Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 14 novembre 2016

26. Les emplois dans un multiplexe, c'est presque zéro

par Frédéric Lefebvre-Naré

Le Maire et le Député nous appellent à "ne pas rater" l'opportunité d'un multiplexe comme Argenteuil a jadis raté la possibilité d'un hypermarché — pour n'avoir aujourd'hui que le modeste Géant, et deux Carrefour à ses frontières, à Sannois et Sartrouville.

Comparaison n'est pas raison… et celle-ci est trompeuse !

Le Maire devrait mieux se souvenir de ce qu'il dit lui-même au sujet des entrepôts, par exemple lors du départ de Yoplait : "ils libèrent 3 hectares de terrain idéalement placé, eux étaient 80 employés, c’est ridicule sur 3 hectares, il faut apporter beaucoup plus !"

Je suis tout à fait d'accord avec le Maire pour souhaiter, en centre ville en particulier, des activités riches en emplois !

C'est-à-dire, tout sauf un multiplexe !

Ce n'est pas par hasard si, ailleurs, ils s'installent sur des terrains périphériques de faible valeur.

Un multiplexe de 8 salles, c'est… 15 salariés à Maurepas, 9 salariés à Albi !

Y a-t-il plus mauvais projet possible, en termes d'emplois par mètre carré occupé ?

mardi 11 octobre 2016

Conseil Municipal du 11 octobre 2016 : heurs et malheurs des quartiers

7. Demande de subvention pour la vidéosurveillance : dans le cadre de nouvelles dispositions de la Région, dites "bouclier de sécurité"… : qui financent des caméras HD dans la ZSP. François Poletti a bien voulu répondre en Commission à différentes demandes de précision de ma part. Georges Mothron indique que "la vidéoprotection a permis cette après-midi l'arrestation de gros dealers dans le quartier des Musiciens."

8. Tarifs d'enlèvement des dépôts sauvages : Philippe Vasseur précise que sur TellMyCity, les dépôts sauvages représentent 30% des signalements, ce qui ne les dissuade pas. 2230 tonnes de dépôts sauvages ont été ramassés en 2015 (par l'Agglomération ! pourtant critiquée à l'époque par la Municipalité our sa prétendue inaction…), 1000 tonnes en 6 mois cette année.

Les tarifs prévus, dont un forfait d'enlèvement de 265 € TTC, sont censés couvrir les coûts du déplacement (avec pesage), mais pas les coûts de l'enquête pour retrouver les auteurs de des dépôts… C'est déjà ça.

Georges Mothron précise que certaines caméras ont permis de prendre sur le vid des "pseudo-artisans", "des camionnettes entières", que "des poursuites sont en cours" et que "ça commence à se savoir".

Nicolas Bougeard se réjouit de la volonté de la Ville de combattre ce fléau. Il se rappelle un élu de l'opposition moustachu, qui, il y a 30 mois, "parcourait la ville appareil photo en main, assurant qu'avec lui, ça serait vite réglé". "Nous nous réjouissons de cette délibération et apprécions que vous constatiez la difficulté du sujet."

Unanimité.

9. Cession de l'ancienne Poste rue Kléber : déjà vendue 230000 € il y a quelques mois mais "les acquéreurs n'ont pu réaliser le projet". Nouvelle vente au même prix.

Fabien Bénédic annonce que nous voterons contre. Nous estimons en effet que le quartier Moulin d'Orgemont aurait besoin d'une Maison de Quartier, qui ne semble pas se dessiner.

Je m'étais abstenu lors du précédent vote, mais les difficultés à transformer cette Poste en pavillon suggèrent qu'elle ferait sans doute une meilleure Maison de Quartier.

10. Partenariat avec NQT "Nos quartiers ont du talent" : cette association implique des entreprises, des cadres, des professionnels RH, pour "coacher" des jeunes bac+3 vers l'emploi. Fabien Bénédic rappelle qu'il s'agit là de poursuivre un partenariat de l'ex-Agglomération avec NQT. Unanimité.

Quelques exemples d'actions de NQT hors d'Argenteuil : 1, 2, 3, 4.

11. Demandes de dotation d'État "Politique de la Ville", ex- Dotation de Développement Urbain, près de 2 millions / an que la Ville touche depuis l'année 2014. Elle doit présenter une liste de réalisations auxquelles ces sommes seront affectées… La liste est fort peu probante, mais bon, tout le monde comprendra qu'il s'agit d'un prétexte.

Chantal Colin estime justement ce tableau "pas très explicite", avec un planning de réalisations qui fait douter que les dépenses relèvent bien de l'exercice 2016. "Si vous vouliez bien nous donner quelques précisions, nous pourrions le voter."

Xavier Péricat note qu'aucune précision n'a été demandée en commission des Finances — effectivement j'avais trouvé le tableau insauvable et m'étais dispensé de demander (pour la nième fois) des justifications crédibles. "Vous savez bien qu'en matière d'investissement… l'année 2016, il en reste deux mois et demi… De toute façon la dotation Politique de la Ville est une recette d'investissement. Pour le reste, Madame Colin, réjouissons-nous du maintien de cette dotation, qui vient en atténuation du désengagement global de l'État, qu'il faut déplorer."

Philippe Doucet : "c'est la deuxième fois il n'y en aura pas trois : il n'y a pas le quorum."

Xavier Péricat : "je n'ai pas l'impression qu'il y ait tant de chaises vides." Mais ce sont les conseillers qu'il faut compter.

Philippe Doucet : "On est trop bons."

12. Acquisition des locaux du centre technique 5 rue de l'Angoumois, face à Aérokart, à l'euro symbolique.

13. Lots A et C des parcelles 109/111 Maréchal Joffre : résidence "Le Figuier", regrettable pavé d'immeuble en fin de construction en plein quartier pavillonnaire des Coteaux. La Ville reprend à l'euro symbolique quelques m2 pour l'alignement de la rue.

14. Acquisition d'un pavillon 50 rue Michel Carré. Minuscule terrain et petit pavillon inhabité depuis des années, muré, bon à démolir. Racheté 256000 € ! à l'Établissement Public Foncier qui "portait" ce terrain dans le cadre du projet de la Porte Saint-Germain, non réalisé. C'est le prix initial plus des frais financiers ou matériels énormes.

Ça me semble un marché fort mal négocié (à l'époque, début 2008) et je considère en laisser la responsabilité aux responsables… et m'abstenir sur ce vote.

Chantal Colin déplore, elle, que cette partie très dégradée de la rue Michel Carré n'ait pas été incluse dans le nouveau périmètre d'études de la Porte Saint-Germain. Gilles Savry répond que la Municipalité "se focalise sur les secteurs encore plus difficiles". "Le STIF travaille sur la liaison entre terminus du tramway T2 Pont de Bezons, et gare d'Argenteuil ; la Déclaration d'Utilité Publique devrait sortir en 2017 ; l'avenir de la rue Michel Carré en dépend."

Georges Mothron : "on aura des décisions à prendre avant la fin de cette année".

Unanimité à mon abstention près.

15. Acquisition d'un appartement de 35m2 14 boulevard Jean Allemane, immeuble déclaré en "insalubrité irrémédiable". La Ville acquiert les appartements un par un, ce qui est difficile car les propriétaires ne veulent pas céder au prix prévu par les Domaines, ici 35000 € pour 35 m2.

Chantal Colin se réjouit que cet arrêté ait été enfin pris, alors que la Ville avait commencé à acheter auparavant. Combien de lots restent à acquérir ?

Gilles Savry : 4 des 6 lots.

Unanimité.

16. Cession du 26 rue Paul Vaillant-Couturier à l'Etablissement Public Foncier d'Ile-de-France, en attendant un projet urbain sur ce périmètre de l'îlot Laugier. L'achat a été difficile, jusqu'au juge des expropriations, qui a fixé l'indemnité à 448000 €, que l'EPF nous reverse maintenant.

Chantal Colin fait une rapide allusion à la très longue histoire de cette parcelle. Unanimité.

17. Cession à Nexity rue de Bavard, rectification d'une erreur dans la délibération : une parcelle avait été mentionnée à tort dans le vote sur ce cadeau somptueux à Nexity.

Nous avions voté contre à l'époque et votons contre la délibération même rectifiée.

18. Cession de la parcelle 86 boulevard Marceau Guillot

Les habitants de la parcelle voisine veulent acheter ce terrain de 100 m2 en angle de carrefour. Il leur était répondu que la parcelle n'appartenait pas à la Ville ; en fait, si, elle la leur cède donc "au prix des Domaines" soit 10000 €, c'est un cadeau (la valeur de leur terrain augmentera de bien plus). Unanimité tout de même.

19. Convention EPF-IDF et Territoire Boucle Nord

La nouvelle convention substitue le nouveau Etablissement Public Foncier d'Ile-de-France à l'ancien Etablissement Public Foncier du Val d'Oise. Unanimité.

20. Délégation au Maire du droit de préemption urbain qui relevait auparavant de l'Agglomération.

(je complèterai plus tard. Abstention de l'opposition).

21. Fermeture du marché Colonie le mercredi matin.

Je demande pourquoi la double date du vendredi soir et du samedi matin…

Le vendredi soir ne correspond pas à ce que suggérait l'enquête faite par le collectif du Marché auprès des habitants : mardi soir ou mercredi après-midi, heure a priori pratique, par exemple pour beaucoup de mamans, et il n'y a aucun autre marché au même moment à Argenteuil.

De plus, comment espérer faire revenir une chalandise au marché en y laissant traîner des câbles électriques tombant du toit, des boîtiers de dérivation ouverts à hauteur d'homme… ? Cela demanderait juste, sans parler de mise aux normes, quelque heures d'un électricien des services de la Mairie, et nous le demandons depuis un an…

Nous votons donc contre cette délibération trop mal préparée.

(Merci à Bernard Rols pour la préparation de mon intervention !).

Pour Stéphanie Henry, "je vous avais répondu sur le choix du vendredi soir, c'est parce que c'est le début du week-end, et que beaucoup de gens passant par la gare le vendredi soir. Le marché du vendredi soir a eu un coup de mou mais ça va repartir de plus belle. Le collectif du Marché nous sollicite très régulièrement, il sollicite beaucoup la Mairie… "

22. Dissolution de la Maison Intercommunale de la Justice et du Droit : la Ville continuerait d'accueillir ce service, en partenariat direct avec le Tribunal de Grande Instance et la Ville de Bezons. Viendrait-elle dans les locaux actuels du Trésor Public Municipal, demande Nicolas Bougeard ? Pas dans les mois qui viennent, répond Georges Mothron.

23. Contrat local d'accompagnement à la scolarité : la Ville subventionne des associations pour les études après l'école. Fatima Amarir indique que des évaluations des résultats de cet accompagnement seront demandés en mai 2017.

Ayant eu un entretien récemment avec la responsable d'une de ces associations, je rejoins à la fois l'engagement de la Ville à leurs côtés, et ce souhait d'évaluer les résultats de l'accompagnement, au-delà de nombres d'inscrits.

24. Collaboration à Savante Banlieue : manifestations de découverte de la science, organisée par le Territoire voisin de Plaine Commune avec les universités et le CNRS. La subvention paye le déplacement de lycéens argenteuillais.

25. Subvention au Foyer de Jeunes Travailleurs Daniel Féry, au Val Nord. Bâtiment de qualité médiocre dont la réhabilitation coûterait 5 M€ et l'État n'y est pas subventionnable. Moins de 50% des locataires sont Argenteuillais, indique Philippe Doucet. Ou "on" (il parle ici comme vice-président d'AB Habitat) rase et on reconstruit sur place, mais la parcelle est très petite ; ou on vend à un opérateur comme Espace-Ille (?) dont c'est le métier de faire des Foyers de Jeunes Travailleurs, ce qui lui permettrait de bénéficier d'une aide d'État. AB-H part sur cette deuxième solution. La nouvelle directrice générale d'AB-H est mandatée pour cela.

Georges Mothron répond que Espace-Ille avait racheté des immeubles dans les années 90 au Val Nord et créé un foyer d'étudiants tout neuf dans le centre ville, et que tout cela ne donne pas un bon exemple de gestion : ce ne sont plus des étudiants mais des familles.

Philippe Doucet n'est pas marié avec Espace-Ille et constate qu'ils n'ont pas d'autre FJT en Ile-de-France. "On aura l'occasion de l'évoquer en Conseil d'Administration de la coopérative" AB-Habitat.

26. Tarification de la plongée à Gagarine : la Ville y ouvre de nouvelles activités, ayant pu dégager un maître-nageur sauveteur à plein temps. Madame Le Nagard : "On a aménagé les tarifs" (à la baisse, en fait).

Renée Karcher constate que les tarifs sont étranges : nous avons demandé en commission Action sociale (et parallèlement en commission des Finances) une rectification, "mais personne n'a été en mesure de nous répondre. J'ai aussi demandé le 28 juin les chiffres de fréquentation, nous attendons toujours les réponses. Vous mesurez le mécontentement des utilisateurs du centre aquatique, que vous poussez à partir à Eaubonne, Colombes ou Herblay, transformant encore Argenteuil en ville dortoir."

Madame Le Nagard : "on ne va pas revenir sur l'historique du centre aquatique. J'ai cru vous avoir répondu le 28 juin sur la fréquentation. Je peux vous donner les chiffres de la saison 2015-2016 : 385 inscrits payants à l'école de natation (on en a plus de 500 que leurs parents inscrivent en début de saison, mais certains ne viennent pas) ; 220 bébés inscrits ; à l'aquafitness, entre entrées libres et cours, 1600 personnes."

Nous avions demandé que les services rectifient la grille incohérente présentée. Mais non. Nous nous abstenons.

27. Participation de la Ville à la plaine de loisirs de Vallangoujard, dans le Vexin, partagée avec Colombes et Bezons. Fatiha Bacha présente des photos des activités qui s'y déroulent. "Nous sécurisons la traversée vers le haras, avons créé des ventilations…" Des réunions avec les directions d'école "auront lieu incessamment sous peu" pour leur présenter les possibilités du site.

Les villes payent au prorata de leur population, donc 46% pour Argenteuil, qui ne l'utilisait que peu. Mais pour Georges Mothron "Argenteuil a récupéré une partie de l'activité".

Marie-France Fari : "d'autant que c'est la seule structure restante" après la fermeture des colonies de vacances à "Saint-Hilaire de Riez, que nous avions rénovée" dans le mandat précédent. "Nous avons appris avec grande stupéfaction que la majorité actuelle organise à Vallangoujard ses séminaires d'élus, aux frais de la Ville".

Fatiha Bacha : nous optimisons. "La fréquentation est quasi au maximum : 406 sur 420 places cet été. Maintenant c'est proposé à tous les Argenteuillais et pas seulement ceux des centres de loisirs."

Marie-France Fari : "c'était déjà le cas ! J'étais Présidente" et bien placée pour le savoir.

Unanimité pour ce financement.

dimanche 29 mai 2016

Carrière sous la montagne du Parisis : décision en vue pour les 30 prochaines années

par Frédéric Lefebvre-Naré

Placo, qui exploite la carrière de plâtre à la limite d'Argenteuil et de Cormeilles, demande de passer pour les 30 prochaines années en souterrain, sous la totalité de la montagne du Parisis, sauf les quartiers habités. Pendant ce temps, la carrière à ciel ouvert actuelle, soit 86 hectares, accueillerait 350000 tonnes de remblais par an, pour devenir un espace vert. Le même volume de remblais serait ensuite amené pour combler la carrière souterraine, jusqu'en 2046 (au moins).

Une enquête publique est en cours, jusqu'au 2 juin. Il reste à ce jour deux permanences des commissaires enquêteurs, jeudi 2 juin de 14 à 17h dans les mairies de Franconville et Montigny-lès-Cormeilles.

Les Conseils Municipaux des communes concernées, dont Argenteuil, auront ensuite 2 semaines pour donner un avis :

  • Créer cette immense carrière souterraine, à remblayer ensuite, est-ce une bonne idée, dans un secteur aussi urbanisé ?
  • Et si c'est la décision prise, les moyens prévus suffisent-ils à réduire les risques ?

Pierre Belot et moi-même avons pu, lors de la permanence de ce samedi 28 mai à la Mairie d'Argenteuil, consulter le dossier… en diagonale : ce sont plusieurs milliers de pages, mais le commissaire enquêteur nous a aidé de son mieux.

Schema_gypse_29mai16.png

Je crois possible de maintenir l'activité de l'usine à Cormeilles, et pour l'approvisionner, de creuser, effectivement, sous la montagne. Cependant, la lecture rapide du projet m'a conduit à trois inquiétudes et une interrogation[1].

1) Concernant la circulation des camions de remblais (jusqu'à 640 par jour[2]), le schéma proposé est très peu convaincant, bien qu'il prévoie des investissements substantiels, avec la création d'une nouvelle voie, en tranchée, depuis le cimetière de Franconville jusqu'à hauteur de l'usine (Cf. schéma ci-dessus).

a) Selon ce schéma, tous les camions de remblais, une fois vidés, devraient repartir par le Sud, par Cormeilles ou surtout, pour aller vers Paris, par Argenteuil. En effet il n'y a pas d'entrée sur l'A15 au Moulin de Sannois. La création d'une entrée, sans doute raccordée à la bretelle d'accès venant de l'A115 vers l'A15, semble indispensable. Or selon l'État, qui convient de son utilité, comme selon le Maire de Franconville, c'est à Placo de la financer.

Schema_gypse_29mai16_2.png

b) Pour les camions venant de Paris, l'accès suppose un demi-tour sur l'A15 via le "carrefour Ikea" et celui de "Quai des Marques", déjà très sportifs ! pour revenir ensuite vers la sortie Moulin de Sannois (qui n'existe que venant de Cergy). Ou bien sortir sur l'A115 à Franconville et traverser le quartier des Noues… Ce circuit compliqué risque d'inciter les camions à emprunter en fait, à l'aller comme au retour, la sortie Sud, c'est-à-dire traverser Argenteuil. La solution serait sans doute un demi-tour mieux aménagé sur l'A15 à hauteur d'Ikea.

2) Un pipeline souterrain d'hydrocarbures, Le Havre-Paris, appartenant à la société Trapil, passe par là ; il monte justement du "rond point Ikea" jusqu'à la route stratégique puis passe sous celle-ci. En noir pointillés sur la carte ci-dessous.

Version 2

Or des infiltrations d'eau, ou des défauts dans la voûte de plâtre de la carrière, provoqueront des effondrements en surface, comme cela se produit en forêt de Montmorency et ailleurs. C'est bien pourquoi la carrière ne pourra être exploitée sous des bâtiments.

Sans être spécialiste, je trouve très inquiétante la rédaction floue des dispositions correspondantes :

  • pas d'explosif à moins de 40 mètres de la verticale de la canalisation… "sauf autorisation de la société Trapil" (dont j'imagine limitée l'expertise en mécanique des sols) ;
  • "visite de chantier avec un représentant de Trapil" avant que le forage n'arrive à ce niveau : que verra le représentant, à 80 m de profondeur ?
  • et en cas d'incident (voûte effondrée…), "accélérer la mise en place des remblais de consolidation dans la zone de l'incident, et pour ce faire, éventuellement reprendre des remblais d'un autre secteur en cours de remblayage si nécessaire" et "prévenir la DRIEE et Trapil"[3] ! "Éventuellement si nécessaire"… J'ai du mal à imaginer que le déplacement express de remblais (sans grande portance) puisse faire plus que dissimuler la portée de l'effondrement. De plus cette procédure est inapplicable à une galerie principale dont dépendrait l'accès au reste du site souterrain.

De la même façon, le fort de Cormeilles risque d'être très endommagé. Cela exclut pour l'avenir toute activité impliquant un hébergement sur place[4].

3) Autre inquiétude : quels remblais seront enfouis là, loin de tout contrôle tiers ? Le remblaiement relèverait de la société spécialisée ECT, dont l'employé d'accueil serait chargé… de refuser tout chargement d'odeur ou de couleur douteuses ! Un contrôle "semestriel inopiné" sur "deux chargements" (donc un camion sur 30000 !) serait confié à un laboratoire, pour résultats 2 semaines plus tard (ou plus), alors que les terres concernées auraient été noyées sous d'autres remblais. Ces dispositions peuvent-elles être jugées suffisantes… au XXIème siècle ? Elles me semblent plutôt inciter à une gestion opaque par le concessionnaire.

Il me semble que le contrôle des chargements devrait relever d'un organisme indépendant (indépendant d'ECT et de Placo), mandaté par les collectivités locales (par exemple l'Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France), et se faire en continu avec des moyens modernes et une diffusion en continu des résultats.

4) Enfin une interrogation, et une perspective d'avenir. De la carrière à ciel ouvert, pourrions-nous tirer un meilleur parti que de la reboucher avec du remblai ?

Les 111 mètres de dénivelée entre la crête et la plaine, et la pente abrupte créée par la carrière, en font un beau site pour des activités de glisse. Même une piste de ski couverte s'y trouverait bien mieux qu'à Gonesse où elle est prévue sur 3 hectares, Saint-Quentin en Yvelines où elle a été envisagée, ou Amnéville-lès-Metz où se cache actuellement la seule piste de ski indoor de France (3 M€ de chiffre d'affaires, une cinquantaine d'emplois).

Quel que soit le sport retenu, le site serait idéal… et sans impact sur le paysage, ni sur l'environnement naturel de la plaine. Bien sûr, un bon accès depuis l'A15 serait précieux, ce qui nous ramène au premier point, celui de l'échangeur. Espérons que nos élus municipaux ne se contentent pas de demander à l'État du goudron, mais recherchent aussi la meilleure mise en valeur de cette "montagne" !

Notes

[1] Je reformule ici, à l'attention de visiteurs n'ayant pas connaissance du projet, mes observations sur le registre du commissaire enquêteur.

[2] En période de remblaiement à la fois du site à ciel ouvert et des premières "chambres" souterraines.

[3] Point 4.2.1.3 du "rapport non technique".

[4] Dommage, je l'aurais bien vu redevenir un centre de stages commandos… pour les Franciliens amateurs de Mud Days et autres défis sportifs.

vendredi 18 décembre 2015

La jeunesse, les agents et la Justice au Conseil Municipal du 17 décembre 2015

par Frédéric Lefebvre-Naré

Suite et fin des sujets abordés dans ce Conseil.

26. Participation au fonctionnement de l'association pour la gestion de la Maison Intercommunale de la Justice et du Droit

La présentation rappelle que 11708 personnes ont été accueillies en 2014, mais sans guère expliquer pour quoi — une consultation spontanée d’avocat, ce n’est pas la même chose que d’être suivi par le SPIP.

Justement, conformément à notre demande en Commission des Finances, la Municipalité nous a communiqué un exemplaire du rapport d’activité de la MIJD.

Nous votons à l’unanimité sa subvention de fonctionnement — qui s’ajoute à la mise à disposition de personnel par la Ville.

29. Centres municipaux de santé : règlement arbitral 2015 et accord 2016-2020 avec les autorités de santé

Philippe Métézeau : L’accord entre la Ville et l’Assurance Maladie expirait au 31 décembre 2014 : « il était grand temps » d’en signer un nouveau.

Les dispositions de cet accord doivent permettre un meilleur contrôle des dépenses de santé (dossier patient, logiciels) — de l’avis de Philippe Métézeau comme de celui de l’opposition ;-)

Unanimité.

36. Convention de labellisation du Bureau d'Information Jeunesse

Céline Charaix présente cette convention avec l’État. Le texte de convention envoyé aux conseillers était un texte-type en blanc… L’opposition s’en étant étonnée en Commission, la Municipalité a donc remis un texte de convention complété pour ce qui est d’Argenteuil. Unanimité (si j'ai bien noté).

37. Modification du tableau des effectifs

Benoît Clavel, adjoint au Personnel, présente l'état des effectifs de la Ville au 1er octobre : effectifs présents, et effectifs "budgétaires", c'est-à-dire le nombre de personnes que le Conseil autorise la Ville à recruter dans chaque filière et grade. Il y a une grande différence entre les deux, ce qui est le cas selon M. Clavel dans toutes les communes comparables.

Une deuxième point concerne "l’article 3-3 de la loi 84-53 du 26 janvier 1984" c'est-à-dire des recrutements sur des durées de 3 ans non renouvelables. Il s’agit ici de modifications de poste pour correspondre à de nouveaux emplois.

Au nom du groupe, je lui réponds que :

L’état des effectifs que vous nous communiquez acte de la suppression massive d'emplois depuis le début de votre mandat. C’est très inquiétant pour le service rendu aux Argenteuillais, et cette inquiétude est malheureusement devenue réalité dans de nombreux cas. Vous avez par exemple supprimé 65 emplois d’ATSEM et auxiliaires de puériculture.

Vous communiquez sans cesse sur le poids de la masse salariale dans le budget de la ville, que vous avez réduit à 55% soit le même niveau que dans les communes de même taille. Mais si Argenteuil avait plus de salaires que d’autres, c’est aussi parce qu’elle faisait moins appel à des sous-traitants privés. Si vous augmentez la sous-traitance du service public à des entreprises privées, nous reperdrons une partie des économies que vous revendiquez.

Comme nous l’avons déjà dit à des Conseils précédents, les économies ce n’est pas pour tout le monde.

Dans les emplois de direction ou de cabinet, « hors classe », il y avait 5 personnes fin 2013, 6 fin mai 2014, 9 maintenant.

Dans les emplois de directeur territorial ou d’administrateur, 8 personnes fin 2013, 8 encore fin mai 2014, 13 maintenant.

C’est bien dommage que vous n’arriviez pas à en détacher deux ou trois pour aider à la constitution du T5, au lieu de mandater un cabinet privé.

Ce passage suscite un brouhaha dans la salle, une ou plusieurs partisans de la Municipalité actuelle indiquant que ce serait faux…

Le Maire fait, m'a-t-on dit (je regardais mon texte), divers mouvements d'humeur laissant entendre que je n'ai pas toute ma tête.

Il s'agit pourtant des états communiqués aux Conseils Municipaux successifs, sans aucune interprétation. Je reçois même un SMS, d'un numéro qui m'était inconnu : mon correspondant souhaite "découvrir… (ses)… autres collaborateurs". J'ai le regret de lui répondre ici que le tableau des effectifs n'est pas nominatif :-)

Comme nous l’avons déjà dit, aussi, à des Conseils précédents, le vote sur le tableau des effectifs perd son sens s’il y a une grande différence entre les emplois que nous votons (les emplois budgétaires) et les emplois réellement pourvus. Dans le dernier tableau que vous nous avez fourni, il y avait 15% d’emplois budgétaires en plus des effectifs pourvus, ce qui est beaucoup ; cette fois c’est 25%.

Vous nous dites, Monsieur l'Adjoint au Maire, que c'est le cas dans toutes les communes : en fait, c'est le cas dans de nombreuses communes que les Chambres Régionales des Comptes ont condamné sur ce point[1]. Je vous invite à mieux vous informer.

D'ailleurs, en Commission des Finances, Monsieur le Directeur Général des Services a devancé ma remarque, et a indiqué que le tableau était en cours de refonte, et que nous aurions bientôt un tableau significatif. J’espère que ce sera avant le 1er janvier prochain, avant l’arrivée des personnels venant de l’Agglomération, afin d’apporter à ce Conseil un minimum de transparence sur l’avant-après Agglomération.

En attendant, nous devons bien évidemment voter contre cette délibération.

Par contre, si nous pouvons voter séparément sur les deux points, nous approuvons les conditions de recrutement que vous proposez pour 4 agents non titulaires de catégorie A, et nous les voterons bien volontiers.

M. Clavel n'est pas d'accord sur le premier point : pour lui, le tableau des effectifs « ne doit pas être vu comme un blocage de l’action municipale, il est normal qu’une certaine souplesse soit mise en place ».

M. Mothron n'est pas d'accord sur le dernier point : il procède à un vote unique, l'opposition se prononce donc contre cette délibération.

38. Rémunération des agents de recensement

Délibération annuelle.

Mais le taux de recensement n’a pas progressé en 2015 par rapport à 2014, malgré la délibération votée l'an dernier et déjà destinée à y inciter. Or passer de 96 à 97 ou 98% serait important pour le financement de la Ville. L'enjeu est concentré sur les "colocations" en logement social et logement dégradé, qui restent trop mal connues.

Nous en avons discuté en commission des Finances / Affaires Générales.

La Municipalité a ajouté deux points à discuter « en urgence » (ils l'ont été, je crois, avant le point 15) :

39. Désignation de membres du CA de la Mission Locale Argenteuil-Bezons

40. Désignation de membres du CA association AGIRE, qui gère le Programme Local d’Insertion par l’Économique (PLIE)

Actuellement c’est l’Agglomération qui y est représentée. La délibération remplacerait ces élus par des représentants de la Ville. Tous de la majorité municipale.

L’opposition ne prend pas part à ces votes, non plus qu’à celui, préalable, déclarant l’urgence.

Philippe Doucet indique que là aussi, nous ne nous prononcerons ni sur l’urgence, ni sur les candidatures, toutes liées à la dissolution de l’Agglomération.

En fin de Conseil Municipal, 23 heures, Georges Mothron souhaite « les meilleures fêtes possible », « on a tous besoin de se détendre un petit peu », et un bon anniversaire à notre collègue Jacques Amans.

Quant à moi je vous remercie d'avoir suivi ce Conseil sur ce blog, palliant autant que faire se peut la panne de la vidéo !

Notes

[1] Condamné au sens de "critiqué" — je précise !

- page 3 de 4 -