par Frédéric Lefebvre-Naré

Colette et Roger Ouvrard ont célébré le 31 octobre dernier, en l'Hôtel de Ville d'Argenteuil dont Roger fut Maire de 1995 à 2001, leurs noces d'or.

Ouvrard_Noces_Or.jpg

Roger Ouvrard, plus qu'un simple remerciement, a harangué les invités pour les appeler à l'engagement citoyen face aux défis du XXIème siècle !

Il a bien voulu m'autoriser à reproduire le texte de ce message. C'est plus tard qu'il me l'a transmis, car une rechute l'avait conduit à l'hôpital entre temps…

Permettez-moi donc de lui adresser en premier mes voeux, et ceux d'EpA, pour cette nouvelle année.

Et de reprendre, comme voeux pour nous tous, Argenteuillaises et Argenteuillais, ces quelques passages de son message. Les habitué(e)s reconnaîtront sa mise en forme. Habitué(e)s comme non-habitué(e)s partageront, j'espère, mon désir de répondre à cet appel par un engagement renouvelé au service de notre société.

… Depuis deux jours, nous vivons sur un nuage : nous sommes comblés de messages, de fleurs et de cadeaux. Nous vivons une sorte de re-naissance. …

Si vous me le permettez, la cérémonie protocolaire étant achevée, j’aimerais délivrer un message à nos concitoyens présents.

En premier lieu, je tiens à vous rassurer, il ne s’agit nullement d’un message d’adieu ou d’un testament mais au contraire d’un message d’espoir !… Il y a quelques mois, cette cérémonie s’avérait improbable. …

Je tenais … à adresser à tous les citoyens d’Argenteuil, à mes compagnons de route, aux élus, aux employés territoriaux et partenaires ainsi qu’à toute ma famille, mes chaleureux remerciements et à leur exprimer ma profonde gratitude, à la fois pour les responsabilités et missions qu’ils m’ont confiées, et pour la confiance qu’ils m’ont accordée ou renouvelée pendant quarante-deux ans de mandat et plus d’un demi-siècle en qualité d’acteur de la vie culturelle, sociale et politique d’Argenteuil.

Grâce à vous, j’ai bénéficié d’une vie exceptionnellement dense, intense et pour tout dire féconde et riche tant au plan social, culturel, philosophique, spirituelle que politique. …

Tous (les) acteurs (aux côtés de qui j’ai œuvré) ne partageaient pas forcément … mes convictions politiques …, mais tous étaient animés d’un ardent désir d’être utiles et de contribuer à l’intérêt général. … Nous observions une sorte de respect mutuel indispensable en société et en démocratie. Cela ne nuisait nullement au débat d’idées et à l’affrontement des projets. …

Ainsi me suis-je efforcé de ‘cultiver l’intelligence du cœur pour mieux servir la dignité humaine’. Je vous suis donc grandement redevable. …

Comme le soulignaient … Martin Luther King et Nelson Mandela :'' ‘Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons tous mourir ensemble comme des idiots’''. …

En ma qualité d’élu notamment, j’ai toujours considéré que ‘ce n’est pas la fonction qui fait l’homme mais bien la manière dont il l’exerce’. Pour moi, l’art de la politique c’est de rendre possible ce qui est nécessaire.

C’est la raison pour laquelle je n’ai (…) cessé de (…) promouvoir la démocratie authentique, c’est-à-dire celle qui prône et repose sur l’intervention citoyenne. Il importe en effet de promouvoir et de développer la démocratie afin d’élever la conscience et d’en provoquer l’insurrection. (…)

J’en viens enfin à la question qui m’a été posée à de multiples reprises : ‘Au vu des revers de l’histoire, ne regrettes-tu pas tes choix, engagements et combats ?’

Au regard de l’actualité, je réponds NON sans ambiguïté.

… Dans le contexte… de deux guerres mondiales dévastatrices…, de la décolonisation, de l’émancipation des peuples, mais aussi … de la guerre froide et de la probabilité d’une 3ème guerre mondiale, et … de très importantes conquêtes sociales remises en cause aujourd’hui, au nom de la mondialisation… J’ai à l’époque fait signer l’appel de Stockholm contre … l’arme atomique, et j’ai refusé de partir … faire la guerre en Algérie qui réclamait son indépendance, je n’appartenais alors à aucune formation politique. J’ai agi selon ma conscience.

… Aujourd’hui, le capitalisme apparaît triomphant alors qu’il porte en lui les germes même de son affaiblissement et de son déclin. Il n’est pas en effet la fin de l’histoire et la clé de voûte de la civilisation, comme le soulignait fort opportunément Jean Jaurès : ‘Le capitalisme… devient un obstacle à mesure que s’organisent les éléments d’une société nouvelle.’

À l’époque un autre monde était concevable, comme il s’avère indispensable aujourd’hui. …

Nous sommes entrés dans une ère totalement nouvelle, mais l’émancipation humaine et celle des peuples reste posée. Un monde se meurt, un autre est en gestation, en voie de naître.

Les enfants,… à peine descendus du berceau,… pianotent sur le clavier de l’ordinateur et sur internet, et se familiarisent avec le téléphone portable de leurs parents. Le numérique tend… à se substituer à certains processus de production.

Vers quelle société allons-nous ?

Certains « experts » et « visionnaires » leur promettent pour demain un monde où règnera « l’intelligence artificielle » et dans lequel les « algorithmes » règleront leur vie ! Une sorte de robotisation de la société. Ils évoquent même « un transhumanisme » !

La question qui se pose consiste bien sûr à l’utilisation de ces moyens techniques et technologiques mais surtout à leur maîtrise.

Les citoyens devront être très vigilants pour rester acteurs de leur destin. …

Comment faire en sorte que les forces progressistes et humanistes l’emportent sur les conservatismes qui conduiront immanquablement, s’ils triomphaient, à un recul de civilisation ? Et peut-être… à la dévastation de la planète !

Au seuil de ce siècle…, des défis incommensurables guettent la planète et l’ensemble des terriens. …

Je suis persuadé que les générations futures sauront, grâce à l’intelligence collective, relever ces immenses défis. Je souhaite surtout qu’elles … aient à cœur de faire se lever l’aube d’un monde nouveau dans lequel les hommes sauront enfin vivre en pleine harmonie. …

Je plaide pour une nouvelle société civile planétaire, … une autre gouvernance impliquant tous les peuples et états sur un pied d’égalité. …

Cette gouvernance devra reposer sur la coopération (et non la concurrence) et le partage des ressources.

Elle supposera un développement durable, c’est-à-dire respectueux de la biodiversité. …

Je reste un incorrigible utopiste. Mais l’utopie n’est-elle pas l’étoile qui nous indique le chemin ?

Je conclus enfin sur cette pensée de Guillaume Apollinaire : ‘En lui la raison ardente brûle au cœur de la froide raison, et elle nous rappelle que le monde peut être changé, peut devenir ce qu’il doit être, tel que nous l’imaginons, tel que nous le rêvons.’

Mille fois merci !

(Signé) :

L’incorruptible et incorrigible utopiste

Maire honoraire d’Argenteuil
Ancien conseiller général du Val d’Oise
Légion d’honneur …