Frédéric Lefebvre-Naré a fait cette intervention au meeting du 7 février, au nom d'Engagés pour Argenteuil, en présence de toute l'équipe.

lefebvre-nare_7fev13.jpg

Source photo

Chers concitoyens et amis, cher Philippe,

Je suis venu vous parler au nom d’Argenteuillais engagés, de militants du Centre et de la démocratie, engagés depuis des années avec François Bayrou et avec les candidats du MoDem à Argenteuil. Et je suis venu vous parler d’Argenteuil.

Argenteuil n’est pas seulement une grande ville. Argenteuil n’est pas seulement une ville dont nous sommes fiers de faire partie. Argenteuil est aussi une ville que nous voulons aider à réussir, où nous voulons réussir ensemble, c’était le nom de notre liste aux dernières municipales, en 2008.

Pour réussir, Argenteuil a toutes les chances du monde. Elle regarde un des plus beaux paysages qui soient, à deux pas de Paris bien sûr, et de La Défense. Elle est riche de plus de mille ans de voyages, de passages, de brassages. Beaucoup de régions de France, beaucoup de pays d’Europe et du monde, de religions aussi, de traditions culturelles, de métissages depuis des siècles, ont construit cet Argenteuil que nous aimons aujourd’hui.

Mais Argenteuil est aussi une ville qui a besoin de changer. Argenteuil a des problèmes. Depuis au moins trente ans ! Argenteuil était une ville industrielle ; alors, depuis que l’industrie française souffre, Argenteuil est entrée dans des difficultés qui s’enchaînent : l’emploi et l’argent qui partent, des rues et des quartiers qui se dégradent, la commune qui investit pour compenser et qui s’endette, les impôts qu’il faut augmenter, les habitants qui s’inquiètent pour l’avenir de leur quartier, pour l’avenir du service public, l’éducation et l’emploi de leurs enfants, qui voient des risques de communautarisme et de tension sociale.

Sur les raisons de ces problèmes, sur les réponses à apporter, chacun peut avoir son avis. Notre avis, à nous, militants du Centre, c’est que la réponse à apporter, c’est une réponse démocrate.

Démocrate, ça veut dire être à l’écoute de chacune et de chacun, habitante ou habitant, agent municipal, militant associatif, entrepreneur d’ici ou d’ailleurs. Démocrate, ça veut dire chercher les accords les plus larges possibles, les consensus, même avec l’opposition dès que c’est possible, et bien sûr avec les communes voisines, avec des partenaires privés. Parce qu’on est plus fort à plusieurs. Démocrate, cela veut dire reconnaître à chacun sa place au lieu de se retrancher dans un camp — et nous remercions Philippe Doucet, et le PS, de nous avoir accueillis sans nous demander de faire semblant d’être de gauche : nous sommes très bien au Centre et nous y resterons. Alors nous voulons faire le pari, après des décennies, c’est vrai, de divisions et de bisbilles en tous genres dans la politique argenteuillaise, nous voulons faire le pari d’une démocratie apaisée, constructive, pour que notre ville change.

Démocrate, ça veut dire aussi : coresponsable. Ça veut dire respecter nos enfants, ne pas mettre à leur charge une dette qui serait impossible à porter. Bien gérer l’argent public, qui est celui des impôts, c’est peut-être une obligation devant les électeurs qui sont aussi les contribuables, c’est aussi un devoir vis-à-vis de la génération suivante. Alors, plusieurs équipes municipales ont dû augmenter les impôts, mais nous savons tous que c’est devenu un vrai problème, pas seulement à Argenteuil, dans tout le pays. Nous allons devoir repenser l’organisation, les façons de travailler, des services publics, comme le Président de la République et le Premier Ministre l’ont annoncé dès 2012, pour arriver à faire mieux, à rendre un meilleur service aux citoyens, en étant plus économes de leur argent.

Démocrate, ça veut dire responsable, et notre groupe, le MoDem d’Argenteuil, a décidé de prendre ses responsabilités. De ne pas rester confortablement dans les tribunes en donnant son avis sur le match, mais de descendre sur le terrain, participer à une équipe municipale. Nous avions donc le choix — parce que, ce qui nous a fait plaisir, beaucoup de responsables argenteuillais envisageaient de travailler avec nous. Je remercie à cette occasion Roland Patry, qui a été maire adjoint dans l'équipe élue en 2001, et qui nous a aidé, ayant plus d'expérience que nous, dans cette réflexion. Et nous avons fait un choix, celui de travailler avec Philippe Doucet, et de rejoindre son équipe.

Parce que nous voulons une équipe dynamique, entreprenante, pleine d’espoir dans l’avenir, parce qu’Argenteuil a besoin de changer.

Nous voulons participer à une équipe diverse, plurielle, où on puisse débattre, où chaque courant politique soit respecté.

Nous voulons participer à une équipe qui prend les citoyens au sérieux, qui gère leur argent avec prudence et exigence, qui cherche constamment à faire mieux.

Alors certains diront peut-être que nous voyons trop grand, pour un petit parti comme le nôtre… Mais cet espoir, cette ambition pour Argenteuil, nous ne sommes pas seuls à la porter. Nous les retrouvons dans (les interventions précédentes) et c’est pour ça nous avons décidé de faire confiance à Philippe Doucet pour les porter, dans cette campagne, et dans les six prochaines années !

Mon mot de conclusion rejoint celui de Chantal Colin : pour Argenteuil, en avant !