Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Centre Ville

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 mars 2017

Réunion de quartier Centre Ville

par Pierre Belot

La réunion publique de quartier Centre-ville s'est tenue salle Pierre Dux, le 2 mars 2017.

Compte rendu de la porte-parole du Comité de quartier :

  • 29 membres dans le comité de quartier. Certains ont démissionné. Des places sont vacantes
  • visites de quartier le 19 /9/2015 et le 30/4/2016 (j'y étais)
  • réunions thématiques.

Incivilités

  • accessibilité
  • stationnement
  • dépôts sauvages
  • politesse

Conseil économique : compte-rendu d'Alain Leikine (président bénévole, il le rappelle).

11 entreprises l'ont rejoint.

Objectifs :

  • création pôle de l'entrepreneuriat et de l'innovation de l'Ouest parisien (soutien Région)
  • s'inscrire dans le pôle de compétitivité "cosmetic valley", conforter la filière cosmétique-arômes et senteurs
  • s'inscrire dans le cluster Security Systems Valley (protection des entreprises)
  • s'inscrire dans la filière de l'hôtellerie et du tourisme d'affaires. Hôtels 3 et 4* programmés
  • améliorer l'attractivité (éviter l'hémorragie / contrer les parcs voisins).

SEDIF Brève intervention d'une personne du SEDIF (Syndicat des eaux). L'eau est prélevée dans l'Oise et devient potable après l'usine de traitement. Délégation de service public jusqu'en 2022. Sans surprise, l'interlocuteur est très satisfait de la qualité de l'eau fournie et nous invite à faire de même.

CIN (Contrat d'intérêt national)

C'est une gouvernance pour faire travailler ensemble Région, département, ville, territoire, STIF, État, ...

Concerne 3 secteurs : porte Saint-Germain, gare, croissant ferré.

1) Projet TCSP (transport en commun en site propre) pont de Bezons-gare. Valérie Pécresse OK, enquête publique démarre début 2017. 80.000 m2 pour entreprises. Ecole à la place de Casse-center (20 classes).

2) Gevaudan, Otis (trop de m2. De la surface pourrait être récupérée). 30 à 40.000 m2 d'immobilier d'entreprise.

3) Terrain à gagner sur le passage à niveau car la tangentielle nord passera par la ligne J (au fond) et pas par la grande ceinture.

Multiplexe

Formidable. Une passerelle enjambera la RD311 et permettra pour la première fois l'accès aux bord de la Seine depuis longtemps. (?! Il y a l'accès piéton de la base d'aviron, par un escalier sur le pont).

Présentation du nouveau site d'Argenteuil. Il est maintenant unique et compatible tablette/smartphone/PC. Avant, il y avait plusieurs sites dédiés. Conséquence, tout sur une seule page. "Ce n'est pas notre site, c'est VOTRE site"

Tell my city

Signalements les plus fréquents : dépôts sauvages, véhicules épaves, propreté/voirie

7 à 9 tonnes de dépôts sauvages enlevées chaque jour.

Noté à la volée :

En commerces alimentaire, 100M€ quittent Argenteuil pour aller ailleurs (je suppose que c'est par an).

700 000 € demandés au Fonds d'investissement métropolitain (FIM. Je n'ai pas noté pour quoi).

Questions du public

Une dame : le parc rue du 8 mai 1945 est ouvert sur le trottoir. Les jeunes y vont le soir. Les nuisances sonores durent quelques fois toute la nuit. Le parc est au milieu d'habitation. Il devrait y avoir des heures d'ouverture.

Réponse de Georges Mothron : "On" (= Philippe Doucet) a fait sans tenir compte du passé. On n'est plus à l'époque des bisounours. C'est joli, c'est ouvert, mais ça crée des nuisances sonores insupportables.

Un jeune barbu en robe : les voitures vont trop vite... Argenteuil devrait être piétonne... L'avenue Clémenceau était mieux avant... La gare n'est pas belle... Il faudrait ouvrir la bibliothèque le lundi, le jeudi et le dimanche...

Une dame : J'ai acheté dans le quartier de la basilique. Je me suis rendu compte que c'était le quartier de la drogue. Je les vois de ma fenêtre. Ils ne se cachent même pas. Que fait la police ? Je sais où sont les cachettes et ma fille aussi. Je ne la laisserai jamais aller dehors en jupe.

Un homme répond : rue de l'Hôtel-Dieu et place Georges Braque, la BAC est souvent là.

Autre témoignage dans le même sens, sur l'hôtel Saint-Germain (rue PVC, après la basilique) : les charges sont payées par la mairie pour loger des étrangers. Drogue à toute heure.

Réponse : Faux. Argenteuil est championne de la rumeur. Le CCAS a logé des gens du 115, mais plus maintenant.

Question : problème rue Laugier. "C'est immonde." (J'y suis allé. Des bâtiments en voie de démolition sur les 30 premiers mètres. Ensuite, résidence coquette et beaux pavillons).

La dernière d'un cycle de 7 réunions, nous étions aussi à celles d'Orgemont - le Moulin et des Coteaux.

dimanche 27 novembre 2016

36. Notre centre ville, bourré de richesses méconnues

par Frédéric Lefebvre-Naré

L'implantation d'un mégaplexe sur l'île d'Argenteuil, accessible par la 4-voies, irait à l'opposé des choix faits, pour la Seine, par les départements et les régions de Paris au Havre. La "véloroute" qui concrétise cet itinéraire de promenade et de tourisme continuerait à ignorer Argenteuil, et à couper la boucle de Seine par les usines et les entrepôts de Gennevilliers !

Nous préférerions, à EpA, que les berges de Seine soient rendues aux Argenteuillais, aux promeneurs, aux touristes. Que nos richesses méconnues soient révélées. C'est ce que j'écrivais jeudi.

En commentaire, Roland répondait : "C'est où, les richesses méconnues ?", et après tout, même des Argenteuillais peuvent ignorer que notre ville fait aisément concurrence, sur ce plan, aux alignements de hangars de nos voisins.

Voici donc quelques éléments ! pour les Argenteuillais(es) et ceux qui pourraient nous rendre visite.

CentreVille_megaplexe.png

vendredi 25 novembre 2016

34. Même à Béziers pour le Polygone, il a fallu plus de place

par Frédéric Lefebvre-Naré, avec Bernard Rols

Tout d'abord, merci à la Gazette / l'Echo régional d'avoir rappelé à ses lecteurs la vente de Jean Vilar et le combat que nous menons au comité Jean Vilar, avec ma collègue au Conseil Municipal, Marie-José Cayzac. L'article pourra rappeler la pétition aux nombreux Argenteuillais qui ne l'ont pas encore signée !

Ce nouveau billet pour les Argenteuillais(es) qui, à la lecture du billet sur les 40000 m2 du centre commercial et multiplexe du Polygone de Béziers, se diraient "pourquoi pas la même chose à la place de Jean Vilar ?"

Le billet du 2 novembre répondait : pourquoi pas, mais ailleurs qu'au bord du centre ville où

  • les places de parking seront insuffisantes (900, contre 1500 à Béziers),
  • ce centre siphonnerait Côté Seine comme le Figuier Blanc.

Complétons cette information en regardant l'implantation du Polygone :

Polygone_map.png

Pour ses 40000 m2, sur 3 niveaux, le Polygone occupe près de 30000 m2 au sol. Le terrain de Jean Vilar ne représente que 22000 m2.

Ceci sans compter les 2 niveaux de parkings souterrains du Polygone, alors que sur l'île d'Argenteuil, des parkings souterrains sont apparemment exclus.

Le billet du 31 octobre sur un projet "monstrueux" sous-estimait, en fait, son aberration.

vendredi 18 novembre 2016

31 (et 200). Priorité au centre ville historique, comme disait Georges Mothron !

par Frédéric Lefebvre-Naré

31ème de 40 raisons toutes suffisantes d'arrêter la vente de Jean Vilar au promoteur Fiminco et la construction de 60000 m2 sur cette parcelle.

Et 200ème billet sur ce blog argenteuillais et engagé — merci pour votre fidélité au long de ces 3 ans !

En commentaire au billet précédent, "Moirsol" remarquait :

La tendance en aménagement urbain est de faire en sorte que l'humain retrouve sa place dans la ville en ne favorisant plus le "tout pour la voiture", nos édiles foncent droit dans le mur avec de tels projets. Si celui-ci aboutit Argenteuil ne déclinera que davantage.

Que l'humain retrouve sa place dans la ville. Comment les partisans d'un "Argenteuil que nous aimons" ont-ils pu l'oublier ?

Lire les 3 minces tomes d'Argenteuil au XVème siècle, d'Eliane Hartmann (1996-1998), est une expérience saisissante : cent traits de la société argenteuillaise d'aujourd'hui étaient déjà bien tracés à l'époque. La rue des Gobelins n'a pas bougé, ni la rue de Seine, ni la rue "où vit l'Évêque" (qui y avait une maison), ni la rue "Pierre Guienne" (la pierre du gué). Les réfugiés de pays en guerre inquiétaient. La débrouille et le système D constituaient le sport communal. Des bagarres trop alcoolisées tournaient mal. La richesse venait de Paris, ou de l'étranger (l'Angleterre à l'époque). Il y avait des "friches urbaines", des maisons à l'abandon après la crise. Mais tout le monde travaillait. La première puissance locale était une communauté religieuse, qui étendait son emprise sur le commerce local et rabotait le pouvoir du Maire. Les Argenteuillais ne la ramenaient pas — pas de dépenses de prestige, pas de façades princières, pas de rayonnement culturel — mais ils veillaient les uns sur les autres. Aux fêtes, on faisait processions.

220px-Argenteuil-Carte_de_Cassini1.jpg

Quelle autre ville, en Ile-de-France, a ce trésor[1] ? Ce patrimoine vivant, humain, imprimé sur la trame des rues et sur le paysage, transmis à travers le renouvellement des générations et des couleurs de peau ?

Après six siècles, guerres, révolutions, industrie, villes nouvelles, désindustrialisation, après six siècles Argenteuil est toujours Argenteuil. Entre Seine et montagne. La géographie a été la plus forte. Le petit bras de Seine a été remblayé au début du XIXème siècle, c'est le boulevard Héloïse, large et bosselé. Les piétons accèderaient donc à la Seine à pied ;-) … si une 4 voies n'était venue barrer la route. Le grand marché, jadis entre l'église (la Basilique) et l'abbaye, s'est déplacé sur l'ancienne île. Les commerces, jadis concentrés autour de l'église, sont montés un peu au Nord, sur Gabriel Péri, entre la basilique et la gare : les plus modernes sont les plus au Nord, les plus en difficulté près de la basilique.

Il ne faudrait pas grand chose pour que tout cela tienne. Que la prospérité revienne. Que l'ensemble se rééquilibre, vers la Basilique et vers la Seine. Quelques promenades tracées, quelques allées cyclables, quelques spectacles en plein air, quelques artisans visibles des fenêtres[2], quelques visiteurs et touristes étrangers pour nous aider à voir ce que nos yeux ont fini par trouver banal.

Il avait bien raison, en avance sur son temps, ce conseiller municipal qui, il a 20 ans, votait contre le projet "Côté Seine" parce qu'il y manquait l'essentiel : la revitalisation du centre ville. Il craignait le bétonnage et « l'impact sur le petit commerce ».

Finalement, ce conseiller devenu Maire, Georges Mothron, a transformé le projet, selon lui, pour le rendre très bien :

« Nous avons mis l'accent sur la nécessité d'un nouveau plan de circulation, afin que l'accessibilité à Côté Seine, ainsi qu'à tous les commerces de proximité, soit facilitée. L'originalité de cet édifice commercial est de se situer en centre-ville, d'offrir une architecture harmonieuse et, enfin, de s'intégrer le mieux possible dans le tissu urbain existant. »

Harmonie, intégration, circulation, commerces de proximité.

Et l'humain retrouve sa place dans la ville.

Si nous arrêtons le mégaplexe Fiminco.

Notes

[1] Carte de Cassini, extrait sur wikimedia, repris de ce blog.

[2] Au Moyen-Âge, les fenestres étaient des volets en bois horizontaux que l'on relevait, comme les façades des camionnettes de marché. La fenestre ouverte, l'artisan travaillait à la lumière du jour.

- page 2 de 7 -