Blog d'Engagés pour Argenteuil

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Médiathèques

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 10 février 2017

Réunions publiques de début 2017 : Orgemont Le Moulin… et Jean Vilar

par Bernard Rols

Les réunions de quartier organisées par la Municipalité d'Argenteuil sont passées ce 26 janvier par l'École Pierre Brossolette.

Au programme,

  • Un bilan de 2 ans d’actions de notre comité de quartier
  • Des présentations des projets économiques, culturels et de loisirs (conseil économique, pôle Héloïse, Porte St-Germain)
  • La présentation du nouveau site Internet de la ville
  • L'application Tell my City, 8 mois après.

Arrivé tardivement vers 21 heures 10, je n'ai pu assister à ces présentations mais seulement aux questions / réponses. En voici un compte-rendu.

Un habitant a constaté que par rapport à d’autres villes, l’éclairage public s’allumait prématurément le soir et s’éteignait tardivement le matin. Il proposait d’équiper cet éclairage public de détecteurs de luminosité.

Georges Mothron répond que le réseau électrique est ancien, et les transformateurs hors d’âge. Des réflexions sont en cours. Il est prévu de remplacer par des LED, 10 000 points lumineux sur 2 ans : économie prévue, 30 à 40 %.

Une habitante rencontre des problèmes avec l'application de Tell My City sur son smartphone. Il lui est conseillé dans la salle, de télécharger à nouveau cette application.

Une remarque sur le tracé de la piste cyclable rue Paul Vaillant Couturier, qui devient invisible.

Plusieurs habitants se plaignent de problèmes de sécurité au pourtour du marché de la Colonie.

Georges Mothron propose d’envoyer la police municipale. Pour mémoire, nous avons soulevé à plusieurs reprises ce sujet auprès d'élus. Nous sommes conscients qu’il ne suffit pas de déplacer le problème dans d’autres rues du quartier. La municipalité estime le problème « compliqué ».

Sur les évolutions des quartiers, des réflexions sont en cours avec Paris.

Une question sur la Tangentielle.

Georges Mothron : les financements sont là pour la première partie en cours de réalisation. Les enquêtes publiques sont lancées, les procédures d’expropriation en cours.

Nous apprenons qu'une prolongation du T2 du Pont de Bezons à la Gare d’Argenteuil serait impossible car de nouveaux quais n’auraient pas été prévus à la Défense.

Je suis d’autant surpris car ce projet était porté par l’agglomération Argenteuil / Bezons et que lors d’une réunion publique, organisée à l'époque par Philippe Doucet, Georges Mothron s’était engagé, au nom du département du Val d’Oise à financer l'étude préparatoire !

Un habitant demande ce qu’il adviendra du mur qui tombe en ruine avenue Stalingrad, en entrée de ville à côté de l’aménagement de la butte d’Orgemont (terrain "Sifru" face à Grand Frais), ainsi que de la partie de carrière "Soverini" à combler. La fin des travaux sur cette dernière est prévue pour 2019.

Sur le terrain "Sifru", Georges Mothron indique que le permis de construire sollicité par Lidl a été refusé.

Un habitant déclare que l’aménagement de la Butte d’Orgemont est une pantalonnade, que le début du comblement remonte à 16 ans, que côté Stalingrad, c’est une vraie « gadoue » lors de pluies.

Georges Mothron s’inscrit en faux et passe la parole à une Chef de Service de la Mairie, qui s’occupe depuis des années de cet aménagement.

Une habitante a constaté qu’à la bibliothèque municipale, l’offre de livres était restreinte avec une baisse de qualité.

Xavier Péricat reconnaît que la rigueur budgétaire imposée aux Argenteuillais depuis leur arrivée en responsabilité, a aussi impacté la bibliothèque. Il rappelle les 2 années de finances locales difficiles, la baisse des dotations de l’Etat…

Sur une nouvelle piscine : hors projet : c’est clair, c’est dit !

Une habitante demande pourquoi les commerçants du marché Bio du vendredi soir ne s’installent pas dans le marché ?

EpA peut répondre : les étals appartiennent en propre aux commerçants du samedi. Mais il reste de la place libre dans la halle !

Des rumeurs sur la fermeture de la Poste de l'Avenue Stalingrad et la nécessité d’aller chercher ses colis ou recommandés à la Poste des Coteaux, rue Védrine.

Georges Mothron rappelle que la Poste du Val Nord est fermée, et fait face à un véto de la direction de La Poste pour la rouvrir. Direction qui invoque, concernant le bureau de l'avenue Stalingrad, des problèmes de rentabilité.

Pour suivre l'actualité de la défense de ce bureau de Poste, c'est sur le blog Tam Tam Colonie !

Une dernière question : des médecins refusent d’effectuer des visites à domicile, car malgré leur caducée, ils font l’objet de procès verbaux pour stationnement.

Georges Mothron déclare qu’il tolère une certaine souplesse pour le stationnement des voitures de médecins mais qu’il y a des limites que certains dépassent allègrement (et nous repartons dans les incivilités).

Je suis intervenu personnellement sur le projet Fiminco – Ilot Héloïse :

''Monsieur le Maire,

Vous allez réaliser un pôle culturel, de commerces et des logements sur l’ilot Héloïse : surface totale développée : 40 000 m2.

Un pôle similaire existe à Béziers depuis 2010 : 9 salles de cinéma, des commerces et des logements pour une superficie identique de 40 000 m2. Béziers et son agglomération comptent 120 000 habitants soit l’équivalence en clients potentiels d’Argenteuil, une partie de Colombes, Gennevilliers…

Le polygone de Béziers est conçu pour accueillir 4 millions de visiteurs/an.

Comment le Pont d’Argenteuil, l’avenue (Gabriel Péri) et le boulevard Héloïse pourront-ils absorber ces 4 millions de clients ? Sachant qu’il y a 1500 places de parking à Béziers contre 900 prévues à Argenteuil ?

Quel sera l’avenir de Côté Seine et du Figuier Blanc que nous payons encore ?

Combien d’emplois vont être crées ? Combien vont disparaître dans les commerces du Centre ville ?

Les achats sur Internet sont en constante augmentation. Aux Etats-Unis, 400 centres commerciaux de même envergure sont laissés à l’abandon car non rentables. Si votre projet n’atteint pas les objectifs prévus de rentabilité, la commune devra t-elle compenser le manque à gagner ?

Merci de votre écoute.''

Georges Mothron me présente comme le représentant d’un petit groupe qui s’oppose à tout. Sic ! Les lecteurs de notre blog jugeront.

Ensuite, il rappelle que des études de marché ont démontré la fuite des Argenteuillais vers les communes avoisinantes pour leurs achats.

L’objectif de ce pôle est de ramener les argenteuillais à consommer dans leur ville.

Côté Seine viendra en complément de l’offre commerciale autour de ce nouveau pôle commercial.

Regrettant de n’avoir pas été présent dès le début de sa réunion où il a présenté ce projet, je lui fais néanmoins remarquer qu’il ne répond pas précisément à mes interrogations… légitimes.

Il considère qu’il a répondu.

Un habitant très connu du quartier, ex membre du comité de quartier, s’étant déjà opposé au projet Mazagran, a sollicité un rendez vous auprès du maire, et l’obtient.

Fin de la réunion et de ce compte-rendu, merci pour votre lecture ! :-)

mardi 16 février 2016

Conseil Municipal du 16 février 2016 : l'ex-Agglo sous le feu

par Frédéric Lefebvre-Naré

L'appel… quelques minutes après 19h.

IMG_3233.jpg

À l'ouverture du Conseil, le Maire "tient à rendre hommage à une agent de la Ville d'Argenteuil, Christiane Chachagne, 52 ans, décédée ce matin d'une crise cardiaque à son domicile. Elle portait les valeurs d'engagement, de professionnalisme, de service public." Minute de silence.

"Permettez-moi de prendre la parole sur un sujet plus trivial, lié à la dissolution de l'Agglomération et à l'entrée d'Argenteuil dans le Grand Paris.

La récente venue de l'URSSAF pour réclamer 1 million d'impayés, 60000 € d'indemnités de licenciement indûment perçues par l'ancien DGS de la Ville et de l'Agglomération… un cabinet d'audit extérieur y travaille et je crains qu'il ne trouve autre chose. Hériter de soirées spectacles déficitaires de plus de 50000 € la soirée n'est pas le cadeau espéré par nos contribuables. Les mêmes maux, les mêmes dérives… Les Argenteuillais sont lassés, pour ne pas dire usés, en colère, et cela les conduit à quitter notre ville.

Les 400 agents que nous avons été conduits à ne pas renouveler mesurent les efforts qui ont été nécessaires. Nous les assumons.

Ceux qui aujourd'hui portent l'uniforme de pompier après avoir porté celui de pyromane (sic) peuvent mesurer les progrès accomplis : les débuts des travaux de la Halle des Sports, le déploiement de la fibre optique, la naissance du plus grand club de football de France… l'ouverture de la Maison de Quartier du centre ville, l'aménagement de la Butte d'Orgemont,… le soutien à nos Centres Municipaux de Santé, sont autant d'exemples concrets qui montrent qu'Argenteuil se développe.

Nous rebondirons, je le sais.

En retrouvant ses compétences, la Ville est enfin en mesure de mener des actions concrètes, notamment pour le cadre de vie. Ceci grâce à un accord équilibré avec les 6 autres villes du territoire. Chacun connaît leurs réserves, notamment celles de Patrice Leclerc, le maire de Gennevilliers. Mais l'accord a été unanime. Les intérêts locaux, partisans, ont été balayés. Il serait souhaitable que cet état d'esprit franchisse la Seine.

'Pas de quartier pour nos déchets !', première opération de ce type, se déroulera dans le quartier du Val Notre-Dame. Une application de signalement géolocalisé, des actions dans les centres de loisirs et les comités de quartier, la création d'une brigade "environnement" assermentée, verront le jour dans les semaines et mois à venir.

Un plan de développement économique va être lancé, avec la création de nouveaux espaces d'activité économique. Je souhaite qu'AB Habitat, propriétaire d'une multitude de locaux vacants, parvienne à relever les rideaux fermés.

Silicon Banlieue va être repositionné et relancé.

Nous créons cette semaine le Conseil Économique d'Argenteuil, avec des experts et des professionnels. J'ai proposé la présidence à M. Leikine[1], preuve de ma volonté d'oecuménisme ; il a accepté la proposition, et je l'en remercie.

Agir, tel est le cap que nous suivrons invariablement. Je vous remercie." (Applaudissements de la majorité et d'une partie du public).

Le Maire met en débat l'approbation du PV de la séance précédente.

La gratuité maintenue pour les associations argenteuillaises dans les salles Abbé Fleury et Maurice Sochon, amendement accepté par le Maire (point 18), est malheureusement retranscrit de façon très restrictive. Si des associations se voient demander un paiement, merci de nous en faire part !

Philippe Doucet répond en fait à l'allocution liminaire du Maire, et regrette que le Maire soit dans le "dénigrement permanent" de sa ville… Georges Mothron coupe son micro !

Marie-José Cayzac note que le PV ne comprend pas de réponse du Maire à la question qui lui avait été posée sur "l'affaire Colombes-Argenteuil".

Point 1.

Le Maire propose une "Autorisation de Programme" et une "Autorisation d'Engagement" pour "figer dans le marbre" des dépenses futures pour la propreté et la voirie.

Renée Karcher regrette "la démagogie et la bassesse des attaques du Maire contre les services de la Propreté de l'Agglomération. "Enfin, au 1er janvier 2016, on verrait ce qu'on verrait"… et qu'avons-nous eu le 2 janvier ? Un slogan. Même pas quelque chose comme "la propreté est l'affaire de tous…", non "Argenteuil est salie !". Les Argenteuillais ne sont pas dupes, et savent que l'Agglomération gérait plutôt bien le sujet, et assurait une gestion de proximité."

L'opposition votera donc contre une délibération de pure posture".

Elle est applaudie, le Maire rappelle que le public ne doit pas se manifester… et fait bien rire, car il avait omis de faire cette remarque quelques minutes auparavant.

De la même façon, nous avons estimé cette délibération trop floue (aucun contenu aux sommes annoncées) pour qu'elle mérite d'être votée.

2. Jean-François Ploteau présente un 'rapport sur la situation de la ville en matière de développement durable'., dont le Conseil devra prendre acte.

Ce rapport consiste à passer en revue l'ensemble des actions de la Ville, au prisme des enjeux du développement durable : économique, social et — surtout en pratique — environnemental.

Ce bilan nous semble cependant bien décevant :

  • Le schéma de la plaine d'Argenteuil n'avance qu'à petit pas alors que les derniers exploitants agricoles souffrent ;
  • "La définition de projets de transports collectifs structurants impactant le territoire" manifestée par "l’approbation de la charte aménagement / transport autour du projet de la Tangentielle nord" ? C'est hélas une action bien timide, presque un aveu d'impuissance. ;
  • L'action contre "les incivilités de stationnement et de circulation" est-elle probante ? De rodéos en doubles-files ritualisées sur Gabriel Péri ?
  • Sur "la dématérialisation des procédures", Argenteuil semble avoir encore une ou plusieurs décennies de retard ;
  • La "redynamisation des commerces de proximité, … répondant aux besoins des habitants (coiffeur au Val d’Argent Nord)" ? La tendance générale semble à l'opposé.
  • "L'accessibilité aux équipements de proximité notamment des activités culturelles et des animations pour les jeunes… l'obtention du label Première page en avril 2015 récompensant les équipes des médiathèques … pour les actions de sensibilisation à la lecture," c'est bien sympathique, mais le bibliobus a vu son circuit réduit, en échange de quels nouveaux horaires d'ouverture ?
  • "L'élaboration du Plan Communal de Sauvegarde", attendons de le voir ;
  • La "sauvegarde des berges de Seine" ne décolle pas du stade des "réflexions"…

Je me réjouirai cependant du redémarrage du Marché de la Colonie, sous l'impulsion du collectif d'habitants du quartier.

En matière d'économies d'énergie, je m'inquiète du nouveau contrat pour la chaufferie de la piscine, auquel je me suis opposé en Commission d'Appel d'Offres, car il ne me semblait nullement inciter aux économies. Et les actions en faveur des économies d'énergie dans le logement pavillonnaire diffus ont peu d'effet à ma connaissance.

Intervenant pour le groupe, Marie-José Cayzac estime que "le développement durable est parfois comme la culture : moins on en fait, plus on l'étale. Vous vous appropriez Autolib', soit : mais combien de véhicules électriques achetés depuis le 1er janvier ?…"

3. Débat d'Orientation Budgétaire

M. Mothron donne la parole pour "5 minutes seulement" à son Adjoint aux Finances, Xavier Péricat.

Je vous passe la majorité du début du rapport de M. Péricat, qui répète des attaques désormais rituelles (bon, les dix premières minutes).

(Info au passage : la vidéo en direct du Conseil marche, sur www.argenteuil.fr.)

Xavier Péricat annonce que les comptes 2015, en cours de bouclage, seront à l'équilibre. "Tout cela malgré le plan Valls, une de nos principales contraintes externes"…

"Pour que toute polémique soit éteinte, même si j'en doute un peu, toutes dotations confondues, et j'anticipe là ce que le Député ne manquera pas de faire observer, la Ville perdra de l'argent en valeur absolue, cette année et les années prochaines".

Sans doute ! Mais justement, en 2015, la dotation d'État pour Argenteuil a atteint un record… nous l'avons écrit ici à diverses reprises. Comme d'habitude, Xavier Péricat présente des graphiques et chiffres portant sur une seulement des dotations d'État, la DGF — celle qui baisse ;-)

Le Budget 2016 "reflètera les priorités de la Municipalité, pour cela il a fallu baisser des charges de fonctionnement" : les "charges à caractère général" baisseront de 2 M€, les charges de personnel, augmentées par 377 embauches en 2013…"

Au passage, répéter en boucle ce chiffre depuis un an, ne le rend pas plus crédible :

Combien_agents.png

"Les frais financiers augmentent avec le volume de la dette, nous prévoyons de les contenir."

"La dissolution de l'Agglomération nous apporte 75 millions d'€ de dette, et un déficit de 3 à 4 M€, notamment parce que l'ex-Agglomération a sous-bugété ce qu'elle devait à Azur pour les ordures ménagères. Ça fait partie du passif qu'il va falloir éponger. Nous nous en doutions, vu les difficultés que nous avions dans les dernières semaines de 2015 pour être réglés par l'Agglomération. La Chambre Régionale des Comptes avait déclaré le budget 2015 insincère et en déséquilibre." (encore une vieille histoire).

Xavier Péricat passe à des priorités 2016 :

  • "l'amélioration de l'accueil dans les Centres Municipaux de Santé", notamment en réduisant par un "centre d'appel dédié" et par la "prise de rendez-vous par internet", les "rendez-vous non honorés".
  • "plus de solutions de garde pour un coût moindre, avec 60 solutions supplémentaires, et la stabilisation du nombre de places en crèche au niveau d'avril 2014, soit 845 places" — sauf erreur de ma part, c'et un renoncement explicite à l'augmentation annoncée dans le programme de cette liste et depuis lors ;
  • en matière de cadre de vie; la création d'autorisations de programme et d'engagement liées à la propreté et à la voirie. Nous annonçons 3,9 M€ d'investissements et 3,6 M€ en fonctionnement" c'est-à-dire principalement en interventions d'entreprises privées pour la maintenance ou les réparations.
  • une application de signalisation géolocalisée des incidents (l'Agglomération en avait sorti une en 2009, qui n'avait pas 'pris'. Espérons que ce sera le cas cette fois.).
  • réaménagements de voirie liés à la circulation des bus.

Et "un certain nombre de projets pour lesquels le mandat précédent aura été un mandat pour rien : la Porte Saint-Germain et les berges de Seine."

Il est 20h10. Jdçjdr.

Xavier Péricat présente les plans de la future Halle des Sports et du terrain de sport de proximité du Val d'Argent Nord, un budget de 2 M€ avec le réaménagement du coeur de quartier ; 700000 € pour les voies sous dalle avec un "plan lumière" qui leur "donnera un autre aspect". La rénovation des parkings du Val d'Argent Nord a commencé enfin, et coûtera 2,6 M€ en 2016. Les abords du parking "d'intérêt régional" du Val Sud seront "traités", les coques commerciales vides et la passerelle très dégradée seront démolies…

"En matière scolaire, il y a un effort très important à faire, à l'école des Coteaux qui l'attendait depuis de nombreuses années, où les menuiseries coûteront 350000 €. Des constructions seront nécessaires : beaucoup de permis de construire ont été accordés au Val-Notre-Dame sans qu'aucune école ne soit créée…"

(L'opposition les cite : Kergomard !… Anne Frank !…)

Georges Mothron revient sur "la prospective scolaire" : "12 classes ouvertes à la rentrée 2014, 17 en 2015, entre 20 et 25 à la rentrée prochaine. Il va falloir créer des groupes scolaires. Nous aurons besoin de capacités d'investissement."

Philippe Doucet le regrette, "les exercices de style vont se renouveler, c'est cette Municipalité qui veut ça". "Le plan Valls, vous vous en plaignez, mais regardez ce que vos amis politiques préparent : non plus 11 milliards d'économies sur les collectivités locales, mais 30 à 50 ! Préparez vos 4x3 !"

"Vous regrettez le niveau des impôts : pourquoi ne tenez-vous pas votre engagement de les baisser ? Nous tenons à votre disposition le rapport de la Chambre Régionale des Comptes de 2009 sur votre 'évitement fiscal', votre délégation de service public 'déséquilibrée', et les emprunts toxiques dont vous êtes un spécialiste nationalement connu."

(Là encore, j'épargne au lecteur des arguments qu'il a déjà trouvé en nombreux exemplaires sur ce blog.)

En référence à la sous-budgétisation des relations avec Azur : "oui, la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères ne couvrait pas la totalité du service : allez-vous l'augmenter ?"

"Vous avez expliqué que le Territoire était un pari gagnant ? La Ville d'Argenteuil perd 4 millions d'euros de 'DGF bonifiée', chaque année, 20 millions en 5 ans. Extraordinaire !"

Philippe Doucet rappelle que les investissements annoncés par la nouvelle équipe étaient des projets lancés avant 2014 (ce qui est évidemment toujours le cas, il faut des années pour concrétiser des projets d'investissements… et il en sera de même après 2020). Et rappelle avoir obtenu un accord "unique en France" pour un financement d'État aux parkings du Val Nord. Ainsi que le financement ANRU 2 pour la Porte Saint-Germain, dont Xavier Péricat se vantait.

"Les Argenteuillais constatent avec tristesse l'insécurité qui monte, la Police Municipale qui disparaît, la valeur des terrains qui baisse, les commerces qui ferment… Laissez tomber la haine et essayez d'être dans le positif ! Nous aussi aimons cette ville et continuerons le combat contre cette politique de beauf'".

Quelques vifs applaudissements dans la salle, le Maire s'en prend à un "colleur d'affiches" et à "l'égérie de là-haut".

Georges Mothron propose à l'élue aux marchés forains un "bonimenteur" en la personne du député. (Horions et cris de ci de là…) Georges Mothron : "vous êtes tous dans le même moule !"

Georges Mothron confirme la "continuité" des investissements, les plans de rénovation urbaine remontant à avant 2008.

Georges Mothron donne la parole "pour calmer l'assistance" à Philippe Métézeau. Celui-ci dit avoir apprécié les débats d'orientation budgétaire quand il était dans l'opposition : "on est au moins autant qualitatif que quantitatif".

Philippe Métézeau dit n'avoir entendu aucun projet dans la réponse de Philippe Doucet, sinon le reproche d'avoir lancé des projets déjà en préparation. "Je n'ai pas entendu de propositions nouvelles, ni de critiques sur le futur, le débat risque donc de tourner court. Vous nous reprocher de regarder dans le rétroviseur, regardez devant vous !".

"Il n'y a jamais eu autant d'enfants en garde collective, qu'aujourd'hui : nous avons fait un double effort : créer des places nouvelles, diminuer les frais." Vous aviez pendant votre mandat, augmenté le % de places occupées d'1% par an, nous poursuivons. Vous avez créé à Elisabeth Bourgeois une crèche surdimensionnée…, pour 80 bébés et il n'y en avait que 60. Les opportunités, il faut les saisir. Des petites structures, que votre équipe prévoyait de fermer pour un meilleur accueil des enfants, nous les avons fermées et les enfants ont été accueillis dans d'autres crèches ; les locaux vont être réhabilités et serviront de nouveau d'accueil d'enfants dans un mode collectif."

"Pour les personnes âgées, nous faciliterons le portage de repas de régime… nous ne ferons pas de 4x3 pour cela !"

"Nous sommes souvent interpellés pour des demandes de logement. S'il y a 'guéguerre' (entre la Ville et AB Habitat), il faudrait qu'elle cesse. Qu'on essaye de sortir de ce cercle infernal. Mme de Azevedo est absente ce soir à cause d'un petit accident…"

Il y a donc changement d'Adjoint au Logement ! C'était auparavant Mickaël Camilleri.

"Tournons la page, avec une nouvelle Agglo. C'est de cela que nous devrions parler, plutôt que de savoir qui a fait telle maison de quartier. Ça n'intéresse pas les Argenteuillais. Il y a une continuité. Si le premier mandat de M. Mothron avait été si mauvais, les Argenteuillais ne lui en auraient pas confié un autre."

Gilles Savry : "invectiver tout le monde… mérite quelques explications. La Halle des Sports, nous n'aurions changé qu'une porte de placard ? Elle était prévue dans le dossier ANRU lors de notre premier mandat, elle aurait dû être déjà inaugurée, faite depuis longtemps."

"Sur les copropriétés, l'essentiel des financements se fait depuis 2014. Sans doute y avait-il eu, avant, des promesses ! On a été chercher d'autres partenaires : l'ANAH va contribuer."

"Et quand j'entends dire que la Porte Saint-Germain, c'est votre projet… Mais l'ANRU est passée à côté, il n'y a pas de quoi en être fiers !"

(L'atmosphère est bien tendue : les fautes de français se multiplient, de même que les erreurs sur les termes, je censure le tout !)

"Votre projet pour Jean Allemane, on l'a complètement dédensifié, on l'a partagé avec le comité de quartier, avec les habitants, il aura une autre figure que celle que vous aviez conçue."

Renée Karcher "rebondit sur l'intervention de M. Métézeau" pour demander qui est Adjoint au Logement.

Georges Mothron répond que M. Camilleri a été chargé du Développement Économique — collaboration à venir donc avec Alain Leikine.

Xavier Péricat revient sur les dotations de l'État et "aimerait bien un microclimat" pour qu'elles "ne baissent pas à Argenteuil", et répète ce qui a déjà été répété.

Dans la salle, notre secrétaire général, Pierre "d'Argenteuil", s'indigne que Xavier Péricat semble oublier ses 95% d'emprunts toxiques et les millions de pénalités qu'ils nous coûtent : tout dernièrement 5 millions rien que sur un emprunt de 3,5 millions !… Le Maire le fait expulser, Pierre se dit heureux de ne plus avoir à écouter un "menteur".

Et voilà, le Conseil prend acte que le débat s'est tenu…

Notes

[1] Adjoint au développement économique sous le mandat de Roger Ouvrard ; ancien conseiller général PS, désormais adhérent PRG.

jeudi 17 décembre 2015

Culture, salles et dépendances : l'opposition obtient la gratuité maintenue, pour les associations argenteuillaises, à Maurice Sochon / Abbé Fleury

par Frédéric Lefebvre-Naré

17. Nouvelle tarification des activités culturelles patrimoniales

Les tarifs des visites sur réservation sont précisés à 3€ « par heure » ; la délibération autorise le Maire à fixer de nombreux tarifs au cas par cas dans la limite de 70 €.

L’opposition, par la voix de Christine Robion, estime ces dispositions bien compliquées, et s’abstient.

18. Nouvelle tarification des salles

M. Pierre indique des augmentations de 1 à 3%, et des tarifs additionnels pour les participations de techniciens aux répétitions. Et aussi, le passage en "payant" des petites salles "format spectacle".

Nous proposons, par ma voix, d'accepter ces dispositions avec un amendement : la gratuité pour ces deux salles, pour les associations argenteuillaises, pour leurs manifestations sans droit d'entrée.

Le Maire l'accepte… mais dans la limite d'une fois par an sauf raisons exceptionnelles.

Le groupe s'abstient sur la délibération.

Ici j'étais arrivé en panne de batterie :-) … Je poste ce vendredi 18 matin les sujets restants, en les classant dans le billet qui correspond le plus à l'objet de chaque délibération.

Je modifie également le titre de ce billet pour rendre compte de cet amendement

21. Avances de subventions municipales aux associations et autres institutions

Marie-France Le Nagard présente cette délibération consistant à attribuer aux associations 30% de leur subvention de l’an passé, dans l’attente du vote du budget de l’an prochain. « Pour celles qui ont déposé une demande complète, je dis bien pour celles qui ont déposé une demande complète ». Même disposition pour le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

Hakim Hssini (PS) annonce que nous voterons cette délibération, en nous étonnant de l’absence du Judo Club Escales (bénéficiaire à lui seul d’une grande partie du budget sportif).

Mme Le Nagard confirme la raison qu’elle avait « bien dite ».

22. Demande de subvention pour la maîtrise du Français

Nadir Slifi présente cette demande de subvention pour des « interventions de conteurs professionnels » auprès de groupes suivant des « ateliers sociolinguistiques » — une bonne vingtaine de personnes apparemment.

Tel qu’il est présenté, le projet me semble moyennement convaincant, au regard des objectifs « innovants » de l’appel à projets. Et de l’effectif participant minimum exigé : 25 personnes (Cf. PDF), alors qu'il s'agit de stages sur 5 jours hors vacances scolaires.

La demande de subvention au Ministère de la Culture est cependant adoptée à l’unanimité.

23. Subvention à la Fédération de la Ligue de l'Enseignement du Val d'Oise

… pour l’organisation d’ateliers de lecture dans les écoles sur le temps du midi. Une subvention de 1000 € soit 500 de moins que l’an dernier… et sans indications bien précises sur le nombre de ces activités et des participants.

Cette délibération proposée par Fatima Bacha est cependant adoptée à l’unanimité.

27. Dates de 12 dimanches autorisés à l'ouverture des commerces

La loi « Macron » du 6 août 2015 autorise jusqu’à 12 ouvertures du dimanche, ce que Georges Mothron trouve « non négligeable ».

Il me semble que ce nombre dépasse les besoins d’Argenteuil, ville dont la fréquentation touristique reste modeste la plus grande partie de l’année. Je m’abstiens, de même que Marie-José Cayzac, Franck Debeaud et Anne-Sophie Vuillemin, sur cette délibération, approuvée par le reste du Conseil.

28. Règlement intérieur des médiathèques : pénalités de retard

Franck Debeaud « va être assez rapide », « il s’agit de simplifier la fixation des tarifs et le recouvrement pour les documents qui ne sont pas restitués ».

Je lui réponds, ainsi qu'au Maire qui me donne la parole :

Monsieur le Conseiller municipal délégué, Monsieur le Maire,

Vous nous proposez pour la 2ème fois une délibération visant à mieux récupérer les documents empruntés à la médiathèque. La fois précédente, en février dernier, nous avions voté cette délibération.

Mais n’y a-t-il pas, à l’époque du tout-numérique, des liseuses, du streaming et des forfaits de services musicaux, des défis plus profonds pour les médiathèques municipales — celles d’Argenteuil comme les autres ?

Vous me répondrez sans doute qu’on voit de plus en plus de jeunes dans les médiathèques, qui viennent fréquenter les salles de lecture, justement pour échapper à la pression des téléphones et des écrans. Très bien. Mais justement, venus travailler en salle de lecture, ils utilisent très peu les fonds de livres, de CD ou de DVD.

Certes, la révolution numérique, c’est un sujet difficile, pour les bibliothécaires. C’était, je cite un universitaire, « un choc et une profanation ». Mais il écrivait cela en 2009 ; depuis le temps, les agents des médiathèques aussi ont des téléphones, des ordinateurs, ils sont plongés dans la culture numérique comme chacun de nous ou plus que nous :-)

Nous espérons donc, pour une prochaine fois, des décisions et des délibérations qui exprimeront mieux l’apport des médiathèques aux jeunes et aux moins jeunes d’Argenteuil dans l’univers médiatique d’aujourd’hui.

Ceci dit, concernant les pénalités, nous sommes obligés de nous abstenir, car la rédaction que vous proposez est juste incompréhensible, je lis :

« les frais des pénalités de retard et la valeur des documents empruntés peuvent être fixés de 60 euros par document »

???

La lecture du règlement lui-même n’est pas plus éclairante puisque le montant des pénalités n’y figure pas, et pour cause, il s'agit d'autoriser le Maire à le fixer librement.

La rédaction de février 2015 nous semblait bien plus équilibrée : l’utilisateur pouvait, soit remplacer le document (donc à la valeur du neuf), soit rembourser sa valeur plus 15 euros de pénalité.

Nous préférons cette rédaction simple et claire, et vous suggérons de la conserver. Dans le cas contraire, comme je l’indiquais, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Franck Debeaud : « Il s’agit plutôt de (permettre au Maire ou à l'élu délégué de) fixer un tarif unique par livre, jusqu’à 60 euros, intégrant la valeur du livre et le montant des pénalités ».

Ce n’est pas notre idée et nous nous abstenons donc, comme annoncé.

jeudi 12 février 2015

Conseil municipal du 12 février 2015, live

par Frédéric Lefebvre-Naré

1 • Fixation des taux d'imposition des trois taxes directes locales

La nouvelle Municipalité maintient les taux de taxe d'habitation et taxe foncière de 2014, pour 2015. Cela se traduira tout de même par une hausse de 0,9%, en raison du vote du Parlement sur les "bases" des taxes.

J'interviens pour approuver ce maintien des taux, cohérent avec les engagements de la liste dont je faisais partie (et contraire à ceux de la liste élue) :

Lors de la campagne municipale 2013-2014, la liste Tous Fiers d'Être Argenteuillais avait pris un engagement précis : ne pas augmenter les taux des impôts locaux. Cet engagement était conscient et responsable. Il prenait en compte l'effort d'investissement réalisé pendant le mandat précédent ; la suppression de l'abattement général à la base sur la taxe d'habitation, et la baisse du taux de taxe foncière, déjà votées en fin de ce mandat précédent.

Lors de la campagne municipale 2013-2014, vous et votre la liste, Monsieur le Maire, aviez pris des engagements tout aussi précis : baisser dès avril 2014 les taux des impôts locaux, rétablir l'abattement général à la base, sans parler de la longue liste d'investissements et de développements de services publics, que je n'ose rappeler ici.

Vous n'avez pas tenu votre engagement, mais vous tenez le nôtre : nous nous en réjouissons et vous en félicitons.

Cela dit, pour apprécier s'il est judicieux de maintenir en 2015 les taux 2014, il ne suffit pas de rappeler les engagements passés. Nous devons apprécier cette décision par rapport à la situation actuelle d'Argenteuil, début 2015, et à l'ensemble du budget.

Quelle est cette situation ? Le débat budgétaire le montrera :

  • Les recettes de la Ville sont, avec ces taux d'imposition, supérieures de 7 à 10 millions à ce qu'elles étaient en 2012 ou 2013.
  • Les dotations de l'État sont pratiquement stables, à un million près ; et si on y intégrait le Fonds de Soutien que l'État propose aux collectivités ayant souscrit des emprunts toxiques, en le sollicitant suffisamment, le total des concours de l'État à Argenteuil devrait même augmenter.
  • Côté dépenses, le revenu moyen des agents, cotisations patronales incluses, a effectivement augmenté depuis 2 ans. Mais l'effectif de la Ville a diminué, il est aujourd'hui inférieur à ce qu'il était il y a 2 ans ! (M. Péricat contestera ce fait dans sa réponse : ce sont pourtant les effectifs officiels communiqués par la Municipalité, 2071 agents[1] contre 2087 deux ans plus tôt).

Au total, s'il n'y avait pas le coût des emprunts toxiques en francs suisses, vous auriez pu, dès ce budget 2015, baisser la dette d'Argenteuil, au moins en volume. (Alors que le budget 2015 prévoit 6 millions d'euros d'emprunts nouveaux).

Par conséquent, ce niveau des taux d'imposition nous semble approprié. Il vous donne les moyens de mener ses politiques et de choisir ses priorités, celles que vous pourrez nous présenter dans la délibération budgétaire : ces priorités sont un autre débat.

En attendant, nous voterons pour ce maintien des taux des taxes locales.

Il y a donc unanimité sur ce vote.

2 • Reprise anticipée des résultats 2014

Xavier Péricat revient sur les comptes 2013, le budget 2014 et l'avis de la Chambre régionale des Comptes. Le budget 2015 doit en effet reprendre le déficit hérité de 2013-2014, soit "à l'issue de la "journée complémentaire" du 31 janvier, le déficit de clôture (à reprendre) est de 2,757 M€, soit 1,8% des recettes de fonctionnement.

3 • Adoption du budget primitif 2015

Georges Mothron, "avant d'aborder la discussion budgétaire, remercie la Direction générale dans son entier, les collaborateurs qui ont mouillé la chemise, les élus de la majorité qui ont permis d'arriver à ce résultat en 8 mois de gestion 2014."

Xavier Péricat présente le budget. "Il n'y a pas de salut si nous ne retrouvons pas des marges de manoeuvre en fonctionnement."

Priorité aux écoles, réalisation de la Maison de quartier de Joliot-Curie parce que "le terrain vague ne peut rester en l'état". Mais aussi stabiliser l'endettement, "nous ne pouvons pas être à la fois la ville la plus endettée et la plus imposée de France."

Des "parents en colère" interviennent pour réclamer "une ATSEM par classe", le Maire les invite à aller s'exprimer à l'extérieur : "M. Péricat a seul la parole".

Xavier Péricat : "La Ville est obligée de contracter de nouveaux emprunts pour rembourser la dette existante."

"La ponction du gouvernement correspond à la suppression de 250 emplois." (M. Péricat parle des dotations d'État en baisse mais omet celles en hausse ! La baisse est réelle, mais seulement de 1 million, ce qui représente — tout de même — le coût d'environ 25 emplois).

Il faut "réduire le train de vie de la Municipalité. Dans le mandat précédent, on a fait n'importe quoi avec la masse salariale. Elle excède de 22% celle des villes de même strate."

"La Ville subit l'augmentation des frais financiers, dont on comprend bien les raisons. Comment ne pas avoir cette augmentation quand l'encours de la dette augmente de 45% ?" (Mais les charges financières doublent par rapport à 2013, la dette n'a tout de même pas doublé en deux ans ! Il faut chercher ailleurs !)

La Ville doit "à tout prix terminer la réhabilitation des parkings du Val d'Argent Nord" pour ne pas perdre les subventions ANRU. (Aussi parce que c'est le pire point noir d'Argenteuil, celui qui fait fuir des taxis parisiens).

"Nous devons réduire la dette, sinon nous ne trouverons plus de prêteurs. L'examen du Compte Administratif 2013 est calamiteux, on se bat tous les jours pour leur dire de ne pas le regarder."

Philippe Doucet répond sur la "vacuité des orientations de ce budget, un plan comptable ne fait pas une politique municipale. Notre lecture de ce plan comptable montre qu'il s'avère désastreux pour les politiques publiques et pour les Argenteuillais."

"Vous continuez de mentir aux Argenteuillais, nous ne sommes pas dupes, les Argenteuillais non plus."

"Les dotations de l'État baissent nettement moins à Argenteuil que dans les collectivités de même taille, grâce aux politiques de solidarité du gouvernement actuel."

"Vous augmentez les impôts de 1 million d'euros, ce n'est pas négligeable, et nous pensons que vous sous-estimez cette somme."

"Et à Argenteuil, il ne fait pas bon avoir des enfants : vous imposez un nouvel impôt déguisé aux familles, par les hausses de tarifs de cantine et des centres de loisirs, faite dans la précipitation et sans aucune équité, pesant uniquement sur les familles ayant des enfants à l'école publique, surtout les plus modestes."

"Plutôt que de ponctionner encore les familles, pourquoi ne pas solliciter le Fonds de dotation aux collectivités ayant des emprunts toxiques ?"

"Les 30% d'augmentation des intérêts, c'est bien la facture de vos emprunts en Francs suisses, dont vous devez aujourd'hui assumer le dérapage ! Nous étions en France médaille de bronze des emprunts toxiques… 96%, la médaille d'or était à 97%."

(Ces deux emprunts atteignent des taux d'intérêt annuels de 22 et 26% respectivement !)

"La Chambre régionale des Comptes demandait 1 million d'économies sur la masse salariale, vos suppressions d'emploi atteignent 7 millions !"

"Des emplois, vous en recréez pour vos amis militants : 30 créations de postes d'adjoints techniques en 9 mois, mais pour les autres, vous supprimez 450 postes."

"D'ores et déjà, par défaut de personnel, il y a des risques majeurs de sécurité dans les écoles. Vous avez d'ores et déjà choisi de supprimer les services publics :"

  • Fermeture de crèches (Tom Pouce, Pom d’Api)
  • Suppression des ateliers sur le temps du midi
  • Suppression du financement du Centre d’Information et d’Orientation
  • Suppression du financement des projets de voyages notamment des collèges et lycées
  • Suppression du financement de la carte de transport imagin’R pour les collégiens et les lycéens
  • Suppression (de l'objectif d'un) poste d’ATSEM par classe
  • Baisse drastique des postes d’animateurs mettant en péril l’encadrement légal des enfants
  • Fermeture de la Maison des Femmes
  • Mise à mort de la Maison des Jeunes et de la Culture
  • Baisse des activités de l’université inter-âges (moins de sorties, moins de spectacles, moins de conférences)
  • Suppression du poste d’écrivain public (2500 rendez-vous en 2014 !)
  • Suppression de 6 postes et d’activités dans les médiathèques…

"Et le clou : vous augmentez de 15% les indemnités de vos élus, les fixant au maximum possible : de l'inégalé."

Georges Mothron : "laissez-le s'enfoncer !"

(Ce sont les chiffres… 900 000 € au budget 2014, 1 043 000 au budget 2015 ; +16% en fait et non 15%).

4 • Attribution des subventions municipales aux associations

(Je complète ce billet en différé, la connexion était perdue.)

Martine Rousseau propose la délibération sans préciser les montants ou critères retenus.

Christine Robion déplore « une baisse de 7% des subventions aux associations », Martine Rousseau le justifie par le fait « qu’il y a moins d’associations ».

Pour Georges Mothron, « certaines, conscientes de la situation (financière), n’ont rien demandé ».

L'opposition s'abstient.

5 • Désignation des représentants de la Ville d'Argenteuil au sein de la SCIC Seine Accession

Georges Mothron : "Le 16 décembre 2013, lors du dernier Conseil du mandat précédent, est apparue une délibération pour créer une entité coopérative, Seine-Accession, visant à faciliter l’accession sociale à la propriété, les fameux « PSLA » ; alors qu’AB Habitat de par ses statuts pouvait déjà le faire. Ces dernières semaines, cette coopérative, où Madame Colin représentait la Ville d’Argenteuil… sans doute un oubli : nous avions omis d’y déléguer un nouveau représentant… C’est donc sans nous que ce matin, un Conseil s’est réuni, avec comme objectif de siphonner les actifs et passifs d’AB Habitat pour en faire une entité séparée, échappant à la volonté des Argenteuillais. Voilà ce que l’ancienne équipe préparait, au cas où elle perdrait les élections !"

"Pour représenter la Ville à Seine-Accession, je vous propose celui qui vous parle et l’Adjoint chargé du logement. Pour faire en sorte d’éviter le phagocytage par certains, aidés par des villes amies fléchées depuis longtemps, comme cela a été fait pour l’Agglomération."

Philippe Doucet répond que c’est le député Georges Mothron qui a voté la loi instaurant le suffrage universel direct pour les conseils d’agglomération : il n’y a pas phagocytage. « Et non, nous n’avions pas imaginé une fraction de seconde que vous seriez assez stupide pour casser l’agglomération pour des raisons purement politiciennes. »

« Nous souhaitons préserver, défendre l’Office, contre le risque qu’il soit phagocyté par la Métropole du Grand Paris et les méthodes d’attribution des logements de certaines communes des Hauts-de-Seine. »

« Nous vous découvrons partisan du logement social, à l’opposé de votre bilan de 2001-2008 ! »

« Oui, des programmes d’accession à la propriété sont prévus sur Argenteuil et Bezons, mais Seine-Accession vise aussi à préserver le logement social de la mainmise de vos amis des Hauts-de-Seine. »

Mickaël Camilleri (adjoint au Logement) : « J’ai toujours du mal à comprendre un certain nombre de choses qui se passent dans cette assemblée. Vous seriez les gentils socialistes proches du peuple, et nous les capitalistes mangeurs d’enfants ? »

(Nicolas Bougeard : « ça c’étaient les communistes ! » — rires…)

Mickaël Camilleri : « Et, les socialistes, vous voulez privatiser cet office ! Chaque commission d’attribution — je suis heureux que sa présidente Chantal Colin soit là — refuse de recevoir les demandeurs argenteuillais et laisse l’adjoint au logement se débrouiller avec les conséquences de vos refus, systématiques, même avec les familles aux dossiers les plus prioritaires… »

Christine Robion « mais vous n’êtes jamais là ! »

Mickaël Camilleri : « La ville d’Argenteuil n’a qu’un siège à la commission d’attribution, c’est sûr qu’à ce jeu-là, vous avez tout le temps raison ! Écoutez plutôt vos amis de la CGT qui dénoncent le nombre de logements vides de l’office… Nous avec Georges Mothron nous ferons barrage à la privatisation d’AB Habitat. »

Georges Mothron : « Le même député Philippe Doucet, quand il était Maire, a fait en sorte, par des amendements, qu’Argenteuil puisse rejoindre le Grand Paris. Et il y a quelques jours, il a déposé un amendement pour empêcher les villes en-dehors de la petite couronne, d’entrer dans le Grand Paris ! C’est fort de café ! Malheureusement pour lui, l’amendement n’a pas été défendu en Commission des Lois dont il fait pourtant partie. »

Nous ne prenons pas part au vote, la désignation des représentants à Seine-Accession étant gérée comme affaire interne à la majorité.

6 • Participation financière de la ville au Syndicat Intercommunal de la Plaine de Loisirs des communes d'Argenteuil, Bezons et Colombes

Nous votons à l’unanimité la participation de la Ville aux coûts de la plaine de loisirs qu’elle partage avec Colombes et Bezons à Vallangoujard, dans le Vexin.

7 • Approbation de la clôture du budget annexe K41A Angle

Nous votons à l’unanimité la clôture d’un petit budget annexe datant du « Grand Projet Urbain », et transféré au budget principal de la Ville.

8 • Approbation de l'avenant au Contrat Local de Santé

Philippe Métézeau présente un avenant au Contrat local de Santé. « Il a pour but de mieux articuler le Programme régional de Santé et les démarches locales… un premier avenant a été fait le 9 décembre 2013. Pour une raison que nous ne connaissons pas, le Maire ne l’a pas signé ; nous avions le choix entre soit le signer tel quel, soit travailler sur de nouvelles bases. Nous partions du même diagnostic, mais certaines actions conduites entre temps ne méritent plus de figurer dans le nouvel avenant. Nous avons ajouté des fiches-actions sur la participation des habitants, la prévention bucco-dentaire avec la participation des crèches : même quand on n’a pas de dents on peut faire de la prévention bucco-dentaire ! Une action sur la prévention du cancer (…). Nous voulons impliquer davantage les services de la Ville dans la prévention santé, ainsi que le CCAS . »

« Les actions que nous avons supprimées parce que déjà réalisées, c’est en particulier la réalisation du Diagnostic Local de Santé. »

Hakim Hssini prend la parole pour le groupe d’opposition : « Les objectifs de ce contrat ne sont pas remis en cause, mais votre expertise dans la destruction des services publics n’est plus à démontrer, la liste en a été faite tout à l’heure. Le 3ème axe stratégique porte sur le maintient de l’offre de santé : M. Métézeau, nous vous demandons de vous engager fermement sur le maintien des deux Centres Municipaux de Santé. »

Philippe Métézeau : « je ne sais pas depuis combien de temps on nous pose cette question. En 2001 il y avait même eu des pétitions. Vous aurez la même réponse qu’à l’époque : engagerions-nous les CMS dans de nouveaux partenariats, ouvririons-nous de nouvelles spécialités, si nous voulions les supprimer ? Ce sera noté au procès-verbal, il n’a jamais été question pour notre équipe de fermer ou réduire l’activité des Centres Municipaux de Santé. »

En ce qui me concerne, compte tenu de cette réponse et du consensus sur les objectifs du projet, je vote pour la délibération.

9 • Approbation de l'avenant 3 relatif à la convention de financement et de mise en œuvre pour l'expérimentation des nouveaux modes de rémunération

Alain Crevau rappelle que cette expérimentation date de 2008. En pratique c’est une subvention aux actions de prévention : ateliers de patients, etc. ; la subvention n’avait pas été demandée pour 2014 ( !).

Unanimité sur ce vote.

10 • Demande de subvention auprès du Département dans le cadre du "Plan départemental de la lecture publique du Val d'Oise"

Franck Debeaud présente cette demande de (petite) subvention, figure obligée des conseils municipaux… une bonne occasion de parler des activités culturelles destinées aux Argenteuillais. L’une des sommes demandées — 2070 € — est destinée à acquérir des documents destinés aux personnes aveugles ou malvoyantes. Une autre — 4650 € — servira à du matériel pour les tout-petits.

Franck Debeaud part dans un hors sujet sur l’endettement du Conseil Général, qui cependant poursuit ses actions d’aide à la culture.

Christine Robion répond qu’en effet ce soutien, commencé en 1982, a continué sans interruption depuis. Christine Robion s’inquiète cependant sur l’avenir des médiathèques : des départs n’ont pas été remplacés.

Franck Debeaud répond qu’en effet, les difficultés budgétaires ont contraint à ne pas renouveler certains contrats ; cependant, contrairement à une rumeur, il est totalement faux que la médiathèque Robert Desnos soit promise à la fermeture.

11 • Modification du règlement intérieur des médiathèques municipales

Le Maire demande à Franck Debeaud une présentation rapide, il souhaite cependant souligner « des points importants », surtout « concernant le recouvrement des documents non restitués : rien n’a été fait depuis 2008. Depuis 3 ans, 14523 documents n’ont pas été restitués, correspondant à une somme de 252000 € ».

Je réponds pour rassurer Franck Debeaud sur le fait que les agents de la médiathèque cherchaient bien à récupérer les documents et permettaient aux usagers qui égaraient des documents, de les remplacer — c'est en tout cas ce que j'avais eu l'occasion de faire.

12 • Mise à disposition de salles municipales dans le cadre des élections départementales

L’opposition a remarqué en Commissions que la proposition de la Municipalité semblait très restrictive ; le Maire confirme que la rédaction était imprécise et propose un nouveau texte, approuvé à l’unanimité.

L’idée de la délibération est d’autoriser tous les candidats (même non-argenteuillais) aux élections départementales sur Argenteuil, l’accès aux salles municipales pour organiser leurs réunions.

13 • Désignation d'un représentant au sein du Conseil d'Administration "Les Ateliers du 5"

Ces Ateliers comptent 250 adhérents (pour la majorité, les élèves de l’association Atelier des Arts).

Franck Debeaud propose que Françoise Inghelaëre, conseillère municipale déléguée aux Arts plastiques, soit la représentante de la Ville au CA. L’opposition ne prend pas part au vote.

14 • Avis sur le projet de Règlement Local de Publicité d'Épinay-sur-Seine.

Ce projet réduira la place des panneaux d’affichage en bords de route. Gilles Savry précise qu’Argenteuil s’engagera dans la même démarche. Et dit avoir découvert que depuis quelques années, les recettes correspondant à ces panneaux n’étaient pas recouvrées par la Ville : un chantier à ouvrir.

15 • Avis sur le projet d'implantation de l'activité de transit multimodal des Établissements Mazeau à Gennevilliers.

Cette entreprise fait du « transit multimodal de recyclage de produits issus de la démolition », en clair, elle met les gravats de démolition sur des péniches.

Elle remplace des établissements Total sans doute bien plus polluants…

Unanimité.

16 • Convention de gestion des bornes escamotables de la rue Carême-Prenant.

Pour la xième fois, les badges sont changés « face aux difficultés rencontrées dans la gestion des badges » (je comprends : trafic de badges). C’est à la Ville de fixer les conditions d’attribution des badges aux habitats et aux commerces… et à l’Agglomération de faire fabriquer les badges, de les paramétrer et de les distribuer.

Unanimité.

17 • Entente Arc en Seine - désignation du Président et validation de la convention de partenariat avec l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme d'Ile-de-France.

Claudine Elisseev — je crois que c’est son premier rapport au Conseil Municipal, bienvenue ! — présente cette Entente. Elle est composée des communes et agglomérations autour de la boucle Nord de la Seine et destinée à « un projet d’envergure afin de valoriser l’ensemble du linéaire fluvial ».

Unanimité.

18 • Résiliation amiable de certains baux à long terme afférents aux parkings sous dalle du Val d'Argent Nord

Unanimité sur cette délibération quasi-rituelle, sachant que la Ville reprend la gestion des parkings du Val Nord.

19 • Convention de mandat de maîtrise d'ouvrage pour l'enfouissement de réseaux de télécommunications rue du Chemin Vert.

Là encore une responsabilité partagée entre Ville et Agglomération. Unanimité.

20 • Rapports d'activité du Syndicat Intercommunal pour la Plaine de Loisirs, etc.

20. Le Conseil prend acte des rapports d’activité de nombreux délégataires.

Georges Mothron conclut en rappelant la question écrite de Philippe Doucet. L’usage est de passer les questions en début de Conseil… mais Philippe Doucet avait anticipé qu’elle serait débattue une fois la salle vidée !

« Vu la manière dont vous traitez une question de cette importance, nous en prenons acte ».

L’opposition se lève…

Georges Mothron demande cependant à Xavier Péricat de répondre à la question non posée. Elle portait sur les emprunts toxiques.

Il reste deux prêts « concernés par la parité franc suisse qui représentent 15 M€. Nous avons pris les mesures nécessaires pour faire appel au fonds de dotation. Nous attendons d »autres recettes éligibles, au Fonds, mais par mesure de prudence, nous ne les avons pas inscrites au budget. »

Eh oui, mais ces 15 M€ empruntés vont coûter 3,5 M€ d’intérêts rien qu’en 2015 !!! Ce que M. Péricat omet de rappeler.

Notes

[1] dans les cadres d'emploi territoriaux.

page 2 de 2 -