par Frédéric Lefebvre-Naré

24. Reconduction des subventions de fonctionnement aux crèches associatives

Philippe Métézeau présente cette délibération ; elle regroupe les financements "par jour d'ouverture et par place agréée" que la Ville accorde à 4 crèches associatives pour 2016.

Intervenant au nom du groupe d'opposition, j'ai indiqué que :

Nous nous réjouissons de cette reconduction des financements destinés à 4 crèches associatives et voterons cette délibération.

Mais puisque vous semblez maintenant regrouper, dans une seule délibération, les financements aux différentes crèches associatives, puis-je vous demander ce qu’il en est concernant la crèche associative Les Petits Pas[1] ? Sauf erreur de ma part, nous n’avons pas délibéré à son sujet depuis le début de votre mandat, sinon pour acter de son financement prévisionnel dans la Dotation de Développement Urbain 2014.

Par ailleurs, vous rappelez que la crèche La Ribambelle accueille des enfants porteurs de handicaps, pour 7 places sur un total de 20 places. Mais nous trouvons votre présentation malheureuse. Vous « précisez », je cite, que financer La Ribambelle à hauteur de 18,10 € seulement au lieu de 27 ou 30 € « se justifie(nt) par l’éligibilité » de la Ribambelle « à des aides spécifiques ». Mais s’il y a des aides spécifiques, c’est bien parce que le handicap entraîne des surcoûts. Ça ne suffit pas à « justifier » que la commune fasse des économies sur le financement de crèches accueillant des enfants handicapés.

Cela rappelle malheureusement la délibération du 7 juillet dernier, sur l’accessibilité des établissements recevant du public : vous aviez tiré argument des difficultés financières de la ville pour reporter non seulement les travaux pour rendre les établissements accessibles, mais même l’élaboration du calendrier de ces travaux.

En l’occurrence, le montant des différentes aides étant inchangé par rapport à 2015, nous approuverons bien cette délibération, tout en vous invitant à trouver, d’ici l’année prochaine, une façon plus juste de qualifier les difficultés des personnes handicapées, et des familles d’enfants porteurs de handicaps.

Philippe Métézeau : "Concernant la crèche Les Petits Pas, elle nous a posé quelques problèmes de gestion financière, et la Ville n’a plus attribué de places à des bébés d’Argenteuil dans cette crèche. Les enfants qui étaient accueillis dans cette crèche le sont maintenant dans d’autres crèches si les familles l’ont accepté."

"Pour La Ribambelle, je reconnais que la formulation peut être malheureuse, mais la subvention départementale spécifique leur permet bien d’équilibrer leur budget."

Sur l’accessibilité, et "sans vouloir polémiquer", Philippe Métézeau précise avoir reçu plusieurs médecins qui veulent fermer leurs cabinets, car ceux-ci ne peuvent pas être adaptés aux nouvelles normes d’accessibilité. Ils prévoient donc de quitter, non seulement leur cabinet actuel, mais aussi Argenteuil.

Je regrette ce qui me semblait être une occasion manquée, d'installer un cabinet accessible, de plain-pied, entre la Gare et le centre ville, sur le site de l'ancienne bijouterie Michel Ponsolle.

La majorité répond qu'un projet de ce type devrait se réaliser dans les prochains mois en centre ville.


Bonus du 18 décembre

Concernant La Ribambelle, Philippe Métézeau me précise et m'autorise à publier que :

Le calcul de la subvention départementale est différent, non seulement en montant, mais aussi sur le mode de calcul. En effet pour une crèche classique c'est calculé a l'heure, alors que pour les enfants handicapés c'est forfaitaire a la journée. Apres avoir rencontré la directrice, j'ai estimé qu'un enfant handicapé fait rarement des journées entières, et donc ce forfait journée est une exception qui "favorise" la crèche.

J'ai veillé à ce que le Conseil Départemental adopte ce mode de calcul, car l'accueil d'enfants handicapés me paraît une bonne chose pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres. C'est bien sûr valable pour toutes les (rares) crèches du département qui entrent dans ce cas.

Je trouve ces dispositions tout à fait judicieuses, et m'en réjouis.

Notes

[1] à l'oral, j'ai ajouté : "que vous aviez inaugurée en tant que vice-président du Conseil Général". Philippe Métézeau a précisé en réponse que ce n'était pas le cas ; effectivement c'était une confusion de ma part.