par Frédéric Lefebvre-Naré

On leur attribue entre 168 et 239 attaques suicides ; dont un tiers ont été effectuées par des femmes. Ils ont fait sauter un avion, fait exploser leurs bombes dans un train, une Banque centrale, une mosquée, tué un ancien Premier Ministre étranger et 32 parlementaires, coupé l'eau à 15000 villages… Ils ont fait régner la terreur dans leurs propres rangs, enrôlé près de 6000 enfants soldats, imposé une épuration ethnique dans les régions qu'ils contrôlaient.

31 États et l'Union européenne les interdisent en tant qu'organisation terroriste.

Leur État autoproclamé a repris comme drapeau leur emblème, en changeant seulement la couleur de fond, rouge au lieu de blanc, et en enlevant le texte. Voici ce drapeau :

stele_cerisier.jpg

Cette stèle est à Argenteuil, parc du Cerisier (photo prise 17 septembre dernier).

Ce 2 octobre après-midi au parc du Cerisier, le Maire, le Député, et d'autres élus, étaient présents à la cérémonie organisée par la communauté tamoule autour de cette stèle.

Le décor tenait plus du meeting politique que d'une fête communautaire ou d'un moment de deuil.

tapis_cerisier.jpg

estrade_cerisier.jpg

Bien sûr, quelques apparences sont sauves :

  • Le drapeau déployé aux côtés de ceux de la France et de l'Europe est bien celui rouge de "l'Eelam tamoul" plutôt que celui, quasi-identique mais blanc, des Tigres ;
  • Le personnage auxquels sont dédiés la stèle et la célébration n'est pas le fondateur et chef militaire des Tigres, Velupillai Prabhakaran, mort au combat en 2009, mais leur chef politique de l'époque, le "lieutenant-colonel" (des Tigres) Thilleepan, mort, peu après le début de la campagne d'attaques-suicides, d'une grève de la faim et de la soif. Thilleepan est alors devenu la figure emblématique des Tigres, à la mémoire duquel Prabhakaran rendait annuellement hommage ;
  • La guerre est finie depuis 2009, et les actions imputées aux Tigres depuis cette date relèvent du règlement de comptes entre factions : ils ne s'attaquent pas à la France…
  • … et la communauté tamoule ne demande évidemment pas à nos élus de prise de position explicite en faveur de "l'État tamoul" et contre le gouvernement démocratiquement élu du Sri-Lanka.

Je trouve cependant que l'engagement de nos élus va beaucoup trop loin. La sympathie envers cette communauté, la pitié pour les victimes de la guerre civile, la volonté de s'attacher le soutien de réseaux communautaires fort puissants, ne doivent pas aller jusqu'à poser aux côtés du drapeau d'un séparatisme coupable de tant de crimes.

Qui, d'ailleurs, a autorisé la Municipalité d'Argenteuil à qualifier la tragédie sri-lankaise de "génocide tamouls ordonné par le gouvernement sri lankais", ou à considérer que ce génocide continue depuis 68 ans, comme le prétend cette plaque qu'elle signe et vient de poser ?

plaque_cerisier.jpg

Aucun vote en Conseil Municipal, en tout cas ; aucune reconnaissance similaire par la France, l'Union Européenne ou l'ONU.

Les crimes commis par l'armée sri-lankaise envers les Tamouls[1], notamment en 2009, sont hélas bien établis ; que des Tamouls aient pu se réfugier à l'étranger n'est que trop heureux ; et que nous en ayons accueilli et leur ayons donné un statut — asile, réfugiés politiques… — est logique et humain[2].

Je suis donc heureux que notre ville et nos élus marquent leur solidarité.

Mais ils le font hélas avec ignorance ou naïveté. J'ai vérifié auprès du Maire et du Député que ni l'un ni l'autre n'avaient fait le lien entre les Tigres et ce drapeau à côté duquel ils allaient poser… Je comprends qu'il est parfois difficile de savoir où on met le pied, et que ni l'un ni l'autre, ni moi, ne comprennent le tamoul et ne peuvent donc saisir le sens de ce qui est dit en leur présence.

Je souhaite donc pour l'avenir plus d'exigence et d'engagement dans le sens de la réconciliation. Je souhaite que nos élus déplorent les victimes de l'un comme l'autre camp. Qu'ils appuient la difficile réconciliation et invitent à chaque occasion les représentants des deux communautés, en lien avec le gouvernement du Sri Lanka et son Ambassade. Et qu'ils fassent retirer de l'espace public[3], y compris du parc du Cerisier, tout emblème politico-militaire.

Et je serai enchanté de rester participer aux cérémonies, au lieu de me sentir obligé de les quitter :-)

D'ici là, les commentaires et rectificatifs sont bien sûr les bienvenus. Beaucoup de personnes ont vécu l'horreur de cette guerre civile dont je n'ai qu'entendu parler via les médias. Elles auront certainement à dire, mieux et plus juste que je n'ai pu le faire ici.

Notes

[1] "envers les Tamouls" : précision du 4 octobre 2016.

[2] Même si cette émigration était souvent sous le contrôle des Tigres : leurs "programmes d'immigration illégale, de trafic d'être humains… a conduit à un flux constant de Tamouls dans les pays qui accueillaient l'immigration. Les Tigres faisaient payer 18000 à 32000 $ par passage, une activité lucrative pour eux. … Une fois les immigrants arrivés à destination, (les Tigres) leur fournissaient des faux papiers d'identité, les aidaient à trouver du travail et à obtenir des allocations ou un logement social." Librement traduit de "Financing Terrorism: Case Studies", Michael Freeman, p. 124.

[3] Précision, 4 octobre 2016 : je veux parler de l'espace municipal, et me réjouis des manifestations strictement politiques.