par Frédéric Lefebvre-Naré

Une heure montre en main de Conseil communautaire de l'agglomération d'Argenteuil-Bezons, ce lundi soir. Le temps d'aborder plusieurs sujets importants !

Après l'approbation unanime du PV du Conseil précédent, le Président Philippe Doucet ouvre l'ordre du jour.

1. Délégation de service public sur l’exploitation des gares routières d’Argenteuil : Chantal Colin (vice-présidente, PS) rappelle que ce sont "275 départs de bus par jour. La délégation de service public arrive à son terme début juillet 2015. Le Conseil communautaire avait prévu en octobre 2014 de la renouveler pour 10 ans. Deux candidatures ont été reçues, celles de la RATP et de TVO."

"Les enjeux : la bonne organisation, la sécurité, le confort et l’image de la gare, la tranquillité des riverains, le tout à coût minimum. L’offre de TVO semble la meilleure", selon Chantal Colin.

Pas d’autre intervention. Le choix de TVO est approuvé à l’unanimité.

Vue_de_ABAgglo.jpg

2. Arnaud Gibert (vice-président, UDB) prend la parole sur l’implantation des stations Autolib’ : quelques modifications consécutives au travail entre l’agglomération et la Ville d’Argenteuil, permettant d’ajouter une station à Argenteuil pour un total de 5, et de 3 à Bezons. Trois bornes de recharge de véhicules électriques seront ajoutées. L’agglomération cotise à hauteur de 1500 € par station, plus des frais d’étude de 60000 € par station, et 4500 € par borne de recharge. Au total : 505000 € de coût pour l’Agglomération.

Gilles Savry (UMP, adjoint à l'Urbanisme à Argenteuil) estime qu’Autolib’ aurait pu être intéressant, « encore aurait-il fallu qu’on ait pu en comprendre le bien-fondé : il n’y a pas eu d’échange sur ces sujets. Nous avons dû rencontrer Autolib’ de notre côté. » Sur le choix des emplacements, « depuis quelques semaines, M. Gibert nous a donné des informations et certains (de nos points) ont pu être pris en compte. Du coup on y travaille de manière rapide pour faire valider ces emplacements avec les habitants, il va falloir encore quelque temps. La concertation est un point capital pour l’acceptation et l’utilisation du service. Nous aurions pu mériter compte tenu du poids des villes d’avoir plus de 5 stations. Mais c’est mieux que 4 : nous voterons cette délibération. »

Philippe Doucet (président, PS) confirme que l’opposition « n’était pas là en décembre » lors d’un précédent Conseil où cela a été discuté, « ce n’est jamais bon de ne pas être là ». Sur le choix des emplacements, le centre ville, l’hôpital, la gare centrale s’imposaient ; Philippe Doucet aurait souhaité également la gare du Val mais Autolib’ n’a pas suivi. « Il faut laisser à Autolib’ le temps de tester le territoire ».

Arnaud Gibert précise que « le plan de déploiement prévoit 15 stations, 12 pour Argenteuil et 3 pour Bezons ; la réalisation est prévue en 2 étapes, comme ailleurs : Montreuil installe 2 ou 3 stations, Enghien 1, Clichy 1… En déployer 7 ou 8 d’entrée de jeu, c’est de la part du syndicat Autolib’, un petit peu du jamais vu. »

(En fait, Autolib' se déploie certainement en tache d'huile : le front de Seine, le long des zones déjà desservies, d'abord ; ensuite l'intérieur des terres et la montagne du Parisis ;-) ).

« La concertation oui, mais il faut aller vite, on est un petit peu en retard. Je suis un peu étonné que, M. Savry, vous n’ayez pas eu les éléments : j’ai toujours été à votre disposition. Quant aux emplacements, le Maire d’Argenteuil nous a envoyé un courrier le mois dernier validant un certain nombre d’adresses. Je pensais que l’on pourrait aller vite. »

Georges Mothron (UMP, maire d’Argenteuil) « ne verrait pas d’inconvénient à voter 3+6 incluant la gare du Val ».

Philippe Doucet confirme que le frein sur la gare du Val est plutôt du côté d’Autolib’.

Dominique Lesparre (maire de Bezons) indique que les logiques d’implantation d’Autolib’ sont globales entre la banlieue et Paris. « Le début de cette discussion avec Autolib’ date de l’implantation chez Atos, Arnaud Gibert était présent. Dernier élément : il faut se féliciter que ça puisse se faire ! Nous ne sommes pas encore arrivés à obtenir l’arrivée de vélos en libre service ».

Unanimité.