par Frédéric Lefebvre-Naré

Arrestation, perquisition, déminage, quartier bouclé au Val-Notre-Dame, dans l'Ouest d'Argenteuil … où l'on attend, rappelle BFM-TV, des milliers de pèlerins chrétiens à partir de demain, Vendredi Saint, autour de la "Sainte Tunique".

Aucun rapport sans doute, mais précisément ce sont ces visages contrastés d'Argenteuil qui se présentent simultanément à nos compatriotes.

Argenteuil ville musulmane, avec sa très grande mosquée très appréciée des autorités nationales et très respectée des Argenteuillais — et aussi avec des communautés intégristes dont nous étions nombreux à craindre qu'elles ne servent d'abri à des apprentis terroristes. Les coups de feu contre la synagogue restaient dans les esprits.

Argenteuil ville chrétienne avec une galerie de personnalités ambivalentes, entre profane et sacré — Théodrade fille chic et choc de Charlemagne, Héloïse amante plus qu'abbesse ; puis les moines de Saint-Denis confisquent l'abbaye, peu après qu'Abélard, lui-même entré à Saint-Denis après sa castration, se soit fâché avec ces mêmes moines en démontant les mythes sur leur fondateur. Et quelques années plus tard, 1156, le prieuré d'Argenteuil, devenu dépendant de Saint-Denis découvre, redécouvre ou acquiert un objet dont l'histoire écrite commence alors : cette "Sainte Tunique", d'abord considérée comme la "cape" de l'enfant Jésus, puis comme une "robe", puis comme le dernier vêtement de Jésus avant qu'il ne soit crucifié.

Argenteuil laïque, communiste tant de décennies, ville de culture parfois bafouée, de Monet et de Marx, ville de provoc' à l'occasion. Au Val Notre Dame, une fausse chapelle XVIIIème siècle, un bas-relief au tympan, peut-être plus libertin que chrétien. Face à la Basilique, pendant l'ostension de la "Sainte Tunique", une expo où "l’ambiguïté des significations autour de la mort, de l’érotisme, de la spiritualité ou encore de la mémoire - personnelle ou collective - est volontairement entretenue. La violence, physique ou morale, est souvent latente."

Bravo et merci à la police et à la Justice. Bravo et merci à la communauté catholique qui ont permis à un vieux morceau de laine de traverser les siècles — les guerres de religion, les révolutions, le carbone 14. Bravo et merci aux artistes et galeristes.

Le combat continue à Argenteuil, la vie continue.