par Frédéric Lefebvre-Naré

Le Conseil se termine par le sujet le plus sensible, peut-être (c'est souvent le cas) : les indemnités de fonction des élus.

M. Clavel, rapporteur pour la majorité, prétend que :

  • le montant total d'indemnités va baisser (c'est vrai… de quelques dizaines d'€ par mois… soit quelques "pour mille" du total.)
  • le changement concerne uniquement des personnes qui ont changé de titre ou de délégation suite au dernier Conseil.

Ce qui est totalement faux.

J'interviens pour l'indiquer : pour leur majorité (absolue), les augmentations allouées vont à une seule et même personne… qui ne change ni de titre ni de délégation.

C'est le problème de la majorité municipale, de savoir comment elle se répartit les indemnités (l'opposition ne prendra donc pas part au vote) ; mais pourquoi raconter des salades au Conseil ?

Nous aurions aussi pu soulever le fait que les deux conseillers de la majorité qui n'ont pas de délégation (l'ayant récemment perdue) seront indemnisés moitié plus que les conseillers de l'opposition. Mais soit : sans doute la discipline majoritaire le vaut-elle bien. Je n'évoque pas ce point.

Georges Mothron me répond que je parlais trop vite et qu'il n'a rien compris. Bon, il y a ce blog pour un rattrapage.

Il poursuit en "rappelant" que son équipe a baissé les indemnités d'élus de 20%. Je trouve cela scandaleux (et le dis) car les indemnités des élus majoritaires sont loin d'avoir baissé : le budget est presque au maximum légal ! Sans parler des dépenses de formation multipliées par plus de 6… et trois fois plus élevées que le budget voté !

Là encore, la majorité fait bien ce qu'elle veut, dans le cadre de la loi : elle a… la majorité pour voter ses indemnités.

Mais pourquoi mentir de façon aussi éhontée, sur des chiffres vérifiables par tout un chacun, comptes de la Ville en main ? Ça me dépasse.