Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 10 septembre 2016

Pour Jean Vilar, soyons force de proposition

par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce matin, Bernard Rols, trois autres amis et moi-même, avons pu informer et sensibiliser quelques milliers de personnes, à l'entrée du Forum des Associations, à la vente annoncée de Jean Vilar.

Beaucoup nous ont demandé "comment signer la pétition".

L'esprit du comité Jean Vilar, c'est d'aller au-delà de "dire non" à ce projet. C'est de réfléchir ensemble à l'avenir de cet espace, coeur et patrimoine d'Argenteuil.

Voici le texte de notre tract de ce matin.


Vente de Jean Vilar : On se moque de nous !

La Municipalité d’Argenteuil a voté le projet de vendre Jean Vilar, son parking et le parc attenant à un promoteur privé pour y faire un multiplexe, dès 2019.

Qui voudrait couler Le Figuier Blanc ne s’y prendrait pas autrement. Et pourtant cet édifice culturel a vu le jour, il y a moins de 10 ans (alors que G Mothron était déjà maire).

Il a été payé largement avec nos impôts...le double du coût prévu !

Le Maire a-t-il de la cohérence avec son action précédente ? Lui, qui déposait un recours contre le multiplexe proposé par l’équipe de son prédécesseur Roger Ouvrard, sur le terrain actuel du Parc des Berges.

Sur l’emplacement actuel de Jean Vilar, le Maire annonce, outre un multiplexe,

  • Un magasin de bricolage,
  • Une Fnac,
  • Une jardinerie,
  • Des restaurants…

… et selon lui, les salles des fêtes Pierre DUX et Jean VILAR seront encore mieux qu’actuellement !

Sous la Seine ? Sur le pont ? Où seront les parkings ? Sur l’eau ?

Plan_Jean_Vilar.jpg

Les salles seront elles reconstruites sur ce site ? Y aura-t-il 2 salles ?

Vendre l’île Héloïse aux promoteurs c’est brader le patrimoine public qu’est l’espace Jean Vilar.

  • C’est chasser du centre-ville le cinéma, les spectacles, la vie associative et citoyenne !
  • C’est mettre en difficulté l’activité du centre commercial Côté Seine !
  • C’est condamner le commerce du centre-ville qui a eu tant de mal à se revitaliser !
  • C’est briser les librairies de grande qualité, existantes !
  • C’est détruire les capacités de parking du marché Héloïse (parkings du multiplexe réservés au magasin de bricolage le dimanche selon toute vraisemblance)… que devient donc le marché ?

Pour Jean Vilar, soyons force de proposition

On ne nous dit pas tout ? Alors Disons-le !

Bezons a un projet bien avancé de multiplexe à la Grâce de Dieu, à 5 minutes du centre-ville d’Argenteuil. Rejeté, ce projet fait l’objet d’un appel. Celui-ci est pourtant bien plus avancé que celui d’Argenteuil et plus réaliste.

Au lieu d’être concurrents, si nous essayions d’être complémentaires ?

  • La Municipalité cherche à implanter un commerce sur le terrain « SIFRU » face à Grand Frais, à l’échangeur de l’A15 ; ne serait-ce pas le terrain idéal pour une jardinerie et un magasin de bricolage ?.. Dont la place en centre-ville paraît bien discutable.
  • Le bâtiment qui abrite Jean Vilar n’est-il pas, encore aujourd’hui, un espace remarquable pour une salle des fêtes ? Ne pourrait-il être réhabilité et modernisé pour moins cher que reconstruire ? Sa place proche du centre-ville en fait un poumon pour Argenteuil. Sa localisation actuelle doit être préservée.
  • Notre ancienne île, ses attractions et ses arbres ont vieilli, certes ! Mais en quoi cela obligerait-il la municipalité à vendre notre patrimoine au privé ? Pourquoi faudrait-il déboiser tout ce bel espace pour en faire un lieu de béton ?

Réagissons : Construisons ensemble, en citoyens responsables, un projet pour les argenteuillais et leurs associations ! Un projet qui réponde non pas aux critères du marché privé, mais un projet de vie associative, culturel et ludique qui ne détruit pas les équipements, les services et les commerces existants en centre-ville.

Sauvons l’espace Jean Vilar, imaginons le Jean Vilar de demain… à partir des besoins des Argenteuillais et de leurs associations… Elaborons une contre-proposition, avant qu’il ne soit trop tard !

Rejoignez le Comité Jean Vilar Avec Marie-José CAYZAC, Pascal HUET, Frédéric LEFEBVRE-NARE, Dominique MARIETTE, Raymond MONTEIL, Xavier MORIN, Jean-Christophe SOLARD

Adressez vos contributions, vos courriers, vos courriels, vos propositions pour agir.

Participez sur le site www.jeanvilarargenteuil.wordpress.com

Ou par courrier : Comité Jean VILAR, 62 avenue du Maréchal Joffre, 95100 Argenteuil


Bien sûr vos propositions, réactions,… sont tout aussi bienvenues en commentaires ici.

mercredi 17 août 2016

Décès du Directeur Général des Services de la Ville — qu'il repose en paix

J'ai appris le décès de M. Harold Matysen, et j'ai le regret d'en faire part aux lecteurs qui l'apprendraient ici.

Comme l'indique aujourd'hui Le Parisien, M. Matysen a mis fin à ses jours.

Les Argenteuillais et les services municipaux perdent un dirigeant exigeant envers lui-même et attentif aux intérêts de la Ville.

Son prédécesseur au même poste, Joël Fournié, perd un ami de longue date, longtemps collègue au sein du cabinet Knopfler.

Je dis ici à Joël, comme à sa famille et aux Argenteuillais, toute ma tristesse et mes regrets.

En Commission des Finances, M. Matysen représentait les services, connaissant le budget municipal mieux que chacun des élus. Aux questions que je posais comme conseiller d'opposition, il répondait avec rigueur, alliant la compétence, la loyauté envers la majorité municipale qui l'employait, et le respect démocratique du rôle de chaque élu.

Frédéric Lefebvre-Naré - président d'Engagés pour Argenteuil

vendredi 15 juillet 2016

La fête bleu, blanc, rouge endeuillée

par Bernard Rols

En ce 14 juillet, jour de Fête Nationale, ils étaient venus voir en famille ou avec des amis, un feu d’artifice dans un cadre idyllique au bord de la Méditerranée.

84 victimes innocentes ne raconteront jamais le spectacle car un camion fou les a volontairement fauchés sur la promenade des Anglais.

Les témoins du drame n’oublieront pas cette nuit cauchemardesque.

8 mois après l’horreur vécue à Paris, ce sont les Niçois et c'est la Côte d’Azur qui sont maintenant frappés par un acte barbare.

Ce jour anniversaire de la prise de la Bastille, 14 juillet 1789, symbolise, pour le peuple français, la liberté face à l’oppression, et c'est le jour où notre pays est victime d’un attentat monstrueux.

Les membres d’Engagés pour Argenteuil présentent toutes leurs condoléances aux familles et aux proches des victimes.

Plus que jamais, le respect mutuel et la tolérance sont vitales.

Plus que jamais, et comme l'a dit le Premier Ministre, évitons la panique qui démobilise et désarme.

Plus que jamais, à quelques mois d’une élection présidentielle où la sécurité publique et la lutte contre l’islamisme radical, seront au cœur des débats, cherchons l'unité entre Français de toutes confessions.

Continuons à porter haut et fort les valeurs de notre République.

dimanche 3 juillet 2016

Le but de la politique, c'est d'améliorer les choses — en mémoire de Michel Rocard

par Frédéric Lefebvre-Naré

Dans mon souvenir, la première fois que je suis entré dans un bureau de vote, c'était le 11 mars 1973, j'avais juste 7 ans.

C'était un second tour de législatives. Le centre avait pris une claque avec 15% au premier tour, mais je n'en savais rien, je ne connaissais rien à la politique.

J'ai vu les affiches des deux candidats, elles parlait de "gauche" et de "droite", alors j'ai demandé ce que ça signifiait à l'adulte que j'accompagnais. Sa réponse, si je m'en souviens bien : "la gauche", ce sont ceux qui pensent qu'il faut améliorer les choses ; "la droite", ce sont ceux qui pensent qu'il faut garder les choses comme elles sont.

Le candidat "de droite", Marc Lauriol, l'a emporté sur le sortant "de gauche", Michel Rocard. Celui-ci a été sans doute convaincu par son échec, et celui de son parti le PSU, que le seul chemin pour améliorer les choses était de faire allégeance au parti majoritaire à gauche, le PS de François Mitterrand. Il l'a sans doute beaucoup regretté, ne serait-ce qu'en 1979, en 1980, en 1981, n 1988, en 1991, en 2006, et encore en 2016.

Mais jamais il n'a renoncé à améliorer les choses. Toujours il a poursuivi ce but. Et souvent, comme avec la création du RMI ou la paix en Nouvelle-Calédonie, il y est parvenu.

Adieu, Monsieur Rocard — chapeau bas.

michel-rocard-a-brest-en-fevrier-1973-photo-andre_2976494_573x434p.jpg

Michel Rocard pendant la campagne législative, en février 1973 en Bretagne, source Le Télégramme

- page 1 de 39