Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 avril 2019

Conseil Municipal du 17 avril 2019 : le live, 4. commerce et vie sociale

par Frédéric Lefebvre-Naré

4ème et dernier billet sur ce Conseil (1. Hôpital, 2. Comptes et bilans, 3. Urbanisme).

14 Concours sur le "commerce connecté" pour les "rencontres métropolitaines du commerce connecté" : un concours espérant des projets "innovants", mais sans objectif précis.

Philippe Doucet parle de "séquence humour de la soirée, vu l'état du commerce. Une délibération totalement vide. Pas de nouvelle de l'appel à projets food truck. Pas de nouvelle de l'appel à projets sur Silicon Banlieue - que vous avez fermé, vous avez même liquidé l'association que vous aviez mise au 1er étage. Les petites plantes qu'on avait installées, vous avez réussi à les faire mourir. Il vous reste à faire un appel à projets pour avoir des projets."

Fatima Amarir répond sur le cas de Silicon Banlieue / les Bains douches : "d'ici peu, vous aurez connaissance du projet qui sera monté ; je souhaiterais aussi que l'on ait au prochain Conseil Municipal une présentation du Conseil économique d'Argenteuil, et du travail qu'on fait pour rattraper les années de retard." Le maire l'accepte "volontiers".

Je m'abstiens pour la même raison que le groupe TFdEA (de même que Franck Debeaud) : appel à projets inconsistant.

15 Préemption du fonds de commerce "Fromage et saveurs" avenue Gabriel Péri : Georges Mothron revient sur les difficultés des commerces installés avec, selon lui, trop d'aides de la municipalité précédente. Le propriétaire, qui est aussi celui de la crêperie, a reçu une proposition pour une fromagerie hallal. Le maire estime qu'il y a trop de commerces hallal, il veut un commerce "traditionnel et pas un commerce à vocation religieuse".

Philippe Doucet : "vous nous voyez ravis. Vous nous expliquiez, quand vous étiez en responsabilité, que la préemption commerciale c'était pas bien du tout… Comme quoi ! Le péché originel, c'est le refus de préempter la boucherie Bernard. Dans la semaine de la fermeture, le fromager a perdu 40% de son chiffre d'affaires.

Vous avez une vision du commerce : un Stock Meubles en 2007 dont nous avons mis 5 ans à sortir, un Déstockage alimentaire depuis quelques mois, maintenant un Déstockage de vêtements… Nous, on croit au commerce de bouche de qualité ; il est temps que le massacre s'arrête."

Je suis très gêné que le seul caractère "hallal" soit présenté comme une raison de refuser un commerce. Mais je trouve bienvenu que la Ville ait la maîtrise de ce fonds de commerce et puisse faire un choix entre différentes propositions, je vote donc pour (et il y a unanimité).

16 Modification de garantie sur un emprunt Logirep réaménagé : unanimité.

17. Attribution de subventions à des associations au titre d'actions programmées pour le Contrat de Ville : Nadir Slifi souligne que "les porteurs d'actions ont pu bénéficier de l'accompagnement des services, utile sachant qu'il y a eu un changement du portail". La programmation porte sur 83 actions (73 l'an dernier) d'un montant total de 3 M€. Elle se fait en concertation avec les services de l'État. Les services de la Ville eux-mêmes obtiennent environ 130000 € sauf erreur de ma part.

Céline Charaix indique, en réponse à ma question en commission, que 43000 "heures d'insertion" ont pu être réalisées sur 49 marchés publics l'an dernier, "ça a permis d'accompagner 200 bénéficiaires dont 56 hors QPV" (quartiers prioritaires de la politique de la Ville).

J'indique que je m'abstiendrai, la concertation avec les habitants eux-mêmes, avec un unique Conseil citoyen au lieu de 8, étant insuffisante.

Nadir Slifi rappelle que la Ville a créé un seul Conseil citoyen pour les 8 quartiers "politique de la Ville" ; il a 22 participants élus (par qui ?) ; il est accompagné et formé par les services de la politique de la Ville, pour leur faire comprendre ce qu'est la politique de la Ville (sic : est-ce le sujet ?). Ils participent aux diagnostics en marchant, donnent leur avis sur la programmation…

(J'ai demandé tout à l'heure combien d'habitants, hors acteurs associatifs, participaient actuellement : pas de réponse là-dessus).

Unanimité moins trois abstentions, dont celle de Franck Debeaud et la mienne, je n'ai pas vu la troisième.

18. Modification du règlement intérieur périscolaire et extrascolaire

Philippe Vasseur, adjoint au maire chargé des écoles, évoque l'accueil des élèves l'après-midi dans les maternelles, qui posera des problèmes de dortoirs si l'effectif augmente.

Par ailleurs, le nouveau règlement simplifie, dit-il, les annulations, et assouplit le délai pour fournir un certificat médical en cas de maladie.

Fabien Bénédic "fera court", après la discussion détaillée en commission : le groupe TFdEA vote contre en raison des grilles de sanctions maintenues, comme dans les éditions précédentes. Je m'abstiens de même que Franck Debeaud.

19. Tarifs des activités culturelles

Françoise Inghelaëre annonce des simplifications et une "tarification plus attractive aux détenteurs du Pass'Cave". Arrivée de gobelets consignés à 1€, pour le bar, et d'un vestiaire à 1€. Un tarif est créé pour les retransmissions en direct d'opéras et spectacle vivant. Le "Pass'Jeune" devient gratuit pour les Argenteuillais, sur justificatif.

Je vote pour, ça me semble cohérent. Mais le Maire classe toute l'opposition en "abstentions".

20. Règlement intérieur du Conservatoire

Double changement dans la gestion des absences !

Absence de l'élève, qu'il se soit excusé ou non (et sauf certificat médical de l'incapacité à suivre le cours) : exclusion à la 9ème absence.

Absence d'enseignant pour 8 à 11 cours "annulés ou consécutifs" (sic) : réduction de la facture à régler par l'élève ou sa famille, à hauteur de 1 trimestre sur les 3.

Par ailleurs, les sujets mis au "conseil pédagogique" (instance de concertation) sont élargis.

Renée Karcher : "Les enfants de la classe Formation musicale de 2ème cycle ont commencé leur cours une semaine avant la Toussaint, le choeur adulte longuement sans maître de choeur vous a envoyé une lettre restée sans réponse. Une année avec 11 semaines de cours en moins est une année perdue, qu'il faudrait rembourser intégralement. Nous préférerions des cours suivis, qu'un remboursement ! Enfin, un grand portail a été installé, mais le portail à côté n'est pas fermé à clé."

Georges Mothron : "Je suis assidu à toutes les AG du Conservatoire, ces suggestions ont été évoquées à la dernière AG, à laquelle vous n'aviez pu être présente, c'est là que j'ai répondu à la lettre."

Toute l'opposition s'abstient. Moi parce que cette nouvelle formule de gestion des absences me semble conduire à une future n-ième modification de règlement intérieur dans les prochaines mois. Il est particulièrement étrange qu'on ne fasse plus de différence entre absences excusées ou non. Ça inciterait à ne plus prévenir… mais à aller chercher des certificats médicaux après coup.

21. Adhésion de la Ville à "l'Association régionale des Cités jardins" et aux "Neuf de Transilie" (réseau de musées locaux), pour 2000 € + 300 € de cotisations : unanimité

Franck Debeaud note que dans le Conseil de territoire de juin 2018, le PLU a été modifié pour alléger les obligations sur la cité jardin du Marais, "potentiellement la défigurer" : "on s'y perd".

22. Convention avec le CIDFF et le Planning Familial 95 (droits des femmes)

Nous avons reçu en commission des rapports, certes très succincts, de l'activité de ces deux structures : c'est un progrès ! (qui m'incite à voter pour).

Le Planning Familial organiserait 4 fois dans l'année un groupe de parole, et 6 formations d'une journée.

Le CIDFF accueille les victimes de violences familiales, et indique avoir en moyenne 5 demandes juridiques par femme qui le consulte.

Philippe Métézeau indique que la Maison "des Femmes" reçoit aussi les hommes ou enfants qui se présentent, victimes de violences.

Renée Karcher regrette la légèreté des rapports, "risible si le sujet n'était pas aussi grave". Elle rappelle les actions du mandat précédent sur la Maison des Femmes. "Déjà 37 femmes sont mortes en 2019 sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. Les actions que vous prévoyez, c'est trop peu."

Franck Debeaud revient sur la "création d'une maison des familles" prévue par la liste de Georges Mothron en 2014, et annonce qu'il s'abstiendra.

Philippe Métézeau propose un rapport d'activité de la Maison des Femmes, qui va bien au-delà de ces deux associations, dans une prochaine réunion de la commission Action sociale.

Finalement, le groupe TFdEA s'abstient.

23. Autorisation de recruter des contractuels en catégorie A : x-ième délibération parce que la Préfecture est très regardante sur leur rédaction. Je vote à chaque fois pour (et le groupe TFdEA s'abstient).

24. Subvention exceptionnelle de 500 € pour l'association de futsal du lycée Cognacq-Jay qui participe à un championnat de France UNSS à Nice.

M. Franck Debeaud rappelle sa question sur les 9 véhicules cédés : le Maire annonce qu'il y répondra, conformément au règlement du Conseil municipal.

Fini avant minuit !

mercredi 13 mars 2019

Propositions pour relancer notre centre ville — Conseil du 12 mars 2019

par Frédéric Lefebvre-Naré

Suite de mes notes du Conseil Municipal du 12 mars.

Pierre Abrinas, adjoint au Maire aux Ressources humaines et aux Commerces de proximité, annonce que "la Ville d’Argenteuil est engagée dans des actions pour l’attractivité de son centre ville". La délibération proposée annonce que la Ville allouera à la CCI Val d’Oise la somme de 43 600 € pour la revitalisation du commerce de centre ville. En échange de quoi celle-ci "engagera les moyens nécessaires à la mise en œuvre des actions, nécessitant la mobilisation de ressources internes estimée à 110 journées."

Lahcène Adalou, ancien adjoint au maire en charge du commerce de proximité, désormais dans le groupe d'opposition Vive Argenteuil, commence par "estimer que le groupe Vive Argenteuil a sa place sur le trombinoscope, dont il a été écarté, et propose de fournir une nouvelle photo."

Il déplore que la CCI, par son absence lors de tentatives précédentes, "ait profondément déçu les commerçants". Il est "sceptique aussi en raison de l’affaiblissement des CCI dans les dix dernières années : elles sont devenues de simples bureaux d’études, vendeuses d’outils en tous genres sous réserve de demandes explicites. Veut-elle vendre, derrière, des prestations supplémentaires ?"

"Enfin, le recrutement d’un manager m’a étonné, au regard des moyens humains dont les services du commerce disposaient déjà. Le recrutement d’un manager doit être justifié par un projet structurant !"

"Je suis particulièrement interloqué par le montant de la prestation de la CCI, au regard de son rôle particulièrement imprécis. J’espère cependant des actions concrètes qui auront l’assentiment des commerçants !" Son groupe s'abstiendra.

Je constate que nous voyons démarrer, de façon aussi soudaine que tardive après 5 ans de mandat, quatre démarches d'un coup pour relancer notre centre ville. Waoh ! Une démarche, avec le Département, pour valoriser son patrimoine culturel et l'histoire de Claude Monet ; une mise en réseau national ; un appui par les professionnels de la CCI ; un manager de centre ville à plein temps.

"Je voterai volontiers pour la mise en réseau national, et je suis convaincu du professionnalisme de la CCI Ile-de-France et de son expérience sur différents sites, qui nous serait certainement utile. Mais je ne pourrais voter l'engagement de dépenses, importantes, que vous nous demandez, que si ces initiatives s'inscrivent dans une démarche et une vision cohérente de l'avenir de notre centre ville.

Ce que vous nous proposez est intrinsèquement incohérent. Vous justifiez le projet par l'idée de nous "préparer aux évolutions urbaines à venir (cap Héloïse, projets du pôle gare, projet « centre-ville vivant »)" : aucun des actions proposées ne porte là-dessus, je vois mal en quoi le camion connecté préparera à ces évolutions urbaines.

Ce que vous nous proposez est incohérent avec vos propres diagnostics sur l'évasion commerciale. Vous nous avons montré et remontré,de réunion en réunion des graphiques montant que ce qui fait fuir la clientèle argenteuillaise, c'est le manque de jardinerie, de magasin de bricolage, de magasin d'électronique ou multimédia. En 5 années de mandat, je n'ai pas encore vu trace de vos efforts dans ce domaine, et je ne les vois pas dans ce projet. Sans jardinerie, sans magasin de bricolage, sans magasin d'électronique, comment faire venir la clientèle pour les achats "du samedi" ? C'est perdu d'avance.

Ce que nous pourrions encore espérer, ce sont les achats de loisirs, les sorties mixtes de loisirs et de shopping, du week-end et de vacances, de soirées d'été, dont vivent beaucoup de centres villes historiques. Valoriser le patrimoine y aiderait, mais où sont, dans la présentation qui nous en a été faite, les actions tournées vers les commerçants en lien avec ce patrimoine ou cette fréquentation de loisirs ? Je ne les ai pas entendues.

S'il n'y a pas dans votre équipe de démarche ou de vision cohérente pour le centre ville, il pourrait cependant y avoir des initiatives nombreuses des commerçants, auxquelles nous aurions le devoir de nous joindre pour les aider à mûrir. Malheureusement, je le regrette tout comme vous le regrettez certainement, cette dynamique est manquante. Même la réunion que vous avez organisée le 26 février s'est tenue devant une salle quasi-vide.

Quelle est alors la priorité ? De recréer des relations entre les commerçants sur les enjeux communs que sont

  1. la multiplication d'évènements attractifs pour les personnes qui habitent hors du centre ville,
  2. l'état du parking, du stationnement, des cheminements et des espaces de promenade,
  3. plus largement l'urbanisme du centre ville et les grands projets de transports ou de construction qui l'environnent.

Ces trois priorités qui pourraient retisser du lien entre commerçants, de la convivialité et au final, de l'attractivité, sont absentes de votre projet.

Permettez-moi d'ajouter une proposition précise, en vous invitant à la transmettre au département : revoyez votre projet de "baïonnette" entre Charles de Gaulle et la 4 voies, exposé en réunions de quartier, qui va dans le sens de renforcer le trafic sur la 4 voies (à l'inverse de la reconquête annoncée de la berge) et ne marque en rien l'entrée en centre ville.

Vous voulez passer de 3 feux de circulation à 2, très bien.

Il me semble qu'on aurait le meilleur des deux objectifs en remplaçant le plat de nouilles actuel par un rond-point à feux. Il ralentirait le passage sur la 4 voies, en marquant la différence entre sa partie zone industrielle en aval de ce rond-point, et l'île Héloïse, avec l'entrée du centre ville par le boulevard Héloïse ou la rue Verte.

La ville de Nîmes a mis sur sa rocade Sud, à 2 fois trois voies, avec 40000 véhicules/jour, une série de rond-point à feux qui sont cités en exemple, comme solution à la fois pratique et particulièrement sûre (PDF)[1]. Suggérons-donc au département de l'adopter.

Permettez-moi enfin d'estimer que pour ce qui est des actions prévues par la CCI, elles n'ont pas grand chose de spécifique au centre ville. Si vous y tenez absolument, proposez-les aussi aux commerçants d'Orgemont, du Val Notre-Dame et d'ailleurs."

Philippe Doucet (PS) : "dans votre réponse à la pétition des commerçants, vous dites « nous avons beaucoup progressé », eux constatent beaucoup de régression !

Quant à la barrière du parking PVC" (point 20 ici), "je vous confirme qu’elle est toujours ouverte, et que le parking ressemble de plus en plus à une porcherie."

"12 restaurants rapides ouverts en centre ville depuis 18 mois, ça doit être un record de France. Les dossiers « commerce » ne sont pas portés. Nous voterons contre, parce qu’un plaisanterie à 50000 €, ça fait cher."

Georges Mothron : je ne réponds pas. AB Habitat répondra, ça s’ajoutera aux examens en cours.

Je vote contre comme le groupe TFdEA, les groupes VA et NAO s’abstiennent.


Point suivant n°4, Khaled El Haddad présente « l’offre de qualité du Bureau Information Jeunesse au cours des 3 dernières années », le nouveau label pour les 3 prochaines années sera « structure Information Jeunesse », la ville en créera des antennes dans les 6 espaces Jeunesse de la Ville (les maisons de quartier).

Il sera voté à l’unanimité ; j’en profite pour exprimer un point de vue sur les priorités des prochaines années.

Qui va dans les « bureaux » ou les « espaces jeunesse », quel pourcentage des jeunes ? Il faudrait aller à leur rencontre, surtout dans les écoles.

L’information, il y a Google pour ça ; la priorité serait de sortir les jeunes de leur quartier, de faire visiter des entreprises, des sites, de mettre en relation.


Point n°5, Françoise Inghelaëre présente les activités de la compagnie en résidence « Les Rémouleurs », et propose de renouveler sa subvention annuelle de 25000 €.

Unanimité. Je renouvelle au passage ma demande bisannuelle que, sur chaque projet de subvention à une association, la Municipalité indique au moins le nombre estimé de personnes que les actions de cette association auraient touchées dans l'année ; et son action la plus emblématique (dans le cas des Rémouleurs, toutes ont été citées).


Point n°6 et dernier, François Poletti nous invite à renouveler la subvention du CIDFF pour une permanence de juriste. Les 6034 € d'Argenteuil font 80% de la subvention totale, Bezons complète avec 20%. Les femmes qui viennent sont à 78% Argenteuillaises. La moitié environ sont victimes (notamment, ce n'est pas dit, de violences conjugales).

Franck Debeaud annonce l’abstention de son groupe sur la délibération, faute d’avoir reçu le rapport annuel demandé en commission.

Je rappelle la motion que j'avais proposée, par laquelle la Ville se serait engagée à prendre de nouvelles initiatives pour la promotion des femmes, en s'appuyant sur l'œuvre et l'expérience de vie de l'Argenteuillaise la plus connue des Argenteuillais, Héloïse.

"Vous m'aviez répondu, Monsieur le Maire[2], que la Ville allait le faire et que ma motion en devenait inutile, et qu'il convenait de la retirer, ce que j'avais accepté. Quelles sont les initiatives prises depuis ? Quelles conférences, quels ateliers dans les quartier, quelles expositions, quelles recherches, quelles actions de formation, quel travail collectif avec le CIDFF et les autres organisations intervenantes ?

Argenteuil a le malheureux défaut de faire fuir les journalistes du meilleur quotidien français aussitôt qu'ils arrivent chez nous[3]. Je souhaite le meilleur et long séjour au nouveau localier. Une des journalistes qui l'ont précédé, Maïram Guissé, a coréalisé un documentaire qui m'avait semblé excellent, "L'amour en cité".

Je n'ai pas entendu dire qu'il ait encore été utilisé dans des actions collectives sur Argenteuil, alors je me permets de le conseiller ici puhliquement, si Héloïse vous semble trop éloignée de notre époque, ou plus exactement, pour relier une identité argenteuillaise certes ancienne et les configurations nouvelles des personnes et des couples dans nos quartiers."

Anne-Sophie Vuillemin annonce, justement, une conférence à l’Université Inter-Âges sur Héloïse, "je souhaiterais même un débat avec plusieurs historiens sur le « féminisme » d’Héloïse".

Le Maire et la majorité semblent étonnés.

Ainsi se termine le second Conseil Municipal de cette année 2019. Les suivants marqueront les derniers douze mois du mandat.

Notes

[1] J'ai été un peu vite : il semble que depuis, les feux aient été supprimés sur 2 au moins des 6 rond-points concernés, et que ça marche encore mieux !

[2] à la fin de ce Conseil

[3] Juliette Duclos sera restée 6 petits mois, bonne continuation à elle ailleurs !

jeudi 25 janvier 2018

Pour qu'Héloïse d'Argenteuil relaye Natalie Portman

J'ai proposé au Maire le texte suivant, comme motion qu'il pourrait proposer au vote du Conseil Municipal ce vendredi 26 janvier. J'espère vivement qu'il la mettra au vote et que le Conseil l'adoptera. — Frédéric Lefebvre-Naré


Le monde du spectacle, celui de la politique, et l’humanité entière, prennent conscience de la place des femmes, de la terreur sexuelle que beaucoup subissent, de l’humiliation qui leur est imposée.

Samedi 20 janvier dernier, à la « Marche des Femmes », l’actrice Natalie Portman a raconté la sortie de son premier film, « Léon » de Luc Besson, alors qu’elle avait 13 ans : « J'ai ouvert avec enthousiasme ma première lettre de fan : un homme m'écrivait qu'il rêvait de me violer. (…) J'ai rapidement compris, même à l'âge de 13 ans, que si je m'exprimais sexuellement, je ne me sentirais pas en sécurité. (…) ». Elle a souhaité voir advenir « Un monde dans lequel je pourrais m'habiller comme je le veux, dire ce que je veux et exprimer mes désirs de la façon dont je le souhaite, sans craindre pour ma sécurité physique ou ma réputation : voilà ce que serait le monde dans lequel le désir des femmes et leur sexualité pourraient s'exprimer pleinement. »

La commune d’Argenteuil partage ce souhait et cette revendication.

Argenteuil a vu se former, puis gouverner une communauté, une des premières féministes de l’Histoire : Héloïse.

220px-Heloise_World_Noted_Women.jpg

Elle revendiquait, dans un monde féodal et ordonné par la religion, le droit au désir et au plaisir ; elle écrivait, enseignait, guidait aussi bien des hommes que des femmes ; elle exerçait autorité et capacité de direction, tout en continuant à veiller sur son fils.

Notre Conseil Municipal a donné, il y a 152 ans, le nom de « boulevard Héloïse » à sa plus belle voie publique, l’ancien quai de Seine, tout près du « monastère où cette femme célèbre se retira pour se livrer à l’étude et à la pratique de ses devoirs religieux et dont elle fut Prieure », comme le dit le procès-verbal de l’époque.

Nous voulons aujourd’hui aller au-delà.

Nous prendrons des initiatives et organiserons des évènements pour faire rayonner la personnalité, assurée et audacieuse, d’Héloïse, et donner ainsi un signe d’espoir et de liberté aux femmes qui, dans notre ville ou ailleurs, restent humiliées, opprimées, soumises de force au désir d’autrui et interdites d’exprimer leur propre désir.