par Frédéric Lefebvre-Naré — avis déposé sur le projet de modification du PLU

La modification proposée du PLU comporte plusieurs dispositions conformes à des attentes exprimées par de nombreux habitants, qui me semblent avoir recueilli un large consensus, confirmé par la teneur des débats en réunions publiques et comités de quartier.

La possibilité d'agrandir de plus de 20m2 des pavillons existants (zone UC) même s'ils ne sont pas conformes au PLU actuel, me semble découler naturellement de la diversité et du caractère peu ordonné du tissu pavillonnaire argenteuillais. Cependant, ouvrir la possibilité de surélever des constructions qui ne respecteraient pas les limites d'alignement, me semble malvenu : cela augmente les surcoûts à venir pour la collectivité (dans tous les sens du terme) quand elle voudra concrétiser les projets pour lesquels l'alignement est prévu.

Les extensions et corrections d'emplacement réservés sont dans la logique d'évolutions attendues des activités (SNCF près de la gare du Val, projet "Argenteuil Littoral" près de la gare centrale), qui ont soulevé peu d'objections[1].

La modification de zonage de UA en UC sur un secteur pavillonnaire à l'entrée du quartier de la Colonie est très bienvenue pour préserver le caractère de cette entrée de quartier, aux plans paysager et patrimonial ; cela sera d'autant plus appréciable quand la gare de Grande Ceinture sera enfin réouverte (ligne tangentielle Nord).

J'estime, pour ces mêmes raisons, tout à fait malvenu et contre-productif, la modification consistant à passer à 30 mètres la hauteur maximale des constructions dans le parc d'activités de la Gare, c'est-à-dire jusqu'à la limite de la place Aristide Briand ; où les bâtiments d'activité actuels ne dépassent pas R+2 soit une dizaine de mètres.

Cette modification altère significativement le paysage ; 30 mètres dépassent de beaucoup la dénivelée actuelle entre la voie sur berge et la place Aristide Briand. Elle introduit une barrière entre le centre ville — y compris la gare et ses voies — et le début du quartier d'Orgemont. Enfin, elle est manifestement non nécessaire au développement du parc d'activités, puisque
1) elle n'apporte rien au principal acteur, Givaudan Roure, sur les bâtiments neufs ou rénovés qu'il utilise (sauf… un supplément de valeur foncière s'il souhaite quitter Argenteuil ;
2) elle n'était pas prévue par le projet Argenteuil Littoral (promoteur Bricqueville), lauréat de l'appel à projets du Grand Paris. La Municipalité a largement communiqué sur ce projet, diffusé des esquisses et vues paysagères… qui montraient des bâtiments jusqu'à R+5. Si ce projet était si bon, pourquoi permettre maintenant R+8 ?

Je serai très favorable, soit à une limitation à 20 mètres sur l'ensemble du parc (comme en zone UA), compatible avec les projets qui ont été présentés aux Argenteuillais ; soit, à défaut, à une cote plafond des points hauts des bâtiments, pouvant correspondre au sol naturel + 20 mètres à la hauteur du souterrain actuel de la gare d'Argenteuil, et à une hauteur de bâtiment supérieure, pouvant aller jusqu'à 30 mètres, entre la berge de Seine et ce niveau (celui du souterrain de la gare).

Notes

[1] De même que la perspective d'implanter un hôtel dans cette zone d'activités de la gare.