Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Marché de la Colonie

Fil des billets

samedi 2 avril 2016

10 bougies au marché Colonie ce samedi matin

… Pas pour un anniversaire puisqu'il a bien plus d'années que ça, et certains commerçants y viennent depuis un quart de siècle !

Mais pour l'arrivée de nouveaux commerçants : ils sont maintenant 10, le marché a ainsi retrouvé une offre presque complète et de qualité, qui devrait attirer non seulement les habitants de la Colonie et des Larris, mais aussi ceux du centre ville et de Volembert. Ou au-delà !

Le gâteau (offert par la Closerie d'Orgemont, merci !) et la vache du crémier :-)

IMG_3559.jpg

IMG_3553.jpg

Que de chemin parcouru, au regard de l'état du marché il y a vingt mois !

vendredi 20 novembre 2015

"A Argenteuil, les habitants se battent pour sauver le marché de la Colonie"

par Frédéric Lefebvre-Naré

Je reproduis ici[1] un article, très fidèle comme de coutume, de Maïram Guissé dans Le Parisien. Je le lis en revenant du nouveau marché bio qui fonctionne sur le même site, à deux pas de la gare, le vendredi soir depuis la semaine dernière, et qui a de nouveau attiré les foules. La renaissance du marché est bien enclenchée !

Au-dessus de la halle, s’affiche le panneau « Entrez ». L’accueil au marché de la Colonie à Argenteuil est sympathique. Mais une fois à l’intérieur, on ne découvre que des étals vides. A se demander si le marché se tient vraiment.

Seule la présence de deux commerçants : un primeur et un poissonnier lèvent le doute. Le samedi, ils sont cinq à se déplacer sur les 17 emplacements possibles. Consternés de voir ce lieu de vie mourir, plusieurs habitants du quartier ont décidé d’agir et de créer un collectif en septembre 2015. Leur objectif est bel et bien de sauver ce marché bondé par le passé. Pas question pour eux de le laisser décliner en silence.

« Nous riverains, on se plaignait tout le temps. On s’est dit pourquoi ne pas agir », explique Jean-Noël Ragaigne. Avec une quinzaine d’autres personnes, dont Dominique Clémenceau, il se mobilise. Très organisé et rigoureux, le collectif s’est lancé dans la réalisation d’un audit auprès des habitants pour savoir comment agir au mieux. « Aujourd’hui, nous avons interrogé 150 foyers. Il y a un vrai intérêt des habitants pour faire leurs courses sur un marché. 62 % en fréquentent un, dont 20 % celui de la Colonie et 42 % vont ailleurs », constatent Jean-Noël Ragaigne et Dominique Clémenceau. L’objectif est donc bien de faire venir ces habitants sur le secteur.

Le collectif s’est donc retroussé les manches et a commencé par nettoyer le marché. « Des mauvaises herbes avaient poussé, on a désherbé, puis nettoyé la halle », indiquent les membres.

Desherbage_7nov15_Avant_Apres.png

Mais l’autre enjeu est de faire revenir des commerçants. « Il nous faut un crémier et un boucher », précisent-ils. C’est aussi l’avis de Marie-Claude et Pascal, les poissonniers qui viennent ici depuis 37 ans. « Aujourd’hui, on se sent isolés. Heureusement, on garde une clientèle de fidèles ». A quelques mètres, Manuella et sa mère Denise vendent des légumes. La première a repris l’affaire familiale, il y a deux ans. « Moi ça fait 43 ans que je suis dedans », sourit Denise. « Avant ici, il y avait du monde partout, même sur le parking, se souvient la trentenaire. C’est triste pour nous de le voir comme ça. Ça me fait mal au cœur », renchérit Denise, qui pour s’occuper trie des haricots qui ne sont plus à vendre. Malgré le peu de monde, ces vendeurs sont là dès 6 h 30. A 10 h 30, ils ont servi une dizaine de clients.

Depuis la création du collectif, les commerçants se remotivent. « Grâce à eux[2], la halle a eu un nouveau toit, indique Manuella. Au début la mairie nous disait que c’était trop cher… La pluie tombait sur le poisson », peste Marie-Claude. «Ça a duré un an et demi et finalement ça a été réparé, se réjouissent les commerçants. Mais on se sent abandonné. Le concessionnaire ne fait rien pour nous aider à trouver de nouveaux commerçants… »

Un long travail reste encore à faire. « Je vis dans le quartier depuis 63 ans, précise Christiane, une cliente. Je suis passée par là au hasard. Je ne pensais pas que le marché existait encore », sourit-elle, tout en achetant figues et dattes. Cette retraitée aimerait bien que les lieux revivent. Le collectif a prévu une nouvelle action. « Le 12 décembre, les commerçants proposeront à la dégustation leurs produits ».

Desherbage_7nov15_2922.png

Notes

[1] En y ajoutant des photos de la matinée désherbage.

[2] Là, la marchande s'avance un peu, ou nous avance un peu — NdB.

dimanche 8 novembre 2015

Les habitants de la Colonie désherbent leur marché !

par le Collectif pour le Marché[1]

Ce samedi 7 novembre, les membres du Collectif pour le Marché de la Colonie, avec des habitants venus spontanément apporter leur aide, ont fait le ménage dans la halle du marché.

Desherbage_7nov15_Avant_Apres.png

Bravo aussi à la Municipalité, qui cette semaine a fait changer le toit, percé depuis l’orage de grêle de juin 2014 !

Toit_7nov15_2893.png

Le marché retrouve son aspect d’antan. Les commerçants ont le sourire. Comme nous, ils espèrent que le « marché bio » du soir organisé à partir de vendredi 13 novembre, fera découvrir le marché aux nouveaux habitants et le relancera !

Desherbage_7nov15_2922.png

Notes

[1] Les militants d'Engagés pour Argenteuil participent avec plaisir aux actions de ce collectif. Nous reprenons ici son communiqué sur Facebook.

samedi 12 septembre 2015

Visite de quartier détrempée – Moulin d'Orgemont / Colonie

par Frédéric Lefebvre-Naré

Ce samedi matin, c'était la visite de quartier organisée par la Municipalité et le comité de quartier, dans la moitié Nord du quartier du Moulin d'Orgemont. J'y participais comme membre du comité de quartier (où je représente le groupe municipal Tous Fiers d'Être Argenteuillais).

Voici les points que j'ai notés du départ de la salle Léo Batton (1) — jusqu'au Marché de la Colonie (14) ; ensuite j'ai laissé le groupe terminer la visite jusqu'au "pot" final à la salle Léo Batton.

VisiteQuartierMoulinOrgemont-12sep15.png

2. La Poste d'Orgemont, dans ses nouveaux locaux sur Stalingrad (bien !) mériterait des places de stationnement de son côté de l'avenue. Une habitante me précise la bonne nouvelle récente : l'arrivée, devant le bureau, d'une boîte à lettres (à gauche sur la photo) ! dont l'absence antérieure était plutôt paradoxale : un bureau de Poste où on ne pouvait pas poster de courrier.

Poste_Stalingrad_2731.JPG

3. Circulation : la rue Noblet servirait le matin de raccourci entre A15 et quais de Seine. Les voitures descendant Stalingrad auraient tendance, faute de feu tricolore, à prendre sec le virage à gauche, coupant la route aux voitures montant du centre ville. Malgré le dos d'âne. Des habitants suggèrent de passer cette rue Noblet en sens unique montant pour détourner le flux vers le feu de la rue Chevreul (? ou le boulevard Jules Ferry ?).

rue_Noblet_2733.JPG

4. L'entrée du parking Grand Frais (et en fait surtout la sortie[1]) est toujours problématique, faute du rond-point prévu. Tous ces trois problèmes relèvent au final du Département (c'est une route départementale) mais encore faut-il le pousser ferme, sur un projet précis !

Entree_Grand_Frais_2737.JPG

4 aussi. La butte du Moulin d'Orgemont : cette friche fait, venant de l'A15, une moche entrée de ville,…

Butte_Orgemont_2736.JPG

… mais les travaux paysagers vont commencer ! Le Maire dit "tanner" la Région pour que son Agence des Espaces Verts (AEV) aménage la Butte (soit, mais le Maire Adjoint, M. Savry, semblait le premier surpris quand l'AEV a annoncé commencer ces travaux 😀 ). Justement, M. Savry explique aux participants le projet de l'AEV. M. Mothron (photo) rappelle que le terrain a été cédé pour cela par la Ville à la Région.

Maire_et_Adjoint_2740.JPG

(Attribuez le regard, apparemment préoccupé, de MM. Duplay et Slifi au temps maussade qui risque de leur donner de mauvaises couleurs sur l'image !)

En attendant, des habitants déplorent les quads, fêtes sauvages, pitbulls... "Sur les pitbulls, on intervient", répond le Maire — sans négliger les quads ou rassemblements nocturnes bruyants, plus difficiles à contrer.

5. Le mur en ruines du terrain privé, à l'angle de l'espace vert de la butte d'Orgemont. Un terrain classé "activités économiques", et que la Ville n'a pas les moyens de reclasser en espace vert (dédommager le propriétaire serait hors de prix). Le terrain est "convoité par de grandes enseignes dont Leclerc", indique le Maire, qui s'inquiète de la concurrence, notamment envers le supermarché Intermarché d'Orgemont / Joliot.

Terrain_vague_Orgemont_2734.JPG

6. Des membres du comité de quartier se plaignaient que le petit parking devant le Moulin soit souvent squatté par des utilitaires ou bennes. Il y en a bien deux ou trois ce samedi matin mais, la pluie ayant dissuadé les promeneurs, il reste de la place. Selon des habitants, quand le parking est plein, des visiteurs se garent à cheval, de façon dangereuse pour les piétons, sur le petit trottoir de la rue d'Orgemont (7).

8. Un compteur d'électricité à l'armoire ouverte, avec des branchements marqués "danger"… Selon le Maire, ce serait une ancienne installation de chantier, qui aurait dû être démontée et a été signalée plusieurs fois à ERDF. En y regardant de plus près, un participant observe que ce serait plutôt l'alimentation en triphasé d'un établissement voisin. Qui ne semble pas trop inquiet de sécuriser son alimentation !

9. Un ancien parking de la clinique d'Orgemont, entre la rue d'Orgemont et les remblais de la "carrière Soverini", semble en attente de travaux ou d'acheteur.

10. Rue Ernest Renan en aval des remblais, les grosses pluies peuvent amener des coulées de boue… Les poteaux de clôture, datent, entends-je, de 1956. #MonumentsHistoriques

Carriere_Soverini_12avril2015.jpg

Le remblaiement, vu du pont d'Argenteuil, 12 avril 2015

11. Des constructions fissurées ou penchées à l'angle sud des remblais, risquent d'être fragilisées, comme l'ont été des maisons voisines, détruites depuis.

12. La sente piétonne qui fait partie du charme d'Orgemont était logiquement sur l'itinéraire de visite !

13. Voitures garées à l'emporte-pièce, dans les carrefours et dans la sortie de la sente… Les riverains se plaignent mais connaissent la raison : réunion de parents à Sainte-Geneviève.

14. Justement, les premières classes du nouveau collège Sainte-Geneviève ont ouvert à la rentrée. Les aménagements prévus pour la circulation, notamment deux places "arrêt minute", se font encore attendre. En revanche les travaux du bâtiment ont sans doute gêné… les rats du quartier : des résidents de la rue Gambetta s'en disent envahis.

15. Le marché de la Colonie est toujours dans le même état : la pluie passe à travers les scotchs, des équipements déglingués pendent, une bonne moitié des étals sont à l'abandon. Et pourtant, malgré la pluie dedans et dehors, il y a des clients !

M. Mothron constate certes que marché "périclite" et confirme le projet de le faire évoluer en marché bio, jugeant que le quartier se "boboïse". Mais il ne prévoit pas de travaux tant que le marché ne marchera pas. Et quid des réparations pour lesquelles — Mme Henry l'a indiqué en Conseil Municipal — les assurances ont déjà payé ? J'ai[2] du mal à comprendre la réponse, confuse me semble-t-il, du Maire (il pourra préciser en commentaires !). Il semble surtout estimer que Bernard Rols étant "avec Doucet", ne peut rien comprendre.

En attendant ces réparations même plus programmées, il pleut toujours sur la table de travail du volailler. Qui, je vous rassure, ne s'en sert pas.

Notes

[1] Il est impossible de tourner à gauche vers le quartier et le centre ville. Précision, 12 septembre 2015.

[2] Corrections du texte sur les deux dernières phrases le 12 sept. 19h20.

- page 3 de 4 -