par Frédéric Lefebvre-Naré

Suite du liveblogging du Conseil (ici le débat sur le Contrat de Ville)[1].

La délibération n°4 (présentée par François Poletti) porte sur la participation de la Ville au Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance. Quatre associations, A2I, Conjugue, Contact et le Valdocco, seront subventionnées pour diverses "actions de prévention", notamment auprès de jeunes, et de personnes sortant de prison.

Pour le groupe d'opposition, Nicolas Bougeard (PS) approuve la délibération, tout en appelant à évaluer attentivement le travail réalisé par ces associations.

Si vraiment, les dizaines d'éducateurs spécialisés annoncés (à la délibération suivante) se consacrent à la prévention de la délinquance juvénile, au travail de rue, à la réinsertion, nous nous en réjouissons !

Vote à l'unanimité.


François Poletti présente la délibération n°5, attribuant des subventions au Valdocco et à Contact, selon des conventions votées au précédent Conseil.

La participation de la Ville est sous forme monétaire ou non ; 171000 € au total pour Contact, 114000 € pour le Valdocco, y compris 10000 € sous forme de mise à disposition d'un local à Saint-Just.

Vote à l'unanimité.

Je partage cependant, et je l'ai dit en Commission hier, la préoccupation exprimée tout à l'heure par Nicolas Bouegard : Comment ces associations rendent-elles compte de l'efficacité de ce qu'elles font ? Des résultats de leurs actions ? Que deviennent par exemple, 6 mois ou 1 an après, les jeunes qui avaient été suivis ? Je crois important de faire des progrès dans ce suivi.


Même remarque, mais même vote unanime, sur la délibération n°6, des conventions avec les centres sociaux associatifs du Val d'Argent Nord : Conjugue et la Maison pour Tous.

Xavier Péricat précise que la configuration du centre Bérionne, où se trouve Conjugue, permet des activités de plein air, ce qui justifie un support logistique (valorisé à 17000 € dans la convention).


7. Tarifs du Centre aquatique, dont la Ville ferme le vieux bassin. Elle ouvre pourtant, indique Marie-France Le Nagard pour la majorité, de nombreux créneaux supplémentaires : "42 places en école de natation, 35 pour les bébés nageurs, 145 places pour les séances d'aquafitness". Miracle !

La délibération augmente de 3 à 5% des tarifs, comparatif avec les villes voisines à l'appui. Pour l'activité aquafitness, très demandée par des non-Argenteuillais car elle était proposée très bon marché, l'augmentation est d'environ 20% — tout en restant, selon le comparatif fourni, moins chère qu'ailleurs.

Marie-José Cayzac (MdP) se demande quelle place restera pour la natation individuelle, pour les collèges ou les lycées. Elle cite des grandes villes franciliennes, absentes du comparatif fourni, et dont les tarifs sont plus bas.

Des tarifs plus élevés, pour moins de bassins, moins de maîtres-nageurs… le groupe votera donc contre.

Pour le Maire Georges Mothron, l'opposition est "prise les doigts dans le pot de confiture". (Lequel ? Mystère).

"Dans quel état vous nous avez laissé la situation, avec 17 millions de factures impayées sur la dernière année…" (sic). "Vous n'y connaissez rien en gestion !"

Marie-José Cayzac : "Vous êtes un macho !"

Georges Mothron : "Quant à mon masochisme (sic) j'en parlerai avec Madame ! Si vous voulez aboyer, vous irez dehors, car normalement il n'y a pas d'animaux dans la salle."

Je lui rappelle qu'il n'y a aucun animal parmi nous…

Georges Mothron : "J'espère que vous serez rayés de la carte électorale" (Les Argenteuillais ont plutôt voté dans le sens inverse aux départementales !)

Malgré ces propos insultants qui mériteraient de quitter le Conseil… je reste et m'abstiens sur ce vote, considérant l'augmentation compréhensible, bien que regrettable.


8. Future Halle des Sports (site Romain Rolland) : convention donnant accès aux deux lycées voisins, Julie-Victoire Daubié et Fernand Léger.

Marie-José Cayzac appelle le Maire à "cesser sa façon insultante de traiter les élus d'opposition et particulièrement les femmes."

"Elle rappelle que le projet vient de l'équipe municipale précédente et du Conseil Régional. Le projet avait pris du retard avant 2014, mais nous souhaitons sa poursuite et sommes parfaitement en accord avec cette délibération."

Aminata Badiane, de la majorité municipale, se "demande si Marie-José Cayzac a la maladie d'Alzheimer, nous ayant pendant une heure de temps (sic) insultés de tous les noms. C'est l'hôpital qui se moque de la charité".

Unanimité… pas sur ce dernier point !


9. Copropriétés du Val d'Argent

Un peu comme à Clichy-sous-Bois hélas, certains immeubles en copropriétés se dégradent : "colocations" surpeuplant des appartements, espaces communs dégradés, trafics, charges impayées, si bien que des travaux d'entretien ou de rénovation ne sont pas faits. Certaines copropriétés sont en lourd déficit. Dans certaines résidences, les valeurs des appartements sombrent, seuls des "marchands de sommeil" les rachètent.

L'Agence Nationale de l'Habitat (ANAH) propose dans le cadre du programme Habiter Mieux, une nouvelle aide qui porte à la fois sur les travaux de rénovation (pour des économies d'énergie) et sur "l'ingénierie" qui organise ces travaux.

Chantal Colin rappelle que l'équipe précédente avait fait partie des précurseurs sur ce type d'aide, avec le Conseil Régional, de même que l'OPAH, "c'était le plus gros engagement financier de l'ANAH sur le département. Nous formulons ce soir le souhait que ce Programme sur le Val d'Argent permette d'élargir les actions, pour que ces copropriétés s'en sortent."

Gilles Savry "sourit d'entendre que l'on veuille s'accaparer les choses". Chantal Colin éclate de rire : "Vous êtes bien placé !". Georges Mothron "Madame Colin, la nature reprend le galop !" (sic). Gilles Savry : "Qui avait signé le dossier ANRU ? C'était Georges Mothron lors du débat précédent". (éclats de voix côté opposition !) Georges Mothron : "Est-ce qu'on peut sortir du poulailler ?".

Gilles Savry : "Quand on était dans l'opposition, on a voté certains dispositifs. On est dans la continuité, on a envie de développer ce quartier-là."

"Vous vous offusquez du terme d'animal ? Rappelez-vous comment on nous a traités quand nous étions dans l'opposition."

Unanimité…

Il faudra pourtant faire attention dans le choix des travaux : la dépense est très élevée (26000 € prévus par appartement en moyenne !), la subvention n'est pas une raison suffisante de dépenser ce montant. Les travaux doivent s'intégrer dans un projet plus large pour réhabiliter et revaloriser les immeubles.

Cependant j'approuve ce programme et fais confiance aux critères retenus par l'ANAH, dont la subvention n'est pas automatique.

En fait j'aurais plutôt dû ne pas prendre part au vote, car depuis quelques semaines, l'ANAH est indirectement un client de mon cabinet — je l'indiquerai aux services municipaux.


10. Rétrocession à la Ville de parcelles appartenant à l'ex-SEMARG. Unanimité.

11. Quasi-rituellement, approbation de la résiliation de quelques baux dans les parkings du Val Nord. Unanimité

12. Tout aussi rituellement, approbation de la modification de 1 centime de la subvention du Ministère des Fiances pour les repas de 1 personne au restaurant municipal.

J'avais demandé en Commission s'il était possible de voter une délégation annuelle au Maire pour ce type d'avenant. Le rapporteur, M. Pierre, me répond, un peu à côté de la question, mais il répond, c'est déjà ça ;-)

Notes

[1] Lien corrigé, merci à la correspondante qui l'a signalé !