Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 6 juin 2019

Le 6 juin 1944 : une journée à Paris

par Bernard Rols

Nous commémorons le 75ème anniversaire du D DAY.

Le débarquement des alliés en Normandie amènera quelques mois plus tard aux libérations de Paris et de la France, mettant fin à 4 années sombres d’Occupation de notre pays par les armées du IIIème Reich.

Maurice Garçon, académicien, l’un des plus grands avocats pénalistes de son temps, a tenu son journal qui couvre, jour après jour, parfois heure après heure, la guerre, la défaite, l’Occupation et la Libération.

Voici quelques larges extraits de son journal en ce jour du 6 juin 1944, que l’Histoire a nommé « le jour le plus long ».

9 heures : Marie Darras… (probablement l’épouse de son assistant) m’annonce que les Anglais auraient débarqué au Havre. Elle ne le sait pas directement. C’est son concierge, qui a entendu la radio franco-allemande, qui le lui a rapporté.
Impossible de vérifier. Depuis quelques jours, l’électricité est coupée toute la journée. Excellent moyen pour empêcher d’entendre des nouvelles…

10 heures 30 : ….Il paraît bien qu’il y a quelque chose mais on ne sait pas quoi exactement. Tout se réduit à ce que la flotte anglo-américaine bombarderait du coté de la Normandie, à Boulogne et à Calais. On dit aussi qu’il y aurait des parachutistes du coté de Cherbourg. En somme, rien de précis.

12 heures : Depuis ce matin, les alertes succèdent aux alertes. Le courant est rétabli pendant que les avions menacent pour qu’on puisse éclairer les abris... une nouvelle époustouflante. Le débarquement pratiqué du Havre à Cherbourg et, d’un élan foudroyant, les armées du débarquement auraient avancé de 100 kilomètres.

13 heures 30 : Une amie me dit avoir entendu que les Anglais se seraient emparés de plusieurs aérodromes….

17 heures : Je rentre du Palais (de justice). La rue est calme. Personne n’a l’air de se douter qu’on se bat férocement à 200 kilomètres… Rien de changé avec ce qu’on voyait avant-hier… A peine parlent-ils (les avocats du Palais) des évènements. Notre sort se joue, et pas loin. On n’a pas l’air de s’en douter... Quelques uns, qui veulent paraître renseignés, annoncent la prise de Caen et de Rouen….
La gare Montparnasse et la gare Saint-Lazare sont fermées.

22 heures : ….un ami dont le père est à Radio Paris, affirme qu’un second débarquement vient d’avoir lieu à Cannes, à Fréjus et à Marseille. La TSF n’en dit rien. Les nouvelles sûres sont assez brèves. Le débarquement s’est fait entre l’embouchure de la Seine et celle de l’Orne. On se bat dans Caen. Les Américains, d’autre part, ont débarqué du coté de Cherbourg. En dehors de cela, on ne sait rien. Il n’y a qu’à attendre.
Je crois qu’il ne faut pas tenir compte des mille informations qu’on répand, parmi lesquelles la plus grave serait l’arrestation en masse, demain matin, des hommes de 15 à 60 ans…

Minuit : ….A partir de 10 heures du soir, le courant électrique revenu permet d’écouter un peu tout ce qu’on veut... Chacun des antagonistes déclare que les opérations se déroulent dans des conditions satisfaisantes.

Au-delà de ce que l’on appellerait aujourd’hui les fake news, l’espoir renaissait pour toute une population bientôt libérée.

mercredi 5 juin 2019

Renouveler notre ville, Argenteuil

par Frédéric Lefebvre-Naré

Depuis un an, je participe à la démarche « Argenteuil en commun » : nous essayons de faire émerger un projet d’avenir pour Argenteuil. Un projet citoyen, participatif, écologique, qui corresponde profondément à l’identité et au potentiel de notre ville.

Nous avons largement diffusé un texte fondateur, enquêté auprès de nos concitoyens, organisé des réunions publiques ouvertes. Nous avons publié une charte qui nous engage. Nous avons, le week-end dernier, convergé sur 28 engagements qui couvrent les différents domaines de l’action municipale : ensemble, ces 28 engagements représentent bien l’Argenteuil où nous voudrions vivre en 2026. Je me reconnais dans ce résultat, très riche, du travail collectif.

Le moment est maintenant venu de nous entendre sur une équipe qui se proposera, face à nos concitoyens, pour réaliser ce projet. Une équipe qui donnera envie de la rejoindre ; qui inspirera confiance ; qui garantira à chaque Argenteuillais·e qu’il ou elle garde la main, garde la parole, est invité·e à agir pour sa ville.

Comme plusieurs participants à « Argenteuil en commun » l’ont fait, je me propose pour la tête de liste.

Je conçois ce rôle comme celui d’un facilitateur. La tête de liste, ou, avant que la liste soit constituée, le chef de file, doit veiller à ce que chaque personne de l’équipe soit reconnue dans ce qu’elle apporte, trouve sa place, coopère efficacement avec les autres.

Ceci pendant la campagne ; au-delà de la campagne, parmi les élu·e·s, de la majorité comme de l’opposition ; et dans l’animation des 2300 agents de la Ville ; et dans la vie commune des 113000 Argenteuillais·es ; et dans la relation avec les communes voisines, les partenaires privés, les autorités publiques.

Je crois avoir beaucoup développé cette capacité, à la fois dans ma vie professionnelle, dans mes engagements associatifs à Argenteuil ou ailleurs, dans mon engagement politique à Argenteuil depuis maintenant vingt ans.

Depuis ces vingt ans aussi, j’ai tenu à la transparence de mon activité. J’ai cherché à expliciter mes idées, de blogs en tweets ou au Conseil municipal, à les défendre publiquement. Chacun·e peut savoir à quoi s’attendre de ma part. C’est une démarche inhabituelle dans la vie politique comme dans la vie professionnelle… mais elle a toujours eu, à ma connaissance, de bons résultats.

Je crois garder l’esprit clair devant les enjeux les plus lourds, comme devant les acteurs les plus puissants auquel le maire d’une grande ville a affaire.

Mais « une seule main ne peut moudre la farine » : que la personne en tête de liste apporte peu ou beaucoup, c’est une équipe qui réussira ou échouera.

Il faut être nombreux pour détecter les opportunités et les risques, les contacts, les occasions de faire avancer nos projets.

Il faut être nombreux pour maintenir une relation proche avec toutes nos concitoyennes et tous nos concitoyens ; pour croiser nos regards et nos expériences sur les situations ; pour s’entraider tout simplement dans nos missions.

Il faut être nombreux… Plus nombreux, bien sûr, que ne l’est actuellement l’équipe d’Argenteuil en commun.

J’espère être bien placé pour construire une coopération constructive avec d’autres leaders politiques ou associatifs de la ville. Le chemin du succès de notre démarche, ce sera de fédérer beaucoup d’Argenteuillais·es qui partagent notre vision de l’avenir de la ville, qui sont prêts à partager nos engagements, même si, jusqu’ici, ils hésitaient à nous rejoindre.

Je serai heureux d’animer une équipe où chacun·e trouvera du bonheur à participer !

samedi 1 juin 2019

Argenteuil, du bilan au renouveau

par Frédéric Lefebvre-Naré. Tribune dans le dernier magazine municipal.

La Municipalité a présenté ses comptes 2018.

Le mandat avait commencé par un « plan de redressement ».

  • Il annonçait 30 millions d’€ de cessions immobilières : très peu ont été réalisées.
  • Il annonçait aussi la suppression d’environ 400 emplois : cela a été réalisé, aux dépens des Argenteuillais.

La Municipalité dit les comptes meilleurs que la moyenne des grandes villes françaises : alors pourquoi ses belles promesses de campagne restent-elles, 5 ans après, lettre morte ?

Avec le groupe « Argenteuil en commun », nous enquêtons actuellement auprès des Argenteuillaises et Argenteuillais sur ce qui va bien… ou pas.

Beaucoup nous répondent : ce qui va le mieux, c’est la diversité sociale et culturelle d’Argenteuil, le respect mutuel, la vie associative.

C’est aussi un sujet d’inquiétude : inquiétude devant les incivilités, inquiétude d’une séparation entre communautés, inquiétude qu’une partie des Argenteuillais fuient la ville quand ils font leurs achats, quand ils mettent leurs enfants au collège, quand ils sortent.

Nous devons en discuter ensemble. Remettre à plat les priorités budgétaires, les choix d’urbanisme, d’équipements : comment pourront-ils ramener la cohésion sociale ?

Nous devons susciter des propositions nouvelles pour répondre aux difficultés des enfants, des familles, des personnes âgées ; pour rendre notre ville accessible malgré les handicaps ; pour sortir les jeunes qui tournent en circuit fermé ; pour intégrer les milliers de nouveaux habitants qui arrivent chaque année ; pour aider les personnes qui traversent une crise, éviter la marginalisation ; pour donner envie aux agents de s’investir, de prendre des risques, les réconcilier avec leur travail, et faire enfin reculer l’absentéisme.

Le renouveau d’Argenteuil est dans nos mains !

mardi 28 mai 2019

Européennes 2019 : résultats par bureau de vote à Argenteuil

source : Ville d'Argenteuil

Sur 53256 électeurs inscrits sur les listes, 36% sont allés voter, dont 0,8% "blanc" (427) et 0,7% ont émis un vote nul (348). Les 18499 restants ont voté (listes ayant recueilli 20 voix ou plus) :

LOISEAU (LREM / MoDem) : 20,7% des électeurs ayant choisi une liste
BARDELLA (RN) : 18,3%
AUBRY (LFI) : 12,2%
JADOT (EELV) : 11,8%
HAMON (Génération·s) : 6,3%
GLUCKSMANN (PS) : 5,9%
BELLAMY (LR) : 5,1%
BROSSAT (PCF) : 3,9%
DUPONT-AIGNAN (DLF) : 2,7%
LAGARDE (UDI) : 2,3%
THOUY (Parti animaliste) : 2,3%
BOURG (Urgence écologie) : 2,3%
ASSELINEAU (UPR) : 1,9%
ARTHAUD (LO) : 1,2%
AZERGUI (Parti démocrate musulman) : 0,9%
PHILIPPOT (Patriotes) : 0,8%
LALANNE (Alliance jaune) : 0,5%
BIDOU (Oubliés) : 0,3%
PERSON (UDELF) : 0,3%
MARIE (Parti pirate) : 0,1%

resultats_europeennes_Argenteuil_28mai2019.png

- page 1 de 94