par Frédéric Lefebvre-Naré, tribune dans le magazine municipal, envoyée le 6 septembre.

J’apprends, au moment d’envoyer cette tribune, que le Préfet du Val d’Oise aurait donné son autorisation pour la construction du complexe Fiminco sur le site de Jean Vilar : un multiplexe à plus de 43 mètres de haut (la hauteur de 14 étages) à 450 m du Figuier Blanc, un centre commercial similaire à Côté Seine à 400 m de Côté Seine, une nouvelle salle de spectacles désormais privée en lieu et place de salle des fêtes municipale, 156 logements en zone inondable dans les remblais de l’ancien bras de Seine.

Le Préfet n’a pas vu l’absurdité pourtant dénoncée depuis deux ans par l’Autorité environnementale.

L’enquête publique, la participation nombreuse et diverse des Argenteuillais, la multitude et la convergence de leurs arguments, compteraient pour rien ?

Le maire avait remarqué que le projet "transcende les clivages politiques", et en effet, il est rejeté par des personnes de tous horizons partisans, y compris les personnes qui rejettent une politique partisane qui leur semble trahir l’intérêt général.

L’avant-dernier barrage possible à ce complexe, serait que le maire refuse le permis de construire… Mais il porte ce projet à bout de bras, depuis trois ans, contre l’avis général.

Le dernier barrage possible, ce sera un rejet formel par les Argenteuillaises et les Argenteuillais. Je le crois, j’en suis sûr, nous parviendrons à faire respecter notre sentiment, nos projets, notre patrimoine arboré et fluvial, notre héritage culturel.

Argenteuil, ses « magnifiques promenades », son paysage de Seine, sa convivialité, ont de belles décennies à vivre, si nous nous serrons les coudes pour être, enfin, entendus.

Version 2