Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 10 février 2017

Réunions publiques de début 2017 : Orgemont Le Moulin… et Jean Vilar

par Bernard Rols

Les réunions de quartier organisées par la Municipalité d'Argenteuil sont passées ce 26 janvier par l'École Pierre Brossolette.

Au programme,

  • Un bilan de 2 ans d’actions de notre comité de quartier
  • Des présentations des projets économiques, culturels et de loisirs (conseil économique, pôle Héloïse, Porte St-Germain)
  • La présentation du nouveau site Internet de la ville
  • L'application Tell my City, 8 mois après.

Arrivé tardivement vers 21 heures 10, je n'ai pu assister à ces présentations mais seulement aux questions / réponses. En voici un compte-rendu.

Un habitant a constaté que par rapport à d’autres villes, l’éclairage public s’allumait prématurément le soir et s’éteignait tardivement le matin. Il proposait d’équiper cet éclairage public de détecteurs de luminosité.

Georges Mothron répond que le réseau électrique est ancien, et les transformateurs hors d’âge. Des réflexions sont en cours. Il est prévu de remplacer par des LED, 10 000 points lumineux sur 2 ans : économie prévue, 30 à 40 %.

Une habitante rencontre des problèmes avec l'application de Tell My City sur son smartphone. Il lui est conseillé dans la salle, de télécharger à nouveau cette application.

Une remarque sur le tracé de la piste cyclable rue Paul Vaillant Couturier, qui devient invisible.

Plusieurs habitants se plaignent de problèmes de sécurité au pourtour du marché de la Colonie.

Georges Mothron propose d’envoyer la police municipale. Pour mémoire, nous avons soulevé à plusieurs reprises ce sujet auprès d'élus. Nous sommes conscients qu’il ne suffit pas de déplacer le problème dans d’autres rues du quartier. La municipalité estime le problème « compliqué ».

Sur les évolutions des quartiers, des réflexions sont en cours avec Paris.

Une question sur la Tangentielle.

Georges Mothron : les financements sont là pour la première partie en cours de réalisation. Les enquêtes publiques sont lancées, les procédures d’expropriation en cours.

Nous apprenons qu'une prolongation du T2 du Pont de Bezons à la Gare d’Argenteuil serait impossible car de nouveaux quais n’auraient pas été prévus à la Défense.

Je suis d’autant surpris car ce projet était porté par l’agglomération Argenteuil / Bezons et que lors d’une réunion publique, organisée à l'époque par Philippe Doucet, Georges Mothron s’était engagé, au nom du département du Val d’Oise à financer l'étude préparatoire !

Un habitant demande ce qu’il adviendra du mur qui tombe en ruine avenue Stalingrad, en entrée de ville à côté de l’aménagement de la butte d’Orgemont (terrain "Sifru" face à Grand Frais), ainsi que de la partie de carrière "Soverini" à combler. La fin des travaux sur cette dernière est prévue pour 2019.

Sur le terrain "Sifru", Georges Mothron indique que le permis de construire sollicité par Lidl a été refusé.

Un habitant déclare que l’aménagement de la Butte d’Orgemont est une pantalonnade, que le début du comblement remonte à 16 ans, que côté Stalingrad, c’est une vraie « gadoue » lors de pluies.

Georges Mothron s’inscrit en faux et passe la parole à une Chef de Service de la Mairie, qui s’occupe depuis des années de cet aménagement.

Une habitante a constaté qu’à la bibliothèque municipale, l’offre de livres était restreinte avec une baisse de qualité.

Xavier Péricat reconnaît que la rigueur budgétaire imposée aux Argenteuillais depuis leur arrivée en responsabilité, a aussi impacté la bibliothèque. Il rappelle les 2 années de finances locales difficiles, la baisse des dotations de l’Etat…

Sur une nouvelle piscine : hors projet : c’est clair, c’est dit !

Une habitante demande pourquoi les commerçants du marché Bio du vendredi soir ne s’installent pas dans le marché ?

EpA peut répondre : les étals appartiennent en propre aux commerçants du samedi. Mais il reste de la place libre dans la halle !

Des rumeurs sur la fermeture de la Poste de l'Avenue Stalingrad et la nécessité d’aller chercher ses colis ou recommandés à la Poste des Coteaux, rue Védrine.

Georges Mothron rappelle que la Poste du Val Nord est fermée, et fait face à un véto de la direction de La Poste pour la rouvrir. Direction qui invoque, concernant le bureau de l'avenue Stalingrad, des problèmes de rentabilité.

Pour suivre l'actualité de la défense de ce bureau de Poste, c'est sur le blog Tam Tam Colonie !

Une dernière question : des médecins refusent d’effectuer des visites à domicile, car malgré leur caducée, ils font l’objet de procès verbaux pour stationnement.

Georges Mothron déclare qu’il tolère une certaine souplesse pour le stationnement des voitures de médecins mais qu’il y a des limites que certains dépassent allègrement (et nous repartons dans les incivilités).

Je suis intervenu personnellement sur le projet Fiminco – Ilot Héloïse :

''Monsieur le Maire,

Vous allez réaliser un pôle culturel, de commerces et des logements sur l’ilot Héloïse : surface totale développée : 40 000 m2.

Un pôle similaire existe à Béziers depuis 2010 : 9 salles de cinéma, des commerces et des logements pour une superficie identique de 40 000 m2. Béziers et son agglomération comptent 120 000 habitants soit l’équivalence en clients potentiels d’Argenteuil, une partie de Colombes, Gennevilliers…

Le polygone de Béziers est conçu pour accueillir 4 millions de visiteurs/an.

Comment le Pont d’Argenteuil, l’avenue (Gabriel Péri) et le boulevard Héloïse pourront-ils absorber ces 4 millions de clients ? Sachant qu’il y a 1500 places de parking à Béziers contre 900 prévues à Argenteuil ?

Quel sera l’avenir de Côté Seine et du Figuier Blanc que nous payons encore ?

Combien d’emplois vont être crées ? Combien vont disparaître dans les commerces du Centre ville ?

Les achats sur Internet sont en constante augmentation. Aux Etats-Unis, 400 centres commerciaux de même envergure sont laissés à l’abandon car non rentables. Si votre projet n’atteint pas les objectifs prévus de rentabilité, la commune devra t-elle compenser le manque à gagner ?

Merci de votre écoute.''

Georges Mothron me présente comme le représentant d’un petit groupe qui s’oppose à tout. Sic ! Les lecteurs de notre blog jugeront.

Ensuite, il rappelle que des études de marché ont démontré la fuite des Argenteuillais vers les communes avoisinantes pour leurs achats.

L’objectif de ce pôle est de ramener les argenteuillais à consommer dans leur ville.

Côté Seine viendra en complément de l’offre commerciale autour de ce nouveau pôle commercial.

Regrettant de n’avoir pas été présent dès le début de sa réunion où il a présenté ce projet, je lui fais néanmoins remarquer qu’il ne répond pas précisément à mes interrogations… légitimes.

Il considère qu’il a répondu.

Un habitant très connu du quartier, ex membre du comité de quartier, s’étant déjà opposé au projet Mazagran, a sollicité un rendez vous auprès du maire, et l’obtient.

Fin de la réunion et de ce compte-rendu, merci pour votre lecture ! :-)

mardi 11 octobre 2016

Conseil Municipal du 11 octobre 2016 : Affaires générales et particulières

28. Plan communal de sauvegarde : le Conseil doit prendre acte de son établissement. Il comporte un recensement des intervenants, annuaire des téléphones portables, des lieux d'accueil, des modèles d'arrêtés et de réquisitions, un guide pour l'activité de la cellule de gestion de crise. Ceci pour les cas d'inondations, risques liés à la canalisation Trapil, effondrements, accidents chez Total Gennevilliers, accidents avec train de marchandises… Il devra donc être mis à jour en permanence.

Le Maire fait voter et considère qu'il y a unanimité.

29. La sirène des pompiers devient municipale et la ville en installe une 2ème près de la Basilique. On les essaye toujours le 1er mercredi du mois à 12h. Unanimité.

30. Convention de fonctionnement du CASC, équivalent pour les agents de la Ville d'un comité d'entreprise.

Nous nous abstenons parce que le montant par agent, que la Municipalité dit "maintenu", n'est pas précisé.

31. Equivalence de durée de travail pour les gardiens de groupes scolaires : Georges Mothron propose des horaires forfaitaires pour certaines tranches horaires où le gardien n'est pas sollicité en permanence, "comme cela été pratiqué pour les gardiens d'équipements sportifs".

Hakim Hssini lit dans la délibération que "après concertation, les agents n'ont formulé aucune critique" : "Ils ont été surtout informés que la plupart de leurs demandes ne seraient pas prises en compte. Il y a des disparités de charge de travail entre groupes scolaires. Le recours gracieux d'un syndicat sur ce sujet est resté sans réponse à ce jour. Nous voterons contre cette délibération."

Georges Mothron : "on ne pouvait pas tolérer d'avoir une partie des gardiens avec certains règles et d'autres, récemment embauchés, avec d'autres règles. Ça fait partie de ce qu'on devait remettre en ordre dans cette ville".

Quel double langage !

32. Transfert primes-points pour les agents contractuels au même titre que les fonctionnaires.

Unanimité.

33. Convention pour l'établissement des dossiers retraite par le CIG-GC

Abstention de l'opposition.

34. Prestation repas des agents communaux : 4,50 € de subvention pour accéder au restaurant de l'hôpital, lui-même surbooké, ou d'autres restaurants interservices à trouver. L'opposition s'abstient.

35. Honoraires des médecins du comité médical et de la commission de réforme. Unanimité.

36. Admissions comptables en non-valeur de créances irrécouvrables. Unanimité.

37. Constats d'extinction de créances effacées par un juge. Unanimité.

38. Représentants de la Ville au sein des Conseils d'école. Rizlaine Oujjat en particulier est remplacée dans de nombreux Conseils où elle siégeait. Tous les représentants sont des élus de la majorité comme toujours. L'opposition ne prend pas part au vote. Philippe Doucet demande que la liste écrite des changements soit communiquée.

39. Représentant de la Ville au Conseil de surveillance de l'hôpital Victor Dupouy : Alain Crevau, conseiller municipal délégué à la Santé, y remplace Philippe Métézeau.

Philippe Doucet demande s'il y a un changement de configuration du Conseil d'Administration de l'Hôpital : il n'y en a pas.

40. Attribution de salles pour les primaires : la Municipalité attribue de nombreuses salles et "bureaux de vote" à ce titre. Il me semble curieux que des villes s'engagent dans ce processus interne aux partis et attribuent ainsi plus de moyens aux paris qui ont choisi cette procédure, non prévue par la Constitution.

41. Retrait de la qualité d'Adjointe, à Samia Anzagh, n°6 sur la liste élue en 2014.

Georges Mothron : "Nous avions signé une charte éthique prévoyant que nous soyons dans des dispositions de franche camaraderie tout au long du mandat. C'est au pied du mur qu'on voit les maçons. J'ai dû devant des problèmes d'utilisation de … de… de réseaux sociaux, que… parfois je me trouvais devant une école maternelle. J'ai averti l'équipe, un certain nombre de colistiers, j'ai dû l'année dernière sur un dépassement de règlement, faire en sorte que Martine Rousseau, qui s'était fourvoyée sur Facebook, ne conserve pas une délégation d'adjointe. Cette année, malgré l'excellent boulot de madame Anzagh, la mort dans l'âme, après l'avoir réavertie en juin de manière particulière, la faille a recommencé au mois de juillet, je ne pouvais pas aller plus loin, je le regrette bien vivement, l'amitié reste entière. Je propose, au-delà de la délégation d'adjointe du Val d'Argent Sud qu'elle n'exercera plus, de retirer cette délégation (en fait, ce titre d'adjoint) à Mme Anzagh. Sauf opposition du tiers des membres présents, le vote a lieu à main levée. Qui demande un vote à bulletin secret ?"

À part l'opposition, trop peu de membres de la majorité.

"Nous votons donc à main levée. Qui est donc pour le maintien de Mme Anzagh… ?"

Des mains se lèvent pour demander à intervenir.

"Après le vote !"

Protestations. Finalement, le Maire se rend compte que le débat doit avoir lieu avant le vote.

Nicolas Bougeard rappelle "l'article 11 de la charte éthique de la majorité : la publication tous les deux ans, par chaque élu, d'un relevé de sa présence aux réunions de travail, faute de quoi le Maire peut en réduire les indemnités. Nous n'avons pas encore vu ces relevés de présence. Je suis sûr que vous les avez, chers collègues ? Nous sommes assez étonnés de la nouvelle proposition (sur les indemnités des élus) : trois élus voient les indemnités baisser, et deux autres augmenter, dont une que vous avez cité pour des propos (en fait une republication de photo) qui relèvent du délit. Vous l'avez fait sortir par la fenêtre et rentrer par la porte. Nous allons vous laisser vous débrouiller entre vous."

Geroges Mothron "Madame Anzagh a demandé la parole, je la lui accorde volontiers."

Samia Anzagh : "Au cours de juin et juillet 2016, en plein période de primaires et de burkini, j'ai partagé mon indignation face à ces déclarations extrêmes à contre-courant de l'intérêt général. J'ai toujours exprimé les valeurs qui me sont chères. Malgré les attaques terroristes et le chagrin, nous ne devons pas céder à la haine et la violence. Les élus doivent être exemplaires. J'ai interpellé le maire sur les propos racistes et islamophobes d'élu(e)s sur les réseaux sociaux. Mais seuls mes propos de non-encartée, ne cédant pas à l'esprit partisan, ont été sanctionnés. Je ne pense pas avoir enfreint la charte éthique, bien au contraire. Il faut que les politiques arrêtent de s'occuper de la religion. La bienveillance doit régner. Appartenir à une majorité ne doit pas imposer de renoncer à ses convictions. Minoritaire, isolée dans la majorité municipale, je reste attachée aux intérêts des Argenteuillais."

(Une intervention plus précise de sa part sur YouTube).

Le Maire demande qui est pour ce retrait. Nombreuses mains levées. Ou tout petits doigts timides. "Bande de traîtres !" dans le le public. Six conseillers de la majorité ne prennent pas part au vote, de même que l'opposition. Le Maire déclare le résultat… On l'appelle à demander qui est contre ! Il le demande. Quatre mains se lèvent, plus un pouvoir. Le Maire compte seize non-participations au vote… apparemment il divise ses propres élus par deux. L'opposition l'appelle à recompter. Philippe Doucet propose de revoter. Le Maire le fait bel et bien. Philippe Doucet fait observer qu'un vote à bulletin secret eût évité cette triste comédie.

21 conseillers + 3 pouvoirs votent pour le retrait de la qualité d'adjointe à Mme Anzagh ; 4 + 2 pouvoirs votent contre ; 18, pouvoirs inclus, ne participent pas au vote. Le Maire rejette le vote contre de Mme Rezgui, qui devait venir au Conseil et n'a pas donné son pouvoir.

E finita la commedia.

Mais ça continue, le nombre d'abstentions n'est pas clair… Le Maire estime que abstention et contre c'est pareil, il fait un total de 9, "donc la délégation d'adjointe de Semia Anzagh n'existe plus."

Et il souhaite aux uns et aux autres une excellente soirée…

Conseil Municipal du 11 octobre 2016 : heurs et malheurs des quartiers

7. Demande de subvention pour la vidéosurveillance : dans le cadre de nouvelles dispositions de la Région, dites "bouclier de sécurité"… : qui financent des caméras HD dans la ZSP. François Poletti a bien voulu répondre en Commission à différentes demandes de précision de ma part. Georges Mothron indique que "la vidéoprotection a permis cette après-midi l'arrestation de gros dealers dans le quartier des Musiciens."

8. Tarifs d'enlèvement des dépôts sauvages : Philippe Vasseur précise que sur TellMyCity, les dépôts sauvages représentent 30% des signalements, ce qui ne les dissuade pas. 2230 tonnes de dépôts sauvages ont été ramassés en 2015 (par l'Agglomération ! pourtant critiquée à l'époque par la Municipalité our sa prétendue inaction…), 1000 tonnes en 6 mois cette année.

Les tarifs prévus, dont un forfait d'enlèvement de 265 € TTC, sont censés couvrir les coûts du déplacement (avec pesage), mais pas les coûts de l'enquête pour retrouver les auteurs de des dépôts… C'est déjà ça.

Georges Mothron précise que certaines caméras ont permis de prendre sur le vid des "pseudo-artisans", "des camionnettes entières", que "des poursuites sont en cours" et que "ça commence à se savoir".

Nicolas Bougeard se réjouit de la volonté de la Ville de combattre ce fléau. Il se rappelle un élu de l'opposition moustachu, qui, il y a 30 mois, "parcourait la ville appareil photo en main, assurant qu'avec lui, ça serait vite réglé". "Nous nous réjouissons de cette délibération et apprécions que vous constatiez la difficulté du sujet."

Unanimité.

9. Cession de l'ancienne Poste rue Kléber : déjà vendue 230000 € il y a quelques mois mais "les acquéreurs n'ont pu réaliser le projet". Nouvelle vente au même prix.

Fabien Bénédic annonce que nous voterons contre. Nous estimons en effet que le quartier Moulin d'Orgemont aurait besoin d'une Maison de Quartier, qui ne semble pas se dessiner.

Je m'étais abstenu lors du précédent vote, mais les difficultés à transformer cette Poste en pavillon suggèrent qu'elle ferait sans doute une meilleure Maison de Quartier.

10. Partenariat avec NQT "Nos quartiers ont du talent" : cette association implique des entreprises, des cadres, des professionnels RH, pour "coacher" des jeunes bac+3 vers l'emploi. Fabien Bénédic rappelle qu'il s'agit là de poursuivre un partenariat de l'ex-Agglomération avec NQT. Unanimité.

Quelques exemples d'actions de NQT hors d'Argenteuil : 1, 2, 3, 4.

11. Demandes de dotation d'État "Politique de la Ville", ex- Dotation de Développement Urbain, près de 2 millions / an que la Ville touche depuis l'année 2014. Elle doit présenter une liste de réalisations auxquelles ces sommes seront affectées… La liste est fort peu probante, mais bon, tout le monde comprendra qu'il s'agit d'un prétexte.

Chantal Colin estime justement ce tableau "pas très explicite", avec un planning de réalisations qui fait douter que les dépenses relèvent bien de l'exercice 2016. "Si vous vouliez bien nous donner quelques précisions, nous pourrions le voter."

Xavier Péricat note qu'aucune précision n'a été demandée en commission des Finances — effectivement j'avais trouvé le tableau insauvable et m'étais dispensé de demander (pour la nième fois) des justifications crédibles. "Vous savez bien qu'en matière d'investissement… l'année 2016, il en reste deux mois et demi… De toute façon la dotation Politique de la Ville est une recette d'investissement. Pour le reste, Madame Colin, réjouissons-nous du maintien de cette dotation, qui vient en atténuation du désengagement global de l'État, qu'il faut déplorer."

Philippe Doucet : "c'est la deuxième fois il n'y en aura pas trois : il n'y a pas le quorum."

Xavier Péricat : "je n'ai pas l'impression qu'il y ait tant de chaises vides." Mais ce sont les conseillers qu'il faut compter.

Philippe Doucet : "On est trop bons."

12. Acquisition des locaux du centre technique 5 rue de l'Angoumois, face à Aérokart, à l'euro symbolique.

13. Lots A et C des parcelles 109/111 Maréchal Joffre : résidence "Le Figuier", regrettable pavé d'immeuble en fin de construction en plein quartier pavillonnaire des Coteaux. La Ville reprend à l'euro symbolique quelques m2 pour l'alignement de la rue.

14. Acquisition d'un pavillon 50 rue Michel Carré. Minuscule terrain et petit pavillon inhabité depuis des années, muré, bon à démolir. Racheté 256000 € ! à l'Établissement Public Foncier qui "portait" ce terrain dans le cadre du projet de la Porte Saint-Germain, non réalisé. C'est le prix initial plus des frais financiers ou matériels énormes.

Ça me semble un marché fort mal négocié (à l'époque, début 2008) et je considère en laisser la responsabilité aux responsables… et m'abstenir sur ce vote.

Chantal Colin déplore, elle, que cette partie très dégradée de la rue Michel Carré n'ait pas été incluse dans le nouveau périmètre d'études de la Porte Saint-Germain. Gilles Savry répond que la Municipalité "se focalise sur les secteurs encore plus difficiles". "Le STIF travaille sur la liaison entre terminus du tramway T2 Pont de Bezons, et gare d'Argenteuil ; la Déclaration d'Utilité Publique devrait sortir en 2017 ; l'avenir de la rue Michel Carré en dépend."

Georges Mothron : "on aura des décisions à prendre avant la fin de cette année".

Unanimité à mon abstention près.

15. Acquisition d'un appartement de 35m2 14 boulevard Jean Allemane, immeuble déclaré en "insalubrité irrémédiable". La Ville acquiert les appartements un par un, ce qui est difficile car les propriétaires ne veulent pas céder au prix prévu par les Domaines, ici 35000 € pour 35 m2.

Chantal Colin se réjouit que cet arrêté ait été enfin pris, alors que la Ville avait commencé à acheter auparavant. Combien de lots restent à acquérir ?

Gilles Savry : 4 des 6 lots.

Unanimité.

16. Cession du 26 rue Paul Vaillant-Couturier à l'Etablissement Public Foncier d'Ile-de-France, en attendant un projet urbain sur ce périmètre de l'îlot Laugier. L'achat a été difficile, jusqu'au juge des expropriations, qui a fixé l'indemnité à 448000 €, que l'EPF nous reverse maintenant.

Chantal Colin fait une rapide allusion à la très longue histoire de cette parcelle. Unanimité.

17. Cession à Nexity rue de Bavard, rectification d'une erreur dans la délibération : une parcelle avait été mentionnée à tort dans le vote sur ce cadeau somptueux à Nexity.

Nous avions voté contre à l'époque et votons contre la délibération même rectifiée.

18. Cession de la parcelle 86 boulevard Marceau Guillot

Les habitants de la parcelle voisine veulent acheter ce terrain de 100 m2 en angle de carrefour. Il leur était répondu que la parcelle n'appartenait pas à la Ville ; en fait, si, elle la leur cède donc "au prix des Domaines" soit 10000 €, c'est un cadeau (la valeur de leur terrain augmentera de bien plus). Unanimité tout de même.

19. Convention EPF-IDF et Territoire Boucle Nord

La nouvelle convention substitue le nouveau Etablissement Public Foncier d'Ile-de-France à l'ancien Etablissement Public Foncier du Val d'Oise. Unanimité.

20. Délégation au Maire du droit de préemption urbain qui relevait auparavant de l'Agglomération.

(je complèterai plus tard. Abstention de l'opposition).

21. Fermeture du marché Colonie le mercredi matin.

Je demande pourquoi la double date du vendredi soir et du samedi matin…

Le vendredi soir ne correspond pas à ce que suggérait l'enquête faite par le collectif du Marché auprès des habitants : mardi soir ou mercredi après-midi, heure a priori pratique, par exemple pour beaucoup de mamans, et il n'y a aucun autre marché au même moment à Argenteuil.

De plus, comment espérer faire revenir une chalandise au marché en y laissant traîner des câbles électriques tombant du toit, des boîtiers de dérivation ouverts à hauteur d'homme… ? Cela demanderait juste, sans parler de mise aux normes, quelque heures d'un électricien des services de la Mairie, et nous le demandons depuis un an…

Nous votons donc contre cette délibération trop mal préparée.

(Merci à Bernard Rols pour la préparation de mon intervention !).

Pour Stéphanie Henry, "je vous avais répondu sur le choix du vendredi soir, c'est parce que c'est le début du week-end, et que beaucoup de gens passant par la gare le vendredi soir. Le marché du vendredi soir a eu un coup de mou mais ça va repartir de plus belle. Le collectif du Marché nous sollicite très régulièrement, il sollicite beaucoup la Mairie… "

22. Dissolution de la Maison Intercommunale de la Justice et du Droit : la Ville continuerait d'accueillir ce service, en partenariat direct avec le Tribunal de Grande Instance et la Ville de Bezons. Viendrait-elle dans les locaux actuels du Trésor Public Municipal, demande Nicolas Bougeard ? Pas dans les mois qui viennent, répond Georges Mothron.

23. Contrat local d'accompagnement à la scolarité : la Ville subventionne des associations pour les études après l'école. Fatima Amarir indique que des évaluations des résultats de cet accompagnement seront demandés en mai 2017.

Ayant eu un entretien récemment avec la responsable d'une de ces associations, je rejoins à la fois l'engagement de la Ville à leurs côtés, et ce souhait d'évaluer les résultats de l'accompagnement, au-delà de nombres d'inscrits.

24. Collaboration à Savante Banlieue : manifestations de découverte de la science, organisée par le Territoire voisin de Plaine Commune avec les universités et le CNRS. La subvention paye le déplacement de lycéens argenteuillais.

25. Subvention au Foyer de Jeunes Travailleurs Daniel Féry, au Val Nord. Bâtiment de qualité médiocre dont la réhabilitation coûterait 5 M€ et l'État n'y est pas subventionnable. Moins de 50% des locataires sont Argenteuillais, indique Philippe Doucet. Ou "on" (il parle ici comme vice-président d'AB Habitat) rase et on reconstruit sur place, mais la parcelle est très petite ; ou on vend à un opérateur comme Espace-Ille (?) dont c'est le métier de faire des Foyers de Jeunes Travailleurs, ce qui lui permettrait de bénéficier d'une aide d'État. AB-H part sur cette deuxième solution. La nouvelle directrice générale d'AB-H est mandatée pour cela.

Georges Mothron répond que Espace-Ille avait racheté des immeubles dans les années 90 au Val Nord et créé un foyer d'étudiants tout neuf dans le centre ville, et que tout cela ne donne pas un bon exemple de gestion : ce ne sont plus des étudiants mais des familles.

Philippe Doucet n'est pas marié avec Espace-Ille et constate qu'ils n'ont pas d'autre FJT en Ile-de-France. "On aura l'occasion de l'évoquer en Conseil d'Administration de la coopérative" AB-Habitat.

26. Tarification de la plongée à Gagarine : la Ville y ouvre de nouvelles activités, ayant pu dégager un maître-nageur sauveteur à plein temps. Madame Le Nagard : "On a aménagé les tarifs" (à la baisse, en fait).

Renée Karcher constate que les tarifs sont étranges : nous avons demandé en commission Action sociale (et parallèlement en commission des Finances) une rectification, "mais personne n'a été en mesure de nous répondre. J'ai aussi demandé le 28 juin les chiffres de fréquentation, nous attendons toujours les réponses. Vous mesurez le mécontentement des utilisateurs du centre aquatique, que vous poussez à partir à Eaubonne, Colombes ou Herblay, transformant encore Argenteuil en ville dortoir."

Madame Le Nagard : "on ne va pas revenir sur l'historique du centre aquatique. J'ai cru vous avoir répondu le 28 juin sur la fréquentation. Je peux vous donner les chiffres de la saison 2015-2016 : 385 inscrits payants à l'école de natation (on en a plus de 500 que leurs parents inscrivent en début de saison, mais certains ne viennent pas) ; 220 bébés inscrits ; à l'aquafitness, entre entrées libres et cours, 1600 personnes."

Nous avions demandé que les services rectifient la grille incohérente présentée. Mais non. Nous nous abstenons.

27. Participation de la Ville à la plaine de loisirs de Vallangoujard, dans le Vexin, partagée avec Colombes et Bezons. Fatiha Bacha présente des photos des activités qui s'y déroulent. "Nous sécurisons la traversée vers le haras, avons créé des ventilations…" Des réunions avec les directions d'école "auront lieu incessamment sous peu" pour leur présenter les possibilités du site.

Les villes payent au prorata de leur population, donc 46% pour Argenteuil, qui ne l'utilisait que peu. Mais pour Georges Mothron "Argenteuil a récupéré une partie de l'activité".

Marie-France Fari : "d'autant que c'est la seule structure restante" après la fermeture des colonies de vacances à "Saint-Hilaire de Riez, que nous avions rénovée" dans le mandat précédent. "Nous avons appris avec grande stupéfaction que la majorité actuelle organise à Vallangoujard ses séminaires d'élus, aux frais de la Ville".

Fatiha Bacha : nous optimisons. "La fréquentation est quasi au maximum : 406 sur 420 places cet été. Maintenant c'est proposé à tous les Argenteuillais et pas seulement ceux des centres de loisirs."

Marie-France Fari : "c'était déjà le cas ! J'étais Présidente" et bien placée pour le savoir.

Unanimité pour ce financement.

mardi 16 juin 2015

Vers un nouveau Contrat de Ville à Argenteuil

par Frédéric Lefebvre-Naré

Conseil Municipal ce 16 juin, auquel je suis arrivé en retard :-( …

…ratant ainsi l'occasion de défendre le premier amendement que j'aie déposé pendant cette mandature : je proposais de porter à 10000 € l'aide qu'Argenteuil attribuera, après la catastrophe au Népal, à une association argenteuillaise connue pour son action là-bas. 9 centimes par Argenteuillais, ça ne me semblait pas excessif, même pour une ville si endettée. La majorité s'en est tenue aux 3000 € qu'elle proposait — comme les Adjoints me l'avaient annoncé hier en Commission des Finances, en réponse à cette proposition d'amendement.

La délibération n°3 porte sur le nouveau Contrat de Ville, 2015-2020 : un plan-cadre pour l'ensemble des actions de "politique de la Ville", ciblée sur les quartiers les plus en difficulté.

Présentant ce nouveau Contrat de Ville, Philippe Métézeau (UDI) souligne des priorités :

  • Réussite éducative : repérer le décrochage scolaire au plus tôt.
  • Prévention : activité des Centres médico-sociaux
  • Citoyenneté et sécurité.
  • Chômage : 9000 demandeurs d’emploi à Argenteuil (catégorie A).
  • 70% des Argenteuillais sortent de la ville pour le travail, 60% des emplois à Argenteuil sont pourvus par des non-Argenteuillais : les transports sont essentiels à l’emploi.
  • Un développement économique « inclusif » : ne pas seulement demander aux personnes de s’aligner sur les besoins des entreprises, mais prendre aussi en compte les capacités des personnes dans les projets économiques.

« Le dernier point, c’est la participation des habitants, avec des Conseils citoyens qui vont être créés sur Argenteuil. Le but, c’est la co-construction et l’évaluation. L’évaluation de ce qui a été fait — voir ce qui a marché ou non — est souvent faible. Comment vont s’organiser les Conseils citoyens ? Il s’agit dans un premier temps de faire un premier Conseil citoyen qui concernera toute la ville, pour démarrer vite ; il aura deux collèges,

  • « habitants, tirés au sort à partir des 600 qui s’étaient portés volontaires pour faire partie des comités de quartier, et des usagers des Maisons de quartier : des habitants qui se signalent et qui veulent participer à la vie de notre ville. Des habitants non élus pourront également y participer, sans droit de vote, mais il est rare que des votes soient organisés dans de tels conseils »,
  • « associations et acteurs locaux ».

Ces tirages au sort seront à l’automne 2015.

Chantal Colin (PS) : "Je souhaiterais apporter quelques éclairages pour compléter cette présentation, sur laquelle je n’ai rien à redire… un peu biaisée tout de même.

L’engagement de l’État va au-delà des subventions : exonération de « surloyers », TVA réduite, etc.

Il y a 9 quartiers concernés dans l’Agglomération, 37000 habitants y résident. L’Agglomération est pilote de la procédure, a mobilisé les partenariats entre acteurs : villes, bailleurs sociaux, institutions, services de l’État. Il s’agit pour la première fois d’un contrat unique, censé reprendre les dispositifs qui se sont juxtaposés au fil du temps. Le travail de l’Agglomération ne s’arrêtera pas à la signature du contrat, et se poursuivra avec les programmes d’action annuels. Le législateur a insisté sur la participation active des habitants à cette ‘politique de la Ville’. Il s’agit d’améliorer leurs conditions de vie et de favoriser le ‘vivre ensemble’. Ce travail a donné lieu à de nombreux travaux depuis novembre 2014 : nous avons posé un diagnostic, défini des orientations stratégiques, entre mars et mai nous les avons déclinées par thème et par quartier.

La démarche participative des habitants n’a pu se mettre en place pendant l’élaboration du contrat, mais les diagnostics ont été faits dans l’ensemble des centres sociaux de la Ville.

Le législateur a précisé qu’un Conseil citoyen devait voir le jour dans chaque quartier prioritaire. L’Agglomération a demandé à chaque ville ses propositions. Celles d’Argenteuil (un seul Conseil citoyen avec 2 habitants par quartier) nous semblent très au-dessous de ce qui est souhaité. Il y a de grandes différences entre quartiers, des problèmes spécifiques à chacun. Parmi les habitants qui participent aux comités de quartier, peu résident dans les quartiers « prioritaires » de la politique de la Ville.

Le désaccord entre Ville et Agglomération sur le montant des « avenants de sortie des conventions ANRU » retarde la signature du contrat. Pour cette raison, nous ne participerons pas au vote ce soir."

Georges Mothron (Maire, UMP… euh, LR) : "Je trouve la ficelle un peu grosse. Il y a là des associations, des habitants que vous prenez en otage. Le désaccord sur les avenants ANRU est dû aux choix que nous avons dû faire, devant le marasme financier que vous nous avez laissé. Vous avez foutu le feu et vous présentez comme pompiers."

Philippe Métézeau : "La loi nous obligeait à travailler sous la coupe de l'Agglomération. On aboutit à un document dont vous avez piloté la mise en oeuvre. Je me suis bien gardé, dans ma présentation, d'évoquer les responsabilités respectives. On est au Conseil Municipal d'Argenteuil. Vous êtes ici comme conseillers municipaux d'Argenteuil."

Effectivement, n'étant pas conseiller d'Agglomération, je suis particulièrement sensible à cet argument. Mais également choqué par la façon dont la Municipalité vide de son contenu la disposition légale sur les Conseils citoyens.

Créer, comme le demande la loi, un Conseil dans chaque quartier, même tout petit (la Cité du Tronc est l'un des quartiers !), c'est donner la parole à ceux qui d'habitude ne l'ont pas, et qui pourtant sont les premiers concernés. Ceux qui ne sont pas dans les listings des comités de quartier, qui ne président pas, pour la plupart, d'associations, qui ne fréquentent pas, pour la plupart, les maisons de quartier.

On ne peut pas voter contre un contrat qui rapportera de l'argent à la Ville, pour des actions bien légitimes, dans les quartiers en difficulté… Mais constituer ces Conseils par quartier était le seul engagement concret que devait prendre la Ville à travers cette délibération. C'était essentiel. Ce n'était pas coûteux. Elle s'en dispense. C'est bien triste.

Je partage donc la position du groupe d'opposition.

page 2 de 2 -