Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 avril 2019

Conseil Municipal du 17 avril 2019 : le live, 1. l'hôpital

par Frédéric Lefebvre-Naré

Un Conseil Municipal riche en points exceptionnels ajoutés d'urgence.

CM-20190417.jpg

Georges Mothron commence par suspendre la Conseil pour donner la parole à "l'Hôpital" pour une communication "urgente". Le maire commence par se féliciter de l'arrivée d'un plateau supplémentaire d'imagerie médicale, et confirme la transformation de l'Hôpital en bâtiment "monobloc" par une double extension de Madeleine Brès. Georges Mothron demande au directeur, M. Martin, de "présenter ce plan de modernisation".

M. Martin répond que le maire lui a "coupé l'herbe sous le pied" (bon… dans un hôpital monobloc, guère d'herbe en effet) mais se réjouit de faire cette présentation "au nom des personnels de l'hôpital, près de 2500 personnes". La situation financière désormais équilibrée, depuis 2016, de l'Hôpital, "positivement atypique dans l'écosystème hospitalier parisien", "lui permet de rebondir". L'extension de Madeleine Brès était initialement prévue pour 2017-2018, le projet va être réactualisé. "L'aspect hôtelier de ce bâtiment est très efficient. (…) Pour la radiothérapie, qui avait fait beaucoup parler, va se développer de manière, non quantitative, mais qualitative : nous allons mettre en place la stéréoradiothérapie, qui permet de réduire le nombre de doses au patient."

"Les urgences et l'ensemble des courts séjours vont intégrer le nouveau bâtiment, alors que les urgences devaient initialement rester dans le bâtiment à part. Nous avons eu du COPERMO, très proche du cabinet de la Ministre, une autorisation verbale de poursuivre le projet. Le coût sera pris en charge à 30% par l'ARS, au niveau régional et non national."

"Nous progressons dans les durées de séjour raccourcies en chirurgie, avec des méthodes de réhabilitation pour préparer à la sortie."

"Nous avons pour ambition de concentrer à Argenteuil plus de plateaux techniques, étant l'hôpital support du Groupement hospitalier de territoires géographiquement au centre de cette organisation."

"La problématique des soins non programmés, et des urgences, est très lourde à Argenteuil : plus de 100000 passages aux Urgences l'an dernier. On essayera de bien séparer les flux d'adultes et d'enfants, de personnes debout et couchées, et d'urgence absolue. Nous avons aussi une offre gériatrique complète ; une maternité remarquable avec réanimation néonatale, le "niveau 3", qui demande une rénovation."

"Le Ministère nous a demandé de travailler sur la lisibilité des flux de consultations : nous allons les rassembler en façade Nord au 2ème étage."

"Nous avons identifié une phase 2 pour rassembler dans un bâtiment en L les services médico techniques et logistiques ; et au-delà de 2025, un parking silo, il faut plus de 1000 places pour un tel ensemble. Les secteurs gériatrie et psychiatrie sont moins concernés par ces transformations."

Philippe Doucet (PS, ancien député-maire) remercie M. Martin pour cette présentation. Il rappelle qu' "en 2008, l'hôpital d’Argenteuil ne figurait pas dans le plan Hôpital 2012, et risquait d'être démantelé partiellement, avec un déficit opérationnel de 13 M€. Nous avons livré bataille pour que l'ARH (à laquelle a succédé l'ARS) autorise la modernisation, ce qu'a signé M. Métais quelques jours avant son départ à la retraite. Nous avons proposé une construction modulaire, qui a pu surprendre les ingénieurs de l'ARS, mais avait l'avantage d'être rapide, avec maîtrise des coûts. Avec le comité de défense de l'Hôpital, nous avons combattu pour sécuriser le projet Madeleine Brès — Claude Évin était contre — et conserver le service de radiothérapie. Le combat a été gagné, personne ne conteste la qualité des soins, et d'un point de vue financier, ce qui dans le monde de la santé, est un exploit. Nous voulons remercier, pour leur travail, les personnels de l'hôpital et dire notre gratitude à M. Martin, directeur depuis 2011, soutenu par l'ensemble des personnels et des médecins, ce qui est aussi un exploit."

Le Maire annonce les trois points urgents, dont une contribution exceptionnelle pour Notre-Dame de Paris. Unanimité.

Concernant le PV du précédent Conseil, Franck Debeaud regrette l'inverse de la réponse qu'il a reçue en Commission unique sur le nombre de berceaux au "Blé en herbe". Il demande la correction de son intervention concernant "Bus entre Seine", incompréhensible dans le PV. Il s'interroge au passage sur une "décision du Maire", la cession à titre gratuit de 9 véhicules et leur dépollution.

Philippe Métézeau répond que concernant le Blé en herbe, les données réelles sont : 67 places dans la crèche dont 64 attribuées par la commission, et 3 peuvent être réservées à des entreprises (employeurs, qui payent des places pour leurs salariés).

Philippe Doucet redemande au Maire (comme au Conseil précédent) des nouvelles de sa demande de rendez-vous au Président de la République. Le maire répond que les promesses du Président sont restées lettre morte.

Le PV est approuvé, "a l'epsilon près qu'on verra avec M. Debeaud". Unanimité.

On passe aux comptes.

mercredi 20 mars 2019

Réunion publique sur la santé à Argenteuil (ce 20 mars 2019)

par Frédéric Lefebvre-Naré

Le maire rappelle que la Ville consacre 1 million d'€ chaque année à la politique de santé, alors que la santé ne fait pas partie de ses "compétences" (des missions fixées aux communes par la loi).

"Elle a créé un centre d'appels téléphonique dédié pour la prise de RV dans les centres municipaux de santé. Elle projette de créer un comité des usagers.

La Ville s'efforce de maintenir l'offre de soins, c'est pas simple. Nous parlerons ce soir de la démographie médicale, de la santé environnementale, des actions en faveur de publics fragiles, (etc.)."

La première "table ronde", qui comme d'habitude n'est pas une table et n'est pas ronde, réunit à la tribune les principaux responsables des services de santé à Argenteuil. Alain Crevau, conseiller municipal délégué, demande "au Dr Pénicaud, responsable médical des CMS, comment la Ville participe à l'accès au soins de ses administrés". Le Dr Pénicaud explique où sont les CMS, leurs heures d'ouverture et comment prendre RV, "par téléphone comme vous l'avez dit tout à l'heure ou sur internet avec Doctolib, un nouveau service qu'on a mis en place récemment". Les dossiers médicaux sont visibles par les médecins des deux centres. Il y a des consultations non programmées, environ 10% : se présenter plutôt à 8h30 ou 13h30. On fait des injections sur RV avec les infirmières, et des analyses à Irène Lézine. On prête des tensiomètres, vous trouverez aussi des dentistes, les prothèses sont faites à l'atelier de prothèses du centre de santé. En ophtalmologie, c'est la seule offre de soins secteur 1 de la ville. On a perdu 5 jours de consultation qu'on n'a pu remplacer, faute de trouver un ophtalmologiste.

140000 consultations par an, "juste un peu moins qu'à l'hôpital". Les CMS font un tiers de l'offre de soins de ville à Argenteuil. 5800 patients en dentaire. Cinq des médecins ont moins de 35 ans.

sante_Argenteuil.jpg

La directrice du CCAS, Mme Anton, enchaîne en présentant les services "médico-sociaux" du CCAS. La convention "ma commune, ma santé" pour proposer une mutuelle aux Argenteuillais qui n'en auraient pas. Le "transport accompagné" de personnes en mobilité réduite, essentiellement pour aller à un rendez-vous médical. "On a trois chauffeurs accompagnateurs, il suffit d'appeler le service le matin". "Ce dispositif a un coût de 2 à 4 € en fonction des ressources ; ce n'est pas une ambulance. Nous avons décidé d'ouvrir la prestation aux (accompagnements vers des médecins dans les) villes limitrophes."

La chef des Urgences de l'Hôpital : "je ne vais pas les présenter, tous les Argenteuillais y sont passés au moins une fois, statistiquement ! Elles sont là pour prendre en charge les malades graves, dont le pronostic vital est engagé. Ce sont trois services : la régulation à Pontoise (le 15), le service hospitalier d'accueil, et deux unités mobiles blanches. Les passages augmentent de 5% par an, c'est un des plus gros services d'Ile-de-France. 60% des patients viennent sans avoir appelé le 15 ; alors que quand on appelle le 15, une fois sur deux on a une solution autre que les Urgences. Certes elles sont ouvertes à tous, mais… Les infirmières organisatrices de l'accueil trient en fonction de l'urgence, pas de l'heure d'arrivée. On a la chance d'avoir un très gros plateau technique aux Urgences."

"On a réorganisé les urgences, il y a des films sur le sujet… en distinguant les consultations de médecine générale (non urgente), de 10 à 20h, relayée à 20h par la maison médicale de garde. Et une structure pour les problèmes plus médico-sociaux."

"Il y a des projets de reconstruction, les Urgences sont trop petites pour leurs 50000 passages par an."

Monsieur Martin, directeur de l'hôpital, rappelle que celui-ci est grand. "D'abord par la qualité de sa médecine, dans la génétique de cet établissement, avec des équipes organisées autour de la bonne médecine, de la médecine moderne."

"Parfois on peut s'organiser sur le territoire avec nos voisins, c'est le principe des regroupements hospitaliers, nous nous sommes naturellement rapprochés de Simone Veil à Montmorency, de Taverny et plus récemment de Nanterre et de Roger Prévot à Moisselles, dédié à la psychiatrie ambulatoire pour les patients du Nord des Hauts-de-Seine. On essaye de créer des synergies médicales. En ORL, le parcours d'un patient… on a recréé une RCP qui n'existait pas, une réunion de concertation pluridisciplinaire, où les spécialistes d'Eaubonne viennent."

"La situation financière est bonne, ce n'est pas le cas de tous les hôpitaux d'Ile-de-France. Nous avons pu reprendre notre programme de modernisation, que va présenter Bruno Kerhuel."

Celui-ci, directeur adjoint de l'Hôpital en charge de la modernisation…, rappelle la création du bâtiment Madeleine Brès. Il va maintenant être agrandi." Il s'agit de créer, au lieu des "pavillons épars", un "hôpital monobloc". (Ah bon). "On va à l'hôpital pour des durées de plus en plus courtes et des actes de plus en plus techniques, il faut donc que les services soient de plus en plus proches… On essaye de concentrer la partie aiguë du séjour hospitalier. On va essayer d'améliorer la qualité hôtelière" alors qu' "aujourd'hui on a beaucoup de chambres doubles, qui ne correspondent plus à la demande des patients."

"On fait expertiser ce projet, qui en est à la première mouture, par le Ministère de la Santé. Au plus tôt si tout se passe bien, on arriverait à voir sortir de terre ce nouvel hôpital début 2024… avec force optimisme. Ça veut dire que pendant quelques années ce sera un peu compliqué !"

"On sait que le parking est une grosse difficulté. On en tient compte… malheureusement, ce sera dans une phase après 2024."

Enfin Mme Henry est invitée par Alain Crevau à présenter " ce que fait concrètement l'Atelier santé ville". Mme Henry répond "qu'il s'agit d'une démarche partenariale" qui "peut être sollicitée pour organiser des actions de prévention," à l'exemple du "Village du coeur", "environ 250 personnes ont participé à cette manifestation, la 2ème édition sera le 12 mai".

Mme Anton reprend la parole au sujet de l'autonomie. Le CCAS organise des ateliers "mémoire" (pas destinés aux patients avec Alzheimer), sur la "prévention des chutes", etc., animés par des prestataires spécialisés. Mme Anton rend hommage aux anciens membres du Conseil des sages, qui ont élaboré une "carte de secours", tirée à 10000 exemplaires. "À la nouvelle maison des seniors d'Orgemont, on organisera des allies de prévention sur le thème du bien vieillir."

Elle poursuit avec la livraison de "repas du midi et de collation pour le soir", "en semaine et le vendredi pour le week-end" ; et les 3 "restaurants-club", 2 dans les "foyers autonomie" et 1 à la maison de quartier d'Orgemont.

"Le CCAS gère aussi le registre nominatif" des personnes âgées, 350 personnes, qui sont appelées quotidiennement en cas de canicule. Mais "le repérage, c'est l'affaire de tous".

En guise d'entracte un "petit film" présentant les CMS.

Philippe Métézeau invite les participants à la deuxième "table ronde" consacrée aux "partenariats".

Mme van Wonterghem, directrice de la CPAM du Val d'Oise revendique une "discrimination positive en faveur des plus fragiles" : il y a des "14000 bénéficiaires de la CMU à Argenteuil." "On va s'employer à mettre au point une organisation coordonnée de la médecine libérale. Nous avons à Argenteuil des unités mobiles de dépistage bucco-dentaire qui tournent dans les écoles. Nous avons un centre d'examens de santé avenue Jean Jaurès : plus de 1000 bilans de santé l'année dernière."

"45000 Argenteuillais ont ouvert un compte Ameli, ce n'est pas pour autant qu'on sait s'en servir, on a lancé des ateliers pour apprendre à mieux accéder à notre offre digitalisée."

"Nous avons monté une équipe de 4 personnes spécialisées sur la lutte contre le renoncement aux soin, en lien avec les CCAS notamment."

Il y a 3 Centres de Dépistage et de Soins (CDDS) dans le Val d'Oise ; Mme Labdoune, infirmière dans celui d'Argenteuil (Val Nord), le présente. "Nos 4 principales missions concernent la vaccination (les lundis sur rendez-vous), la lutte contre la tuberculose, la prévention des AST, et le 'parcours santé' des bénéficiaires du RSA."

(J'ai plongé dans le sommeil à ce moment-là. Pas moyen de résister à cette séquence de lectures".)

À 22h24, la parole est passée à la salle, en l'occurrence à un "patient bariatrique expert" qui n'a pas entendu parler d'obésité dans la "ville la plus obèse de France", il me réveille en sursaut en le répétant trois fois. Philippe Métézeau répond que cette réunion n'est "sûrement pas la dernière". De la salle, le "président de la CME de l'hôpital d'Argenteuil" répond sur ce qui y est fait, chirurgie bariatrique incluse.

Marie-José Cayzac répond qu'une ville avec 28 fast-food entre gare et basilique… mais a une autre question : sur la pollution. "J'insisterais d'autant plus qu'un projet sur les bords de Seine semble se profiler."

Une infirmière scolaire indique qu'il n'y a plus de gynécologue sur Argenteuil ni Bezons vers qui aiguiller des jeunes qui ne voudraient pas demander la carte Vitale aux parents. Le Dr Pénicaud répond que les 2 CMS assurent des consultations anonymes sur demande des jeunes patientes. Voilà un aiguillage fait, bénéfice de cette soirée !

Les orthophonistes manquent également.

Un autre participant déplore l'absence de médecine du sport. Les services de médecine scolaire n'ont plus l'effectif qui leur permettrait de voir les élèves dispensés, de faire des certificats… et renvoient vers le médecin traitant.

Une personne revient sur l'action des CDDS en matière de dépistage, de "vie sexuelle", de formation à la "vie affective et sexuelle" dans les collèges et lycées.

Une personne demande pourquoi l'hôpital "ne prend pas les mutuelles". Le directeur répond sur la "complexité administrative de vérification des droits ouverts… Des opérateurs numériques font le lien… Il faudrait qu'on y réfléchisse".

Une patiente regrette que les dermatologues des CMS disent "ne plus avoir l'autorisation de faire de la petite chirurgie". Mme Pénicaud dément.

Un participant interroge sur la "barrière de la langue et de la culture" dans une ville de "diversité". La directrice de la CPAM répond que dans le Val d'Oise, "un tiers de nos assurés est né à l'étranger ; c'est pourquoi nous maintenons des accueils,…nous nous appuyons sur un réseau de partenaires… On a de la peine à toucher les personnes les plus éloignées de la prévention, d'où la nécessité de l'aller-vers… Sur le diabète, il y a des freins à l'accès à la prévention liés aux cultures…" Une responsable du CMP évoque la barrière de la langue en psychiatrie : "nous orientons vers des centres trans-culturels à Paris, mais ils sont sur-saturés, nos orientations sont rejetées".

En conclusion, Philippe Métézeau annonce pour le 18 avril, 20h30, une prochaine réunion au sujet (si j'ai bien noté) du diagnostic des difficultés de santé à Argenteuil (plutôt de l'offre de soins : Cf. commentaire de Philippe Métézeau ci-dessous).

mardi 25 septembre 2018

Conseil Municipal du 25 septembre 2018 : marchés, réseaux, médias…

Suite de ce Conseil riche en sujets ! (1, 2)

9. Délégation des marchés forains

La commission consultative des Services publics locaux s'est prononcée pour maintenir le principe d'une "délégation de service public" confiant l'exploitation des marchés à une société (actuellement Mandon).

Nous avons une année de procédure sur ce renouvellement !

Marie-José Cayzac, pour le groupe d'opposition, témoigne qu'à la commission citée, a été évoquée une augmentation de 5% (des coûts pour les commerçants), qu'on ne retrouve pas dans cette délibération.

Philippe Doucet confirme l'abstention : "on attend de voir ce qui en sortira".

Franck Debeaud "ne pense pas qu'il y ait eu concertation sur la friche Balzac (point 6 ici) : vous avez proposé un projet déjà acté.

Sur cette nouvelle délégation, elle est annoncée 'novatrice en matière de développement durable'. À ce titre je soumets deux propositions : abolition des sacs plastiques et nettoyage en fin de marché."

Georges Mothron : "vous avez écouté ? ça a été évoqué par le rapporteur." (très allusivement, si mon souvenir est bon).

Sur les 5%, Xavier Péricat pense que "Mme Cayzac confond avec le constat sur la délégation écoulée : dans la nouvelle consultation, les candidats feront leurs propositions."

10. Cofinancement des travaux sur le marché de la Colonie

Pierre Abrinas lit le rapport selon lequel "la Ville a fait de la redynamisation de ce marché une priorité" et décrit les travaux de réhabilitation faits cet été : 115 k€ à la charge de la ville + 54 k€ payés par Mandon.

J'estime que c'est un retour bien mérité après des années de négligence de Mandon vis-à-vis de ce marché. Unanimité.

11. Portes Ouvertes d'Ateliers d'Artistes : Argenteuil rejoint en 2018 cette manifestation annuelle de la Boucle Nord de Seine.

Françoise Inghelaëre la présente, et annonce 1000 € de mécénat du Crédit Mutuel du Parisis.

Franck Debeaud demande si le "Mai des Artistes", qui comprend aussi des portes ouvertes, est maintenu ? avec l'aspect festif qui se passe au Quatre.

Françoise Inghelaëre le confirme. Unanimité.

12. Interventions de la médiathèque Robert Desnos dans la salle de jeux de la pédiatrie à l'Hôpital d'Argenteuil

Cette action doit être pionnière et en annoncer, j'espère, bien d'autres similaires. Si de moins en moins de gens viennent aux livres et aux médiathèques, c'est aux livres et aux médiathèques d'aller vers eux. Déjà, la délibération prévoit une visite mensuelle d'un bibliothécaire, des contes, origami, etc.… et une évaluation en fin d'année. Espérons que l'évaluation constatera que cela aura été un grand succès, et conduira à passer à une intervention chaque semaine. Unanimité.

13. Récupération des données numérisées sur le réseau de gaz naturel auprès de GRT Gaz (partie réseau de l'ex-GDF) : unanimité.

14. Enfouissement des réseaux Orange rue Michel Carré à l'occasion de la construction de la nouvelle école du Val Notre-Dame (entre la rue Michel Carré et la rue Henri Barbusse). Unanimité.

15. "Contrat Local d'Accompagnement à la Scolarité" (CLAS) : délibération annuelle, rappelle Fatima Amarir. 6 associations et 4 services municipaux suivent 600 élèves, 41% en primaire, environ 50% collégiens, les autres lycéens. La Ville finance près de 31%. L'association Trait d'Union n'a pas souhaité candidater et est remplacée par une autre.

600 inscrits mais quelle participation effective jusqu'à la fin de l'année ? J'ai posé la question plusieurs fois lors de commissions et conseils, j'attends toujours la réponse.

Le document que nous devons approuver parle de :

  • innovation pédagogique
  • action, travaux pratiques
  • numérique

C'est ce qui est écrit : est-ce que c'est fait ? avec quels partenaires spécialisés, que ce soit La Main à la Pâte… ou d'autres ? Ça me semble nécessaire pour accrocher et faire persévérer les élèves qui ont du mal avec l'école, les exercices scolaires. C'est à eux que les CLAS sont en priorité destinés, c'est à eux qu'il faut donner envie de venir et de revenir toute l'année. Je ne vois aucun signe concret que c'est bien ce qui est fait.

Je m'abstiendrai donc sur cette délibération.

Pour Fatima Amarir, "les élèves ne sont pas enfermés dans une salle pendant les CLAS : c'est de l'éveil à la culture et à l'art. Quant à la participation… nous avons des livrets de suivi de chaque enfant. Je vous donnerai l'an prochain une présentation détaillée du dispositif."

Georges Mothron estime que "les CLAS sont très diversifiés et riches en expérience et en sauvetage, si je puis dire, d'un certain nombre de jeunes."

16. Convention (annuelle) pour la manifestation Savante Banlieue, sur le campus de Paris 13 : unanimité. Marie-José Cayzac regrette que le Conseil Municipal soit depuis quelques minutes, inaudible sur Internet. Fatima Amarir : "je suis déçue !"

17. L'ESAT La Montagne (Cormeilles-en-Parisis), qui accueille des enfants et jeunes avec autisme, tiendra le bar du Figuier Blanc : L'ESAT d'Argenteuil, précise Philippe Métézeau, "ne propose pas ce genre de service." "Snack salé, pâtisseries, mini-quiches ou boissons sans alcool, et divers consommables comme des bonbons." Philippe Métézeau mentionne au passage que la Ville compte plus de 8% de travailleurs handicapés, au-dessus du seuil de 6% requis par la loi.

Christine Robion trouve l'idée très bonne, et invite à demander aux gens de "ne pas manger dans les très belles salles de spectacle, dont la moquette est très dégradée." Unanimité.

18. Ateliers de percussions pour enfants autistes dans le bâtiment des Éperons, utilisé par l'École de musique au Val Nord : présentation par Khaled El Haddad. Les ateliers sont organisés par l'association argenteuillaise Écoute Parents Enfants Autistes.

Fatima Amarir précise que l'association accueille 24 enfants ; en réponse à une question posée hier en commission par Fabien Bénédic. Unanimité.

19. Tarif de 2€ pour 3h dans le parking Indigo PVC pour les spectateurs du Figuier Blanc, pour le cinéma et le spectacle, selon la délibération d'octobre 2017 ; prise d'effet au 1er octobre 2018.

Franck Debeaud analyse la convention et estime qu'elle n'est pas à l'avantage de la Mairie. Il rappelle avoir commencé, avant le retrait de sa délégation d'adjoint à la Culture, sur le jalonnement et l'était du parking. "Sur le jalonnement, rien n'a été fait. Et où en est le projet d'ascenseur entre le parking et le mail des Enfants d'Izieu.

Je suis passé hier constater l'état de ce parking : extincteurs et panneau incendie sont absents, ils ont été arrachés ; les détritus jonchent le sol, les escaliers aussi."

Fabien Bénédic précise que "le parking est gratuit… puisque la barrière est cassée tous les jours ! On vote des tarifications, mais…"

Georges Mothron confirme être lui-même "sorti sans payer ! La barrière est recassée à chaque fois par une bande de dealers que nous connaissons tous… pas comme clients. On rit sans rire. On essaye de faire une task force. ça amène la saleté que vous connaissez aussi. Je prends acte de ces contributions."

Philippe Doucet "ne veut pas être désagréable : Indigo a une DSP, des obligations contractuelles ! Le dimanche, jour du marché Héloïse, ils ont mis quelqu'un (à la barrière) ! Donc, quand on veut, on peut ! Quand on met une DSP, on la contrôle ! Les bretelles, ça se remonte !"

Ici une photo du parking PVC le 24 février 2018

PVC_24fev2018.jpg

Je suis déjà intervenu au précédent Conseil pour souligner que la priorité, c'est de nettoyer, aménager, sécuriser, flécher. Et ça ne coûtera pas cher. Afficher que c'est un "parking gardé", s'il l'était vraiment, serait déjà une publicité.

Unanimité tout de même.

20. Tarification des parkings autour de la gare du Val., de la mosquée à Fernand Léger. Les parkings ont été rénovés, rappelle Gilles Savry.

Parking_Gare_Val_5juil2018.jpg

Vue des travaux en cours, 5 juillet 2018.

Ils sont "saturés dès 7h30 du matin. Une étude a montré que plus de 70% des personnes venaient de l'extérieur du quartier. Le parking Montesquieu, de l'autre côté, propose 600 places à 2 pas de la gare, il doit être utilisé. Avoir un parking de gare gratuit est assez unique. Nous allons mettre, non pas des barrières, mais des horodateurs. Avec une gratuité temporaire pour les événements de la Ville ou en cas de pollution. À l'instar de ce qui est fait en zone verte en centre ville, on pourra stationner toute la journée (stationnement payant de 9h à 19h, soit 10 heures pour 8€). Un forfait à 12€ sera proposé pour les seuls Argenteuillais. Ceux qui veulent laisser leur voiture là en permanence devront payer les 12 € (par mois)."

Philippe Doucet : "les questions de stationnement ne sont jamais simples. Nous ne croyons pas à un transfert de ces parkings vers Montesquieu (Val Sud), qui est dans l'Argenteuil dense. Entre les habitants des Coteaux, les gens qui vont à la mosquée, à la halle des sports etc., on vous dit bon courage. On votera contre. On fera le calcul de votre nombre de tarifs et de règlements."

Georges Mothron : "on tirera les conclusions en fin d'année sur ce qui a été fait en centre ville. La rotation est meilleure sur Gabriel Péri. Mais on voit encore quelques doubles files à quelques mètres d'une place vide."

Franck Debeaud : " 'On va vous faire payer' aurait dû être votre slogan de campagne. Vous aviez annoncé des zones bleues, vous faites l'inverse. Vous voulez réguler le parking mais n'arrivez pas à réguler le stationnement en pleine rue sur Romain Rolland. Il faut 30 minutes des Coteaux à la gare en bus. Vous n'avez pas prévu de dépose minute devant la halle des sports… les parents vous disent merci. Merci aussi pour l'arrachage de 24 arbres le long du boulevard de la Résistance !"

Pour moi le principe est acceptable (12 € / mois) mais ne résout pas le problème de ce parking : les voitures ventouse…

Ici une photo du parking à 22h45 (le 11 janvier 2017), alors que la grande majorité des usagers du train sont certainement rentrés chez eux.

Parking_Gare_Val_11jan2017_22h45.jpg

… désormais légalisées moyennant 12 € par mois. Une zone bleue (de longue durée) serait une bonne solution. Je vote contre, comme Franck Debeaud et le groupe TFdEA.

23. Subventions exceptionnelles aux associations sportives : 2000 à 3000 € pour différents raisons explicitées ; et le versement du solde de la subvention prévue pour l'Union Sportive Argenteuillaise, qui avait été suspendue suite à un litige sur la gestion de la section judo. Unanimité. (Fatima Amarir ne participe pas au vote, comme de coutume en principe pour les conseillers ayant des responsabilités dans une association concernée).

24. 300 € pour l'association "Cœur 2 rue" créée par "3 jeunes filles d'Argenteuil". Unanimité.

25. Tarification des séjours solidaires de 2 semaines, de jeunes de 11 à 17 ans dans des pays d'Afrique (Maroc, Algérie, Sénégal) : unanimité moins une abstention, la mienne : je ne trouve pas clairs le coût pour la Ville, le nombre de jeunes, la nature du projet.

26. Règlement intérieur du centre aquatique : suite à l'ouverture d'une activité municipale de plongée, nous sommes passés à 30 plongeurs maximum en même temps dont 15 dans l'eau. Nous autorisons les enfants non accompagnés à partir de 10 ans et non plus 12 ; l'aquafitness à partir de 16 ans (mineurs accompagnés d'une personne majeure), au lieu de 18 ans ; le toboggan à partir de 6 ans au lieu de 8.

Franck Debeaud demande si les enfants accompagnés pourraient accéder au jacuzzi ? Marie-France Le Nagard répond que "ce n'est pas une activité conseillée pour les enfants".

Unanimité.

27. Recours du Centre Municipal de Santé au cabinet d'imagerie Rives de Seine : sa table de radiologie argentique est vieillissante, souvent en panne et de moins en moins utilisée, les médecins préférant des IRM. Le centre Irène Lézine est mieux équipé mais loin du centre. Le départ d'une manipulatrice et d'un médecin nous incite à fermer cette activité à Fernand Goulène et d'orienter les patients du centre ville vers le cabinet privé Rives de Seine, où les bénéficiaires de la CMU seront accueillis.

Le groupe TFdEA vote contre, s'opposant à cette fermeture de l'activité radio à Fernand Goulène. "Un transfert de plus", "les centres de santé se vident de leur substantifique moelle", dit Marie-José Cayzac : "on est extrêmement inquiets".

Je m'abstiens, regrettant aussi cette fermeture,… tout en pensant que sur l'imagerie, il est difficile de maintenir ou rétablir sur la Ville 2 équipements municipaux aux standards actuels.

28. Vacation de rhumatologie au Centre Municipal de Santé, par un spécialiste de l'Hôpital d'Argenteuil : unanimité.

29. Groupement de commandes pour l'assurance IARD : ce sera le Centre de Gestion de la grande couronne qui s'en chargera. Il y a d'ailleurs paraît-il peu de concurrence, voire un quasi-monopole de la SMACL.

30. Centrale d'achat du SIPPEREC : "recourir à la centrale d'achats nous dispense des procédures de marchés publics". Avec le groupe d'opposition, je pense que la Ville a, sur les sujets concernés (énergie, télécommunications, internet, mobilité…) des compétences qu'il serait bon de mieux utiliser. En particulier, en gérant en direct les commandes sur ces sujets. Nous votons donc contre cette délégation au SIPPEREC.

31. Extension du RIFSEEP, donc de la "prime de présentéisme", aux personnels des médiathèques : l'opposition dont moi-même vote contre, comme elle avait voté contre ce régime d'indemnités.

32. Instauration d'un règlement des formations continues des agents de la Ville. Pierre Abrinas le présente. En Commission, j'avais estimé ce règlement pas mûr du tout — copié-collé assemblé de divers documents — et j'avais conseillé à la majorité de le remettre sur le métier. Ce n'est pas le cas. Avec le groupe d'opposition, je m'abstiens.

33. Remplacement de Mickaël Camilleri dans différentes instances où il siégeait.

Restent les décisions du Maire, dont une renégociation d'emprunt.

Conseil Municipal du 25 septembre 2018 : grands projets de construction

Suite du Conseil

6. Cession de la friche Balzac à Group Life'

Gilles Savry présente d'abord l'évolution de "l'espace vert Montesquieu", la mini-dalle devant l'IUT, itinéraire piéton entre le Val Sud et la gare du Val d'Argenteuil.

La "friche Balzac" (12000 m2 de terrain) résulte de la démolition en 2005 de la "tour Axa", qui déjà ne trouvait pas de preneur depuis plus d'une décennie.

demolition_Balzac_2005.png

Gilles Savry annonce un élargissement de l'avenue Utrillo (qui mène au pont) et de la rue Louis Lhérault, qui attend le tram-train.

"Nous avons retenu la société Group Life', adossée à Nexity, pour un centre d'imagerie et un centre médical de 340 m2 chacun, des commerces de proximité pour 370 m2" (taille d'une supérette), une crèche, et surtout "des logements pour 11000 m2, et une résidence seniors pour 9000 m2" sur 8 étages.

Gilles Savry montre des esquisses du projet.

"L'objectif est de faire une promesse de vente, pour un montant de 3,5 M€ conforme à l'avis des Domaines."

Philippe Doucet "avoue (son) étonnement. C'était un de vos engagements de campagne de remplacer le libraire au Val Sud… mais les coques restent vides, vous en créez d'autres. Le centre de santé, ça sent la préfiguration de la fermeture d'Irène Lézine (centre municipal de santé). Un projet de crèche ? L'espace réservé dans l'ancienne Poste reste vide ! Une résidence personne âgées ? Nous la prévoyions plutôt en centre ville. Tout ça c'est de la poudre aux yeux. C'est d'abord un projet de logements ! Gilles Savry, qui était anti-béton, devient un amoureux du béton ! On s'inquiète un peu ! 200 logements, plus la résidence seniors, dans le quartier qui est, de très loin, le plus dense de la ville !"

"Nous avions rénové l'esplanade de Rethondes…"

Georges Mothron : "ni fait ni à faire !…"

Philippe Doucet : "… avec difficulté car c'est un dessus de parking. Et les écoles, comment allez-vous pousser les murs de Marcel Cachin, enclavée, et du collège Eugénie Cotton plein comme un oeuf ? Densifier encore ce quartier déjà si dense, ça nous sidère".

"Et le prix ! Sortir tout ça pour 3,5 M€, c'est au Bon Coin ! On brade ! C'est purement scandaleux. On avait déjà eu le cas avec Nexity rue de Bavard. Le promoteur peut être ravi ! On votera contre cette délibération et on engagera tous les recours nécessaires. Des espaces (libres) dans la ville, il y en a au Val Notre-Dame, ailleurs il n'y en a plus. Notre projet d'un grand lycée privé" sur ce site disparaît, comme tout équipement public. "Sur un pont central, à côté d'une gare où nous espérons voir arriver la tangentielle. Se dire seulement 'on a un terrain, vendons', ça nous paraît" décevant.

"Le débat avec les habitants du Val Nord et du Val Sud sur ce qu'on fait, comment ça fonctionne, ça nous paraît la moindre des choses."

Franck Debeaud : "Après Cap Héloïse vous continuez sur la même logique : absence de concertation, malgré nos engagements de campagne. Autre engagement, stopper le bétonnage massif et arrêter la densification. Là, vous nous proposez plus de 92% de logement ! Il faudrait un plan d'aménagement avec un cahier des charges… Le Val Nord et le Val Sud rassemblent 23000 habitants, la population de Montmorency ou Deuil-la-Barre, sans théâtre, sans lieu d'expositions, sans équipements à la hauteur pour les arts martiaux, sans assez d'espaces verts, d'équipements scolaires… Après 27 ans de friche, nous pouvons attendre au lieu de sauter sur la première offre venue. La société, avec 2,1 M€ de capitaux propres, ne présente pas de garantie suffisante. Et le seul élément qui nous est donné est un plan cadastral !"

Je me réjouis "qu'il y ait un projet ; malheureusement, concernant ce projet précis, tous les signaux sont au rouge.

Le nombre de projets reçus : seulement deux. À quoi a servi la mise en avant du site par le Grand Paris, que votre équipe célébrait comme une grande victoire ?

La transparence dans la comparaison de ces deux projets : nulle. Au prétexte qu'il s'agit d'un appel à projets, vous vous dispensez de toute commission pluraliste et nous proposez un seul choix.

La transparence dans les capacités de l'acheteur : nulle. Group Life' avec apostrophe, ce n'est pas une faute de frappe, est une holding qui ne publie pas ses comptes. Group Life sans apostrophe a fait 5 millions d'€ de CA la dernière fois qu'elle a publié ses comptes, il y a quelques années. "Groupe IDEC", société qui partage la même marque, présente un CA de 18 M€. Groupe IDEC se présente comme un "opérateur immobilier global", je cite avec "75 collaborateurs" répartis en 9 filiales, dont Group Life, avec ou sans ', ne font pas partie. Ça donne l'impression que nous traitons avec des joueurs de bonneteau. Et que signifie "l'adossement à Nexity ?" Quel contrat, quel accord ferme ?

La fiabilité de cet acheteur dans ses projets : zéro. Son projet le plus cité dans la presse date de 2012, il s'agissait de 200000 m2 d'entrepôts à Fos-sur-Mer. Six ans plus tard, il n'en a réalisé qu'un cinquième, 43000 m2.

Je partage par ailleurs les réserves, inquiétudes et oppositions exprimées par mes collègues sur les espaces verts (on attendrait dans ce quartier une promenade paysagée cohérente de l'IUT à Eugénie Cotton, sur votre plan elle est coupée),…

Schema_trou_Balzac_27sep2018.png

… sur le prix de vente dérisoire, sur l'absence d'équipements publics, sur la bizarrerie du choix d'une résidence seniors pour ce site.

Alors oui, il faut boucher ce trou à rats, mais après 13 ans de trou, on peut prendre 6 mois de plus. Faisons un vrai cahier des charges ou au moins un cahier d'esquisses, de scénarios… qui puisse donner plus d'idées à plus d'acteurs. En plein coeur de quartier, à 13 minutes de train direct de Paris, à peine plus loin de Cergy et Pontoise, ce site est un trésor, il mérite un meilleur projet. Je voterai contre celui que vous proposez."

Gilles Savry : "Il y a dans le quartier, des demandes de résidences senior de qualité. Le gérant sera quelqu'un de très grande qualité.

Pour le centre médical, on a rencontré tous les praticiens de ce secteur. Il y a une vraie demande de cabinet de radiologie, de kinésithérapie avec notamment des piscines, d'orthodontie… Il y a de quoi faire.

La crèche, dans l'ancienne coque Toit et Joie (ex-Poste), c'est impossible : pas d'espace vert pour faire sortir les gamins.

À la gare du Val il y a des trains toutes les 6-7 minutes, il faut des commerces, genre café Starbuck's, qui attirent les gens à cet endroit.

Quant au logement : nous ne voulons pas de bétonnage, oui, sans créer de commerces, de centre médical, d'écoles. Avec les immeubles créés au bout de Jean Jaurès, Jules Guesde est blindée. On est en train d'acquérir pour faire un groupe scolaire rue Henry Dunant lors du prochain mandat, quelle que soit l'équipe.

Oui, une ville doit se développer : M. Doucet, vous vouliez faire venir du monde… Nous créons des logements pour accueillir des nouveaux habitants dans de bonnes conditions.

Concertation ? On a présenté ce projet aux deux conseils de quartier qu'on a réunis ensemble ; et en réunion publique ; on passe maintenant en Conseil Municipal."

Vote contre de MM. Debeaud et Adalou, du groupe TFdEA et de moi-même.

7. Convention "PUP" pour faire contribuer le promoteur du 28 rue Danielle Casanova, à la limite de Bezons, après Dassault venant d'Argenteuil. "Une construction de 97 (?) logements en accession à la propriété, sur une parcelle qui sert actuellement de stockage et vente de véhicules et apporte beaucoup de nuisances aux riverains", explique Gilles Savry. La taxe d'aménagement est à 5% dans cette zone, hors de notre périmètre d'études. On a discuté avec le promoteur pour signer un PUP" qui revient à remonter le taux à 20%.

Georges Mothron rappelle une visite de quartier "rue du Vieux Chemin de Saint-Germain : les riverains se plaignaient de la transformation du grossiste en légumes, en stockage de véhicules ; et du rachat de grands pavillons pour les découper en rondelles…"

Philippe Doucet, revenant au sujet précédent, "invite le Maire à regarder sérieusement qui est derrière Group Life' et (son président) M. Guedj. Attention où vous mettez les doigts."

Concernant la rue Casanova, "on n'est pas fermés à cette évolution, on regardera ; nous nous abstiendrons."

Je suis opposé au principe de l'aller-retour entre exemptions de taxe d'aménagement et PUP… mais enfin bon, compte tenu de ces explications, je m'abstiens.

8. Acquisition d'un petit pavillon à la limite de l'Hôpital pour en faciliter l'extension future. 90000 €… Unanimité.

Je compléterai ce billet avec d'autres sujets sur l'urbanisme, et passe aux marchés.


21. Acquisition d'un appartement au 14 boulevard Jean Allemane : dernier lot, enfin racheté, de cet immeuble insalubre et désaffecté. Unanimité.

22. Cession de 3088 m2, 158 rue Henri Barbusse, pour EIFFAGE Aménagement, pour 975 000 € HT

La Ferme du Spahi doit déménager "dans les prochains mois" sur le site de l'ancienne succursale Renault.

EIFFAGE Aménagement prévoit d'élargir la place du 11 Novembre et la rue Ambroise Thomas, et de créer des commerces et logements.

Le projet pour l'ensemble de la parcelle prévoit 4500 m2 de surface de planchers, à ce que dit le dossier papier, dont des pavillons en fond de cour : cette densité ne me semble pas excessive.

Philippe Doucet répond à Gilles Savry que "le projet n'a été présenté nulle part en conseil de quartier ou réunions de quartier. Que va faire EIFFAGE exactement ? Les propriétaires de la ferme de Spahi, quelle surface ont-ils obtenu sur la surface Renault à l'entrée de Bezons ? Quel impact est prévu sur Côté Seine ? La presse du jour annonce que Casino veut vendre 20 hypermarchés : celui d'Argenteuil en fait-il partie ? On n'est fermés à rien, on s'abstiendra, on veut des réponses les plus précises possibles sur ces enjeux."

Georges Mothron répond, "pour les plus anciens dans ce Conseil, ou d'autres qui n'y sont plus : ils savent le problème que pose la Ferme du Spahi depuis des décennies. Leur petite unité a grossi sur des terrains qui ne sont pas à eux, un propriétaire privé qui se régale tous les mois d'un loyer fort. Vous vous êtes cassés les dents, comme nous, nous nous sommes cassés les dents pendant notre premier mandat. C'est un billard à plusieurs bandes. On a fait préempter (le terrain) Renault et on l'a fait porter par l'EPF-IF. La jonction entre T2 et gare d'Argenteuil passera par là. C'est presque fini maintenant. Il est hors de question que le propriétaire de la ferme de Spahi parte chez Renault en gardant son terrain (de la Ferme du Spahi) pour le louer à un autre acteur. Tout ça ne va pas s'inventer du jour au lendemain. On va passer à la discussion avec les différents acteurs, dont le Conseil municipal dans son entier. Le quartier a été laissé à l'abandon depuis des décennies, voire un siècle."

Gilles Savry : "vous (Philippe Doucet) avez raison, c'est un projet d'ampleur pour la ville. Le NPNRU va nous apporter des financements beaucoup plus importants que prévu initialement. On a présenté le projet en réunion de quartier, à grandes mailles. Ce projet est compliqué, le Maire vient de le rappeler. Il faut maintenant en discuter. Cette promesse de vente est sous conditions que l'ensemble se fasse. L'aspect commercial mériterait une discussion plus approfondie : des études commerciales faites, dont on a parlé sur le projet Héloïse, montrent le potentiel d'achat sur Argenteuil. Le nouveau projet (sur l'ancienne succursale Renault) sera un peu plus grand que la Ferme du Spahi, d'autres commerces pourraient arriver en complément. Vous aviez fait des études à votre époque, on en a retrouvé dans les cartons. Mais le Géant Casino d'Argenteuil ne me semble pas prêt à partir, leurs recours contre le projet Héloïse le montrent !"

"Une 2ème phase de concertation avec les habitants commence mi-octobre dans le quartier".

- page 1 de 2