Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 8 mars 2018

Réunion de quartier "cadre de vie" aux Coteaux

par Frédéric Lefebvre-Naré

La Municipalité a organisé une tournée de réunions de quartier spécialement sur le sujet du "cadre de vie", après celles centrées sur les grands projets en bord de Seine.

Voici quelques échos de celle des Coteaux (le début seulement, désolé… j'ai présenté mes excuses d'avance pour mon départ anticipé !).

La première demi-heure doit être consacrée à un compte-rendu d'activité du comité de quartier. Cela m'intéresse d'autant plus que je siège, comme élu de l'opposition, au comité… d'un autre quartier (Centre Ville).

Philippe Vasseur, adjoint au Maire chargé du quartier, met le projecteur sur les flyers posés sur les chaises : des appels à s'exprimer, et à envoyer ses idées au comité de quartier !

flyers_doleances_acteurs.jpg

Josiane et Brigitte présentent leurs actions sur l'embellissement et la communication.

Un "thème peinture" avec les enfants des écoles, en 2016 : 147 dessins dont 3 ont été sélectionnés ; un concours photo avec 22 oeuvres exposées.

Un concours sur le thème "civisme et bienveillance". Une vingtaine de personnes ont envoyé des poèmes "recevables" !

"Cette année on aimerait travailler sur un thème que vous auriez choisi". (Je n'ose pas suggérer l'île Héloïse !).

Jean-Claude, du comité de quartier également : Sur la voirie et la propreté, 4 réunions et plusieurs visites faites, dont une rue des Pêchers. "Nous travaillons à un plan de circulation sur l'ensemble des Coteaux".

"On n'a pas peur se se lever à 6 heures pour compter les voitures en sens interdit : 354 un matin rue Cassini, dont le véhicule de la propreté de la ville de Sannois !" Une dame : "j'habite dans la résidence voisine, que les gens traversaient pour éviter la rue Cassini, j'ai été agressée et violentée par un automobiliste, je préférerais que la rue Cassini soit ouverte !"

Le comité de quartier aura été économe de notre temps : 8 minutes !

Philippe Vasseur : "nous organisons le lundi de Pâques une course aux oeufs dans le bois d'Hédoit, pour le faire découvrir".

"Il y aura une visite de quartier par le Maire au mois de juin".

M. Schoffet, directeur du cadre de vie, explique comment les doléances sont prises en compte. "Avant de se plaindre, il faut se demander qui est compétent, si ce n'est pas un bailleur, ou le syndicat Azur, ou l'État : s'adresser au bon interlocuteur aide à traiter la demande efficacement".

"Si vous demandez des choses nouvelles, le support pour la doléance, c'est le courrier, le mail via le site de la ville, ou une fiche à la maison de quartier. Une demande orale un matin à un élu, ils sont sollicités des dizaines de fois… tandis que les écrits restent !"

M. Schoffet demande qui connaît l'application TellMyCity : la grande majorité des présents.

"Sur un an et demi, 12000 signalements ; 70 villes l'utilisent, les Argenteuillais très fortement : 2700 utilisateurs actifs. Les signalements concernent surtout la propreté et le stationnement, et les dépôts sauvages. Les signalement sont géolocalisés : cela permet de repérer là où il y a des dépôts sauvages récurrents. La photo permet à Azur d'envoyer le bon type de voiture. Pensez à bien identifier l'adresse géolocalisée."

Louise Sadovski, directrice de la Tranquillité Publique, remercie pour leur présence les représentants des polices municipale et nationale. D'autres agents contribuent à la tranquillité publique, rappelle-t-elle : la "Médiation Urbaine" qui "travaille 7 jours sur 7 sur le terrain pour désamorcer les conflits, concourir au vivre-ensemble, car les visions des espaces publics par les différents individus ne sont pas les mêmes, les médiateurs travaillent à les harmoniser". "S'il n'y a pas d'infraction, on ne peut pas verbaliser les gens, on peut les inviter à se déplacer…"

Il y a aussi "le grand froid, la protection des personnes et des biens, l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, le risque incendie, le suivi des risques naturels, la gestion de crise, et le CLSPDR, le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance et de la radicalisation, qui est encadré par des textes, un loi de 2007, qui prévoit la coproduction de la sécurité".

100 interventions de mise en fourrière sur le quartier en 2017, soit 6% de celles sur l'ensemble de la ville (environ 1500 donc sur la ville).

11 caméras sont installées (pour un quartier de 13000 habitants, grand comme presque deux fois la principauté de Monaco).

M. Lemoine présente le service Propreté Urbaine. Deux opérations "pas de quartier pour les déchets" ont eu lieu les 16 février et 12 octobre 2017. "On ramasse souvent entre 15 et 20 tonnes de déchets dans ces journées particulières". "Votre quartier comprend 19 secteurs traités quotidiennement[1] soit par un cantonnier soit par des passages mécanisés."

"En général, sur le quartier des Coteaux, le nettoyage est plutôt hebdomadaire".

Une centaine d'agents Azur sur la ville, une quinzaine sur les Coteaux, nettoient la ville.

Richard Gauvry, "directeur du syndicat Azur" : "on est venus pour répondre à vos questions. Nos activités principales : collecte et traitement des déchets : ordures ménagères, végétaux, encombrants, et dépôts sauvages en partenariat avec la Ville. Nous sommes basés près de la déchèterie et sommes propriétaires de l'usine d'incinération. Elle incinère la moitié des déchets du département ; grâce à ça, une partie de la population, 12000 logements, bénéficie d'un chauffage à coût réduit" (chauffage urbain).

"150 agents collectent l'ensemble de vos flux".

"Tous nos véhicules sont équipés de GPS ce qui nous permet de vérifier quelles rues ont été 'faites' ou 'pas faites', mais bien sûr on peut rater un bac ou deux. Ce sont des gros logiciels qui produisent les tournées : nous avons 1500 rues, 70 à 80 tournées par semaine. La géolocalisation permet d'optimiser les tournées donc de dépenser moins d'argent pour le même niveau de service."

"Nous on souhaite diminuer les déchets. On propose des composteurs à 20 € : c'est ça de déchets en moins !"

(Objectif ou réalisation ?) "Diminuer de 7,5% les déchets traités entre 2016 et 2017."

Les dépôts sauvages collectés sont passés de 1762 tonnes en 2015, à 1397 tonnes en 2017 : "à force de signalements TellMyCity, nous avons une meilleure réactivité, le service arrive plus vite, et la propreté appelle la propreté". "Le Conseil Municipal a délibéré pour dire qu'on facturerait les dépôts sauvages à leurs auteurs. On a assermenté les agents, on a la vidéo aussi. Sur 2017, 52 contrevenants ont été identifiés, 52 courriers, 16000 € de facturation envoyée. Jusqu'à 5 tonnes pour un dépôt ! Pas forcément dans votre quartier. On a même été suivi sur un ou deux dossiers, par le Procureur qui a mis des amendes complémentaires."

(Très bien ! Voilà une décision que nous avions votée :) ).

"On fait aussi des aménagements de voirie sur des points de dépôts sauvages, et sur 5 aménagements faits, 4 ont réglé le problème."

A bientôt pour d'autres nouvelles !

Notes

[1] Façon de parler.

vendredi 30 juin 2017

Conseil du 30 juin 2017 (2) : la Ville en besoin de chantiers

par Frédéric Lefebvre-Naré

Le refus du maire de laisser parler Philippe Doucet (pourtant fort courtois et dans les temps) a contraint l'opposition à quitter ce Conseil. Voici la liste des décisions de ce Conseil, et ce que j'avais prévu de voter sur chacune.

10. Convention "PUP" avec 3 promoteurs sur le Val Notre-Dame

Il s'agit de leur faire payer 1 M€ pour contribuer au financement de la future école sur le site Casse center, rue Henri Barbusse. J'aurais voté contre pour 4 raisons !

  1. Tout d'abord et surtout, c'est de la dette hors bilan. C'est une somme maintenant en échange de déductions d'impôts futures. La même méthode déjà utilisée par la présente équipe lors de son précédent mandat avec la "soulte Spie Autocité". Ce type d'embrouille est anti-démocratique et propice, au contraire, aux magouilles avec les promoteurs.
  2. Justement, cette prétention à faire surpayer les promoteurs va à l'inverse d'une décision antérieure consistant à réduire leurs impôts, parce que paraît-il, nous n'arrivons pas à avoir de promoteurs sur Argenteuil ! Il faudrait savoir.
  3. Ensuite nous avions une opportunité de financement public pour cette école : nous n'utiliserons pas la totalité d'un fonds départemental, parce que, toujours lors d'un vote antérieur, nous l'avions demandée sur la base de 14 M€. Or depuis, la Municipalité a réévalué le coût à 18 et maintenant à 15 M€. Sans doute le coût de la dépollution de ce terrain industriel ? Mais nous avions alerté dès le départ sur ce sujet, documents publics à l'appui.
  4. Enfin, deux des trois ensembles immobiliers concernés sont très loin du Casse center ! Cette décision démontre par l'absurde combien l'école est mal située par rapport aux besoins actuels ! Proche au contraire du pont de Colombes (pont-aqueduc) et de ses 30 minutes de bouchon matinal, elle obligera les parents à plonger dans ces bouchons pour déposer leurs enfants ou les récupérer. Alors que la précédente équipe municipale avait prévu un terrain, qui attend toujours son école, entre la maternelle Anne Frank et le lycée bleu (à côté de Mandela), parfaitement situé par rapport aux ensembles en construction.

11. Protocole d'étude habitat indigne

Une démarche "d'études" qui n'avance que très lentement : le vote consiste à lui accorder un an de délai supplémentaire. J'aurais voté pour, par bienveillance et parce que les choses ne sont pas tout à fait restées à l'arrêt.

12. Périmètre d'études (= blocage possible des permis de construire) sur le centre-ville nord (de Laugier à AG Belin) et la friche Sagem

Le principe d'un périmètre d'études est judicieux si la Ville a des projets clairs.

Sur le périmètre Sagem, j'aurais voté pour, par espoir que la Ville ait un projet significatif. En tout cas ce terrain en centre ville mais en secteur peu dense et loin des gares, sous l'hôpital, serait idéal pour accueillir à la fois une nouvelle piscine (il en manque 2 à Argenteuil) et un déménagement de la patinoire obsolète proche de la gare du Val (et future gare de la Tangentielle, le T11). Associer ces deux équipements, qui consomment l'un du froid et l'autre du chaud, serait excellent pur la facture énergétique, et c'est le seul terrain à Argenteuil qui le permette (encore que le départ de Semperit ouvre une autre possibilité, mais si près de la gare centrale, on verrait plutôt un cinéma, des commerces ou un pôle de bureaux / logements).

Sur le centre-ville, j'aurais voté contre, par certitude que la Ville n'a aucun projet. On en aurait entendu parler depuis le temps. Le périmètre d'études ne fera alors que ralentir la rénovation du quartier. S'il y a un périmètre à définir, c'est en bord de Seine si la Municipalité concrétise (cent fois hélas) son projet avec le promoteur Fiminco.

13. Rapport annuel sur la Politique de la Ville

J'aurais sans doute voté contre. Je ne supporte plus cette emphase et ces immenses formules sur la concertation partenariale territoriale, alors que dans nos quartiers la société, les relations sociales, familiales, communautaires, les mafias aussi, évoluent à grande vitesse, recomposent et fracturent la société argenteuillaise, loin des comités de pilotage partenariaux et des associations institutionnalisées.

Il y avait dans la loi une bonne idée : obliger la Ville à réunir dans chaque quartier en difficulté, aussi petit soit-il (et a fortiori), un conseil d'habitants. Obliger la Ville à sortir de la routine des intervenants habituels et professionnels, à regarder et écouter comment vivent et ce que souhaitent des familles qui d'habitude ne participent pas au débat politique local. La Ville d'Argenteuil a refusé, dès le départ, de le faire.

14. Bilan des dépenses des bailleurs sociaux au titre de la Taxe foncière sur les propriétés bâties

Contrairement à l'année dernière, nous n'avons reçu aucun élément sur les actions concrètes menées par les bailleurs sociaux. J'aurais donc refusé de voter ce bilan.

15. Demande de subventions au titre de la politique de la Ville

La routine est d'approuver les demandes de subventions… malgré les réserves indiquées au point 13 ci-dessus.

16. Acquisition de la parcelle 84 rue Michel Carré, cession des parcelles 148q rue de la République (rue de Gode) et 50 rue Michel Carré

Une opération perdante-bizarre-bizarre.

La parcelle 84 rue Michel Carré servirait à agrandir le terrain Casse center pour y faire une école (voir ci-dessus) : la Ville l'achète au prix faramineux de 910 € le m2 !

Les vendeurs "placent" une partie de cette somme en rachetant la petite parcelle coincée entre une ferraille et un immeuble délabré, au 50 rue Michel Carré : qu'y feront-ils, sinon attendre que le terrain prenne de la valeur à l'occasion d'une refonte de la place, voisine, du 11 novembre ?

Et une autre partie de la somme en rachetant la grande parcelle, inconstructible, au bout de la rue de la République : pour quel projet ? après que le précédent acheteur retenu (fin 2015) ait renoncé à en faire un hangar de rangement ?

J'aurais voté contre.

17. Vente de parcelle rue Roland Toutain à Orgemont

Une opération gagnant-gagnant pour le coup : la Ville découpe une parcelle qui était prévue pour une voie verte, et vend la partie dont la voie verte n'a pas besoin, à 446 € le m2, ce qui correspond à la valeur du terrain dans le quartier. Vote pour.

18. Cession 33-35 rue de la Grande Voie (terrain ex-Ecole Notre-Dame)

Opération hallucinante, à 144 € le m2 au coeur des Coteaux = spoliation pure et simple pour le contribuable argenteuillais. Sans avis des Domaines. (voir point 5 ici)

19. Subventions travaux copropriétés Angèle L, Angèle K

J'aurais encore voté pour, heureux que cela avance malgré l'infinie et coûteuse lenteur : "2 ans 1/2 d'appel de travaux" depuis le vote en copropriété… La loi ou la Ville devraient régler les choses pour éviter que des "capitalistes du commerce de sommeil" ne puissent prospérer sur fonds publics, ce qui est le cas dans certains autres immeubles du quartier.

20. Exonération des droits d'occupation pour les travaux en copropriétés

Réparation d'une gaffe de l'ex-Agglomération envers une copropriété. Vote pour.

21. Tarifs des activités culturelles

Peu de changement — 50 € les 10 tickets de cinéma, pour tous. Abstention.

22. Tarifs des espaces jeunesse

Sans doute un vote pour après avis des connaisseurs (j'ai oublié cet avis et ne fréquente malheureusement pas les espaces jeunesse).

23. Tarifs du centre aquatique, de la patinoire, de l'École des sports

Peu de changement. Abstention.

24. Tarifs dentaires des Centres Municipaux de Santé

Forte augmentation pour certaines prothèses, pour les Argenteuillais comme les non-Argenteuillais… alors que nous venions de voter la location de certaines "chevilles" (postes de travail de prothésistes) car sous-utilisées… Très bizarre. Vote contre.

25. Convention avec l'ARS, "Cause biberon" et "médiation culturelle"

Demande rituelle de mini-subvention. Vote pour.

26. Renouvellement du partenariat avec la mission locale

Sans changement apparemment. Vote pour.

27. Subvention à la Ligue contre le Cancer Val d'Oise

Rituelle également, et modeste. Vote pour.

28. Subventions aux associations Valdocco et Contact

Je n'aurais pas pris part au vote, intervenant dans l'une de ces associations. François Poletti, conseiller municipal délégué devenu à cette séance adjoint au maire, m'a montré les rapports des deux associations (demandés en commission) et indiqué qu'il m'en remettrait copie. Merci d'avance à lui.

29. Financement de classes à Projet éducatif artistique et culturel (PEAC)

Pour.

30. Subvention 2017 au Comité d'Action sociale et culturelle, équivalent d'un comité d'entreprise pour le personnel municipal

Inchangée. Vote pour.

31. Tarifs de place sur les marchés

Abstention, en attendant que soit réglée la situation des commerçants du marché de la Colonie, qui doivent encore payer leur étal du mercredi alors que le marché n'est plus ouvert le mercredi ; au nouvel horaire du vendredi soir, le marché est en extérieur. Les commerçants ont envoyé une LRAR au Maire il y a des mois, l'ont interpellé à ce sujet lors de sa visite sur le marché, et à nos dernières nouvelles attendaient encore une réponse. La conseillère municipale déléguée, Stéphanie Henry, m'a assuré que ce serait rapidement réglé.

32. Rapport de la CRC sur les finances de la Ville

Il mérite un billet spécial !

33. Rapports d'utilisation des fonds régional et national pour les communes plus pauvres : FSRIF et DSUCS

Exercice purement formel dont nous prendrions acte…

34. Partenariats "Ouvre-Boîte", avec les structures qui accompagnent les entrepreneurs ou porteurs de projets.

Inchangés par rapport à l'an dernier, où ils étaient en forte baisse. Abstention.

35. Ré-Adhésion, après 3 ans d'absence, à la Fédération départementale des centres sociaux et socioculturels

Pour. Il faut sortir…

37. Règlements intérieurs des activités périscolaires et extrascolaires

Abstention. Que le Maire, une fois de plus et en sens inverse, n'ait pas anticipé le changement des rythmes scolaire (retour à la semaine de 4 jours), est désolant.

38. Règlement intérieur des Espaces Jeunesse

Vote pour après avis des connaisseurs (je ne fréquente malheureusement pas les espaces jeunesse).

39. Règlements intérieurs des installations sportives

Vote pour après avis des connaisseurs…

40. Règlement intérieur de la Bourse Initiatives Jeunesse

Abstention. Sur quoi encore doit-on pondre des règlements "intérieurs"… ?

41. Sanction financière envers les conseillers municipaux absents au Conseil

J'avais quelques mots à dire là-dessus ! Je fais un billet à part.


Pour *commenter* sur ce blog il faut cliquer à deux reprises sur la case "je ne suis pas un robot", avant de prévisualiser, puis avant d'envoyer le commentaire. Désolé…

mercredi 1 mars 2017

Réunion de quartier des Coteaux, re-fusion du quartier du Moulin d'Orgemont avec Orgemont-Joliot

par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce mercredi 1er mars 2017, en toute fin de Conseil Municipal, le Maire mettra au vote quelques changements dans la "démocratie participative" à Argenteuil :

  • Il n'y aura plus qu'une réunion publique par quartier et par an ;
  • Il n'y aura plus que 6 quartiers au lieu de 7 : la Municipalité re-fusionne, deux ans après les avoir distingués, les deux quartiers d'Orgemont séparés par l'A15 (Cf. le document "2014-2020" sur le site de la Ville).

Il n'avait été question d'une telle re-fusion, ni à la… réunion de quartier du Moulin d'Orgemont (Les Larris / la Colonie), que Bernard vient de raconter, ni au comité de quartier où je siège.

Profitons donc des quelques réunions qui restent concédées… Pour celle des Coteaux jeudi dernier 23 février, voici une compilation de mes tweets, revus pour Facebook.

1er intervenant : Veolia présente le "service de l'eau potable".

Reunion_quartier_23fev17.png

Le comité de quartier présente son bilan : 25 réunions tenues dont 5 plénières. Concours de dessins d'enfants. Un changement de sens de circulation. Un cahier des charges pour le terrain Védrines/Poitou.

Alain Leikine a obtenu "que les principaux industriels rejoignent le Conseil économique d'Argenteuil" (mais ça ne suffit pas). "Une équipe a déterminé les filières sur lesquelles nous pourrons mobiliser les acteurs". 5 projets économiques[1] :

  • 1 "créer un pôle régional de l'entrepreneuriat et de l'innovation"
  • 2-3-4 "s'inscrire dans" des pôles de compétitivité et filières
  • 5 "améliorer l'attractivité (certes !) des parcs d'activité".

Gilles Savry présente les "3 secteurs en contrat d'intérêt national", dont le croissant ferré. Gilles Savry déplore le "millefeuilles administratif" qui rend tout compliqué, Grand Paris etc. Gilles Savry a, dit-il, négocié un transport en commun en site propre (TCSP) vers Pont de Bezons "dès l'arrivée" de la nouvelle équipe. (Mais cela a commencé bien avant cette arrivée ;-) ).

Gilles Savry annonce l'objectif de "80000 m2 d'immobilier d'entreprise" sur la Porte Saint-Germain, "30 à 40000 m2" d'immobilier d'entreprises le long de la gare d'Argenteuil côté Nord.

Gilles Savry annonce les premiers coups de pioche pour détruire Jean Vilar "les mois qui viennent". Il annonce un supermarché sur l'îlot Héloïse (Géant, à 400 mètres, va être content), et 100-150 appartements … et prétend que le projet sur Héloïse "s'intègre à la ville". Une blague : ce terrain en bord de Seine serait construit à 45 mètres de haut ! J'avais annoncé sur ce blog "au moins 20 mètres", j'étais loin d'imaginer le délire. Les intervenants de la Municipalité critiquent au passage Qwartz comme mal intégré à la ville, mais Qwartz a été construit en zone industrielle… et ne grimpe qu'à 26 mètres.

Jean Vilar fermé cet été, on créera une salle provisoire pour 18 mois à 2 ans. La nouvelle : 2019-2020. Ça peut durer car, sur l'île Héloïse, "quand on creuse il y a la Seine". Eh oui !

Présentation du nouveau site de la Ville. "La page la plus consultée de argenteuil.fr, ce sont les menus des cantines scolaires". (Mais il faut 6 clics pour y arriver !).

Philippe Vasseur sur TellMyCity : 4011 problèmes ont été signalés, surtout de propreté, voirie… en quelques mois à Argenteuil.

Question des habitants présents.

1ère question : "Dans cette réunion, on a parlé de tout Argenteuil sauf des Coteaux. On fait quoi ?"

Xavier Péricat annonce l'embauche de policiers municipaux (pour la 3ème année de suite, et sans effet jusqu'ici : leur nombre est passé de 39 à 23 depuis l'arrivée de la nouvelle Municipalité).

Réponse à une question sur les ménages ou immeubles les plus en difficulté : "On a des réunions avec les acteurs pour définir les projets qui concernent les publics et les quartiers." Waouh. Politique de la ville, politique du vide.

Question sur la fibre qui ne vient pas : Georges Mothron : "On (l'État) a imposé SFR à Argenteuil, on a perdu au moins un an. SFR a commencé par le Val d'Argent Nord où il y a le moins de clients potentiels directs."

Gilles Savry : "La fibre Orange arrive en haut de Sannois mais SFR n'a pas le droit d'y raccorder les Argenteuillais."

Question sur la circulation dense rue du Trouillet etc.: "un sujet abordé, ou qui ne concerne pas la Mairie ?". Réponse de G.Mothron "il faudra un jour trouver des solutions". Philippe Vasseur : "il y a déjà plein de ralentisseurs naturels !". Philippe Vasseur a apprécié la solution proposée par Renée Karcher lors du mandat précédent (un stationnement en quinconce rue du Trouillet), mais cette option avait été refusée par les habitants sondés.

Rue des Vergers, un scooter a été incendié près d'un transfo, l'habitante qui en témoigne soupçonne des trafics en véhicules en soirée, et pas de rondes de police. Réponse de G. Mothron : "on l'a appris par votre courrier la semaine dernière".

Question : "La piscine d'Argenteuil, je peux y aller le soir en semaine sauf que tout est fermé, je vais ailleurs". Georges Mothron : "Réhabiliter le bassin de 1969, un spécialiste qui fabrique 50% des piscines en France est en train d'estimer le coût". Conflit d'intérêts ? À quoi servent les bureaux d'études indépendants ?

Habitante : l'accès à l'école Volembert est mal protégé. Philippe Vasseur : beaucoup de travaux ont été faits pour le sécuriser. Philippe Vasseur propose de poser un potelet amovible. Renée Karcher me précise qu'il y est déjà.

Habitante : si on crée un nouveau cinéma, que deviendra le Figuier Blanc déjà bien peu rempli ? Georges Mothron le déplore mais répond tout à fait à côté : #Argenteuil a laissé partir Continent à Sannois… puis dit que "ce qui est art et essai sera conservé, et renforcé si je puis dire". Il peut tellement… qu'au Conseil de ce soir, il fera voter de fermer le Figuier Blanc les "jours creux" où des entreprises voudront louer les salles.

Habitante: les platanes rue du Nord, 25 m de haut, ne sont pas élagués. G. Mothron répond que leurs racines bousillent les chaussées, et qu'il faut changer les essences.

Xavier Péricat annonce vouloir "continuer dans la modération fiscale" à Argenteuil, au débat d'orientation budgétaire qui aura lieu ce 1er mars.

Autre habitant : le projet sur l'île Héloïse, avec restaurant sur Seine sans enfouir la 4 voies RD311… ça ne marche pas !

Un habitant, ami du Musée, dit que nous avons besoin d'une salle d'exposition, aucun tableau de Monet n'est à Argenteuil sur 150[2] qu'il y a peints !

Habitante : "Mes enfants, 15 mois, sont massacrés par les punaises qui se cachent dans les câbles et les caves cité Champagne". Réponse de G. Mothron : "vous posez votre question trop tard, le vice-président d'ABHabitat vient de partir". Habitante : le traitement est prévu par ABHabitat, elle est donc obligée de quitter son appartement 2-3 jours. G. Mothron répète à plusieurs reprises qu'elle devrait en parler au vice-président d'ABHabitat.

La réunion se termine ainsi, je salue au passage Mme Mothron… qui m'invite à aller parler des punaises au vice-président d'ABHabitat.

Vous savez à peu près tout ! sur Argenteuil, ses punaises et ses rêves de gratte-ciel.

Notes

[1] Alain Leikine m'a fait observer que c'est là "une manière un peu simple de résumer des projets qui aujourd'hui rassemblent de nombreux partenaires économiques", je lui en donne volontiers acte !

[2] En fait plutôt 250 !

samedi 5 novembre 2016

Les travaux sans fin de l'avenue Clémenceau chassent le dernier Primeurs des Coteaux

par Pierre Bruneau et Frédéric Lefebvre-Naré

Après 30 ans à la Halle des Coteaux, Christophe jette l'éponge.

Ils étaient d'abord trois à y travailler, mais à mesure que les grandes surfaces attiraient la clientèle des commerçants spécialisés, Christophe a continué avec un seul salarié, puis tout seul.

Christian_halle.jpg

Les 5 mois de travaux dans l'avenue Clémenceau, mise en sens unique, la suppression pendant ce temps du petit parking des commerces, ont eu raison de l'activité : moins de la moitié des clients ont continué à venir.

Joffre_Clemenceau.jpg

Christophe a saisi au vol la proposition du Maire d'une commune périurbaine, qui souhaite créer un magasin de Primeurs et développer son centre bourg, plutôt que de de créer un supermarché. Il partira dans les prochaines semaines.

La densification du coeur de quartier des Coteaux conduira peut-être, paradoxalement, le propriétaire du terrain à construire ou étendre du logement à la place de ce commerce. Il n'y aurait, alors, plus de magasin de fruits et légumes dans le quartier.

Ce serait un échec de plus dans la constitution de ce coeur de quartier qui ne ressemble toujours à rien, avec ses pavés de béton sur rue (l'immeuble de la maison de quartier et maintenant "Le Figuier"), son bureau de Poste caché loin de places de parking utilisables, son marché sans supérette…

Comme beaucoup de professionnels indépendants, Christophe n'aime pas quémander ou se plaindre. Il n'a pas écrit à la Mairie, n'a pas protesté contre ces travaux qui le spolient, et c'est une lectrice de ce blog qui nous a spontanément signalé sa situation.

Si jamais, à défaut d'indemnité pour ces 5 mois, la Municipalité peut lui obtenir un rabais sur sa "taxe professionnelle" 2016 (CFE), ça sera humain.

- page 1 de 2