM par les promoteurs sur le même site

Cette sorte de taxe, 140 € / m2 de plancher soit 3 M€ au total, s'appelle un PUP, "Projet Urbain Partenarial" ;-) Une part de l'ex-terrain SAGEM est consacré à une future école de 20 classes, livraisons prévue à la rentrée 2022. Le PUP est cosigné par le Territoire au titre de sa 'compétence' sur le PLU…

Je suis opposé à ce genre de mécanisme contourné, on allège les taxes d'un côté pour attirer les promoteurs, on les relève de l'autre pour les faire casquer…

… mais pour le coup, l'école est vraiment proche et utile à cet ensemble immobilier. Je m'abstiens donc sur cette délibération, de même que le groupe TFdEA.

7. Adhésion à l'appel à projets "Inventons la métropole du Grand Paris 2" sur le terrain Yoplait.

Gilles Savry : trois groupes de candidats ont été sélectionnés pour répondre ; ils ont rendu leur projet ; le lauréat doit être approuvé le 22 mai. La convention régit notre relations pour la suite.

Je réponds que, faute de visibilité sure ces projets (la convention comme la délibération sont muettes), nous ne pouvons que voter contre, au vu de l'expérience du "trou Balzac" et de ce qui nous semble être un mauvais projet sur ce site.

Gilles Savry précise (rectification utile) que le "trou Balzac" n'avait pas été inclus dans un appel à projets du "Grand Paris".

Nous votons cependant contre.

8. Cession du 6bis rue Ary Scheffer (un tout petit pavillon à l'entrée d'une cour commerciale).

Gilles Savry annonce que la Ville a changé d'agent, pour Nexity Lamy.

Philippe Doucet annonce que le groupe d'opposition votera pour en espérant que l'acheteur soit solide (voir point 10 ci-dessous).

Franck Debeaud demande le montant de la préemption, et les frais de l'agent Nexity Lamy (environ 5%). Unanimité.

9 Cession du 172 rue Henri Barbusse

Même intermédiaire, même vote.

10 Abrogation de la cession du 41 rue PVC

L'acheteur de cet immeuble proche de Côté Seine devait y faire une jardinerie et n'en a rien fait. Nous annulons la vente.

Franck Debeaud estime que nous aurions dû sortir de ce projet depuis longtemps.

Unanimité.

11 Acquisition de 882 m2 rue des Charretiers pour une placette publique : à la sortie Orgemont de la gare centrale, mais côté Seine (escalier à créer). Cela fera partie du projet "Argenteuil Littoral", la société acheteuse du terrain revend donc la future placette à la Ville.

Georges Mothron indique que "Otis en face est en train de revoir complètement son foncier, en restant à Argenteuil ; le permis de construire doit être déposé dans les semaines qui viennent".

Unanimité.

12 Acquisition à l'€ symbolique d'une parcelle Semarg : nettoyage de droits fonciers sur les collèges et lycées. Unanimité.

13 Récupération dans le patrimoine de la Ville du Figuier Blanc et de la Cave dîmière qui relevaient de l'Agglomération Argenteuil-Bezons, laquelle, dissoute depuis le 1er janvier 2016, est enfin "liquidée" au plan juridique et comptable.

La suite et fin ici.

- page 1 de 4