Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Moulin d Orgemont

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 29 juin 2016

Argenteuil brade du foncier. Pour faire du logement social ? Non ! 28 grands pavillons

Le terrain nu vaut autour de 500€ le mètre carré à Argenteuil. C'est très bon marché pour l'agglomération parisienne : il faut aller à Villiers-le-Bel pour trouver des prix de l'ordre de 330 € le mètre carré.

Hier soir (point 18), la Municipalité d'Argenteuil a fait voter la vente de deux vastes terrains au promoteur privé Nexity, pour 28 pavillons au total, à 180 € le mètre carré et 155 € le mètre carré respectivement.

Pour 2,3 millions net vendeur, soit environ 4 millions de moins que le cours du foncier.

C'est presque moitié moins cher que la vente récente du terrain rue de Somme-Py, ancien tir à l'arc (288 € /m2), que nous avions déjà trouvée contestable (17 décembre 2015). Et pourtant les deux terrains Nexity sont mieux situés, proches de la gare du Val et de l'échangeur A15 respectivement.

Voici le plus grand, dans le quartier des Coteaux, entre la rue de Bavard et la route de Cormeilles :

Parcelles_rue_de_Bavard.png

Les puces correspondent aux parcelles appartenant à la Ville et vendues à Nexity, qui y créerait 21 lots de pavillons ; il négocie avec un propriétaire privé de terrain voisin, pour un projet de près de 30 lots au total. La vente se fait à 1 720 000 € , soit donc le tiers de la valeur du terrain à Argenteuil.

La récente visite de quartier des Coteaux avait fait un arrêt minute devant l'entrée de ce terrain côté rue de Bavard :

IMG_3605.jpg

Ce terrain ne présente a priori aucune difficulté géologique / de sol, l'accès chantier est très facile par la route de Cormeilles, les pavillons se vendront comme des petits pains.

Par terrain, cela fera donc autour de 85000 € + 5000€ de viabilisation + 7000€ de frais de notaire = moins de 100000 € !

L'autre terrain, rue de Vaucelle, est vendu 600 000 € au même Nexity. C'est à Orgemont, en contrebas de l'espace naturel du Moulin, à proximité de Grand Frais.

Parcelles 165 et 642 sur le plan ci-dessous

Parcelles_165_642_Vaucelle_.png

En juin 2011, la Municipalité précédente avait acheté la parcelle 165 pour donner accès à l'intérieur du pâté de maison, puis avait vendu l'ensemble 1,1 M€ à un autre promoteur (Grand Paris Aménagement), qui avait ensuite renoncé. Le groupe de droite — majorité actuelle — avait voté contre la vente ! La droite re-présente ce projet de vente en faisant perdre à la Ville 500000 € au passage !

Gilles Savry, adjoint à l'Urbanisme, justifie cette braderie par la volonté de "respecter les quartiers pavillonnaires : les terrains feront 400-500 m2" — ce qui rapportera un peu moins au promoteur que de diviser en parcelles de 300 m2. Très bien, mais depuis quand une Municipalité doit-elle subventionner les riches et les promoteurs privés avec l'argent des pauvres ? Le "respect des quartiers pavillonnaires" ne fait évidemment pas partie des raisons acceptées par le législateur, ou la jurisprudence, pour brader le patrimoine public.

Cela représente en effet autour de 100 € de manque à gagner par foyer argenteuillais (donc d'impôt en plus, tôt ou tard), au profit de 28 familles soit 1 pour mille de la population. :-(

Quelqu'un demandait sur Facebook l'avis (obligatoire) des Domaines sur la valeur de ces terrains. Il ne figurait pas dans les documents qui nous ont été remis, et il n'y était pas fait allusion. Nous n'avons même pas reçu les plans, contrairement à l'habitude en matière de ventes foncières.

Gilles Savry dit en Conseil : "on a fait une consultation avec des gens sérieux. Nous avons retenu la meilleure offre."

Dans une affaire comme celle-là, le "sérieux" dont on peut douter n'est pas celui de l'acheteur, c'est celui du vendeur.

samedi 4 juin 2016

La Voirie, pays des voitures — visite de quartier des Larris

par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce matin, le Maire et ses adjoints chargés des Finances, de l'Urbanisme, de la Démocratie locale et du quartier Moulin d'Orgemont, visitaient les Larris avec le comité de quartier, dont votre serviteur.

La visite commençait devant le nouveau "G20", bienvenue à lui — je suis arrivé en retard.

Elle se poursuivait à l'angle rue Chevreul / rue d'Épinay où l'on a pu deviner, bien que ce soit samedi, les nuisances olfactives liées à une activité alimentaire implantée là.

À l'angle de la rue Henri Vasseur, on a pu discuter de ces panneaux de signalisation hérités du siècle dernier qui font le charme d'Argenteuil.

Vasseur_IMG_4067.jpg

Car au carrefour suivant (avec la rue Chevreul précisément) il y a sens interdit à gauche comme à droite. Et "sens interdit à 100m" pour continuer tout droit. Puis, après le portail livraisons de l'entreprise Etna, un vrai sens interdit. J'ai vu ce soir une voiture y faire demi-tour — conducteur fâché — mais j'imagine que d'autres font en sens interdit les 50 derniers mètres.

Plus loin rue Henri Vasseur, la parcelle d'un poste haute-tension est recyclée en poubelle de plein air.

Tension_IMG_4070.jpg

… tandis qu'en basse tension, un fil tient par la magie de la bonne volonté d'un boîtier.

Fil_ERDF_IMG_4071.jpg

La verdure ne manque pas le long de la voie de Grande Ceinture … que fait la SNCF ?…

Monet_1_IMG_4072.jpg

Un riverain explique : "avant on avait la clé (de la clôture SNCF) on pouvait nettoyer, maintenant on n'a plus la clé".

Monet_2_IMG_4077.jpg

Argenteuil pourrait faire plus pour honorer l'Argenteuillais le plus célèbre. Déjà, la rue qui porte son nom est loin de sa maison et des sites où il a peint — puisque celle où il a vécu restera certainement le "boulevard Karl Marx", du nom de son quasi-voisin et quasi-contemporain.

Monet_3_IMG_4079.jpg

L'éclairage est masqué par les acacias SNCF, et la rue Claude Monet d'autant plus facilement prise pour décharge sauvage, selon des riverains.

Monet_4_IMG_4080.jpg

Une habitante de la même rue Claude Monet s'inquiètera que la SNCF mange son jardin pour créer les voies de la Tangentielle Nord. Le Maire la rassure : "je ne la verrai pas" — la Tangentielle lui semble un projet improbable, bien qu'elle arrive déjà à quelques hectomètres d'ici, à Épinay.

L'entrée Sud de la Cité du Tronc, accès pompier, serait belle et sûre sans poubelles ni voiture… Une habitante de cette cité, membre du comité de quartier, rappelle l'attention à chaque fois sur ce problème.

Tronc_1_IMG_4081.jpg

La fermeture est sans doute une disposition "anti-dealers" puisque cette allée est peu visible depuis les bâtiments, donc propice aux trafics — un voisin vient nous expliquer comment ça se passe. Il n'empêche : le cadenas sur un accès pompier fait mauvais effet.

Tronc_2_IMG_4083.jpg

Devant la porte de la Maternelle Jules Ferry, un sujet classique et difficile à résoudre : le bouchon matinal dû aux voitures en stationnement sauvage, délaissées par le parent le temps d'amener l'enfant dans sa classe.

Ferry_IMG_4090.jpg

Un habitant signale une nouvelle poubelle de plein air rue Gaston Daguenet…

Daguenet_IMG_4093.jpg

Mais regardons aussi le charme début XXème de ce quartier !

Tronc_2_IMG_4092.jpg

Message aux promoteurs qui font des projets à Argenteuil : concevez-les à l'argenteuillaise, ils vivront mieux !

27_2_IMG_4095.jpg

Une pensée pour le triste sort des potelets anti-stationnement, ici au carrefour rue Noblet / rue de Vaucelle…

potelet_IMG_4096.jpg

Les problèmes de sécurité dans ce parking AB Habitat rue de Vaucelle sont réglés, confirme une habitante au Maire. Tant mieux ! Mais selon une autre habitante, le loyer de ces parkings dissuade les locataires, qui préféreraient une place en plein air "à 20 euros" de l'autre côté de la rue. Au final, le stationnement dans la rue l'emporterait…

Vaucelle_IMG_4102.jpg

… en concurrence avec les voitures ventouse : celle-ci, immatriculée en 34, n'aurait pas bougé depuis 8 mois. Une autre, très chic et en 2A, depuis 3 semaines. Voitures volées, supposent ces riverains.

Vaucelle_2_IMG_4103.jpg

Rue Pierre Legay, un ensemble construit par ABHabitat en accession à la propriété. Alors à qui appartient la rue ? Le syndic ne le saurait pas. Voie privée de la copropriété, selon la Mairie. Mais qui a tracé les stationnements ? Et pourquoi ABHabitat aurait-il cédé la rue à une copropriété plutôt qu'à la Ville ?

Legay_IMG_4104.jpg

Entre le bout de cette voie potentiellement privée, et une impasse très officiellement privée, se cache un chouette parc. Je le découvre et je ne suis pas le seul !

Monmousseau_1_IMG_4106.jpg

Hélas il n'est "pas sûr pour les enfants", trop occupé par des "bandes de jeunes" selon des riverains, dégradé…

Monmousseau_2_IMG_4107.jpg

… utilisé comme barbecue ?

Monmousseau_3_IMG_4108.jpg

"On a un gardien, on sait pas s'il existe", dit un riverain. Un autre — ou est-ce le même — dit descendre régulièrement refermer les poubelles, à cause de l'odeur. Elles semblent aussi d'un type un peu ancien.

Monmousseau_4_IMG_4111.jpg

Je zappe, parce qu'il se fait tard et que ce serait délicat à raconter, ce qui ressemblait à une construction sauvage de marchand de sommeil, et le passage le plus touchant : un conflit de voisinage entre un "garagiste à domicile", activité ô combien argenteuillaise, et des voisines qui appréciaient, avant son arrivée, le calme et la propreté des lieux. Les deux s'en sont parlé de vive voix, avec respect, c'est déjà ça.

Arrivant près de la salle Léo Batton pour le pot final, je remarque pour la première fois ce terrain qui semble à l'abandon. Il reste donc du foncier à valoriser près de la gare d'Argenteuil ! Y a-t-il au moins une obligation d'entretien pour les propriétaires ?

Batton_IMG_4117.jpg

Dans son mot de conclusion, le Maire se réjouit d'avoir fait découvrir le quartier Moulin d'Orgemont à des habitants de ce même quartier — j'ai aussi fait des découvertes, et même, en repartant vers le centre ville, cette porte d'entrée classique dans la cour d'un atelier de peinture automobile (?). Lequel a apparemment cédé depuis quelques décennies, une partie de sa surface à la pratique artistique. Il n'y a pas que les voitures… le quartier vit !

musique_IMG_4120.jpg

jeudi 17 décembre 2015

Conseil du 17 décembre : urbanisme

par Frédéric Lefebvre-Naré

7. Acquisition d'un box sur l'îlot Laugier

Gilles Savry présente cette acquisition qui était destinée à ouvrir une voie d'accès complémentaire au nouvel immeuble rue Laugier — cette rue elle-même est très étroite.

Unanimité.

Nouveau point présenté "en urgence" : vente d'un terrain rue de la Somme Py face à l'école Notre-Dame. 366 m2, dont nous avions déjà voté la vente pour 166600 €, mais l'acheteur s'est désisté et nous revotons avec de nouveaux acheteurs.

Unanimité.

+

8. Cession de l'ancien terrain de tir à l'arc, aux Coteaux, pour un lotissement pavillonnaire : 3640 m2 à 288 € du m2 (1,080 M€), soit beaucoup moins cher. Sans évaluation des Domaines. La société acheteuse est en fait un marchand de biens du Plessis-Bouchard, au chiffre d'affaires annuel inférieur à 400 000 €.

Nous craignons donc une opération spéculative au détriment du capital de la Ville, et votons contre.

Chantal Colin en rajoute : "le fait que M. Savry habite à proximité n'est peut-être pas étranger à ce choix".

Georges Mothron répond par un projet de l'Agglomération, qui aurait voulu vendre 1,1 M€ un terrain valant 1,45 M€ selon les Domaines.

Gilles Savry estime "inacceptables" les propos de Chantal Colin. "En 2011, vous aviez annoncé la réalisation de 8 pavillons, en réunion publique ; quelques semaines après, en Conseil Municipal, vous le vendez à 1 600 000 pour réaliser 19 logements, donc du collectif. Nous, effectivement, nous tenons la promesse faite à tous les habitants du quartier. Effectivement, j'ai habité dans ce quartier comme dans à peu près tous les quartiers d'Argenteuil depuis ma naissance… Les limites ont été dépassées."

"Nous avions réalisé, tout près, le lotissement Kaufman avec des parcelles de 400 m2 conformément au PLU. Sur ce terrain, on est passé de 8 à 9 pavillons, on reste à plus de 400 m2 par parcelle."

Le prix plus faible du terrain correspond à la "viabilisation qui reste à la charge de l'acheteur. On a fait un appel à projets… On a une petite société, parce que les gros promoteurs ne se déplacent pas pour 9 pavillons."

L'opposition vote contre.

9. Cession du pavillon ex-Poste rue Kléber (quartier de la Colonie).

La Municipalité fait revoter cette vente déjà approuvée, car, ce pavillon ayant été occupé par un service public (la Poste), il faut formellement le "désaffecter" avant de prononcer la vente.

Fabien Bénédic rappelle que le groupe avait voté contre la vente et aurait préféré une annexe à la Maison de Quartier.

Je vote cependant pour, comme la fois précédente — une annexe à la Maison de quartier me semblerait mieux placée dans les salles Léo Batton.

10. Convention de veille et maîtrise foncière de l'Etablissement Public Foncier du Val d'Oise — lequel sera bientôt fusionné dans un ÉPFIF ;-) à l'échelle de l'Ile-de-France.

Gilles Savry indique qu'il s'agit de permettre à l'EPF d'exercer le droit de préemption au nom de la Ville sur des secteurs à réaménager : îlot Laugier, partie Sud de la rue Antonin-Georges Belin, des parcelles riveraines de la route d'Enghien (entre l'A15 et la salle Maurice Sochon).

La délibération prévoit un respect du seuil de 20% de logements sociaux en moyenne ("globalement") sur les sites.

Nicolas Bougeard, conseiller départemental PS, indique que de façon surprenante, la Municipalité a demandé à l'EPFVO une dérogation permettant de ne faire aucun logement social sur l'îlot Laugier (donc tout à Joliot) ; "le président Bazin, UMP, n'a pas répondu, certainement gêné".

L'EPFVO a heureusement refusé. Selon moi, il est important de prévoir à l'horizon de 40 ans le renouvellement du logement social en Centre Ville, bien qu'il y en ait déjà beaucoup dans ce quartier. Donc, nous souhaitons que soit appliqué le seuil de 20% dans chaque programme de logements neufs… et pas seulement "globalement".

Philippe Métézeau, conseiller départemental UDI, estime audacieux d'interpréter en son absence le silence du président Bazin… mais ne dément pas, estimant Argenteuil déjà "exemplaire" en matière de logements sociaux.

Gilles Savry estime que Nicolas Bougeard a dû "rater certaines discussions", il faut une "répartition équilibrée" des logements sociaux… mais les trois secteurs visés sont déjà des secteurs de logement social, c'est donc un peu hors sujet.

Unanimité cependant.

11. Régularisation ABH suite à la résidentialisation "Les Champioux"

Un type de délibération classique, des échanges de voirie de quelques m2 après des travaux.

Unanimité rituelle.

Les sujets suivants vont être plus chauds !


Compléments du vendredi 18 décembre

19. Loyers des logements Ville

Mickaël Camilleri, Adjoint au Logement, présente cette revalorisation à partir du 1er avril 2016. Comme certains loyers actuels sont très bas, et que l’alignement immédiat sur le barème serait violent, l’augmentation annuelle sera limitée à 20%.

Marie-José Cayzac observe que la délibération écrite ne parle pas de cette limite de 20% d’augmentation, et donne simplement au Maire 20% de marge en plus ou en moins du barème.

L'opposition s'est donc abstenue sur cette délibération.

20. Tarifs des concessions des cimetières

Monsieur Clavel présente cette délibération annuelle. Argenteuil compte 4 cimetières, sur 15 hectares, et environ 480 inhumations par an.

Nicolas Bougeard rappelle qu’il y a un an, la Municipalité augmentait ces tarifs de 10%, et maintenant de 20%, soit au total 32%.

En fait, certains des tarifs "2015" présentés dans la délibération sont déjà supérieurs à ceux précédemment votés ; l'augmentation par rapport à ceux-ci va jusqu'à +62% (si j'ai bien noté).

Le tarif en colombarium sera nettement supérieur, par exemple, à celui d’Enghien.

Le groupe votera contre ces augmentations indignes.

25. Subvention de 7218 € à la tour Sannois pour la sécurité incendie.

La Ville aide (il y a une délibération ou deux là-dessus à chaque conseil) les copropriétés en difficulté. La « Tour Sannois », près de la médiathèque Robert Desnos au Val Nord, est ici aidée à hauteur de 10% du coût de travaux de sécurité incendie. Unanimité.

35. Autorisation à l'EPT de poursuivre la modification du PLU

Gilles Savry rappelle avoir lancé une modification du Plan Local d’Urbanisme sur les zones d’activité économiques, et les emplacements réservés pour des infrastructures scolaires. Mais à partir du 31 décembre, le PLU relèvera du territoire T5. Cette délibération autorisant le T5 à poursuivre la procédure est « purement technique » selon Gilles Savry.

Gilles Savry remercie au passage Mme Pérol et ses services.

L’opposition ne prend pas part au vote sur cette délibération, conséquence de la dissolution de l'Agglomération.

samedi 24 octobre 2015

Le Préfet cherche où construire en Sud Val d'Oise

par Frédéric Lefebvre-Naré

Nous apprenions la semaine dernière qu'Argenteuil allait être classée en Opération d'Intérêt National (OIN), une zone où l'État décidera d'attribuer des permis de construire, de façon, disent des journaux, à accélérer la construction de logements. Cette OIN concernerait la Porte Saint-Germain (entrée de ville par le pont de Colombes ou pont-aqueduc) ; abords des "deux Gares" d'Argenteuil et de Grande Ceinture (future ligne SNCF Tangentielle).

Cette semaine, le Préfet du Val d'Oise cherche un prestataire pour identifier des "Capacités foncières mobilisables pour du logement dans le Val-d’Oise".

C'est plutôt au-dessus de chez nous, au creux de la Vallée de Montmorency :

Le périmètre de l'étude comprend cinq à six communes pré-sélectionnées : Le Plessis-Bouchard, Deuil-la-Barre, Saint-Brice-sous-Forêt, Taverny, Franconville et Eaubonne.

Mais :

La liste définitive sera à déterminer avec la maîtrise d’ouvrage. (c'est-à-dire avec la Préfecture).

Quelques extraits :

La loi du 3 juin 2010 dite du Grand Paris qui vise 70 000 logements par an en Ile-de-France dont 6 066 pour le Val-d'Oise conforte la nécessité de mieux connaître les disponibilités foncières.

Les communes appartenant à l’agglomération parisienne doivent atteindre 25 % de logements sociaux.

Le nouveau Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF)… (donne priorité) au développement par densification du tissu existant, particulièrement aux abords des gares.

L’étude vise 3 objectifs :

* Rechercher les capacités foncières mobilisables à court et moyen terme pour du logement à PLU constant et / ou nécessitant une modification ou une révision du PLU et évaluer le nombre potentiel de logements ; (ceci) par une approche géomatique — couches PLU, MOS, cadastre, ... (c'est-à-dire sur bases de données) ;

* (…) Valider tous ces gisements fonciers (par des) entretiens avec les communes (et) par une enquête de terrain ;

* (Évaluer la) faisabilité économique pour des sites à potentiel important en termes de nombre de logements ou du fait de leur emplacement stratégique.

Le texte définit plus précisément les deux types de secteurs visés :

"secteurs mutables" : les biens susceptibles de se libérer ou de changer de destination … dans les 5 ou 10 ans à venir. Par exemple dans le cadre de démolition-reconstruction, de requalification des friches industrielles, des délaissés ferroviaires, de grandes emprises d’une faible densité, d’ensembles bâtis vétustes, etc.

"secteurs densifiables" : des espaces urbanisés dans les secteurs bien desservis par les transports. En priorité, (à) une distance raisonnable, à pied, des pôles d'échange ou gares de transports en commun.

L'objectif de "densifier" peut nous inquiéter car Argenteuil n'est pas une feuille banche : son tissu urbain d'Argenteuil est ancien, ses rues sont donc étroites, ses gares déjà très chargées, ses équipements publics, écoles, etc., seraient débordés par une forte croissance de la population. En fait, l'évolution des quartiers pavillonnaires devrait se faire progressivement, par renouvellement des constructions les plus dégradées et extension des autres (les combles aménagés, l'abri de jardin qui permet de dégager une pièce…) ; plutôt qu'en posant des immeubles par ci par là.

Mais les deux quartiers dégradés que l'État envisage de classer en OIN sont, bien sûr, "mutables" et/ou "densifiables", avec leurs friches industrielles — la Porte Saint-Germain et en particulier la rue Henri Barbusse ; les abords des "deux Gares" d'Argenteuil et de Grande Ceinture, en descendant jusqu'à la Seine.

Cela pourrait-il accélérer les évolutions de ces quartiers, de les intégrer dans cette étude de la Préfecture ? Ou les questions posées par l'étude sont-elles déjà suffisamment traitées sur ces deux quartiers ?

- page 3 de 5 -