par Frédéric Lefebvre-Naré

J'ai promis ici, hier, de publier les 40 prochains jours 40 raisons, chacune suffisante, de s'opposer au projet de la Municipalité sur l'île Héloïse, voté hier 11 octobre en Conseil Municipal.

La première est très simple : comme le disait de façon prémonitoire le tract du Comité Jean Vilar, "on nous dit pas tout !"

Le Maire a fait voter la vente (irrévocable) des 22000 m2 de Jean Vilar, son parking et son square, au promoteur Fiminco,…

… en annonçant que le projet nous serait présenté par le promoteur… dans 2 mois !

S'il s'agissait d'une opération d'intérêt purement privé, et que le terrain était vendu à son prix de marché, ce serait bien compréhensible.

Mais la Mairie a vendu le terrain à un prix incroyablement favorable 337 €/m2, moins que la valeur du terrain à bâtir pavillonnaire, alors qu'il est ici prévu 2 m2 de plancher en moyenne pour 1 m2 de terrain, soit bien 4 fois plus qu'en zone pavillonnaire…

Cela ne se justifie que par l'intérêt particulier qu'aurait, pour les habitants, ce projet… dont justement, nous n'avons pas vu la moindre esquisse, ni esthétique, ni fonctionnelle ! Seulement le plan cadastral de la parcelle vendue ! Attendez décembre ! Alors que, selon le Maire, il y a travaille avec les architectes depuis le début de son mandat il y a 30 mois !

Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup.