par Pierre d'Argenteuil

La ville d'Argenteuil s'endort gentiment sur son passé, et se recroqueville sur son présent.

Les quelques festivités, qui réunissaient les habitants et donnaient un peu de vie à la ville, ont disparu.

La bourse aux jobs d'été, ce mardi, était désertée par les entreprises.

Même le marché aux fleurs de cette année était tristounet, peu de vendeurs et peu de clients.

Le contrecoup de cette situation se ressent aussi dans les commerces de proximité, que nous voudrions plus nombreux, mais qui faute de clients sont en train de mourir. Mais, pourquoi n'y-t-il plus de clients ? La réponse est simple, il n'y a plus d'argent dans les porte-monnaies.

Les 50% d'habitants d'Argenteuil qui paient des impôts (sur le revenu, sur le foncier et sur l'habitation) doivent se serrer la ceinture pour faire face aux dépenses obligatoires et il en est de même pour les 50% qui ne paient pas d'impôt. Le peu qui sera mis de côté sera essentiellement utilisé pour les vacances.

Dans ces conditions, des commerçants constatent depuis le début de l'année une baisse de l'ordre de 30% de leur chiffre d'affaires. Pour la petite histoire, les commerçants du marché aux fleurs ont vendu légèrement moins que l'année dernière. Mais ces commerçants étaient 50% moins nombreux !

Si cette tendance se confirme, les faillites vont se succéder dans les 6 mois qui viennent, avec une accélération en octobre, car les commerçants ne pourront même pas payer le loyer de leur boutique et les taxes correspondantes.

Nos dirigeants ont inventé le CICE et le pacte de compétitivité. Mais ces usines à gaz ne peuvent être utilisées que par les grosses entreprises, alors que les PME et les TPE qui ont besoin d'aide, n'ont pas les moyens de faire fonctionner ces machins.

Il reste une solution que j'évoquais en août 2011, sur France démocrate : baisser les charges patronales et salariales. La baisse des charges salariales redonnant immédiatement du pouvoir d'achat. L'effet ne sera pas instantané mais sera plus rapide que les fameux machins dont nous attendons toujours les premiers effets, et encore, existeront-ils ?

Argenteuil s'endort et se recroqueville, Argenteuil est mûr, bienvenue dans le GRAND PARIS !