par Bernard Rols

Emmanuel Macron a présenté samedi 25 novembre 2017 ses propositions pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Il a annoncé faire de cette lutte la grande cause de son quinquennat.

Il souligne l’épaisseur de cette réalité et exprime un sentiment d’horreur et de honte.

Il faut restaurer l’égalité entre les femmes et les hommes.

Notre société est encore culturellement empreinte de sexisme.

En revanche, Emmanuel Macron refuse que nous passions d’une société de l’oubli à une société de la délation générale.

Une femme meurt de violences tous les 3 jours en France.

Emmanuel Macron demande de respecter une minute de silence en hommage aux 123 femmes décédées en 2016 énumérant quelques uns de leurs prénoms : Anna, Fatima, Catherine…

On prend alors conscience que cette violence faite aux femmes touche tous les milieux sociaux, tous les âges.

Il annonce la sanctuarisation du budget dédié à cette égalité femmes / hommes.

C’est le combat que la nation toute entière doit mener.

3 orientations sont définies :

  1. l’éducation et le combat culturel pour l’égalité
  2. l’accompagnement juridique des victimes
  3. le renforcement de l’arsenal répressif

Sur la première orientation, Emmanuel Macron met surtout en cause le cyber harcèlement et l’influence de la pornographie sur les mineurs.

Il étendra le contrôle du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel à tous les supports médias.

Une formation contre le sexisme sera assurée dans les écoles publiques formant les dirigeants et l’encadrement de demain.

Emmanuel Macron propose que l’arrêt du bus à la demande soit effectif dans les transports publics.

Il en appelle enfin aux publicitaires ainsi qu’à tous les médias pour lutter contre le sexisme et l’image dégradante de la femme. Une campagne gouvernementale d’ampleur sera lancée.

Sur la deuxième orientation, Emmanuel Macron rappelle que sur les 225 000 femmes victimes de violence en 2016, la moitié d’entre elles n’a fait aucune démarche.

Il annonce les mises en place d’une plate forme téléphonique à l’écoute des femmes, et d’une procédure de signalement en ligne.

Les professionnels de santé dans les hôpitaux seront mis à contribution pour détecter les victimes de violences.

Il sera possible dans les hôpitaux de recueillir des preuves médicales sans avoir l’obligation de déposer auparavant une plainte (c’est actuellement l’inverse, il faut d’abord déposer plainte avant de faire constater par un médecin dans une Unité Médico-Judiciaire, ses blessures corporelles)

La lutte contre le harcèlement et le sexisme dans l’entreprise sera une priorité de l’Inspection du Travail.

Sur la troisième et dernière orientation, l’accès des femmes à tous les quartiers de la République sera assuré.

Il sera créé un délit d’outrage sexiste.

Les caméras dans les transports seront augmentées.

La prescription pénale pour les crimes sexuels sur mineurs sera portée de 20 à 30 ans.

Enfin, l'âge permettant le consentement éclairé pour des relations sexuelles sera de 15 ans, toute comme actuellement la majorité sexuelle.

Emmanuel Macron réaffirme que cette lutte contre les violences faites aux femmes sera la grande cause de son quinquennat, qu’il ne s’agit que des premières actions, et qu’elles ne seront pas les seules.

Citant Voltaire : c’est « le moment du ressaisissement ».

Je donnerai dans un prochain billet mon avis sur ces orientations.