par François DEMAY - billet invité

Sur le projet Jean Vilar il semblerait que l’on s’achemine vers un enterrement de première classe.

J’ai toujours dit aux élus, que ce lieu était hanté de mauvais esprits. Ils haïssaient le béton mais n’aimaient que la verdure.

La preuve ?

A part Doucet pour le parc très réussi, aussi bien Montdargent avec l’auditorium, qui avec le conservatoire avait du sens, Ouvrard–Leikine avec le multiplexe, et Mothron qui double la mise avec, lors de la 1° mandature des galeries marchandes, et du deuxième mandat habitations, multiplexe et galeries marchandes : Plouf dans la Seine !

Que d’énergie, de plans, de coûts financiers perdus.

Bon, on se console, il nous reste au Val Nord une structure type "Zeppelin" pour une grande serre tropicale. Un peu cher si on doit rembourser au promoteur 750 000 Euros.

Sur un autre sujet : la politique culturelle d’Argenteuil.

On nous sert Claude Monet depuis Montdargent ! Les coquelicots et les canots sur la Seine, c’est comme au ciné club dans la série voir et revoir…

Pourquoi ne pas consacrer un cycle sur Georges Braque, né à Argenteuil en 1882, autour du fauvisme dans une première phase. Reproductions sur l'avenue Gabriel Péri :

G Braque/ H Mangin/ P Gauguin/ A Marquet/ A Derain.

Dans le deuxième semestre, le cubisme :

G Braque/ P Picasso/ F Léger / P Cézanne/ R Delaunay.

Egalement, pour éclairer certains jeunes sur leur quartier, mettre sur les plaques nominatives des rues aux extrémités : la qualité (musicien, écrivain, politique…) et leurs dates de vie.

Enfin et surtout le projet du musée d’Argenteuil !

Celui-ci est fermé au public depuis de nombreuses années.

Je souhaite que l’on ressorte le projet de la mandature de Doucet sur

« Mémoires industrielles »

et plus particulièrement : Aviation - Automobiles.

Nous avons deux spécimens :

Un Mirage Dassault

Un véhicule Lorraine Dietrich A4 de 1924 (à vérifier), usine en 1907 à Argenteuil

Intégrer ce projet plus largement avec le grand Paris.

Cette contribution personnelle est sans prétention, car dire est facile, mais faire c’est autre chose.

François DEMAY