par Bernard Rols

Dès mon plus jeune âge,
Rayonnait son soleil, ses plages,
Nous vantions nos vignes, notre vin.

Nos repères, nos idol’s,
Astre, Cantoni, Cabrol,
Nos jeux, notre rêve,
Devenir Paco, Palmié, Estève
Unis comme les frères Vaquerin.

Chaque année, à la capitale,
Béziers remportait la finale.
Une ferveur virile,
Le rugby de notre ville,
Son stade près du canal,
Pas fait pour les filles.

Refrain :

A la mairie, vous êtes depuis arrivé
Vous divisez, polémiquez, m’énervez
Maintenant, vous êtes avec Madame,
Le Pastis, noyé par mes larmes.

Mon école, rue Franklin,
Ma maison, au levant de la cité.
Nous habitions la Cité,
De vrais citadins,
Isolés en pleine campagne,
Une église dans les vignes.

Un grand espace de liberté,
En paix avec nos voisins,
Entre nous, jamais de querelle,
La vie y était fraternelle,
Sous la pinède, l’été.

La cave coopérative a eu sa fin,
Remplacée par des banques et médecins,
Adieu l’odeur du moût de raisin,
Au dernier chaud soleil de l’automne,
Pour moi, tout était fini,
Le Val d’Oise m’a accueilli,
La messe est depuis dite dans les Arènes.

A la mairie, vous êtes depuis arrivé
Vous divisez, polémiquez, m’énervez
Maintenant, vous êtes avec Madame,
Jamais vous ne prendrez mon âme.

Nous avons donné asile aux Cathares,
Sous la protection de nos remparts,
Les Croisés nous ont massacrés.
Nous sommes la patrie de Casimir Péret,
A Napoléon III, il s’est opposé,
Au bagne, il a été déporté.
Soldats, ils ont refusé de tirer,
Sur leurs pères et frères viticulteurs,
Au bagne, ils ont été déportés.
Descendants de Jean Moulin,
Résistant à l’oppresseur,
Torturé sans avoir parlé,
Déporté, mort dans un train.

A la mairie, vous êtes depuis arrivé
Vous divisez, polémiquez, m’énervez
Maintenant, vous êtes avec Madame,
Jamais vous ne serez l’égal de ces hommes.

Vous pouvez rejeter les migrants,
Nous effrayer, tambours battants,
Les biterrois toujours vous désobéiront.
Vous pouvez cataloguer nos enfants,
Comme étant d’abord musulmans,
Les biterrois toujours protesteront.
Vous pouvez déclamer : panser nos plaies.
Un jour, Béziers se réveillera,
Un jour, Béziers se rebellera.
De notre ville, nous vous reprendrons les clés.

Refrain bis :

A la mairie, vous êtes depuis arrivé
Vous divisez, polémiquez, m’énervez
Maintenant, vous êtes avec Madame,
Elus du mensonge, le plus infâme.

A la mairie, vous êtes depuis arrivé
Vous divisez, polémiquez, m’énervez
Maintenant, vous êtes avec Madame,
Elus du mensonge, Monsieur et Madame.


Les paroles de cette chanson engagée ne seront pas mises en musique. Chacune et chacun la chantera sur son air préféré !