par Frédéric Lefebvre-Naré

J'ai été très étonné que Georges Mothron juge notre ville "encline à la radicalisation". Cette phrase me semble, comme à M. et Bernard, malheureuse.

Je crois que la diffusion de l'intégrisme, en particulier musulman, peut favoriser la violence d'inspiration politico-religieuse, et, en cela, menace la solidarité de notre société argenteuillaise, comme de la société française.

Mais je trouve que, jusqu'ici, Argenteuil résiste à ce risque plutôt mieux que d'autres villes. Par exemple, la police ou les médias n'ont jamais signalé, à ma connaissance, de réseaux préparant des actes terroristes à Argenteuil[1].

Il reste beaucoup à faire pour retrouver la convivialité et le lien social, éviter la fragmentation en communautés parallèles, aider les jeunes à trouver leur place, émanciper les femmes de pressions familiales ou sociales qui restreindraient leur liberté, construire ensemble une ville où il fasse bon vivre pour toutes et tous.

Notes

[1] L'arrestation de Reda Kriket a eu lieu à Argenteuil mais il ne semble pas y avoir eu de complices. Un mouvement reconnu comme terroriste semble bien implanté à Argenteuil, mais ne conduit plus d'actions violentes hors de sa communauté, qui n'est pas musulmane.