par Pierre Bruneau et Frédéric Lefebvre-Naré

Après 30 ans à la Halle des Coteaux, Christophe jette l'éponge.

Ils étaient d'abord trois à y travailler, mais à mesure que les grandes surfaces attiraient la clientèle des commerçants spécialisés, Christophe a continué avec un seul salarié, puis tout seul.

Christian_halle.jpg

Les 5 mois de travaux dans l'avenue Clémenceau, mise en sens unique, la suppression pendant ce temps du petit parking des commerces, ont eu raison de l'activité : moins de la moitié des clients ont continué à venir.

Joffre_Clemenceau.jpg

Christophe a saisi au vol la proposition du Maire d'une commune périurbaine, qui souhaite créer un magasin de Primeurs et développer son centre bourg, plutôt que de de créer un supermarché. Il partira dans les prochaines semaines.

La densification du coeur de quartier des Coteaux conduira peut-être, paradoxalement, le propriétaire du terrain à construire ou étendre du logement à la place de ce commerce. Il n'y aurait, alors, plus de magasin de fruits et légumes dans le quartier.

Ce serait un échec de plus dans la constitution de ce coeur de quartier qui ne ressemble toujours à rien, avec ses pavés de béton sur rue (l'immeuble de la maison de quartier et maintenant "Le Figuier"), son bureau de Poste caché loin de places de parking utilisables, son marché sans supérette…

Comme beaucoup de professionnels indépendants, Christophe n'aime pas quémander ou se plaindre. Il n'a pas écrit à la Mairie, n'a pas protesté contre ces travaux qui le spolient, et c'est une lectrice de ce blog qui nous a spontanément signalé sa situation.

Si jamais, à défaut d'indemnité pour ces 5 mois, la Municipalité peut lui obtenir un rabais sur sa "taxe professionnelle" 2016 (CFE), ça sera humain.