5. Prévention de la radicalisation

"Il faut renforcer l'ancrage local de la lutte contre la radicalisation dans une optique partenariale", et "tel est l'objet du plan de lutte annexé au contrat de Ville", explique François Poletti.

Le Conseil Local de Sécurité de la Prévention de la Délinquance devient donc "… et de la Radicalisation". (CLSPDR)

Le groupe d'opposition vote pour ; je m'abstiens une fois de plus car, sur ces deux phénomènes difficiles mais bien différents — délinquance et radicalisation — les mesures prises et les changements apportés me semblent très insuffisants. Au niveau national (les "centres de déradicalisation"…) comme local.

Pour moi, pour prévenir la radicalisation religieuse violente, les machins administratifs multi-intervenants genre CLSPDR sont insuffisants. J'ai proposé en Commission que les élus constituent une mission d'information transpartisane sur la radicalisation, à la rencontre des personnes plus touchées, via les communautés religieuses et professionnels liés à la religion, les collèges publics ou privés, les associations sportives, les groupes Facebook… En gros : pour moi, les acteurs politiques de la Ville doivent mettre les pieds dans le plat.

La Municipalité n'aura pas donné suite à cette proposition.

6. Agir ensemble - RH public privé, Céline Charaix présente une "charte partenariale" entre une grosse douzaine d'organisations publiques ou parapubliques, machin qui me semble totalement creux et déconnecté de toute réalité des entreprises, notamment des PME, censées être visées.

Le groupe d'opposition vote pour ; je m'abstiens de même que Marie-José Cayzac.

7. Avance de subvention au CAS : Marie-José Cayzac regrette que l'on doive se prononcer sur l'avance de 100 000 € sans idée du montant futur de la subvention, "méthode extrêmement déplaisante". Georges Mothron répond que ce sera 200 000 €. Xavier Péricat répond qu'il est présomptueux de donner un chiffre avant le vote du budget.

Unanimité.

8. Subvention de clôture à la MIJD, de 2 800 €, la MIJD étant depuis le 1er janvier 2017 gérée directement par la Ville. Unanimité.

9. Subvention au CCAS : avance de 750 000 € sur un montant total qui serait le même qu'en 2016, précise le Maire. Unanimité.

10. Subvention exceptionnelle Mission Locale Argenteuil-Bezons : 28 407 € : là encore, un solde à la liquidation de cette Mission Locale. La subvention est transformée en remise gracieuse de dette sur l'idée de Montigny-les-Cormeilles. Unanimité.

11. Subvention à la crèche La Ribambelle : 88 260 € soit 19,19 € par jour et par enfant, contre 18,10 * l'an dernier. Philippe Métézeau ajoute, sur le point 1, que la Ville agit bien contre les perturbateurs endocriniens.

12. Subventions aux crèches associatives pour 30, 27, 22, 34 € par jour d'ouverture et par place. Il s'agit en fait de crèches coopératives, d'entreprises, ou de l'Hôpital, précise Philippe Métézeau. "Les Lucioles" et "Firmin Marbeau" accueillent aussi les enfants de personnes au RSA et en recherche d'emploi. "Mini d'hom" se situe en centre ville et "Arc en Ciel" à Bérionne, "Marguerite Joly", gérée par la Croix-Rouge, en centre ville.

Marie-José Cayzac regrette que le vice-président du Conseil Départemental — Philippe Métézeau — n'ait pas obtenu de celui-ci les 20 places qui relèveraient de lui à la crèche de la Croix-Rouge. Philippe Métézeau ne voit pas pourquoi Marguerite Joly bénéficierait d'une aide départementale spécifique.

Unanimité.

13. 3ème Relais Assistantes maternelles : demande de subvention CAF de 24 000 €

Les RAM permettent, indique Philippe Métézeau, de réunir les enfants et "participer à leur socialisation". Ce 3ème RAM couvre le Val Nord et le Val Sud. Unanimité.

14. Tarifs des boissons au bar de la Cave "dîmière" : 3€ et 3,50€ pour la bière 1 et la bière 2 respectivement ! (Les marques ne figurent pas). La Ville reprend à son compte ce bar de la Cave, qui était assuré par le restaurant Au bout du bar, mais celui-ci a dénoncé la convention. Le responsable du lieu a été formé pour tenir le bar. Le concert des Wampas, à guichets fermés, a fait 1000 € de recette, et même la Directrice s'y est mise, précise Franck Debeaud.

"On va fêter les 10 ans de la Cave, il y aura une fresque dans l'après-midi, un concert avec 3 groupes, nous créons à cette occasion un T-shirt de la Cave, à son nouveau logo maintenant bien identifié, qui sera vendu 9 €."

"Toujours avec modération", répond Georges Mothron. Unanimité, sauf Marie-José Cayzac qui s'abstient par crainte de Saintes Tuniques sur les mugs.

15. Tarifs des locations de salles aux entreprises privées

Franck Debeaud : le Conseil économique d'Argenteuil a demandé une possibilité de location de salles pour les entreprises : Figuier Blanc 2 et 3 (mais pas la grande salle de théâtre, "qui a beaucoup de contraintes techniques"), Jean Gabin, la Cave et son auditorium.

2280 € pour la journée pour la grande salle de 220 places, pour des entreprises argenteuillaises.

Je prends la parole au nom du groupe :

— "Votre délibération prévoit que la Ville loue diverses salles de ses équipements culturels à des entreprises privées, à des tarifs modestes par rapport au marché, mais rémunérateurs.

Il y a dans le groupe TFdEA des avis différents sur l’opportunité de louer ou non des équipements publics au privé.

Mais nous sommes unanimes pour penser que la priorité de leur utilisation doit rester aux Argenteuillais.

Vous dites, Monsieur Debeaud, que ces événements ne se feront pas aux dépens de la programmation, or il y a une programmation tous les jours au Figuier Blanc, et la délibération que vous proposez prévoit de fermer le Figuier Blanc certains jours, « creux » dites-vous. Mais qui est en charge d’en développer la fréquentation, sinon vous ?

Des habitants vous ont posé, Monsieur le Maire, la question du devenir du Figuier Blanc face au projet sur Héloïse, et vous avez répondu « conserver l’art et essai et le renforcer, si je puis dire ». Ce que vous appelez renforcer, c’est en fait fermer.

Nous voterons contre cette délibération."

Franck Debeaud répond que la Ville garde la maîtrise de la programmation… Évidemment.

Mickaël Camilleri ajoute se réjouir que les entreprises argenteuillaises puissent trouver sur place des salles adaptées.

16. Passage du Musée passager (art contemporain) 20 mai-11 juin 2017 de la Région Ile-de-France, sur le Parc des Berges

Il a attiré 67000 visiteurs en 3 ans. En 2017 il voyagera de mai à juillet ("sur une île de loisirs en juillet"), 1h-20h 7 jours sur 7,sur le thème "Homme-Nature".

Françoise Inghelaëre lit la délibération de façon très claire et pédagogique, mais intégrale — "par ailleurs, les médiateurs seront munis de tablettes numériques pour éclairer leur propos". Unanimité.

La suite ici.