Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Écoles primaires

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 4 novembre 2016

La Ville assure le risque pollution pour la future école sur le "Casse center"

par Frédéric Lefebvre-Naré

Le Parisien de ce 4 novembre titre sur "Un projet d'école... sur le site pollué de Casse Center".

Effectivement, lors du dernier Conseil Municipal, au point 3, la Ville a voté l'acquisition de ce terrain au 177bis rue Henri Barbusse, pour y bâtir une nouvelle école élémentaire, dont le Val Notre Dame a grand besoin, et aura encore plus besoin à mesure que le quartier se transformera.

Le groupe Tous Fiers d'être Argenteuillais, dont je fais partie, a approuvé cette décision, tout en s'inquiétant des risques de pollution, donc de surcoûts (de dépollution, de ventilation durable de la dalle ou des locaux…), et de délais.

J'ai fait observer sur ce blog que la Ville achète à 507€ le m2 de terrain, alors qu'elle vend à un promoteur privé le terrain Héloïse, non pollué et incomparablement mieux situé, à 337€ le m2 de terrain… Et en plus, la Ville supportera les coûts de dépollution ou de protection contre les polluants, contrairement au principe pollueur-payeur.

Gilles Savry, Adjoint à l'Urbanisme, l'expliquait ainsi : "concernant le risque de pollution, une étude a (déjà) été menée parce qu'un promoteur voulait acquérir (ce terrain). C'est une pollution historique, industrielle, comme un peu partout dans ce quartier, et on en connaît à peu près le coût."

Le Conseil n'a pas eu plus d'information et nous devrons donc croire M. Savry sur sa bonne foi.

Tout de même, à 250 m de là sur la rue Henri Barbusse en allant vers Bezons, le site ex-Pirelli est interdit au public en raison d'une pollution de la nappe et des sols au cuivre, à différentes scories métalliques (cuivre, baryum, plomb, zinc, nickel, arsenic, chrome) et aux goudrons.

À 150 mètres de la future école, toujours sur la rue Henri Barbusse mais en allant vers le centre ville, la ferraille Holmaert, toujours en activité, et en amont sur la nappe, a en 2004 des sols "impactés par le plomb, le cuivre, l'aluminium et le polychlorobiphényle (PCB)" ; la nappe, située à 5 mètres de profondeur, contient, en concentrations supérieures à la norme[1], du plomb, de l'aluminium, du chrome et des Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), surtout à un point de forage ("piézomètre 3" - Pz3) en aval du site, au sud-ouest, direction de la future école. Les concentrations sont régulièrement surveillées depuis 2007 ; les valeurs étaient faibles en 2011 et 2012 (l'information plus récente ne figure pas sur la fiche de référence) mais en janvier 2010, "une apparition de tous les PCB recherchés a été observée au niveau du Pz3", et en octobre 2010, "une augmentation des teneurs en aluminium a été relevée sur les deux piézomètres aval (Pz2 et Pz3)".

sites_BASIAS_Barbusse.png

Quant aux activités sur le site même du Casse center, la base de données publique BASIAS qui les recense (carte ci-dessus) ne fournit pas d'indications antérieures à 1972 (garage Autoservice 95 et Casse Center au 177, casse Auboiroux au 179).

Reste à espérer que les mesures auxquelles la Municipalité fait référence sont suffisamment précises, recoupées et de long terme pour garantir la santé des enfants dans cette école — et que les polluants venant notamment du site Holmaert resteront suffisamment rares ou suffisamment loin.

Notes

[1] Plus précisément : "des teneurs supérieures à la valeur de constat d'impact (VCI) pour un usage non sensible du site".

mardi 16 février 2016

Conseil Municipal du 16 février 2016 : l'ex-Agglo sous le feu

par Frédéric Lefebvre-Naré

L'appel… quelques minutes après 19h.

IMG_3233.jpg

À l'ouverture du Conseil, le Maire "tient à rendre hommage à une agent de la Ville d'Argenteuil, Christiane Chachagne, 52 ans, décédée ce matin d'une crise cardiaque à son domicile. Elle portait les valeurs d'engagement, de professionnalisme, de service public." Minute de silence.

"Permettez-moi de prendre la parole sur un sujet plus trivial, lié à la dissolution de l'Agglomération et à l'entrée d'Argenteuil dans le Grand Paris.

La récente venue de l'URSSAF pour réclamer 1 million d'impayés, 60000 € d'indemnités de licenciement indûment perçues par l'ancien DGS de la Ville et de l'Agglomération… un cabinet d'audit extérieur y travaille et je crains qu'il ne trouve autre chose. Hériter de soirées spectacles déficitaires de plus de 50000 € la soirée n'est pas le cadeau espéré par nos contribuables. Les mêmes maux, les mêmes dérives… Les Argenteuillais sont lassés, pour ne pas dire usés, en colère, et cela les conduit à quitter notre ville.

Les 400 agents que nous avons été conduits à ne pas renouveler mesurent les efforts qui ont été nécessaires. Nous les assumons.

Ceux qui aujourd'hui portent l'uniforme de pompier après avoir porté celui de pyromane (sic) peuvent mesurer les progrès accomplis : les débuts des travaux de la Halle des Sports, le déploiement de la fibre optique, la naissance du plus grand club de football de France… l'ouverture de la Maison de Quartier du centre ville, l'aménagement de la Butte d'Orgemont,… le soutien à nos Centres Municipaux de Santé, sont autant d'exemples concrets qui montrent qu'Argenteuil se développe.

Nous rebondirons, je le sais.

En retrouvant ses compétences, la Ville est enfin en mesure de mener des actions concrètes, notamment pour le cadre de vie. Ceci grâce à un accord équilibré avec les 6 autres villes du territoire. Chacun connaît leurs réserves, notamment celles de Patrice Leclerc, le maire de Gennevilliers. Mais l'accord a été unanime. Les intérêts locaux, partisans, ont été balayés. Il serait souhaitable que cet état d'esprit franchisse la Seine.

'Pas de quartier pour nos déchets !', première opération de ce type, se déroulera dans le quartier du Val Notre-Dame. Une application de signalement géolocalisé, des actions dans les centres de loisirs et les comités de quartier, la création d'une brigade "environnement" assermentée, verront le jour dans les semaines et mois à venir.

Un plan de développement économique va être lancé, avec la création de nouveaux espaces d'activité économique. Je souhaite qu'AB Habitat, propriétaire d'une multitude de locaux vacants, parvienne à relever les rideaux fermés.

Silicon Banlieue va être repositionné et relancé.

Nous créons cette semaine le Conseil Économique d'Argenteuil, avec des experts et des professionnels. J'ai proposé la présidence à M. Leikine[1], preuve de ma volonté d'oecuménisme ; il a accepté la proposition, et je l'en remercie.

Agir, tel est le cap que nous suivrons invariablement. Je vous remercie." (Applaudissements de la majorité et d'une partie du public).

Le Maire met en débat l'approbation du PV de la séance précédente.

La gratuité maintenue pour les associations argenteuillaises dans les salles Abbé Fleury et Maurice Sochon, amendement accepté par le Maire (point 18), est malheureusement retranscrit de façon très restrictive. Si des associations se voient demander un paiement, merci de nous en faire part !

Philippe Doucet répond en fait à l'allocution liminaire du Maire, et regrette que le Maire soit dans le "dénigrement permanent" de sa ville… Georges Mothron coupe son micro !

Marie-José Cayzac note que le PV ne comprend pas de réponse du Maire à la question qui lui avait été posée sur "l'affaire Colombes-Argenteuil".

Point 1.

Le Maire propose une "Autorisation de Programme" et une "Autorisation d'Engagement" pour "figer dans le marbre" des dépenses futures pour la propreté et la voirie.

Renée Karcher regrette "la démagogie et la bassesse des attaques du Maire contre les services de la Propreté de l'Agglomération. "Enfin, au 1er janvier 2016, on verrait ce qu'on verrait"… et qu'avons-nous eu le 2 janvier ? Un slogan. Même pas quelque chose comme "la propreté est l'affaire de tous…", non "Argenteuil est salie !". Les Argenteuillais ne sont pas dupes, et savent que l'Agglomération gérait plutôt bien le sujet, et assurait une gestion de proximité."

L'opposition votera donc contre une délibération de pure posture".

Elle est applaudie, le Maire rappelle que le public ne doit pas se manifester… et fait bien rire, car il avait omis de faire cette remarque quelques minutes auparavant.

De la même façon, nous avons estimé cette délibération trop floue (aucun contenu aux sommes annoncées) pour qu'elle mérite d'être votée.

2. Jean-François Ploteau présente un 'rapport sur la situation de la ville en matière de développement durable'., dont le Conseil devra prendre acte.

Ce rapport consiste à passer en revue l'ensemble des actions de la Ville, au prisme des enjeux du développement durable : économique, social et — surtout en pratique — environnemental.

Ce bilan nous semble cependant bien décevant :

  • Le schéma de la plaine d'Argenteuil n'avance qu'à petit pas alors que les derniers exploitants agricoles souffrent ;
  • "La définition de projets de transports collectifs structurants impactant le territoire" manifestée par "l’approbation de la charte aménagement / transport autour du projet de la Tangentielle nord" ? C'est hélas une action bien timide, presque un aveu d'impuissance. ;
  • L'action contre "les incivilités de stationnement et de circulation" est-elle probante ? De rodéos en doubles-files ritualisées sur Gabriel Péri ?
  • Sur "la dématérialisation des procédures", Argenteuil semble avoir encore une ou plusieurs décennies de retard ;
  • La "redynamisation des commerces de proximité, … répondant aux besoins des habitants (coiffeur au Val d’Argent Nord)" ? La tendance générale semble à l'opposé.
  • "L'accessibilité aux équipements de proximité notamment des activités culturelles et des animations pour les jeunes… l'obtention du label Première page en avril 2015 récompensant les équipes des médiathèques … pour les actions de sensibilisation à la lecture," c'est bien sympathique, mais le bibliobus a vu son circuit réduit, en échange de quels nouveaux horaires d'ouverture ?
  • "L'élaboration du Plan Communal de Sauvegarde", attendons de le voir ;
  • La "sauvegarde des berges de Seine" ne décolle pas du stade des "réflexions"…

Je me réjouirai cependant du redémarrage du Marché de la Colonie, sous l'impulsion du collectif d'habitants du quartier.

En matière d'économies d'énergie, je m'inquiète du nouveau contrat pour la chaufferie de la piscine, auquel je me suis opposé en Commission d'Appel d'Offres, car il ne me semblait nullement inciter aux économies. Et les actions en faveur des économies d'énergie dans le logement pavillonnaire diffus ont peu d'effet à ma connaissance.

Intervenant pour le groupe, Marie-José Cayzac estime que "le développement durable est parfois comme la culture : moins on en fait, plus on l'étale. Vous vous appropriez Autolib', soit : mais combien de véhicules électriques achetés depuis le 1er janvier ?…"

3. Débat d'Orientation Budgétaire

M. Mothron donne la parole pour "5 minutes seulement" à son Adjoint aux Finances, Xavier Péricat.

Je vous passe la majorité du début du rapport de M. Péricat, qui répète des attaques désormais rituelles (bon, les dix premières minutes).

(Info au passage : la vidéo en direct du Conseil marche, sur www.argenteuil.fr.)

Xavier Péricat annonce que les comptes 2015, en cours de bouclage, seront à l'équilibre. "Tout cela malgré le plan Valls, une de nos principales contraintes externes"…

"Pour que toute polémique soit éteinte, même si j'en doute un peu, toutes dotations confondues, et j'anticipe là ce que le Député ne manquera pas de faire observer, la Ville perdra de l'argent en valeur absolue, cette année et les années prochaines".

Sans doute ! Mais justement, en 2015, la dotation d'État pour Argenteuil a atteint un record… nous l'avons écrit ici à diverses reprises. Comme d'habitude, Xavier Péricat présente des graphiques et chiffres portant sur une seulement des dotations d'État, la DGF — celle qui baisse ;-)

Le Budget 2016 "reflètera les priorités de la Municipalité, pour cela il a fallu baisser des charges de fonctionnement" : les "charges à caractère général" baisseront de 2 M€, les charges de personnel, augmentées par 377 embauches en 2013…"

Au passage, répéter en boucle ce chiffre depuis un an, ne le rend pas plus crédible :

Combien_agents.png

"Les frais financiers augmentent avec le volume de la dette, nous prévoyons de les contenir."

"La dissolution de l'Agglomération nous apporte 75 millions d'€ de dette, et un déficit de 3 à 4 M€, notamment parce que l'ex-Agglomération a sous-bugété ce qu'elle devait à Azur pour les ordures ménagères. Ça fait partie du passif qu'il va falloir éponger. Nous nous en doutions, vu les difficultés que nous avions dans les dernières semaines de 2015 pour être réglés par l'Agglomération. La Chambre Régionale des Comptes avait déclaré le budget 2015 insincère et en déséquilibre." (encore une vieille histoire).

Xavier Péricat passe à des priorités 2016 :

  • "l'amélioration de l'accueil dans les Centres Municipaux de Santé", notamment en réduisant par un "centre d'appel dédié" et par la "prise de rendez-vous par internet", les "rendez-vous non honorés".
  • "plus de solutions de garde pour un coût moindre, avec 60 solutions supplémentaires, et la stabilisation du nombre de places en crèche au niveau d'avril 2014, soit 845 places" — sauf erreur de ma part, c'et un renoncement explicite à l'augmentation annoncée dans le programme de cette liste et depuis lors ;
  • en matière de cadre de vie; la création d'autorisations de programme et d'engagement liées à la propreté et à la voirie. Nous annonçons 3,9 M€ d'investissements et 3,6 M€ en fonctionnement" c'est-à-dire principalement en interventions d'entreprises privées pour la maintenance ou les réparations.
  • une application de signalisation géolocalisée des incidents (l'Agglomération en avait sorti une en 2009, qui n'avait pas 'pris'. Espérons que ce sera le cas cette fois.).
  • réaménagements de voirie liés à la circulation des bus.

Et "un certain nombre de projets pour lesquels le mandat précédent aura été un mandat pour rien : la Porte Saint-Germain et les berges de Seine."

Il est 20h10. Jdçjdr.

Xavier Péricat présente les plans de la future Halle des Sports et du terrain de sport de proximité du Val d'Argent Nord, un budget de 2 M€ avec le réaménagement du coeur de quartier ; 700000 € pour les voies sous dalle avec un "plan lumière" qui leur "donnera un autre aspect". La rénovation des parkings du Val d'Argent Nord a commencé enfin, et coûtera 2,6 M€ en 2016. Les abords du parking "d'intérêt régional" du Val Sud seront "traités", les coques commerciales vides et la passerelle très dégradée seront démolies…

"En matière scolaire, il y a un effort très important à faire, à l'école des Coteaux qui l'attendait depuis de nombreuses années, où les menuiseries coûteront 350000 €. Des constructions seront nécessaires : beaucoup de permis de construire ont été accordés au Val-Notre-Dame sans qu'aucune école ne soit créée…"

(L'opposition les cite : Kergomard !… Anne Frank !…)

Georges Mothron revient sur "la prospective scolaire" : "12 classes ouvertes à la rentrée 2014, 17 en 2015, entre 20 et 25 à la rentrée prochaine. Il va falloir créer des groupes scolaires. Nous aurons besoin de capacités d'investissement."

Philippe Doucet le regrette, "les exercices de style vont se renouveler, c'est cette Municipalité qui veut ça". "Le plan Valls, vous vous en plaignez, mais regardez ce que vos amis politiques préparent : non plus 11 milliards d'économies sur les collectivités locales, mais 30 à 50 ! Préparez vos 4x3 !"

"Vous regrettez le niveau des impôts : pourquoi ne tenez-vous pas votre engagement de les baisser ? Nous tenons à votre disposition le rapport de la Chambre Régionale des Comptes de 2009 sur votre 'évitement fiscal', votre délégation de service public 'déséquilibrée', et les emprunts toxiques dont vous êtes un spécialiste nationalement connu."

(Là encore, j'épargne au lecteur des arguments qu'il a déjà trouvé en nombreux exemplaires sur ce blog.)

En référence à la sous-budgétisation des relations avec Azur : "oui, la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères ne couvrait pas la totalité du service : allez-vous l'augmenter ?"

"Vous avez expliqué que le Territoire était un pari gagnant ? La Ville d'Argenteuil perd 4 millions d'euros de 'DGF bonifiée', chaque année, 20 millions en 5 ans. Extraordinaire !"

Philippe Doucet rappelle que les investissements annoncés par la nouvelle équipe étaient des projets lancés avant 2014 (ce qui est évidemment toujours le cas, il faut des années pour concrétiser des projets d'investissements… et il en sera de même après 2020). Et rappelle avoir obtenu un accord "unique en France" pour un financement d'État aux parkings du Val Nord. Ainsi que le financement ANRU 2 pour la Porte Saint-Germain, dont Xavier Péricat se vantait.

"Les Argenteuillais constatent avec tristesse l'insécurité qui monte, la Police Municipale qui disparaît, la valeur des terrains qui baisse, les commerces qui ferment… Laissez tomber la haine et essayez d'être dans le positif ! Nous aussi aimons cette ville et continuerons le combat contre cette politique de beauf'".

Quelques vifs applaudissements dans la salle, le Maire s'en prend à un "colleur d'affiches" et à "l'égérie de là-haut".

Georges Mothron propose à l'élue aux marchés forains un "bonimenteur" en la personne du député. (Horions et cris de ci de là…) Georges Mothron : "vous êtes tous dans le même moule !"

Georges Mothron confirme la "continuité" des investissements, les plans de rénovation urbaine remontant à avant 2008.

Georges Mothron donne la parole "pour calmer l'assistance" à Philippe Métézeau. Celui-ci dit avoir apprécié les débats d'orientation budgétaire quand il était dans l'opposition : "on est au moins autant qualitatif que quantitatif".

Philippe Métézeau dit n'avoir entendu aucun projet dans la réponse de Philippe Doucet, sinon le reproche d'avoir lancé des projets déjà en préparation. "Je n'ai pas entendu de propositions nouvelles, ni de critiques sur le futur, le débat risque donc de tourner court. Vous nous reprocher de regarder dans le rétroviseur, regardez devant vous !".

"Il n'y a jamais eu autant d'enfants en garde collective, qu'aujourd'hui : nous avons fait un double effort : créer des places nouvelles, diminuer les frais." Vous aviez pendant votre mandat, augmenté le % de places occupées d'1% par an, nous poursuivons. Vous avez créé à Elisabeth Bourgeois une crèche surdimensionnée…, pour 80 bébés et il n'y en avait que 60. Les opportunités, il faut les saisir. Des petites structures, que votre équipe prévoyait de fermer pour un meilleur accueil des enfants, nous les avons fermées et les enfants ont été accueillis dans d'autres crèches ; les locaux vont être réhabilités et serviront de nouveau d'accueil d'enfants dans un mode collectif."

"Pour les personnes âgées, nous faciliterons le portage de repas de régime… nous ne ferons pas de 4x3 pour cela !"

"Nous sommes souvent interpellés pour des demandes de logement. S'il y a 'guéguerre' (entre la Ville et AB Habitat), il faudrait qu'elle cesse. Qu'on essaye de sortir de ce cercle infernal. Mme de Azevedo est absente ce soir à cause d'un petit accident…"

Il y a donc changement d'Adjoint au Logement ! C'était auparavant Mickaël Camilleri.

"Tournons la page, avec une nouvelle Agglo. C'est de cela que nous devrions parler, plutôt que de savoir qui a fait telle maison de quartier. Ça n'intéresse pas les Argenteuillais. Il y a une continuité. Si le premier mandat de M. Mothron avait été si mauvais, les Argenteuillais ne lui en auraient pas confié un autre."

Gilles Savry : "invectiver tout le monde… mérite quelques explications. La Halle des Sports, nous n'aurions changé qu'une porte de placard ? Elle était prévue dans le dossier ANRU lors de notre premier mandat, elle aurait dû être déjà inaugurée, faite depuis longtemps."

"Sur les copropriétés, l'essentiel des financements se fait depuis 2014. Sans doute y avait-il eu, avant, des promesses ! On a été chercher d'autres partenaires : l'ANAH va contribuer."

"Et quand j'entends dire que la Porte Saint-Germain, c'est votre projet… Mais l'ANRU est passée à côté, il n'y a pas de quoi en être fiers !"

(L'atmosphère est bien tendue : les fautes de français se multiplient, de même que les erreurs sur les termes, je censure le tout !)

"Votre projet pour Jean Allemane, on l'a complètement dédensifié, on l'a partagé avec le comité de quartier, avec les habitants, il aura une autre figure que celle que vous aviez conçue."

Renée Karcher "rebondit sur l'intervention de M. Métézeau" pour demander qui est Adjoint au Logement.

Georges Mothron répond que M. Camilleri a été chargé du Développement Économique — collaboration à venir donc avec Alain Leikine.

Xavier Péricat revient sur les dotations de l'État et "aimerait bien un microclimat" pour qu'elles "ne baissent pas à Argenteuil", et répète ce qui a déjà été répété.

Dans la salle, notre secrétaire général, Pierre "d'Argenteuil", s'indigne que Xavier Péricat semble oublier ses 95% d'emprunts toxiques et les millions de pénalités qu'ils nous coûtent : tout dernièrement 5 millions rien que sur un emprunt de 3,5 millions !… Le Maire le fait expulser, Pierre se dit heureux de ne plus avoir à écouter un "menteur".

Et voilà, le Conseil prend acte que le débat s'est tenu…

Notes

[1] Adjoint au développement économique sous le mandat de Roger Ouvrard ; ancien conseiller général PS, désormais adhérent PRG.

mardi 19 janvier 2016

Réunion de quartier Centre Ville — 18 janvier 2016

par Frédéric Lefebvre-Naré

Pierre d'Argenteuil et moi-même assistions avec près de 200 personnes à cette réunion publique. Pour les 15000 qui n'ont pas pu venir ;-) voici mes notes au vol — les corrections des intervenants sont bienvenues en commentaires !


Réunion de quartier Centre Ville

18 janvier 2016

Georges Mothron présente les élus de la majorité présents.

Fatiha Bacha parlera des Affaires scolaires en remplacement de Philippe Vasseur absent.

Boualem Meziane introduit la présentation du comité de quartier par « Mohamed » (Bekkay).

GM : Monsieur l’acteur du Centre Ville, je vous donne la parole.

Mohamed Bekkay souhaite une bonne année, cite des élèves de maternelle puis une phrase de Saint-Exupéry (apocryphe, je le crains). « Un bon cadre de vie est vital et nécessaire pour éviter le délitement du lien social. Nous ne pouvons pas laisser l’individualisme triomphant laisser (détruire) les règles de vie de notre société ».

Commission cadre de vie = regroupement environnement + qualité de vie. Se réunit tous les mercredis. « Diagnostic en marchant, prises de contact avec les différents acteurs ».

4 septembre : présentation par la SNCF des travaux en cours.

7 novembre : Disco Soupe. « Monoprix jette 100 kg de fruits et légumes par jour ».

2 décembre : Côté Seine : rencontrer « Monsieur le Directeur du centre commercial » Côté Seine, à qui la parole est donnée, qui se tiendra à disposition en fin de réunion.

Campagne de sensibilisation « stop aux incivilités du quotidien ». « Il n’est plus possible de continuer comme ça, notre centre ville est complètement délaissé par nous les habitants ». Nous avons commencé le mercredi après-midi 4 janvier, à la rencontre des gens, au carrefour Gabriel Péri – PVC, il y avait tout le monde. Les gens étaient contents « enfin on s’occupe ! ». Des contacts ont été pris avec les proviseurs de collèges, les commerçants.

Commission urbanisme : trois réunions de travail, dont l’élaboration d’une charte de conduite de chantiers, et d’une charte complémentaire au PLU « afin de mieux maîtriser la qualité des constructions ».

GM : « ce qu’ils font là est très ingrat, c’est un éternel recommencement, et à un moment donné, la prévention ça suffira, il faudra définitivement sévir. De mon temps c’étaient les parents qui apprenaient à leurs enfants, maintenant ce sera peut-être aux enfants d’apprendre à leurs parents ! Le portefeuille, c’est le seul moyen que certains réussissent à comprendre ». Applaudissements.

Xavier Péricat présente un « point d’avancement après plus de 20 mois en responsabilité » en commençant par l’arrêté préfectoral. Celui-ci rappelle que le CA2013 était déficitaire de 17,3 M€. « On le met là (à l’écran) parce qu’on lit ici ou là qu’il s’agirait d’affabulations… ».

A la fin de l’année dernière, encore 5,2 M€ de déséquilibre (en fait le BP 2015).

Puis reprend le graphique du plan Valls en prétendant encore qu’il y a baisse de la dotation d’État.

« 6,1 M€ de DGF en moins en 2016 ».

« Un sale boulot, il faut le dire, a été entrepris depuis 20 mois » pour réduire les effectifs : on n’a pas renouvelé près de 400 contrats.

Ressert le chiffre infondé de « 377 embauches nettes sur l’année 2013 »[1].

La masse salariale reste « très supérieure à celle de 2012 ou 2013 ».

Montre la lettre de cadrage budgétaire à l’écran.

Rappelle que « l’ensemble de ces taxes a flambé au court du mandat précédent ». La TH est passée de 18 M€ en 2008 à 32 M€ en 2015.

Nous n’avons pas augmenté les impôts. Il fallait vraiment stopper cela.

Fatiha Bacha : près de 62 M€ sur les écoles, les centres de loisirs, les crèches et garderies en 2015. Un enfant revient à environ 2300 € / an.

Création dans chaque école d’une instance « temps du midi » qui se réunit 2 fois par an, novembre-décembre et avril-mai.

Nous passons les centres de loisirs à 19h au lieu de 18h30 pendant les vacances scolaires.

2,6 M€ d’investissements sur les écoles avant la rentrée 2015 à Jean Macé, à PVC, à Jules Ferry, à Orgemont.

17 ouvertures de classes en septembre 2015, « 14 en réel », dont 5 sur PVC, dont 3 prises sur Prévert.

En 2016 nous prévoyons 23 ouvertures de classes. On ne peut pas pousser les murs. Nous devrons réaménager les locaux existants.

GM : c’est l’exemple le plus évident de nos besoins d’investissement. On a laissé construire plusieurs milliers de logements en 7-8 ans sans prévoir les investissements scolaires.

On aurait aimé sortir de l’agglomération un an plus tôt, retrouver les compétences propreté, espaces verts, voirie, culture… Nous avons tout ça en direct depuis le premier janvier ; ce n’est pas du jour au lendemain que nous allons retrouver un bon fonctionnement.

La sous-préfète nous a dit en décembre qu’elle avait la mauvaise surprise d’une trésorerie très compliquée sur la fin de l’Agglomération. Pendant ces 20 mois, quand on voit ce qu’on a dû économiser… je vois que l’ancienne vice-Présidente à la Culture est parmi nous… un très beau spectacle le 30 janvier, « Roméo et Juliette », 500 places déjà réservées, ce seul spectacle va coûter 50000 € au contribuable d’Argenteuil… On était en « open bar » !

Argenteuil a rejoint la MGP au 1er janvier, très franchement c’est une bonne solution, on aurait souhaité un territoire plus large jusqu’à La Défense. Gennevilliers est une locomotive qu’on doit prendre. SAGEM, née à Argenteuil il y a 90 ans, est en train de partir pour Éragny… Yoplait, là depuis 40 ans, part en mars… À nous de reprendre la compétence développement économique et de booster le moteur économique.

Vous entendrez dans quelques semaines la création d’un pôle qui permettra de booster toutes les capacités.

En catimini, puisque l’Agglomération ne voulait pas les recevoir, on a reçu Hédiard qui viendra installer ses laboratoires pour l’Euro 2016.

On a deux ans pour faire en sorte de mutualiser pour de vrai les moyens des uns et des autres.

Bezons se retrouve dans le territoire de Saint-Germain sur les Yvelines.

Le syndicat Azur a repris le ramassage des OM (114 agents).

Boualem Meziane : on a récupéré les services de l’Agglomération, on va avoir une réactivité pour traiter les doléances habitants, lors des visites de quartier on a eu des doléances, j’en reçois à la Mairie par les feuilles de doléances qui sont dans les Maisons de quartier. On va travailler aussi sur un Plan d’entretien et de réfection des voiries. La ville n’est pas sale, elle est salie.

Rue de la Liberté on peut retrouver 4 tonnes de gravats le matin, on va mettre des caméras…

On va travailler sur le plan de circulation, des poids lourds vont sur des petites routes. Sur la circulation les jours de marché.

GM : « M. Savry pour parler avenir ; sortons du passé ».

Gilles Savry : 3 projets immobiliers dans votre secteur. On a beaucoup freiné mais il faut quand même que la Ville se développe. Il y a deux projets sur Jean Allemane, de K&B et Marignan, et 1 sur l’îlot Laugier, Icade.

Marignan, en face de Monoprix, un café qui fait beaucoup de nuisances actuellement et qui partira, un commerce et une soixantaine de logements viendront à la pace.

K&B, un peu plus loin, là où était Bouzinac (cintrage de tubes) fermée depuis très longtemps. Projet un peu plus important, jusqu’à la voie de chemin de fer, 146 logements.

Pas de photo de Icade parce c’était un projet lancé avant, je n’avais pas envie de le montrer.

Ces travaux vont générer des difficultés sur Jean Allemane. Le comité de quartier va préparer une charte avec les promoteurs, on a une réunion la semaine prochaine.

On a lancé une modification du PLU qui va arriver dans les prochains jours, on met dedans des emplacements réservés pour des écoles. Il y a deux secteurs où l’arrivée d’enfants est la plus importante : le Val Notre Dame et le centre ville. On prévoit de prendre une partie (Nord) de l’empreinte Sagem pour faire une école. Un emplacement assez idéal entre les deux quartiers qui ont le plus besoin d’équipements scolaires. Le deuxième emplacement, c’est plutôt une question d’opportunité, rue Henri Barbusse, dans le cadre de la grande opération qu’on va faire, … on prévoit une liaison bus du tramway à la gare d’Argenteuil en 16 minutes. Casse Center va partir, on va acquérir cette emprise, on a déjà une petite parcelle acquise il y a très longtemps.

Le groupe Hédiard voulait aller à un autre endroit qu’on a ciblé pur une autre possibilité ; cet endroit est juste à côté de Pioneer, c’est un local vide depuis quelque temps.

On travaille sur le renouveau de la salle Jean Vilar, sur PVC, un gros travail pour lequel on a signé une convention avec l’EPFVO.

Dans le reste de la ville, quelques projets qu’on a tenu à développer :

La Halle des Sports.

L’aménagement des Buttes du Parisis. Plus de 450 ha d’espaces verts sur la partie argenteuillaise. On a lancé les travaux sur la butte d’Orgemont à la fin de l’année dernière. En 2019, on pourra récupérer l’ex-carrière Soverini. À Sannois, au-delà du bois d’Hédoit, une grosse partie va être ouverte en 2017.

La Maison de Quartier d’Orgemont, qui ouvrirait début 2017. C’est assez loin d’Argenteuil, on pourrait imaginer qu’on est à Saint-Gratien ou Épinay, il y a toujours plusieurs milliers d’habitants sur ce secteur-là qui n’avaient pas de services publics.

GM : on voudrait que la Ferme du Spahi soit déménagée, cela ouvrirait des possibilités d’aménagement.

Pierre Bruneau : j’ai été un peu étonné par les chiffres présentés par M. Péricat et je m’interroge : vous auriez fait 13 millions d’économies en 9 mois ? J’aurais souhaité connaître le résultat à fin 2015 : on m’a parlé ce matin d’un positif de 6 millions ! Je suis surpris ! 400 personnes malheureusement privées d’emploi, ça fait à peu près 14 millions, il y a donc eu des économies importantes faites ailleurs, peut-on savoir où ?

GM : la Ville est auto-assurée, il n’y a pas d’Assedic ; on se pose la question maintenant. Les contrats non renouvelés se voient donc prolongés dans le temps, des indemnités jusqu’à ce que les personnes retrouvent un job ; mais ces personnes n’étaient pas les plus mauvaises, elles retrouvent un job, ce qui réduit nos charges d’indemnités.

XP : le 17,3 M€ de déficit comprenait une large part d’investissements, dont certains sans mandatement, comme la Maison de quartier du Val Notre-Dame, une tranche du centre aquatique ; sans parler des les factures d’électricité de 2013. Le gros du travail (d’économies) a été fait sur l’investissement.

Les ¾ des investissements étaient équilibrés avec de la dette, ce qu’on ne peut plus se permettre.

La dette est passée de 210 M€ à 315 M€, dont 50 M€ d’emprunts nouveaux en 2013. Les investissements que nous faisons en ce moment – Halle des Sports, Orgemont — sont gagés par la rénovation urbaine, le plan Borloo, il fallait qu’on saisisse cette opportunité.

Q/ sur 100000 habitants, quel % paye des impôts ? Je me prive de vacances et de certaines choses pour payer des impôts.

GM : sur la taxe d’habitation, il y a 57% abattements compris… On n’a jamais vu autant de panneaux « à vendre », c’est pas possible ! 47% des foyers fiscaux payent des TH. J’ai conscience que l’habitant d’Argenteuil n’en peut plus. On est sur le podium régional des villes endettées, malheureusement. Il existe encore beaucoup de friches industrielles à remodeler, à Argenteuil. Quand je vois le développement de Cormeilles avec une joie de vivre des habitants qui n’existe plus (chez nous)… 1/3 des entreprises qui se sont implantées là-bas, quittaient Argenteuil juste en face. Il est grand temps de stopper cette hémorragie et de redorer ce blason qui s’est quelque peu terni ces dernières années.

Q/ Bernollet, rue Rechsteiner. Comment contacter le comité de quartier ? J’ai un certain nombre de réclamations à faire.

BM / Il y a des feuilles de doléances à la Maison de Quartier, 7 rue des Gobelins.

(dans la salle : Internet, ça sert à quoi ?)

Mohamed Bekkay : nous avons réunion tous les mercredis soir, vous pouvez nous rejoindre. Je vous donne le numéro de téléphone de la Maison de Quartier.

Q/ On fait beaucoup d’économies, mais quand va-t-on récupérer ce qu’on a perdu ? Les colonies de vacances pour les enfants ? J’utilise pas trop les services de la ville…

XP / Les séjours de vacances, pas sempiternellement au même endroit, c’est nous qui les avons instaurés. Les colonies, 1000 places pour les enfants d’Argenteuil, c’était 1 M€ par an, encore 400000 € en 2014, on n’est plus en capacité de les financer si on veut que ça reste des séjours de qualité.

Le centre de loisirs de Vallangoujard n’est pas assez connu des Argenteuillais. Nous le payons, avec Colombes et Bezons ; en payant au nombre d’habitants, c’est Argenteuil qui payait le plus, mais c’est Argenteuil qui l’utilisait le moins. On est en train de mettre en place des séjours de courte durée.

On a tenu à garder le budget des classes découvertes, ça a été vraiment rattrapé par les cheveux.

Quand vous voyez le plan Valls, chaque fois qu’on sort la tête hors de l’eau, l’année d’après on nous l’appuie un peu plus. Le Département du Val d’Oise n’a plus d’argent, il ne peut pas aider Argenteuil. En 2015 l’augmentation du RSA a été supérieure aux budgets cumulés des sports et de la culture.

On a envie d’être élus pour faire du développement, pas pour mettre 400 personnes dehors et réduire les crédits.

Q/ Les trois projets immobiliers ont-ils vocation à avoir des logements sociaux ? Ce n’est pas un système très vertueux ?

GM/ On a déjà donné, on est à 37%. On est ans le centre ville, Gabriel Péri a été percé il y a 50 ans, ça a fonctionné en habitat, en commerce, et progressivement ça s’est réduit, une des raisons, c’est que c’est 55% de logements sociaux. Pourquoi pas, si on attribue les logements de manière équilibrée ? Ça a été le cas, ça n’est pas le cas maintenant. Il y a eu des attributions, on dira, difficiles. Il faudra qu’on rattrape tout ça dans le temps. Quelles que soient les bonnes actions qui ont été portées par notre prédécesseur — il faut de la diversité commerciale, mais il ne faut pas qu’elle soit sous perfusion. Le commerce, ça ne s’impose pas, c’est un résultat de la sociologie d’un quartier.

Sur les trois projets, il n’y a aucun logements sociaux (sic).

(Applaudissements.)

Q « ancien enseignant » / un peu gêné devant la confusion entre chiffres et nombres, délégué départemental de l’Éducation Nationale. Je suis un peu inquiet que notre association qui participe aux Conseils d’école, membre de droit, les difficultés des enseignants pour faire leur métier, je côtoie fréquemment M. Péricat au conseil d’école d’Ambroise Thomas, alors quand j’entends une prévision de 25 ouvertures de classes, je m’inquiète, surtout si M. le Maire dit qu’il n’y a pas de cash ! Les écoles, elles seront construites quand ? Les enfants sont dans des conditions de vie qui ne sont plus positives. Je voudrais bien des réponses « quand ». Il y a un autre problème : je vous ai donné une feuille liée à un projet, dans l’esprit de ce qu’a dit M. Mohamed, sur le problème de la façon de vivre des Argenteuillais, pour que les enfants travaillent sur le triptyque Liberté Égalité Fraternité, qu’on les initie à la citoyenneté.

XP / Des travaux sont faits dans les écoles. Depuis des années on s’est battus contre le PLU, la densification urbaine, notamment du Val Notre-Dame et de la route de Pontoise, sans que l’école Jules Guesde puisse faire face. Depuis 20 mois, qu’est-ce qu’on fait ? Redresser la situation financière pour retrouver des capacités d’investissement.

L’université, payée avec l’argent de l’Agglomération, n’est pas dans nos compétences, c’était sur un emplacement envisagé pour une école.

Toutes nos économies sont mobilisées, c’est notre devoir d’accueillir les enfants.

Q/ Pour AB Habitat, maintenant une coopérative, avez-vous un regard dessus ? On nous a bloqué les loyers pour 2016, mais il est question de 12 à 22% en 2017 pour payer les gens qui travaillent à AB Habitat.

Q/ On nous annonçait que les loyers étaient bloqués en 2016 et 2017, après c’est la grande inconnue avec la nouvelle société. Où en est votre recours, pour que AB Habitat reste public, M. le Maire ?

GM / la démocratie n’a pas été tellement respectée, comme elle ne l’a pas été depuis les municipales, sur l’Agglomération ! La charte initiale n’a pas été respectée, les municipales ont été complètement dévoyées… Comme si ça ne suffisait pas, Seine Accession (SA) a été créée en 2013 pour faciliter l’accession sociale à la propriété, ce qui m’a étonné car AB Habitat faisait déjà de l’accession sociale à la propriété. Ceux qui ont perdu les municipales ont gardé AB Habitat qui était sous tutelle de l’Agglomération.

Ils ont sauvé les meubles, pour certains, gardé le pouvoir, en transférant les actifs d’ABH à Seine Accession qui finalement avait été créée uniquement pour ça. Il y avait 4 autres candidats, les 2 offices départementaux des Hauts-de-Seine et du Val d’Oise, et 2 offices privés. Le Préfet a désigné des conseils ; cette consultation a considéré que Val d’Oise Habitat était le meilleur candidat. Quand j’ai vu l’arrêté du Préfet qui transférait l’actif à Seine Accession… c’était quand même extraordinaire ! C’est un rapt qui s’est placé là. J’ai dit « Monsieur le Préfet, il n’y avait pas égalité entre les deux ». Il m’a dit « Monsieur le Maire, c’est un choix politique qui a été fait ».

Les fonctionnaires ont été transférés au CIG à Versailles, en attendant d’être détachés à Seine-Accession. En attendant, l’indemnité va être versée en double au CIG pendant 2 ans ! Ce sont des dépenses supplémentaires qu’il faudra bien payer, la Ville ne paiera plus, c’est vous locataires qui aurez à payer.

Plusieurs recours ont été posés, y compris un recours en inconstitutionnalité. Notre député a fait voter un amendement dans la nuit du 16 juillet entre minuit et 1 heure du matin, spécialement sur les agglomérations de 2 communes qui viendraient à être dissoutes. C’est un peu un amendement scélérat voté en catimini. Le Préfet s’est fait conduire le poignet, si je puis dire.

(Le même Préfet que le Maire citait tout à l’heure à l’écran, comme référence indiscutable !)

Q/ La gare : que peut-on y faire entre les SDF, ceux qui viennent faire devant nos fenêtres, d’uriner sur les murs, et le stationnement sur les trottoirs ? Qu’on verbalise un peu ! Une poussette ne peut pas passer.

GM/ C’est devenu souvent un dépotoir. Jean Duplay, qui tient le crayon… On a essayé de faire bouger les choses ces derniers jours. La SNCF et les transporteurs dépotent des déchets dans le coin de la gare, on voit s’entasser des sacs poubelle épouvantables ! Les SDF, ce n’est pas totalement une question de SDF, ce sont des gens alcoolisés dès 7 heures du matin, il faut dire ce que ça nous coûte, ils ont été accueillis rue du Moulin, il y a une trentaine de couchages, ils sont bien accueillis, mais on a beau faire le mieux possible…

On est en train de voir avec Decaux comment installer une sanisette, qui n’existe pas dans le coin. On ne peut pas les punir par le portefeuille, il faut aussi les pousser par les accompagnants payés par le contribuable argenteuillais.

Q/ M. Vadeau ( ?), place Georges Braque : des travaux ont été faits tout autour de la basilique, une remise à niveau qui le nécessitait, nous avons apprécié. On reste sur notre faim : les travaux rue de l’Hôtel Dieu ont permis de rénover une partie des clôtures, les travaux restent inachevés. La précédente municipalité avait plus ou moins promis la remise à niveau de la place Georges Braque dans la continuité de ce qui a été fait dans le quartier…

La rue du 8 mai, le dimanche matin, c’est infernal. J’ai fait des propositions au référent de quartier du centre Ville, je n’ai eu aucun retour.

GM / Vous avez été choyé, vous nous demandez de continuer à être choyé ! Ce quartier a eu des investissements importants, mais je vois la rue du 8 mai paralysé par des voitures qui font tampon… Sur 2015, je peux vous donner le nombre de PV, ça ne suffit pas, il va falloir qu’on enlève les voitures.

Applaudissements.

Une association qui commence à bien se monter, les Jardins Partagés, aura peut-être à travailler avec les copropriétaires de Braque… il y a des espaces qui furent verts et où il n’y a plus un brin de pelouse, ce sont plus des crottoirs que des trottoirs. Je vous engage à travailler avec Boualem Meziane.

(Dans la salle : on ne peut pas le joindre par mail !)

Les ruines de l’Abbaye ont été mises de belle manière. C’est combien ? Plus de 6,5 millions ! Il faut qu’on éponge le passé.

Q/ Je souhaiterais répondre à la dame : Ahmed Mammache, élu de la Confédération générale des Locataires, je siégeais au CA d’ABH jusqu’au 31 décembre 2015, j’ai été à l’origine du recours. SA a été créée de toutes pièces pour garder ABH. Son avenir est incertain. J’ai assisté aux réserves du commissaire du Gouvernement en juillet dernier. Nous aurons 2,8 à 3 M€ d’augmentations de charges en 2017. La vente de patrimoine à Montigny pour 6 M€ les finance pour 2 ans. Les locataires devront payer, ensuite.

Le CA d’ABH a voté le 16 juillet que les 4 élus représentant les locataires, doivent rejoindre le nouveau CA. SA ( ?) a tenu la semaine dernière son AG, d’autres syndicats ont été conviés, moi non, je ne sais pas ce qu’il adviendra de la voix des locataires. Les locataires doivent prendre leurs responsabilités.

Q/ La sécurisation du rond point autour de Carnot, Jean Macé et Victor Puiseux : pas de barrières, je ne sais pas si c’est l’Agglo… il n’y a plus d’Agglo !

BM/ On en a discuté tout à l’heure avec les agents de la Voirie, ils nous ont dit qu’il y avait quelque chose de prévu et qu’ils allaient regarder.

(GM rit).

GM / Il y a tout un tas de sécurisations à apporter.

Mohamed Bekkay : le dimanche c’est infernal. Le 8 mai, la rue de la Liberté, c’est une bombe. Les gens sortent de leur voiture pour se battre, pour s’insulter. Il faut mettre les moyens humains pour réguler. Je n’arrête pas d’en parler à Boualem Meziane.

GM/ Ces ennuis ont été la conséquence d’une mesure de sécurité prise il y a une quinzaine d’années par le sous-préfet : interdire la circulation sur Héloïse les jours de marché.

Q/ (M. Chatel) Une question plus générale : est-ce qu’on n’aurait pas franchi d’un pas un peu léger… c’est quoi ce T5, cette agglomération ? Qu’est-ce qui va nous garantir que les politiques de cette agglomération seront conformes à nos espérances ? Il y a la Seine entre les deux ! Les autres villes, j’ai du mal à voir… On sait ce qu’on quitte, je ne sais pas ce qu’on va trouver. En termes de financements, est-ce qu’on ne sera pas confronté à des inquiétudes

Q/ Nicole Galignon, SOS Argenteuil Environnement : quand Argenteuil se rallie aux Hauts-de-Seine, qu’avons-nous de commun avec Clichy, sinon que la Seine y passe aussi ? Les réalisations de la butte d’Orgemont et des Châtaigniers, de très belles réalisations, nous y veillerons et espérons qu’ils continueront à être protégés : est-ce que la pression immobilière va s’en emparer ?

GM/ Cette opération d’espaces verts date de presque 30 ans. Imposer un cheminement vert depuis la Seine. Les berges à Épinay sont beaucoup plus sympa… celles d’Argenteuil avaient été envahies par un camp de Roms sur lequel on avait eu à travailler. Les espaces verts, ça a été fait avec la Région. La Ville en avait la propriété, la butte d’Orgemont est aussi une ancienne carrière renflouée. Sous le mandat de Roger Ouvrard, l’entité est passée à la Région.

On avait réfléchi avec Gilles Savry sur la butte des Châtaigniers, qui a été livrée fin 2013. Il y a encore le bois d’Hédoit, sauvegardé on se demande comment, il y a une vingtaine d’années. Et qui va être reboisé sur Cormeilles. Ce sont des hectares qui dépendent de l’Agence des Espaces Verts de la Région. C’est dans le marbre.

Sur la plaine d’Argenteuil, on a signé en décembre 2015 avec l’AEV la capacité de partir sur de l’agriculture raisonnée avec des écoles, de l’apprentissage, pour avoir sur nos marchés des produits cultivés à Argenteuil.

M. Chatel, on était au collège ensemble …

Q/ (Chatel) au Lycée d’Enghien !

GM/ M. Chatel a peur que l’aspect culturel ou économique soit noyé en traversant la Seine. Le théâtre de Nanterre, de Gennevilliers, de Sartrouville, sont reconnus depuis longtemps, il ne faut pas rester enfermés dans nos murs. N’ayez aucune crainte, nous veillerons à ce que le produit culturel soit au moins aussi intéressant qu’à l’heure actuelle.

Q/ M. Gère ( ?). Je vous ai écrit au sujet de la TH et de la taxe foncière. J’ai été très surpris des affiches « 0% d’augmentation », c’est malhonnête car la base augmente, vous ne la maîtrisez pas. Quand nous vendons une maison, la première chose que nous demandent les gens : combien vous payez de taxe foncière ? Un an après, ils viennent me trouver « vous m’avez menti ! ». Car dans un pavillon ancien, la moindre modification, vous devez la déclarer, remplir le formulaire H1 bleu… et votre taxe foncière double (par exemple) ! Il faut comprendre les gens quand ils achètent une maison : ils seront tentés de ne pas déposer de dossier !

GM / cet état des lieux, c’est un document de Bercy, traité par Bercy. La collectivité ne décide que des taux.

(Je quitte la réunion un peu après 22h30, elle s'est poursuivie au-delà).

Notes

[1] Selon le tableau des effectifs présenté en Conseil Municipal, la Ville employait au 31 décembre 2012, 2087 agents, et au 31 décembre 2013, 2030 agents équivalent temps plein, soit environ 2150 personnes différentes : cela fait environ 63 de plus, et non 377

jeudi 17 décembre 2015

Culture, salles et dépendances : l'opposition obtient la gratuité maintenue, pour les associations argenteuillaises, à Maurice Sochon / Abbé Fleury

par Frédéric Lefebvre-Naré

17. Nouvelle tarification des activités culturelles patrimoniales

Les tarifs des visites sur réservation sont précisés à 3€ « par heure » ; la délibération autorise le Maire à fixer de nombreux tarifs au cas par cas dans la limite de 70 €.

L’opposition, par la voix de Christine Robion, estime ces dispositions bien compliquées, et s’abstient.

18. Nouvelle tarification des salles

M. Pierre indique des augmentations de 1 à 3%, et des tarifs additionnels pour les participations de techniciens aux répétitions. Et aussi, le passage en "payant" des petites salles "format spectacle".

Nous proposons, par ma voix, d'accepter ces dispositions avec un amendement : la gratuité pour ces deux salles, pour les associations argenteuillaises, pour leurs manifestations sans droit d'entrée.

Le Maire l'accepte… mais dans la limite d'une fois par an sauf raisons exceptionnelles.

Le groupe s'abstient sur la délibération.

Ici j'étais arrivé en panne de batterie :-) … Je poste ce vendredi 18 matin les sujets restants, en les classant dans le billet qui correspond le plus à l'objet de chaque délibération.

Je modifie également le titre de ce billet pour rendre compte de cet amendement

21. Avances de subventions municipales aux associations et autres institutions

Marie-France Le Nagard présente cette délibération consistant à attribuer aux associations 30% de leur subvention de l’an passé, dans l’attente du vote du budget de l’an prochain. « Pour celles qui ont déposé une demande complète, je dis bien pour celles qui ont déposé une demande complète ». Même disposition pour le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

Hakim Hssini (PS) annonce que nous voterons cette délibération, en nous étonnant de l’absence du Judo Club Escales (bénéficiaire à lui seul d’une grande partie du budget sportif).

Mme Le Nagard confirme la raison qu’elle avait « bien dite ».

22. Demande de subvention pour la maîtrise du Français

Nadir Slifi présente cette demande de subvention pour des « interventions de conteurs professionnels » auprès de groupes suivant des « ateliers sociolinguistiques » — une bonne vingtaine de personnes apparemment.

Tel qu’il est présenté, le projet me semble moyennement convaincant, au regard des objectifs « innovants » de l’appel à projets. Et de l’effectif participant minimum exigé : 25 personnes (Cf. PDF), alors qu'il s'agit de stages sur 5 jours hors vacances scolaires.

La demande de subvention au Ministère de la Culture est cependant adoptée à l’unanimité.

23. Subvention à la Fédération de la Ligue de l'Enseignement du Val d'Oise

… pour l’organisation d’ateliers de lecture dans les écoles sur le temps du midi. Une subvention de 1000 € soit 500 de moins que l’an dernier… et sans indications bien précises sur le nombre de ces activités et des participants.

Cette délibération proposée par Fatima Bacha est cependant adoptée à l’unanimité.

27. Dates de 12 dimanches autorisés à l'ouverture des commerces

La loi « Macron » du 6 août 2015 autorise jusqu’à 12 ouvertures du dimanche, ce que Georges Mothron trouve « non négligeable ».

Il me semble que ce nombre dépasse les besoins d’Argenteuil, ville dont la fréquentation touristique reste modeste la plus grande partie de l’année. Je m’abstiens, de même que Marie-José Cayzac, Franck Debeaud et Anne-Sophie Vuillemin, sur cette délibération, approuvée par le reste du Conseil.

28. Règlement intérieur des médiathèques : pénalités de retard

Franck Debeaud « va être assez rapide », « il s’agit de simplifier la fixation des tarifs et le recouvrement pour les documents qui ne sont pas restitués ».

Je lui réponds, ainsi qu'au Maire qui me donne la parole :

Monsieur le Conseiller municipal délégué, Monsieur le Maire,

Vous nous proposez pour la 2ème fois une délibération visant à mieux récupérer les documents empruntés à la médiathèque. La fois précédente, en février dernier, nous avions voté cette délibération.

Mais n’y a-t-il pas, à l’époque du tout-numérique, des liseuses, du streaming et des forfaits de services musicaux, des défis plus profonds pour les médiathèques municipales — celles d’Argenteuil comme les autres ?

Vous me répondrez sans doute qu’on voit de plus en plus de jeunes dans les médiathèques, qui viennent fréquenter les salles de lecture, justement pour échapper à la pression des téléphones et des écrans. Très bien. Mais justement, venus travailler en salle de lecture, ils utilisent très peu les fonds de livres, de CD ou de DVD.

Certes, la révolution numérique, c’est un sujet difficile, pour les bibliothécaires. C’était, je cite un universitaire, « un choc et une profanation ». Mais il écrivait cela en 2009 ; depuis le temps, les agents des médiathèques aussi ont des téléphones, des ordinateurs, ils sont plongés dans la culture numérique comme chacun de nous ou plus que nous :-)

Nous espérons donc, pour une prochaine fois, des décisions et des délibérations qui exprimeront mieux l’apport des médiathèques aux jeunes et aux moins jeunes d’Argenteuil dans l’univers médiatique d’aujourd’hui.

Ceci dit, concernant les pénalités, nous sommes obligés de nous abstenir, car la rédaction que vous proposez est juste incompréhensible, je lis :

« les frais des pénalités de retard et la valeur des documents empruntés peuvent être fixés de 60 euros par document »

???

La lecture du règlement lui-même n’est pas plus éclairante puisque le montant des pénalités n’y figure pas, et pour cause, il s'agit d'autoriser le Maire à le fixer librement.

La rédaction de février 2015 nous semblait bien plus équilibrée : l’utilisateur pouvait, soit remplacer le document (donc à la valeur du neuf), soit rembourser sa valeur plus 15 euros de pénalité.

Nous préférons cette rédaction simple et claire, et vous suggérons de la conserver. Dans le cas contraire, comme je l’indiquais, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Franck Debeaud : « Il s’agit plutôt de (permettre au Maire ou à l'élu délégué de) fixer un tarif unique par livre, jusqu’à 60 euros, intégrant la valeur du livre et le montant des pénalités ».

Ce n’est pas notre idée et nous nous abstenons donc, comme annoncé.

- page 2 de 4 -