La mobilisation suscitée par le comité Jean Vilar (entre autres !) commence à porter des fruits : interrogé pour la Gazette / l'Écho régional, le premier adjoint au maire "balance" plusieurs scoops !

Gazette_Jean_Vilar_13sept17.png

1.

Les associations ont été informées qu’elles organiseraient leurs manifestations, à partir du mois de février prochain, dans une structure provisoire au Val Nord, à côté de la Halle des sports Roger-Ouvrard, le temps des travaux.

Cette structure provisoire, à construire tout de même sur dalle béton, pourra-t-elle réellement être prête début février, dans 4 mois 1/2 ? La Commission d'Appel d'Offres vient d'en délibérer le 8 septembre et il y a encore des procédures avant le premier coup de pelleteuse !

2.

Le projet lui-même se précise, avec

145 logements, 3000 à 3500 m2 de surface alimentaire, 1150 m2 de magasins d’ameublement et décoration, 2 000 m2 de magasin de bricolage, jardinerie et animalerie, 2300 m2 pour l’équipement de la personne, 2000 m2 pour les jouets, 4500 m2 pour le sport, cinq restaurants avec terrasses

en plus de la future salle de spectacles et du multiplexe. Autrement dit, à 400 mètres de là, Côté Seine (inauguré par le précédent mandat Mothron) et le Figuier Blanc (lancé sous le précédent mandat Mothron) vont être vidés de leur substance, de même que la restauration de centre ville.

3.

"Concernant les tarifs aux associations, cela fait débat. Mais il n’y a pas de raison qu’ils changent. Les associations auront toujours la Ville comme interlocuteur,"

dit M. Péricat. Autrement dit, la Municipalité, tout en se présentant comme seul interlocuteur… ne prend pourtant aucun engagement !

4.

Concernant la destruction des arbres, Xavier Péricat reconnaît cette réalité. "D’autres arbres seront replantés."

Tiens donc ! Le PLU n'exige plus que 0 arbre en pleine terre, et 1 arbre en pot tous les 500 m2. Comment comparer cela au cèdre, ou aux platanes témoins du parc qu'avait peint Claude Monet ?

5.

Concernant l’information sur le projet, pour l’élu, "celle-ci a eu lieu. Le conseil municipal, qui est une séance publique, avait convié Fiminco à présenter le projet le 13 décembre 2016."

Tiens donc !!! C'est à ce même conseil du 13 décembre que le Maire, Georges Mothron, avait déclaré "j'organiserai une réunion publique en mars" ! Est-ce lui ou son premier adjoint qui a mangé la commission ?

6. Enfin…

Xavier Péricat estime que la Municipalité ne décide plus grand chose, qu'elle a laissé les clefs au promoteur !

"c’est aussi un projet privé. Nous n’avons pas la maîtrise d’ouvrage."

Ce qui est totalement illégal :

"Lorsqu’une collectivité décide de réaliser une opération d’aménagement, elle peut

  • soit la réaliser en régie directe (= elle-même),
  • ou déléguer son animation ou son exécution à un mandataire,
  • soit confier la réalisation de l’opération à une personne publique ou privée ayant vocation à réaliser ce type d‘opérations par le biais d’un contrat de concession d’aménagement, de marché public, ou même sous certaines conditions utiliser la quasi-régie,
  • Un autre mode plus exceptionnel s’est ajouté, limité cependant à certains contextes précis, le contrat de partenariat public-privé."

La seule possibilité exclue par la réglementation, c'est de vendre le terrain à un tiers en lui laissant la maîtrise d'ouvrage ! Quelle que soit la façon dont elle fait appel au privé, la collectivité doit rester aux commandes !

Assumons nos responsabilités de concitoyens, de commune : à nous, et non à un promoteur, de décider ce que va devenir l'île d'Argenteuil !