par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce soir, réunion commune des deux comités de quartier d'Orgemont, en présence du Maire adjoint à l'Urbanisme, de l'association EVA…

Sujet : l'aménagement de la Butte d'Orgemont — oui, celle du Moulin aux ailes lumineuses !

L'Agence des Espaces Verts, représentée ce soir par 5 agents, a été créée en 1976 par la Région Ile-de-France, avec pour mission : « protéger les espaces verts contre l’urbanisation ».

Selon sa présentation :

Nous avons 30000 hectares en "PRIF", périmètre régional d’intervention foncière ; ils sont collaboratifs avec les collectivités : nous n’avons pas de droit de préemption. La RIF a acheté 14000 ha : 8000 ha de forêts, 1000 ha de réserves naturelles régionales (5, en périphérie de la ceinture verte — 10 à 30 km de Paris). Autres missions : éducation à l’environnement, maintien de l’agriculture, biodiversité.

L'AEV a 55 périmètres régionaux, dont les Buttes du Parisis, qui couvrent 621 hectares "soit 621 terrains de foot". 180 de ces ha sont à Argenteuil, l'AEV en a acquis 70. Son objectif: une liaison de la Seine à la Seine, de la Frette à la gare d'Argenteuil.

Trois parties : la butte d'Orgemont, les Châtaigniers, et la plaine d'Argenteuil.

Les deux buttes sont importantes pour l'Agence comme belvédères sur Paris.

Le sous-sol gypseux, creusé de nombreuses carrières, dont la plus importante sera en activité jusqu'en 2030 (Placo Cormeilles). La "carrière Soverini" était sur Orgemont, l'aménagement final est espéré pour 2018-2019.

Sur les Châtaigniers, il y avait eu des remblais classiques mais aussi des ordures ménagères. Un gros chantier, 150000 m3 bougés, a permis de sécuriser la pente actuelle.

Valentine Arréguy, de l'AEV, présente le projet sur Orgemont :

Les deux buttes sont très différentes, le but du jeu n'est pas de copier-coller. La butte d'Orgemont demandera moins de mouvements de terre et pourra donc être mieux conservée dans ses paysages actuels.

Le projet concerne le plateau et le versant Sud ; non pas le versant Nord, boisé, ni le versant Ouest (carrière Soverini).

La vue est impressionnante car non seulement sur Paris, mais aussi sur la forêt de Montmorency et sur la butte Pinson à l'Est. Les terrasses successives, héritées de la carrière, donnent une échelle humaine, permettent des zones humides et plus de biodiversité.

Le crapeau calamite, cité par Marie-Françoise Neufsel (ancienne Maire adjointe) dès le début de la réunion, est la star locale. Il a besoin de mares temporaires ou de sols nus. Les autres stars, relevées sur le plateau : la linotte mélodieuse, le conocéphale gracieux et l'orvet fragile !

L'entrée essentielle est avenue de Stalingrad, face à Grand Frais, elle serait créée dès le début.

Dans un deuxième temps, l'ex-carrière Soverini deviendra un parc… horizon plutôt 2018.

Dernière tranche, le plateau qui relie ces deux pentes en contournant le moulin.

L'espace n'est pas très accueillant aujourd'hui : il lui faut des escaliers, des bancs, des pentes travaillées pour être confortables à la marche. Et il faudra sécuriser le site pour éviter que des usages qu'on n'attend pas forcément, ne s'installent — intrusions, caravanes etc. — ; la sécurité au quotidien relève de la police.

C'est aussi une entrée de ville pour Argenteuil, venant de l'autoroute.

Les travaux seront une période de dégradation ! Nivellement, plantations… Des mouvements de terre combleront des gros trous et permettront aux engins de gravir la pente pour circuler.

Le coteau sera planté de 350 cerisiers à fleurs : décoratifs, "très graphiques" même en-dehors de la période de floraison. Ils doivent faire un appel, de loin…

Un replat en micro-terrasses plus bas sera conservé, les micro-zones humides "on n'y touche pas".

Sur le côté (près de l'A15) on va réintervenir pour faciliter la circulation, et replanter certains talus.

Sur le bas du site, on plante un millier de vivaces.

On doit récupérer les eaux de pluie et les traiter : la partie basse sera la principale zone humide, elle sera fortement plantée — alors que là on a dû la défricher.

Le chemin principal monte en lacets (dans la partie basse, il suit le tracé actuel).

Une tranchée drainante évitera que l'eau ne dévale la pente. Elle donne dans des fossés aériens qu'on appelle des noues, qui suivront le chemin.

Projet_Butte_Orgemont.jpg

Pas de jeux d'enfants sur le site : nous (AEV) on n'est pas équipés pour accueillir des jeux d'enfants. Quand on parle d'équipements, ce sont des bancs, et un grand escalier… celui des Châtaigniers, 365 marches, a des gros défauts, qu'on découvre avec le temps. Ceux d'Orgemont seront, on l'espère, beaucoup opus confortables ! Celui des Châtaigniers n'était pas conçu pour être véritablement fréquenté, c'était plutôt un geste spectaculaire. Mais on aime le grimper, c'est spectaculaire … et les sportifs le montent et descendent 5 fois de suite. (excellent entraînement pour…)

Là on aura un escalier en bois mais la contremarche ne sera pas en pouzzolane.

Il y sur des ponceaux sur les noues.

Et sur l'entrée principale, une douve de 1m20 de profondeur, planté, où on aura glissé une clôture. Il n'y aura donc pas de grosse clôture élevée en travers de la vue. Un sas d'entrée en béton architectonique sera conçu pour éviter le passage des quads. Mais il n'y a pas de dispositif qui empêcherait une moto de rentrée : sinon, ça bloquerait aussi les poussettes.

L'accès bas de la rue du Clos des Moines sera un peu réaménagé, il y aura toujours un escalier en raison du talus.

La clôture le long de la rue du Clos des Moines restera pour l'instant, mais on (AEV) trouve bizarre une clôture qui ne clôture pas tout.

La butte des Châtaigniers est victime du succès de son réaménagement… on a demandé à une entreprise de venir piqueter les déchets (les épars, il y a un terme technique !) 2 fois par semaine sur les zones fréquentées. On fera de même sur Orgemont. Et on devra équiper de poubelles, c'est la demande des riverains.

Les espaces sont surveillés par des écogardes en VTT et par la brigade urbaine 3 fois par semaine. Mais on n'a pas de pouvoir de verbalisation.

Il y a un passage par an pour les élagages de sécurité.

La butte des Châtaigners est très jeune… là où on imagine des bois, ce n'est peut-être pas nous qui les verrons !

Sur la butte d'Orgemont il y a (déjà) environ 12 passages de fauchage (tonte) par an qui dessinent des "chemins verts" très appréciés. Le reste est fauché une fois par an. Les bords de chemin sont tondus. Le plateau sera en prairie haute, avec une fauche par an.

Calendrier :

  • préparation technique à partir d'août, et relevés sur le terrain. Les 10 hectares du versant Sud seront complètement fermés, le Nord du plateau et la partie boisée (20 hectares) resteront ouverts au public.
  • Les gros travaux de terrassement, pas très agréables à vivre, à l'automne 2015 — beaucoup moins lourds que sur les Châtaigniers.
  • Apport de terre végétale, indispensable car le sol est pauvre, au premier semestre 2016.
  • Cheminements et ouvrages au 2ème semestre 2016.
  • Puis 3 années d'entretien.

On réouvre le versant Sud en 2017 et commence les travaux de la partie Nord avec un parking… la carrière sera réouverte aussi.

L'ensemble sera réouvert en 2019.


Discussion avec la salle.

Gilles Savry, Adjoint à l'Urbanisme, qui avait organisé et introduit la réunion : Vous comprenez que quand j'ai vu ce planning il y a peu de jours, il y avait urgence à vous réunir… je découvre ce projet presque en même temps que vous !

Alain Hérin, président d'EVA : j'ai quelques questions. L'armée est là en juillet sur le plateau. Que se passera-t-il ? Les entrées rue de Gode seront-elles conservées ? Et par où passera le chantier ? La police municipale et nationale, on ne les voit pas du tout sur les buttes.

Réponses : l'armée est là 3 semaines, pour le 14 juillet. On va se coordonner. (Marie-Françoise Neufsel m'indique que l'armée arrive… sans prévenir !). L'armée, comme les engins de chantier, passeront par le Chemin de Sable (par l'Ouest), passant par la rue de Gode : environ 30000 m3 de terre (à comparer, indique Alain Hérin, à 1,6 million de m3 de remblais dans la carrière Soverini, "jusqu'à 120 camions par jour").

Carriere_Soverini_12avril2015.jpg

Remblaiement de l'ex-carrière Soverini, photo du 12 avril 2015

Le parking restera ouvert au public.

Elena Téran, du comité de quartier Orgemont Ouest, demande s'il y aura un parking côté Stalingrad : il n'y en aura pas (enfin… celui de Grand Frais, mais fermé le dimanche). Le parking reste au Moulin. Combien de visiteurs sont prévus ? L'AEV n'a pas de chiffre : plus qu'aujourd'hui, pense-t-elle !

Mme Thérèse Pérol (DG adjointe de la Ville) rappelle l'aménagement d'une piste cyclable sur l'avenue de Stalingrad.

Mme Téran : il y aura une liaison vélo ?

AEV : nos chemins sont accessibles aux vélos. L'objectif n'est pas de créer une piste de vitesse !

Participant : la résidence Bamont (?) a un morceau de terrain derrière la station-service, qu'AB-Habitat était prêt à céder pour cet aménagement de la butte.

Gilles Savry n'a pas connaissance de cette intention.

Présidente de l'Association de Protection et de Sauvegarde de la Butte d'Orgemont : il nous avait été dit qu'un parking serait aménagé… Nous, les habitants, on a déjà des difficultés de circulation rue du Clos des Moines. L'aménagement vélo en reste aujourd'hui à un tout petit bout de piste cyclable !

AEV : sur la butte de Châtaigniers, ceux qui y viennent souvent sont souvent des locaux, il reste des places de stationnement libres autour.

Présidente APSBO : sur le parking du Moulin, il y a des camions qui font des trafics…

Participante : une question de naturaliste : vous n'avez pas tenu compte de la géologie du lieu. C'était une ZNIEFF avec des biotopes tout à fait intéressants. On le défend depuis 20 ans. Le plateau c'est de la meulière, au Sud vous avez des marnes supra-gypseuses avec des sources hautes comme à Montigny… Vous en parlez comme d'un "parc", pour moi, c'est d'abord un espace naturel ! La butte des Châtaigniers c'est une catastrophe, les VTT descendent l'escalier… il y a des parapentes… la biodiversité, je la cherche, et je m'y connais, c'est mon métier. Sur vos panneaux indicatifs parlez de la géologie, du passé des buttes ! Quels arbres de haute tige allez-vous planter ?

AEV : un mélange d'érables, de chênes (mais ils ont des difficultés à s'implanter),… à la butte des Châtaigners on a remis des châtaigniers !

Marie-Françoise Neufsel : quand j'étais représentante de la Municipalité dans les années 90, au lieu de remblayer Sovérini, j'aurais préféré un musée à ciel ouvert… à l'Agence, on m'a dit "vous comprenez…" Et déjà les personnes ne comprenaient pas l'absence de poubelles. Il faut concilier environnement et urbain !

AEV : explique la structure la butte témoin : une épaisse couche d'argile protège de l'eau le gypse au-dessous. Au-dessus, des sables de Fontainebleau, acides. Le plateau est humide. Les carrières de gypse permettent l'infiltration de l'eau, donc du désordre dans le sous-sol.

La représentante de l'AEV indique que le Directeur Général de l'Agence s'est opposé au remblaiement de la carrière. Il y avait 15 mètres de trou, et des habitations ! Mais le Préfet a décidé qu'il fallait remblayer, et les travaux ont commencé en 2002. Le gypse a disparu, il été noyé dans les remblais. Les sources, jadis canalisées par les carriers, ont disparu, ne jaillissent plus : nous ne gérons que de l'eau de surface.

Le Comité de sauvegarde régional "CSRPN" a classé la partie de la carrière au-dessus de Carrefour Sannois, comme témoin de la "couche du Sannoisien", mais c'est une falaise inaccessible, que Carrefour a consolidée récemment. Mais elle est trop fragile, des jeunes allaient tagger, nous avons dû fermer le site.

"Olivier" de l'AEV répond sur le choix des essences : la géologie s'exprime déjà par la végétation. L'étude de 2012 a identifié des espèces de criquets inféodées aux prairies humides…

Question : y aura-t-il une entrée au carrefour de la rue Ernest Renan / rue d'Orgemont ? Et rue de la République ?

AEV : oui dans les eux cas, mais la première dépend d'une parcelle qu'on espère acquérir.

Question : notre association est à l'origine de la mise en place de la clôture, avec Poliet et Chausson. Une autre nuisance, ce sont les chiens… il est courant de voir des gens sortir à minuit de la butte d'Orgemont avec leurs chiens.

Je demande le statut du terrain boisé immédiatement avant l'entrée avenue de Stalingrad : Gilles Savry indique que c'est un terrain privé. Nous (l'équipe municipale de 2001-2008) l'avons classé en zone d'activités économiques… il y a pas mal de pression pour construire. L'AEV n'a pas les moyens de le racheter ; ou il faudrait qu'on le classe en zone naturelle (zone N), ce que les propriétaires actuels pourraient attaquer, comme ils avaient attaqué le PLU (en 2007 ?). La partie de la clôture qui appartient aux propriétaires est défoncée.

Participant : les gens de la DIRE m'ont indiqué que la sortie Sannois de l'A15, qui arrive sur Jolival et la rue de Gode, serait bientôt fermée, car trop peu fréquentée.

Marie-Françoise Neufsel : j'avais pu créer l'éducation à l'environnement à Argenteuil ; j'avais proposé que (pour cela) les maisons Soverini, en parfait état et accessibles pour les cars, rue de la République, soient rachetées, et la Région a acquis ce bâtiment… puis l'a revendu. J'ai trouvé ça dommage. Sannois avait aussi son projet, et rien n'a été retenu.

Gilles Savry : cette propriété appartient maintenant à la Ville, mais l'expropriation a été attaquée, la Ville a perdu, et les gens (concernés) vont reprendre possession de ce bien.

Mme Pérol : c'est une très belle bâtisse mais aujourd'hui personne ne peut financer des équipements dans des bâtiments comme ça.

AEV : nous organisons des animations nature, je vous ai apporté des calendriers.

Participante : on n'a pas eu de présentation sur l'aménagement de la butte Soverini ; elle se dégrade, surtout la clôture. Nous avons demandé à l'AEV de qui cela relevait. Les acacias poussent de manière complètement sauvage. Le grillage est défoncé. On parle d'aménagement, mais c'est un état d'abandon.

AEV : l'exploitation a dû s'arrêter deux années et a repris en 2014. Ce sont des travaux de pré-finalisation. Avec les services de la Ville, on est en train d'organiser une réunion de la CLIS pour cette automne (clameurs dans la salle, cette CLIS était très attendue).

Mme Pérol : organiser la CLIS est de la responsabilité de l'État. Dont les moyens sont de plus en plus restreints.

AEV : les responsables de l'entretien du site, c'est la société qui l'exploite (ASS Orgemont). Je vous propose de revenir sur cette question dans une autre réunion.

Alain Hérin : la société de M. Trivella a le devoir de maintenir son chantier fermé.

AEV : un éventuel retard sur le permis d'aménager ferait sans doute perdre un an, compte tenu des saisons propices aux travaux.

Mme Téran s'étonne que, en tant qu'habitants, on n'ait pas été informés plus tôt. Je devine qui va venir, les difficultés de parking qu'il va y avoir… Je ne suis pas d'accord que ce proiet soit signé aussi vite.

Claudine Elisseev : les associations suivent le site et les projets depuis 40 ans.

Mme Téran : et pour les handicapés ?

AEV : le plateau sera accessible, mais sur le coteau la pente fait près de 10%, on ne peut pas faire autrement.

Une participante suggère que les transparents et photos présentées ce soir, le soient sous forme de panneaux dans le hall de la Mairie.

Excellente idée !