par Bernard Rols

Le 15 août 2014, notre pays a fêté le 70ème anniversaire du Débarquement des troupes alliées en Provence.

Ce mois-ci, beaucoup de villes françaises dont Paris ont aussi commémoré leur libération en août 1944.

  • Béziers (ma ville natale) libérée le 22/08/1944
  • Paris libérée le 25/08/1944
  • Argenteuil et Bezons libérées le 26/08/1944
  • Marseille libérée le 28/08/1944
  • Montpellier libérée le 29/08/1944…

En cette année 2014, nous commémorons aussi le centenaire de la première Guerre Mondiale, 1914/1918.

Qui se souvient de la Bataille des Frontières des 20 et 22 août 1914 ?

40 000 soldats français tués, dont 25 000 pour la seule journée du 22 août. Les historiens s’accordent à dire que cette journée fut la plus meurtrière de toute l’Histoire de France.

Pour mémoire, la 1ère Guerre Mondiale a vu mourir 1 400 000 soldats français, soit, sur la durée du conflit, environ 900 morts par jour. Les pertes françaises à Verdun (symbole de cette guerre) de février à décembre 1916 ont été de 310 000 à 350 000 tués.

Certes, la Bataille des Frontières se termina en reculade devant les troupes impériales, qui ne sera stoppée que par la Bataille de la Marne à partir de septembre 1914.


En cet été 2014, 3 conflits majeurs en Ukraine, Palestine, Irak, inquiètent les puissances démocratiques, dont la France.

Tout récemment dans une interview sur une chaîne d’informations, Jacques Attali déclarait que la dette d’un Etat ne peut être résorbée que par la croissance, l’inflation ou la guerre.

Il espérait que, notre pays n’ayant ni la croissance, ni l’inflation, nous n’aurions pas à terme la guerre.

Le populisme avec ses fausses solutions comme la sortie de l’Euro et la fermeture des frontières, ainsi que l’extrême-droite xénophobe, ne cessent de progresser en France et dans de nombreux pays européens.

Même si la Bataille perdue des Frontières n'aura pas ou peu été commémorée en cet été 2014, ne l’oublions jamais pour les générations futures.