par Frédéric Lefebvre-Naré : tribune pour le numéro de décembre du magazine municipal

La commission des sondages a mis en ligne, après notre réclamation, une notice technique sur le sondage OpinionWay. Cette notice le confirme : la question qui a recueilli le % d’approbations dont se vantait le maire prétendait que le projet comprenait des crèches… l’équipement le plus demandé par les Argenteuillais interrogés ! Alors que le rapport publié et la communication de la Ville montraient ce pourcentage… mais sans crèches. Mensonge patent.

Le maire a annoncé un groupe de réflexion comprenant l’opposition municipale, le comité de quartier et le comité Jean Vilar.

Philippe Métézeau, à qui le maire a confié l’animation de ce groupe, m’a invité à en discuter : volontiers, étant à la fois dans l’opposition municipale, au comité de quartier et au comité Jean Vilar !

Je lui ai dit les conclusions qui me semblaient se dégager des débats de ces 3 années :

  • garder public, municipal, cet espace ;
  • rénover ou reconstruire la salle des fêtes dans la continuité de son rôle actuel, du large accueil qu’elle permet ;
  • renoncer à implanter un centre commercial si près de Côté Seine, un cinéma si près du Figuier Blanc, des logements en zone inondable ;
  • préserver les grands arbres anciens ;
  • paysager le parking ;
  • libérer les berges de Seine d’une partie de la circulation automobile pour faire place aux promeneurs, piétons, sportifs, cyclistes…

L’action de la municipalité va hélas dans le sens opposé.

Mercredi 11, le cabinet du maire m’appelle : « la réunion se tient vendredi 13, vous représenteriez le comité Jean Vilar ». Depuis quand une municipalité décide-t-elle qui représente une association ? La présidente n’avait même pas été contactée !

Je souhaite tout le succès à cette démarche… malgré ces conditions étranges.