par Bernard Rols, avec Frédéric Lefebvre-Naré

L’année 2016 est finie. Pour nous démocrates, elle restera dans nos mémoires comme une année de malheurs et de désillusions.

C’est l’année de nouveaux attentats terroristes avec les 84 victimes de Nice.

C’est le drame d’Alep, ce sont les 5000 personnes mortes noyées en Méditerranée en fuyant la guerre, devant l’impuissance de la communauté internationale à amener la paix.

C’est une défaite de l’Union Européenne avec le Brexit.

C’est aussi la défaite des démocrates face à Donald Trump.

En France, 2016 c’est avant tout un chômage record (même si, dans les dernières semaines, il a baissé), c'est la pauvreté qui s’accentue pour les familles les plus modestes.

C’est la forte croissance du populisme, de la xénophobie : le port d'un "burkini" par quelques femmes a suffi a diviser le pays, l’été dernier.

C’est la disparition d’un social-démocrate en la personne de Michel Rocard.

A Argenteuil, souvenons nous :
- de la dette d’Argenteuil, avec les 5,6 millions de pénalités pour la renégociation de 3,6 millions d’emprunts toxiques, et de nouvelles pénalités bien supérieures en fin d'année ;
- de la déprogrammation de spectacles au Figuier Blanc, jugés non rentables par la municipalité ;
- de la censure inqualifiable de 2 films d’art et d’essai ;
- de la Chambre Régionale des Comptes épinglant la ruineuse négociation avec Spie Autocité sur les parkings ;
- de la braderie de foncier municipal au profit de promoteurs privés ;
- et de la vente à un autre promoteur d’un patrimoine commun des Argenteuillais, l'île Héloïse avec la salle Jean Vilar.

Souvenons-nous aussi de l’afflux de visiteurs à Argenteuil au printemps : les pèlerins de la "Sainte Tunique".

La nouvelle année, 2017, sera celle de tous les espoirs. Celle du redressement de la France. Ou à l’inverse, l’année du cauchemar. Selon le choix que feront les Français dans quelques mois.

Pour Argenteuil, notre lutte continuera, aux côté du Comité Jean Vilar, pour que cet espace demeure ou redevienne un bien commun à tous.

Nous souhaitons aussi la bienvenue à vous qui nous rejoindrez dans ces engagements !

À toutes et tous, concitoyennes et concitoyens, alliés ou adversaires, tous ceux qui ont au coeur le destin de notre ville, de notre société, de notre pays, bonne et heureuse année 2017 !